Général** Pierre Daumesnil

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Joker

Général** Pierre Daumesnil

Message par Joker »

Nommé par Napoléon général de brigade et gouverneur de Vincennes le 2 février 1812 sur recommandation de Bessières, Pierre Daumesnil était un grand soldat, dont la profession de foi tenait en ces mots : "Mon devoir, c'est le cri de ma conscience. Je ne marche pas à sa suite. Elle me pousse et je vais droit mon droit mon chemin, sans souci du qu'en dira-t-on".
Solide et beau gaillard dont les boucles brunes font ressortir à merveille la rutilance des uniformes, il épouse à trente-sept ans la jeune et jolie Léonie Garat, de vingt ans sa cadette.
Noceur infatigable, de nature généreuse et hospitalière, le brave Daumesnil conserve une allure martiale malgré le pilon qui alourdit sa démarche, car il a été amputé au lendemain de Wagram.
Ses hommes l'appellent avec une nuance d'affection "Jambe de Bois".
Dans la nuit du 30 au 31 mars 1814, lorsqu'il apprend la capitulation des forces de Paris, Daumesnil refuse de se soumettre.
Il conçoit alors un plan apparemment insensé : celui de s'emparer du matériel abandonné par les troupes françaises et de le mettre à l'abri de Vincennes. En pleine nuit, monté sur un cheval de trait, il sort de sa citadelle, à la tête de deux cents cavaliers, qui conduisent des attelages disparates. Cette troupe de fantômes réussit à franchir les barrages de l'armée ennemie endormie et entasse dans les voitures tout le matériel qu'elle rencontre : fusils et munitions et attelle les canons. Ils reprennent alors le chemin du retour et, à l'aube, le pont-levis se referme sur la troupe héroïque.
Cette randonnée nocturne provoque la fureur du feld-maréchal Barclay de Tolly, commandant en chef de l'armée russe. Il envoie un colonel de son état-major avec mission d'exiger la reddition.
Daumesnil le reçoit lui-même. Il riposte :
-"Je ne rendrai la place que sur l'ordre de Sa Majesté l'Empereur."
Le parlementaire insiste et Daumesnil entre alors dans l'Histoire par un mot destiné à survivre à ses exploits : - "Rendez-moi ma jambe et je vous rendrai Vincennes !".
Ce sont des hommes d'une telle trempe qui ont aussi forgé la légende napoléonienne... ;-)

Dominique T.

Re: Général** Pierre Daumesnil

Message par Dominique T. »

Et il remit cela en 1815 !

Drouet Cyril

Re: Général** Pierre Daumesnil

Message par Drouet Cyril »

" Rendez moi ma jambe et je vous rendrais le Chateau de Vincennes"

La phrase que l'on prête communément à Daumesnil semble avoir été quelque peu déformée par la postérité.

Echange entre Daumesnil et le parlementaire de Barclay de Tolly rapporté par Roger Baschet dans son Le général Daumesnil "L'ange gardien de Napoléon"

"Je n'obéirai qu'à un ordre formel du Gouvernement français !
-Toute résistance est pour vous inutile : un million d'hommes vous encerclent, et jamais aucun secours ne vous viendra. Vous serez pris par la faim.
-Essayez !
-Nous vous ferons sauter !
-Essayez aussi !
...
J'ai là un million huit cent mille kilogrammes de poudre, que je ferai sauter dès que serez entré... Nous sauterons ensemble et, si je vous rencontre en l'air, je promets de ne pas passer sans vous faire une petite blessure.
...
Je ne rendrai la place que sur l'ordre de Sa Majesté l'Empereur ! Les Russes m'ont enlevé une jambe : il faut qu'ils me la rapportent ou qu'ils viennent me rendre l'autre. Jusque là, qu'ils restent hors de portée de mes boulets s'ils ne veulent pas en sentir les effets."



Salutations respectueuses.

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Général** Pierre Daumesnil

Message par Joker »

Qui se cache derrière ce nom ? Un officier brillant, au caractère bien trempé, dont voici la brève biographie.

Yrieix-Pierre Daumesnil naît le 14 juillet 1776 (ou 1777 selon les sources) à Périgueux d'un père perruquier mais ancien soldat.

En 1794, il s'engage dans la cavalerie de l'armée des Pyrénées-Orientales. L'année suivante, il est versé dans celle d'Italie, où il rejoint la compagnie des guides.

Lors de la campagne d'Egypte il s'illustre brillamment en s'emparant de l'étendard du capitan-pacha turc à Aboukir mais surtout, en sauvant à deux reprises la vie de Bonaparte. Celui-ci le ramène avec lui en France et le fait entrer dans les chasseurs à cheval de la garde consulaire. Quelque mois plus tard, Daumesnil est promu sous-lieutenant (6 mai 1800) puis lieutenant quelques semaines après Marengo et capitaine en 1801. Il devra ensuite patienter quatre ans, attendre la reprise des hostilités en Europe et les promotions qui suivront Austerlitz pour passer chef d'escadron.

Il participe ensuite aux campagnes de Prusse et de Pologne en 1806-1807, se bat comme un lion à Iéna (14 octobre 1806), puis à Eylau (8 février 1807) et enfin à Friedland (14 juin 1807)

Après un court passage en Espagne, au cours duquel il affronte les insurgés du 2 mai 1808 à Madrid, il suit l'Empereur en Allemagne où l'attend une promotion au grade de colonel-major après Eckmühl (22 avril 1809).

Blessé une première fois au cours de cette bataille, il l'est encore à Wagram (5-6 juillet 1809), si gravement qu'il doit être amputé de la jambe gauche. Sa santé s'étant rétablie, sa carrière se poursuit ce, malgré ce handicap.

Dausmenil est fait baron d'Empire en 1810 et promu au grade de général de brigade en 1812.

La même année, il se voit investi du commandement du château de Vincennes, place qui va lui permettre d'entrer vivant dans la légende.

En 1814, après la campagne de France et la capitulation de Paris, il rassemble dans le fort tout le matériel abandonné sur les hauteurs de la capitale et refuse de le livrer à l'ennemi comme le prévoit l'accord. Les alliés butent sur son intransigeance plusieurs semaines durant.

Louis XVIII lui-même, tout en lui ôtant son commandement, salue son courage et sa détermination en lui octroyant la croix de Saint-Louis.

En 1815, Daumesnil se rallie à Napoléon aussitôt après le départ du roi et retrouve sans attendre son commandement.

Après la seconde abdication, il refuse à nouveau de livrer le matériel confié à sa garde, menaçant de se faire sauter plutôt que de se rendre. Ce n'est qu'après une résistance de cinq mois avec moins de deux-cents hommes à ses côtés, résistance au cours de laquelle il a eu l'audace d'effectuer plusieurs sorties, qu'il consent enfin à capituler.
Encore est-ce pour rendre la forteresse aux troupes des Bourbons et en sortir abrité sous le drapeau tricolore. Cette fois, il est mis d'office à la retraite.

Louis-Philippe, en 1830, l'en sort pour lui octroyer à nouveau le commandement auquel le nom de Daumesnil est désormais attaché. On lui confie la garde des ministres de Charles X en attente de leur jugement et il se montre à nouveau intraitable dans l'exécution de son devoir.
Une émeute populaire, en décembre 1830, vient exiger la tête de ses prisonniers : "Ils n'appartiennent qu'à la loi, vous ne les aurez qu'avec ma vie" clâme le gouverneur

Daumesnil meurt du choléra le 17 août 1832, à Vincennes. C'est dans le cimetière de cette ville qu'il repose pour l'éternité. Toujours à Vincennes, une statue en bronze honore sa mémoire sur le cours Marigny.

Daumesnil ajoutait à son courage un sens certain de la formule.
A Blücher, qui le sommait de lui rendre le château, il répliqua : "Rendez-moi ma jambe et je vous rendrai le fort !"

Plus tard, alors qu'on essayait de le corrompre en lui offrant des millions pour sa reddition : "Mon refus servira de dot à mon fils."

Son infirmité avait assez logiquement valu à Daumesnil le surnom de "jambe de bois".

Les Postes de la République Française ont émis en 1976, à l'occasion de son bicentenaire, un timbre de 1,00 F + 0,20 à l'effigie du général.

Le nom de Daumesnil est inscrit sur la face nord de l'arc de Triomphe de l'Etoile.

(publication de Laurence Moritel sur le site "en flânant dans Paris")


« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Pierre Cambronne, Général d'Empire
    par Eric LM » 17 juin 2018, 15:52 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    2 Réponses
    830 Vues
    Dernier message par Eric LM
    18 juin 2018, 10:51
  • Général de division Jean Pierre-Joseph Bruguière le baron Br
    par Raoul Jacques » 28 oct. 2017, 17:15 » dans Salon Ier Empire
    20 Réponses
    1422 Vues
    Dernier message par Bernard
    23 janv. 2018, 12:06
  • [ Napoléonothèque ] Daumesnil, d'Arcole à Vincennes
    par L'âne » 14 nov. 2017, 10:56 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    421 Vues
    Dernier message par L'âne
    14 nov. 2017, 10:56
  • Général" pierre Garnier de la Boissière"
    par léon napo » 14 août 2018, 15:04 » dans Espace visiteurs
    3 Réponses
    410 Vues
    Dernier message par Invité
    19 août 2018, 14:15
  • Conférence de Pierre BRANDA
    par Joker » 01 oct. 2016, 15:27 » dans L'actualité napoléonienne
    30 Réponses
    2509 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    22 nov. 2016, 19:31