Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3337
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

J'ouvrage est consultable sur Gallica.
De bien belles illustrations ; notamment sur les aérostats. ;)

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2507
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Rigodon d'honneur a écrit :
22 janv. 2020, 19:55
ce dessin de Myrbach (...)

(...) illustre, avec d'autres, l'ouvrage de Frédéric Masson Aventures de guerre : souvenirs et récits de soldats, 1792-1809, dont un des chapitres est consacré au récit de Girault sur l'île Lobau (L'île Lobau (1809) (...)

(...) / d'après les mémoires de Philippe-René Girault, musicien d'état-major.)

Cyril Drouet a écrit :
22 janv. 2020, 20:37
L'ouvrage est consultable sur Gallica.
De bien belles illustrations ; notamment sur les aérostats. ;)

Cordialement

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 321
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par la remonte »

c'est vrai qu'en général on se sert des points culminants où se trouvent les moulins , Blücher comme Napoléon ont le leur à Ligny mais il n'y en pas à Waterloo .
Image

la colonne Victor Hugo

https://www.google.com/maps/uv?hl=en&pb ... E3oECAwQCw#

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3337
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit :
23 janv. 2020, 15:15
c'est vrai qu'en général on se sert des points culminants où se trouvent les moulins , Blücher comme Napoléon ont le leur à Ligny mais il n'y en pas à Waterloo .
En effet ; malgré cela, existe dans le légendaire de Waterloo, le fameux observatoire de Napoléon dessiné sous les formes les plus diverses.

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 321
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par la remonte »

Ballons , moulins, trahisons , lectures des cartes ... autant de prétextes pour essayer d'expliquer l'incompréhensible car l'armée est forte et motivée mais il y a un flottement que l'homme de base ressent .
le désordre endémique :idea: est ce lié à la nomination sur le tard d'un Ney qui n'est au courant de pas grand chose ? de l'absence de Berthier c'est sûr pour traduire la pensée du maître ? du coup une chaîne de commandement verticale mise à mal .
d'un manque de cadres ?

la caricature qui tue plus que l'attentat de Fieschi

Image

Mortier à la veille de Waterloo

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3337
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Cyril Drouet »

la remonte a écrit :
24 janv. 2020, 10:42

la caricature qui tue plus que l'attentat de Fieschi

Image

Mortier à la veille de Waterloo
« Mortier en quittant le commandement de la garde à Beaumont, m'a causé bien du tort. J'aurais dû y mettre Lobau. Drouot avait trop d'affaires et n'entend pas bien le maniement des troupes. Il aurait cependant bien dirigé mon artillerie. »
(Gourgaud, Journal de Sainte-Hélène)

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2507
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Joker a écrit :
15 janv. 2020, 18:43
Une réponse courte et précise à une question souvent posée en méconnaissance de cause.

https://guerreshistoire.science-et-vie. ... NFXQajrAUw
La réponse est succincte, certes, mais précise... Non. A la lecture de ce court article, on peut en effet regretter qu'un magazine historique ("Guerres & Histoire"), émanation d'un magazine scientifique ("Science & Vie") n'approfondisse pas davantage sa réponse à la question initiale :
Guerres et Histoire a écrit :Or, la production de ce gaz exige à l'époque la construction d'un four spécial, ce qui prend deux à trois jours, auxquels s'ajoutent 12 à 15 heures de gonflage.
Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire… Oh ! Dieu !… bien des choses en somme.
Et notamment on pouvait développer la question cruciale de la production du dihydrogène ; c'est en effet ce point qui enraya le développement des aérostats militaires, notamment français. "Guerres et Histoire" l'évoque, Myrbach le dessine...


... et le baron de Selle de Beauchamp le raconte :
le baron de Selle de Beauchamp a écrit :On devait suivre, en effet, la méthode imaginée par Conté et Guyton de Morveau pour dégager le gaz hydrogène de l'oxygène par la décomposition de l'eau sur le fer rougi à blanc, et, pour y parvenir, voici comment on procédait : on construisait sur le lieu même un grand fourneau à réverbère garni de deux cheminées à chaque bout ; le fourneau en briques solidement établi, on y plaçait sept tubes de fonte venant du Creusot, que l'on emplissait préalablement de limaille et de tournure de fer, vannée et purgée de rouille, comme on vanne le grain (manipulation qui, pour le dire en passant, était une de nos plus pénibles corvées) ; ces tubes, remplis et futés aux deux bouts, placés dans le fourneau, quatre dessous et trois dessus, étaient clos et mastiqués pas d'autres briques, de manière qu'il ne restât que deux ou trois regards. A un des côtés du fourneau, on plaçait une cuve longue et élevée qui, par de petits tuyaux adaptés, fournissait de l'eau à chaque tube. A l'autre bout du fourneau, on posait une autre grande cuve carrée, remplie d'eau saturée de chaux, dans laquelle le gaz devait s'échapper pour s'y purger de son carbone. Ces préparatifs terminés, on faisait dans chacune des cheminées un grand feu de menu bois qui était entretenu jusqu'à ce que les tubes de fonte fussent rougis à blanc : l'eau descendant de la cuve supérieure dans chacun des tubes ainsi rougis y déposait sa portion d'oxygène, tandis que l'hydrogène passait dans la cuve inférieure et, s'y purgeant du carbone, se rendait par son excès de légèreté dans un tuyau de caoutchouc qui l'introduisait dans le globe aérostatique, lequel se gonflait à mesure qu'il se remplissait.
La "méthode imaginée par Conté et Guyton de Morveau" est en fait une adaptation pure et simple de l'expérience de décomposition de l'eau par Lavoisier, en 1783 ; l'oxydation du fer par l'oxygène contenu dans l'eau (H2O) sous forme de vapeur libère l'autre composant de l'eau, les atomes d'hydrogène.

Image

Lavoisier - 01.JPG

Le principal défaut de cette méthode de production de dihydrogène était effectivement le temps excessif de mise en œuvre des ballons d'observation :
le baron Selle de Beauchamp a écrit :L'opération du remplissage, indépendamment de la construction et de l'installation des appareils, durait ordinairement de trente-six à quarante heures (...).

Peu ou prou une semaine d'immobilité pour faire s'élever un observateur... Ce n'était envisageable que lors d'opérations de siège. Une armée en mouvement, en campagne à travers l'Europe ne pouvait évidemment se satisfaire de tels délais. Napoléon Bonaparte encore moins.


Oui mais...


Oui mais, il ne s'agissait pas là de l'unique procédé de production de dihydrogène connu à l'époque. Au contraire, on produisait le dihydrogène depuis des décennies par une autre méthode. Paracelse, sans complètement identifier l'hydrogène, le produisait en faisant réagir des copeaux de fer ou de zinc et de l’acide sulfurique. En 1766, Cavendish, par les mêmes réactions, identifia l' "inflamable air" que Lavoisier nommera "hydrogène". Produire des mètres-cube de dihydrogène par cette méthode, au début du XIXe siècle, était certainement ardu, mais présentait l'immense avantage de réduire grandement les délais de l'étape finale et capitale du gonflage des ballons. C'est d'ailleurs cette méthode (acide sulfurique + limaille de fer) que l'Union Army Balloon Corps choisit pour gonfler ses ballons d'observation rapidement au plus près des champs de bataille durant la guerre de Sécession :

Image

Chacun des sept ballons de l'Union était alors accompagné de deux générateurs de dihydrogène montés sur chariot :

Image

Bref... écrire que "la production de ce gaz exige à l'époque la construction d'un four spécial" est une réponse succincte et particulièrement imprécise, puisqu'il n'est nullement fait mention de la méthode historique (fer ou zinc + acide sulfurique) de production de dihydrogène, antérieure à la méthode de Lavoisier. La méthode de la décomposition de l'eau mise au point par Lavoisier pour produire le dihydrogène nécessaire au remplissage des charlières militaires obligeait à la sédentarité et condamnait donc les aérostats. Mais ce n'était pas une fatalité. C'était un choix, fait par Conté et Guyton de Morveau. Un choix funeste pour les aérostats.


Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2507
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Pourquoi Napoléon n'a-t-il pas utilisé de montgolfières lors de ses campagnes militaires ?

Message par Demi-solde »

Bernard a écrit :
22 janv. 2020, 09:44
“Coutelle éprouva cruellement cet accident à Mayence, comme nous l'avons vu : s'étant fait élever pour reconnaître la place, il pouvait déjà distinguer les mouvements de troupes à l'intérieur de la ville, lorsque tout à coup le vent fraîchit et porta trois fois de suite l'aérostat à terre en le faisant tourner autour des points d'attache de toute la longueur des cordes de retenue. Chaque fois que le ballon avait touché, il se relevait par la réaction du choc avec une vitesse extrême et de suite se rabattait.”
Un siècle plus tard, pour rendre les ballons captifs plus stables et moins sensibles au vent, on augmentera sensiblement leur volume et on les dotera d'un empennage ; ce qui donnera les célèbres ballons Caquot et Drachen de la Première guerre mondiale :

Image

Image

Cordialement

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Le premier observateur aérien

Message par Joker »

Jean Marie Joseph Coutelle est né au Mans le 3 janvier 1748

C'est dans cette ville qu'il fait ses études de physique.

A 24 ans il se rend à la Cour de Versailles où il est professeur de physique du comte d’Artois, le frère de Louis XVI, futur Charles X. C'est là qu'il fait la connaissance d’ Alexandre Charles, un éminent physicien avec qui il s'intéresse aux expériences des frères Montgolfier. C'est d'ailleurs Alexandre Charles qui aura l'idée de remplacer l'air chaud par de l'hydrogène. A la suite de ces expériences une vague d'ascensions en ballon traversera l'Europe.

Pendant la révolution Coutelle se rallie au nouveau régime. Il avait créé un laboratoire, où il avait installé tous les appareils nécessaires aux expériences sur les gaz, sur la lumière et sur l'électricité. Les scientifiques, chimistes et physiciens de la région y venaient faire leurs expériences.

Coutelle était donc très connu et c'est ainsi que Louis Bernard Guyton de Morveau, un chimiste et politicien, proposa au Comité de salut public de le charger des premiers essais à faire pour la production de l'hydrogène par la méthode de la décomposition de l'eau.

​Il s'installa aux Tuileries dans la salle des Maréchaux ; on lui confia un ballon de neuf mètres de diamètre, et l'on mit à sa disposition tous les moyens nécessaires à la production d'hydrogène.

Il construisit un grand four dans lequel il plaça un tuyau de fonte d'un mètre de longueur et quarante centimètres de diamètre, qu'il remplit de cinquante kilogrammes de morceaux fer. Ce tuyau était terminé à chacune de ses extrémités par un tube. L'un de ces tubes servait à introduire la vapeur d'eau qui se décomposait au contact du métal, l'autre conduisait dans le ballon l'hydrogène résultant de cette décomposition. Ce principe avait été mis au point par Lavoisier.

Le professeur Alexandre Charles et Jacques Conté, physiciens de ses amis assistèrent à la mise en service de ce fourneau à hydrogène. L'opération dura plusieurs jours en raison d'incidents qu'il fallu réparer ou régler. Mais le résultat fut quand même probant puisque cent soixante-dix mètres cubes de gaz furent produits.

Dès le lendemain de la première expérience, Coutelle reçoit l'ordre de partir pour la Belgique et d'aller présenter et soumettre au général Jourdan la proposition d'appliquer les aérostats au service de son armée. Jourdan venait de prendre le commandement des armées de la Sambre et de la Moselle fortes d'environ cent mille hommes. Cette armée de Sambre-et-Meuse, investissait la Belgique.

Coutelle partit rejoindre le général à Maubeuge, occupée par les troupes françaises bloquées par les Autrichiens. Arrivé à Maubeuge, il apprit que l'armée venait de quitter la ville pour s'établir à quelques lieues de là, dans le village de Beaumont.
Coutelle repart, il fait la route au grand galop. Aux avant-postes il est arrêté et conduit devant le commissaire de la convention à l'armée du nord, Duquesnoy. Ce représentant de la convention exerçait à l'armée du nord le rôle de commissaire de la convention consistant à mener les soldats au feu et à contraindre les officiers généraux à vaincre sous la menace de la guillotine.
Duquesnoy était à table à l'arrivée de Coutelle, ne comprenant rien à l'ordre de mission du Comité de salut public dont Coutelle était porteur, il décida de le faire fusiller comme suspect.
Fort heureusement l'entourage du commissaire réussit à lui faire entendre raison et Coutelle finit par rejoindre le général Jourdan. Lequel accueillit sans grand enthousiasme l'utilisation des ballons pour observer les mouvements de l'ennemi. Ils aurait préféré un bataillon car ils étaient pressés par le temps, les Autrichiens se trouvant à quelques kilomètres des lignes, ils pouvaient attaquer d'un moment à l'autre.

Coutelle repartit vers Paris où les expériences reprirent avec un nouveau fourneau, construit à Meudon, capable de produire une plus importante quantité d'hydrogène. Cette fois il y avait sept tuyaux remplis de deux cents kilos de ferraille chacun, de quoi gonfler un ballon capable d'emporter deux personnes


C'est en présence de Guyton Morveau, Monge et Fourcroy que furent effectués plusieurs essais atteignant une hauteur de 550 mètres dans un ballon retenu par deux cordes tenues par une dizaine d'hommes.
A cette hauteur on se rendit compte qu'il était aisé d'observer à grande distance à l'aide d'une longue vue. Il sera donc très utile à l'observation militaire. On étudia dès cette époque les moyens de transmettre rapidement au sol les résultats des observations effectuées depuis le ballon. Le seul problème rencontré fut celui du vent qui, lorsqu'il soufflerait trop fort, empêcherait les observations. Ce problème persistera et n'aura jamais de solution même plus tard.

Quelques jours après ces essais Coutelle reçoit l'ordre du gouvernement de créer une compagnie d'aérostiers. Cette compagnie sera composée de trente hommes dont le capitaine Coutelle, le lieutenant Lhomond, sergent-major et un sergent, deux caporaux et vingt soldats. Tous les hommes doivent avoir les compétences nécessaires, que ce soit en chimie ou en menuiserie.
Coutelle se vit remettre un brevet de capitaine commandant des aérostiers de l'artillerie. Sa compagnie fut rattachée à l'état-major général. Il reçut immédiatement l'ordre de rejoindre Maubeuge où l'armée était cantonnée.

Sur place il entreprit immédiatement la construction de son four afin de fabriquer le gaz dont il gonflerait le ballon, l'Entreprenant, qui était en route depuis Meudon.

Sa compagnie essuyant les quolibets des soldats "combattants", Coutelle profita d'une sortie de l'infanterie pour emmener ses hommes au combat, il y eut plusieurs blessés dont deux graves. A la suite de cette action sa compagnie obtint le respect des autres unités de l'armée.

Dès l'arrivée de l'aérostat le four fut allumé et le gonflage commença. Et les observations de reconnaissance purent reprendre.
Coutelle observait tout, les travaux, les mouvements de troupes, les positions. Il transmettait ses ordres à l'aide de fanions blancs, rouges et jaunes de formes différentes qui indiquaient à ses "pilotes au sol" les mouvements qu'ils devaient faire effectuer au ballon, monter, descendre, avancer, reculer, aller à droite ou à gauche.
De leur coté ses hommes au sol lui indiquaient les ordres du commandement à l'aide de fanions étalés au sol.
Les observations étaient consignées sur papier et lestée d'un sac de sable muni d'une petite banderole avant d'être expédiées par dessus bord, pour être ensuite apportées à l'état-major.

Ainsi renseigné le général Jourdan pouvait planifier ses manœuvres.Après cinq jours de ces observations les Autrichiens entreprirent la première opération anti-aérienne. Un canon tira cinq coups en direction du ballon, le premier au dessus, le second passa si près que l'on crut un instant qu'il avait touché le ballon, les suivants n'eurent pas plus de résultat. On redescendit le ballon en quelques minutes. Ce fut la seule attaque que subit Coutelle lors de ce siège.

Le général Jourdan voulait à tout prix prendre Charleroi qui lui ouvrirait la route de Bruxelles, il donna l'ordre à Coutelle de se rendre rapidement devant Charleroi à plus de 40 kilomètres.
N'ayant pas le temps de dégonfler puis regonfler la ballon, il est décidé de le transporter gonflé. On attacha une vingtaine de cordes au filet et chaque corde fut tenue par un soldat. On chargea la nacelle de tout le matériel nécessaire à l'utilisation du ballon, cordes d'ascension, piquets, masses, pioches, bâches, fanions de transmissions et le capitaine Coutelle prit place lui aussi dans la nacelle. A l'aube, cet étrange équipage quitta Maubeuge et passa assez près des sentinelles ennemies qui ne virent rien, les vingt aérostiers tenant les cordes marchaient sur les cotés de la route. Il leur fallut toute la journée pour arriver devant Charleroi.

Une première reconnaissance avec un officier de l'état-major eut lieu avant la tombée de la nuit. Dès le lendemain, il y eut une autre reconnaissance dans la plaine de Jumet. Le jour suivant Coutelle resta plus de sept heures en l'air avec le général Antoine Morelot.

Une bataille fut livrée sur les hauteurs de Fleurus, cette bataille était décisive, les Autrichiens marchant pour reprendre Charleroi. Coutelle était resté plusieurs heures en observation transmettant tous les mouvements des Autrichiens. Durant cette bataille le ballon essuya quelques coups de carabine mais aucun ne l'atteignit.

Par la suite la compagnie d'aérostiers prit part à toute la campagne de Belgique.

C'est seulement après la prise de Bruxelles que Coutelle revint à Paris. Là il reçoit l'ordre de créer une seconde compagnie qui rejoint immédiatement l'Armée du Rhin, commandée par le capitaine Lhomond, les observations eurent les mêmes succès. Mais malheureusement lors de cette campagne, les deux compagnies furent détruites.

C'était un échec mais Coutelle ne se décourageant pas, le 31 octobre 1794 il créera, sur ordre de l'état et en collaboration avec Conté, l'école nationale d'aérostatique de Meudon où l'on formera de jeunes officiers à la manœuvre des aérostats. Mais leur avenir est déjà scellé, les déclarations de généraux comme Hoche, commandant en chef de l'Armée de Sambre et Meuse qui trouve cette compagnie "inutile et embarrassante", ainsi que leur difficulté à suivre l'armée dans ses déplacements les condamne.

En 1799 les compagnies seront dissoutes et l'école fermée.

​En remerciement de ses services Coutelle est nommé chef de bataillon en 1796.

Par la suite il participe à l'expédition d'Égypte.
Durant cette campagne le 19 pluviôse de l'an 8 (8 février 1800), Kléber le nomme chef de brigade (colonel) à titre provisoire, mais son matériel ayant été détruit par un incendie il n'exercera pas son emploi de chef de brigade des aérostiers de l'armée d'Orient.

C'est comme scientifique qu'il se distinguera en participant à toutes les recherches avec les nombreux savants de l'expédition.

Durant le voyage de la commission des Arts, à Thèbes, Coutelle a l'idée de rapporter en France les deux obélisques de Louqsor, cette idée sera reprise 25 ans plus tard.

De retour en Europe il est nommé sous-inspecteur aux revues par arrêté du 1er nivôse de l'an 10 (22 décembre 1801). Il sera fait membre de la Légion d'Honneur le 17 janvier 1805. Il suivra la Grande Armée de 1805 à 1807 comme Intendant du Wurtemberg.


Durant la guerre d'Espagne il sera blessé, le 29 mars 1809, à la bataille de Medellin. Le 28 juin de cette même année, par lettre patente, il sera fait Chevalier de l’Empire.

Il sera promu sous-inspecteur de deuxième classe, le 18 décembre 1809.

Mis à la retraite en 1816 il sera fait chevalier dans l'Ordre de Saint Louis en 1817.

Le Mans lui devra la fondation de l'École Mutuelle et de la première salle d'Asile.

Il s'éteint le 20 mars 1835 à Paris où il est inhumé au cimetière du Père Lachaise.

(Source jj chevalier)



« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2507
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Le premier observateur aérien

Message par Demi-solde »

Joker a écrit :
26 janv. 2020, 19:35
Coutelle était donc très connu et c'est ainsi que Louis Bernard Guyton de Morveau, un chimiste et politicien, proposa au Comité de salut public de le charger des premiers essais à faire pour la production de l'hydrogène par la méthode de la décomposition de l'eau.

​Il s'installa aux Tuileries dans la salle des Maréchaux ; on lui confia un ballon de neuf mètres de diamètre, et l'on mit à sa disposition tous les moyens nécessaires à la production d'hydrogène.

Il construisit un grand four dans lequel il plaça un tuyau de fonte d'un mètre de longueur et quarante centimètres de diamètre, qu'il remplit de cinquante kilogrammes de morceaux fer. Ce tuyau était terminé à chacune de ses extrémités par un tube. L'un de ces tubes servait à introduire la vapeur d'eau qui se décomposait au contact du métal, l'autre conduisait dans le ballon l'hydrogène résultant de cette décomposition. Ce principe avait été mis au point par Lavoisier.
Le choix, par Guyton de Morveau, pour produire le dihydrogène nécessaire au remplissage des ballons d'observation, de la technique de Lavoisier, préférée à la méthode expérimentée par Paracelse (acide sulfurique + limaille de fer), n'est pas illogique dans la France révolutionnaire. En effet, la production d'acide sulfurique nécessite alors... du soufre et du salpêtre. Le soufre, au XVIIIe siècle, n'est pas bon marché. Mais surtout, le soufre comme le salpêtre entrent dans la composition de la poudre à canon. La France révolutionnaire ne pouvant se permettre de disperser ses ressources, on peut donc comprendre que le choix d'une technique alternative de production de dihydrogène (ne nécessitant pas d'acide sulfurique, partant ni soufre, ni salpêtre) ait été fait par Guyton de Morveau.

Mais si la longue mise en œuvre de ballons liée à la construction de fourneaux pouvait encore s'imaginer pour la défense ou le siège de places fortes lors des batailles de la Première coalition, elle condamna les aérostats dès lors que la vitesse et l'élongation des campagnes ont augmenté. Il aurait fallu, alors, faire le choix de sacrifier quelques tonneaux de soufre et de salpêtre et passer à la technique de Paracelse pour (peut-être...) convaincre Napoléon Bonaparte de l'efficacité et l'utilité des aérostats.


Cordialement

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [ Napoléonothèque ] Napoléon et la Lorraine - Maréchaux et grands militaires T1
    par L'âne » 26 oct. 2017, 12:56 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    168 Vues
    Dernier message par L'âne
    26 oct. 2017, 12:56
  • Fauteuil qui aurait été utilisé par l'Empereur...
    par Demi-solde » 08 févr. 2019, 18:26 » dans Objets napoléoniens
    0 Réponses
    275 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    08 févr. 2019, 18:26
  • Question cartes campagnes
    par Romain G » 09 janv. 2019, 00:08 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    571 Vues
    Dernier message par Romain G
    09 janv. 2019, 18:33
  • [ Napoléonothèque ] Mes campagnes sous la révolution et l'empire
    par L'âne » 26 oct. 2017, 16:20 » dans Napoléonothèque
    2 Réponses
    344 Vues
    Dernier message par Espagne
    27 oct. 2017, 20:00
  • Réglements militaires
    par le sabreur » 06 juil. 2016, 17:54 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    7 Réponses
    1098 Vues
    Dernier message par Bastien
    11 août 2016, 13:27