Catherine Hubscher

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Catherine Hubscher

Message par Joker »

Elle épouse le 1er mars 1783 FRANÇOIS-JOSEPH LEFEBVRE alors qu’il n’est que simple soldat.
L’élévation de son époux au grade de Maréchal d’Empire et son anoblissement au titre de duc de Dantzig lui ouvriront les portes de la COUR IMPÉRIALE.
Mais qui était cette femme qui jamais ne perdra son franc-parler et suscitera les quolibets de la part de bon nombre de membres de la cour ?

Elle est née le 2 février 1753 à Altenbach dans le Haut-Rhin.
D’origine modeste, elle a exercé les professions de cantinière et de blanchisseuse.
Très aimée de son époux qui appréciait en elle ses qualités de cœur, sa franchise sa droiture, son humour, elle se comportera à la cour à l’opposé d’une snobe. En effet, jamais elle ne perdra sa simplicité ni son franc-parler et n’adoptera jamais les postures artificielles si prisées de certains membres de la cour récemment anoblis par l’Empereur.
Ces derniers, nouveaux-riches comme Catherine, étaient désireux de faire table rase de leur passé et n’appréciaient guère qu’elle leur rappela par son langage et son attitude, leur extraction qu’ils s’ingéniaient tant à gommer par l’adoption de "bonnes manières" et d’un langage châtié.
La loyauté de Catherine envers l'Empereur ne l’empêchait cependant pas de le critiquer ouvertement et de débattre avec lui d’égale à égal, ce qui plaisait fort à l’Empereur mais avait le don d’irriter les courtisans qui à plusieurs reprises ont tenté de l’évincer de la cour.
Ses discussions animées avec Talleyrand rendaient verts de jalousie ceux qui n’avaient pas sa vive intelligence et son esprit de répartie.
Sa générosité, sa bonté envers les nécessiteux n’étaient pas non plus du goût de tous.
C’est ainsi qu’elle fut moquée, raillée, enviée et souvent détestée.
Elle donna le jour à 14 enfants et connaitra le chagrin d’en perdre 13.
Elle s’installera en 1813 dans le château que lui avait offert son mari. C'est là qu'elle y rendit son dernier souffle à l’âge de 82 ans.
En 1853 elle sera inhumée au Cimetière du Père Lachaise aux côtés de son époux.
Son château est aujourd’hui le siège de la mairie de Pontault-Combault.

Le personnage de cette femme atypique et attachante a été le sujet de plusieurs biographies, romans historiques et films.
Le sobriquet de « MADAME SANS-GÊNE » lui fut donné par l’auteur dramatique Victorien Sardou qui consacra à Catherine Hubscher une pièce en 3 actes et le scénario du film du même nom (avec Arletty dans le rôle de Mme S.G.).
Il y en eut un autre avec Sofia Loren produit par Carlo Ponti.

Référence pour cet article : « Madame Sans-Gêne: une femme du peuple à la cour de Napoléon » biographie de Christophe Nagyos (2001)


« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées