Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
15 janv. 2020, 19:59
Oui, gonflés, il fallait l'être pour s'imaginer grimper dans de pareils engins :
Image
(Barges, La Thiloriere ou Descente en Angleterre)

A noter sur cette estampe, la chasse britannique qui oppose aux ballons de transport d'assaut impériaux d'intrépides fusiliers suspendus à des cerfs-volants.


Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3848
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

Concernant le physicien Thilorier et ses fameuses thilorières, on peut rappeler sa lettre reprise, sans véritablement la prendre au sérieux, par Le Moniteur dans son numéro du 27 novembre 1797 :
« Je propose un moyen qui rend inutiles et les flottes de nos ennemis , et les rochers , et les batteries qui protègent leurs côtes ; moyen qui paraîtra le comble de l'audace, mais qui, dans la réalité, est le moins dangereux de tous ceux que l'on peut tenter ; moyen qui termine la guerre en un jour, et rend à l Europe la liberté des mers, sans que nous ayons à pleurer la mort d'un seul homme ; moyen enfin qui couronne une suite de prodiges par un prodige plus grand encore, et dont le succès heureux ou désastreux fixera sur la génération présente l'oeil religieux de la postérité.
J'offre de construire un camp portatif et une Montgolfière assez vaste pour enlever et transporter au sein de l'Angleterre l'armée qui doit en faire la conquête.
Que la chose soit possible, c'est un point qu'aucun physicien ne pourra contester. Je m’engage à prouver qu'elle est facilement exécutable et qu'elle ne sera pas, à beaucoup près, aussi dispendieuse que l'armement maritime qu’elle remplacera. »


Malgré l’absence de soutien à ces projets, Thilorier récidiva dans le Publiciste du 2 juin 1803 :
« L'Angleterre nous insulte et nous brave. Le héros qui préside nos destinées saura défendre son ouvrage et punir l'infraction des traités. Il est plus d'un moyen de franchir le canal sur lequel l'ennemi fonde sa sécurité. Le plus expéditif, celui qui expose le moins la vie des braves, doit être préféré. J'ai pensé que l'aérostation remplissait ces deux conditions et j'ai osé le dire. Le public a ri, je devais m'y attendre. Fut-il jamais, en effet, projet plus extravagant, du moins en apparence, que de vouloir suspendre une armée à un fil, la lancer dans les airs et s'en fier aux vents du soin de la conduire à sa destination ? »

L’estampe postée plus haut et parue dans le même numéro du Publiciste était accompagnée de ce commentaire :
« Montgolfière capable d’enlever 3 000 hommes et qui ne coûtera que 300 000 francs !!!!! on y suspendra une lampe qui présentera une flamme suffisante pour empêcher le refroidissement !!! »

Le projet n’eut logiquement pas de suite.

Un autre plus tardif éveilla cependant la curiosité de l’Empereur, comme en témoigne sa note du 28 octobre 1808 :
« Le général Clarke, ministre de la guerre, soumet à l'Empereur le projet d'un sieur L’Homond, ex-chef de bataillon aérostiers, qui propose d opérer une descente en Angleterre au moyen de cent montgolfières de 100 mètres de diamètre, dont la nacelle pourrait contenir 1 000 hommes, avec des vivres pour quinze jours, deux pièces de canon avec caissons, 25 chevaux et le bois nécessaire pour alimenter les montgolfières.

Renvoyé à M. Monge pour savoir si cela vaut la peine de faire une expérience en grand. »


Monge rendit le rapport suivant :
« Sa Majesté m'a fait l'honneur de me renvoyer un mémoire de Monsieur L'Homond, et de me demander si je pense qu'il soit convenable de faire
l'expérience en grand d'une de ces montgolfières.
Jusqu'ici, les voyages dans l'atmosphère ont été faits ou au moyen des montgolfières, ou au moyen des aérostats.
La montgolfière est une enveloppe légère dont l'air intérieur est chauffé par un feu que l'on entretient à dessein. Cet air chaud, dont la pesanteur est moindre que celle de l'air extérieur, a une force ascensionnelle qui croît avec la température ; et cette température peut être facilement portée à un tel point que la force ascensionnelle surpasse le poids de l'enveloppe et celui des objets qui lui sont suspendus ; dans ce cas, la montgolfière s'élève dans l'atmosphère jusqu'à ce qu'elle parvienne à une région avec laquelle elle soit en équilibre ; alors elle obéit à tous les mouvements de l'atmosphère ; elle est entraînée par le vent dont elle prend aussitôt la vitesse et elle continue à se mouvoir jusqu'à ce que, admettant de l'air par le refroidissement, et augmentant rapidement de poids, elle descende peu à peu et rencontre la terre.
[…]
Lorsque la montgolfière est destinée à porter des poids considérables, son enveloppe
doit être de toile plus ou moins forte et sa capacité doit être grande ; mais alors on ne peut pas entretenir une température élevée dans tout l'intérieur sans produire une très grande flamme à son orifice ; cette flamme détermine un courant d'air incandescent qui s'élève jusqu'au sommet et qui charbonne bientôt l'enveloppe. Tous les poids que porte la montgolfière sont donc alors suspendus à une toile charbonnée sans consistance, qui se déchire bientôt et laisse échapper par endroit l'air chaud et ne peut servir à la masse que d'un médiocre parachute.
[…]
D'après cela, Monsieur L'Homond ne pourra élever ses montgolfières, chargées chacune du poids de 300 000 kilolitres, sans élever considérablement la température de l'air intérieur, même de celui qui touche l'enveloppe ; il ne pourra élever la température de cet air, qui sera à 45 ou 50 mètres du centre, qu'au moyen d'une flamme ardente d'un grand volume et pour laquelle il faudra qu'il emploie ou de la paille sèche en grande quantité ou de menus fagots très secs ; cette flamme chassera tout l'air atmosphérique de l'intérieur et le remplacera par de la vapeur d'eau dont une grande partie sera incandescente. Le voyage ne devrait-il durer qu'une demi-heure, cette vapeur charbonnera infailliblement la toile de l'enveloppe qui se déchirera et tombera sur la nacelle. Dans ce cas, et quand même la nacelle, comme le propose Monsieur L'Homond, serait construite de manière à pouvoir tenir la mer et à naviguer, quand même elle tomberait de niveau sur la mer en restant à flot, elle sera toujours exposée à être entièrement couverte par les débris de l'enveloppe qui étoufferont les navigateurs, ou à chavirer si les débris sont entraînés avec quelque violence par le vent.
Je pense que la proposition faite par M. L'Homond n'est pas admissible et qu'elle ne mérite pas une expérience en grand. »






Autre projet : en 1793, le juge de paix François-Joseph L’Ange publiait « Remède à tout, ou Constitution invulnérable de la félicité publique ». A la fin de ce petit ouvrage, l’auteur appelait à la création d’une « arme céleste » constituée d’une flotte de 2 000 ballons manœuvrés par 12 000 « pyronautes » :


« Maintenant que le peuple est debout, qu'il est à la hauteur de la dignité de l'homme, et qu'il sent combien il est urgent et facile de faire ses lois lui-même en personne ; maintenant que tout ce qu'il y a d'hommes barbares stupides et féroces en Europe, s'élèvent, se coalisent et s'arment, pour remettre le peuple dans les fers de l'aristocratie, lui donner des maîtres et le réduire à son ancien avilissement ; ce sera sans doute sagesse et prudence de sa part, de mettre à profit la nouvelle faculté qu'il a de s'élever et planer sur les têtes de ses ennemis. Le Peuple Français sera le maître du monde et le sauveur de tous les peuples sans efforts, s'il est le premier à mettre sur l'horizon une flotte ascendante.
Les matériaux pour la construire sont sous sa main ; les hommes pour la monter sont dans son sein ; les dépenses de construction seront remboursées par le commerce, parce que ce sera une flotte marchande après la guerre, qui ne sera ni longue, ni dispendieuse
En conséquence, le Peuple Français le plus éclairé des souverains veut une arme céleste.


Article Premier.
A cet effet, il crée les places et fonctions de deux inspecteurs généraux, de douze conseillers, de quatre inspecteurs ambulants, de vingt assesseurs correspondants, de deux mille soumissionnaires-fondateurs, de douze mille navigateurs sur l'horizon, qui prendront le nom de pyronautes, à cause que l'ascension se fait, soit à l'aide du feu proprement dit, soit à l'aide du gaz qui résulte d'un mouvement igné.

Art. II.
Toutes ces places et fonctions seront à vie, sauf à statuer par la suite sur celles des inspecteurs généraux, des conseillers et des fondateurs.

Art. III.
Les soumissionnaires-fondateurs n'auront d'autre obligation que de verser, chacun une fois, vingt-mille livres dans le trésor national, pour la construction de deux mille éoles ou ballons à vaisseaux dirigibles, et pour leur conservation à perpétuité. La nation en fera les avances, si le versement des fonds ne se fait pas avec assez de célérité.

Art. IV.
Tous les ballons n’auront que trente-trois pieds de diamètre chacun, et onze pieds chacun de leurs ballons de proue : une dimension plus grande rendrait les dangers plus grands et le mouvement de direction trop difficile.

Art. V.
Il y aura six pyronautes pour le service d'un éole ; ils monteront alternativement deux par deux. Tous les six seront responsables solidairement du vaisseau qui leur sera confié.
Le plus ancien aura le commandement. Il n'y aura point de différence dans leur salaire chacun recevra mille écus par an du trésor public pendant la guerre ; ne durât-elle qu'un jour; en temps de paix, il les recevra du commerce.
Sur le salaire et revenu des autres officiers et intéressés, il sera statué en temps et lieu.

Art. VI.
Comme un ballon de la grandeur donnée en l'article IV, avec tous ses agrès, ne coûtera pas vingt-mille livres à beaucoup près, le restant bien démontré servira à l’établissement d’un arsenal, dans lequel on tiendra plusieurs éoles toujours prêts, pour remplacer ceux qui viendraient à manquer.

Art. VII.
Le résultat de l’arme céleste est, qu’avec mille ballons, on pourra pulvériser une armée de cent mille esclaves, sans qu’il en coûte la moindre égratignure à un Français.



Mais, (car la proposition de l'arme céleste ne serait pas en règle, s'il n'y avait pas de mais objectif, ) mais si toutes les expériences imaginables prouvaient qu'il est impossible de se diriger dans les airs ; on aurait fait trop de dépenses vaines.

Réponse. Ces dépenses ne seront jamais bien considérables. Elles ne seront point vaines car le peuple sera sûr que ce bel art nouveau ne pourra jamais être une arme entre les mains de ses ennemis.

Mais quand la possibilité de se diriger à volonté dans le haut de l'atmosphère sera démontrée, nos ennemis le mettront à profit, peut-être avec plus de succès que nous et nous en aurons à combattre dans le ciel comme sur la terre.

Réponse. Si le Peuple Français est le premier qui manœuvre sur les hauteurs de l'atmosphère, il lui sera facile d'empêcher tout autre peuple de s'élever de terre.
S'il était réellement à craindre que les ennemis du peuple puissent se servir avec avantage de la même arme contre lui, ce serait une raison de plus de se la rendre familière au plus tôt, afin de les gagner d'habileté. Si le peuple se laisse prévenir il sera la proie des vautours. »

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
29 janv. 2020, 17:32
(...) sans que nous ayons à pleurer la mort d'un seul homme (...)
:lol:

Oui, ces propositions farfelues ont peut-être fait davantage de mal à la cause des aérostats militaires que les contraintes de la physique...

Pourquoi à tout prix vouloir construire un unique ballon démesuré (à une époque où l'usage de ballons de taille raisonnable n'allait déjà pas de soi...) alors que le projet d'invasion navale de l'Angleterre lui-même ne s'appuyait pas sur un unique immense bateau apte à "transporter au sein de l'Angleterre l'armée qui doit en faire la conquête" ?

Et d'un point de vue technique, il est curieux de noter que ces propositions reposent sur des montgolfières, avec effectivement les problèmes inhérents au chauffage de l'air, et non des charlières (qui auraient certes présenté d'autres problèmes...).


Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Plutôt que les projets de montgolfière démesurée irréalistes, il aurait mieux fallu s'inspirer des expériences ayant fonctionné. Par exemple, dès le 30 vendémiaire an VII (21 octobre 1798) au château de Bellevue à Meudon, Pierre Testu-Brissy, sous un chapelet de six ballons à hydrogène, s'éleva dans les airs juché sur un cheval, atterrissant ensuite dans la plaine de Nanterre.


Testu-Brissy renouvela l'expérience avec le même succès le 11 brumaire an VII (1er novembre 1798). L'ancêtre des dragons parachutistes ?

Image
Insigne du 13e Régiment de Dragons Parachutistes

Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3848
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
29 janv. 2020, 18:02
Pourquoi à tout prix vouloir construire un unique ballon démesuré (à une époque où l'usage de ballons de taille raisonnable n'allait déjà pas de soi...) alors que le projet d'invasion navale de l'Angleterre lui-même ne s'appuyait pas sur un unique immense bateau apte à "transporter au sein de l'Angleterre l'armée qui doit en faire la conquête" ?
Autres idées farfelues publiées en Angleterre en 1798 :
Sans titre 5.jpg
Sans titre 4.jpg
Sans titre 3.jpg
Sans titre 2.jpg
Sans titre 1.jpg

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
29 janv. 2020, 19:54
Autres idées farfelues publiées en Angleterre en 1798 :
Tut tut tut... Point d'idée farfelue ici ! Au contraire, ces solutions avaient 220 ans d'avance ; la propulsion par roues à aubes actionnées par des éoliennes est absolument greta-thunberg-compatible : zéro émission de carbone ! Alors que, soyons sincères, les charlières gonflées à l'hydrogène par la méthode de Lavoisier, alimentées par des heures d'un intense foyer, avaient un bilan carbone catastrophique.

Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3848
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

Autre projet fou mais un brin poétique : celui de l’Autrichien Jacob Kaiserer rapporté dans cet entrefilet tiré du Journal des débats, du 29 janvier 1802 :
« Le professeur Kaiserer vient de publier à Vienne (Autriche), une brochure dans laquelle après avoir prouvé que des aigles ont assez, de force pour tirer un ballon il indique combien il faudrait de ces oiseaux suivant les dimensions de l’aérostat ensuite comment on devrait les dresser les atteler et les diriger. »

Kaiserer avait en effet publié en 1801 « Ueber meine Erfindung einen Luftballon durch Adler zu regieren »
Dans cette brochure, on pouvait voir cette gravure :
Sans titre 1.jpg
Projet qui n’était pas sans rappeler celui d’un certain Valentin :
« Le citoyen Valentin propose dans le journal de Paris de diriger les aérostats au moyen de cinq à six aigles qu’on aurait accoutumés à obéir à la voix de l’homme. Il croit qu'il est possible que le vol de Dédale ne soit point une fable, et que ce grec ait traversé la mer où tomba son fils, à l'aide du moyen que le citoyen Valentin indique pour conduire les ballons. »
(Moniteur universel, 18 juillet 1800)

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3107
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Ballon... Aigle... Ça me rappelle vaguement quelque chose...

"Modèle du Ballon qui a été exécuté pour le sacre de Napoléon en 1804"
Image
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6945091b

Cordialement

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3848
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
30 janv. 2020, 15:19
Ballon... Aigle... Ça me rappelle vaguement quelque chose...

"Modèle du Ballon qui a été exécuté pour le sacre de Napoléon en 1804"
A moins d'une vision prémonitoire de la prise de Vienne et de la victoire d'Austerlitz, ce ballon n'a pu prendre l'air lors des festivités liées au Sacre. ;)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3848
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

Cyril Drouet a écrit :
30 janv. 2020, 15:41
Demi-solde a écrit :
30 janv. 2020, 15:19
Ballon... Aigle... Ça me rappelle vaguement quelque chose...

"Modèle du Ballon qui a été exécuté pour le sacre de Napoléon en 1804"
A moins d'une vision prémonitoire de la prise de Vienne et de la victoire d'Austerlitz, ce ballon n'a pu prendre l'air lors des festivités liées au Sacre. ;)
Fête du Sacre et Couronnement de leurs Majestés Impériales, de Louis le Coeur :
Sans titre 2.jpg
Colorisé :
Sans titre 3.jpg
Sans titre 3.jpg (25.57 Kio) Vu 223 fois

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [ Napoléonothèque ] Napoléon et la Lorraine - Maréchaux et grands militaires T1
    par L'âne » 26 oct. 2017, 12:56 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    184 Vues
    Dernier message par L'âne
    26 oct. 2017, 12:56
  • Fauteuil qui aurait été utilisé par l'Empereur...
    par Demi-solde » 08 févr. 2019, 18:26 » dans Objets napoléoniens
    0 Réponses
    290 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    08 févr. 2019, 18:26
  • Question cartes campagnes
    par Romain G » 09 janv. 2019, 00:08 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    617 Vues
    Dernier message par Romain G
    09 janv. 2019, 18:33
  • Explosion de "L'Orient" lors de la bataille d'Aboukir
    par Joker » 12 avr. 2020, 19:57 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    58 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    13 avr. 2020, 10:40
  • Désordres militaires
    par Peyrusse » 30 sept. 2017, 12:33 » dans Salon Ier Empire
    16 Réponses
    408 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    22 nov. 2017, 13:16