RETOUR DES CENDRES : Le plus beau de tous les bivouacs ...

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Bastet

RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840...

Message par Bastet »

"Nous, les vétérans de la Grande Armée, toussant et grelottant, qui ont voulu Le veiller pendant la première nuit de son retour en France… l’Empereur est. de nouveau parmi nous, sur le sol de France. J’oublie le froid et mes pauvres douleurs… Des larmes roulent sur mes joues, tandis que le cercueil est placé dans le char funèbre et que se forme le cortège. On y avait prévu des places pour tout le monde, pour les officiels, pour l’armée nouvelle, les fonctionnaires, les blancs-becs qui ne L‘avaient pas connu, pour leurs pères qui L‘avaient trahi ou s’étaient battus contre Lui. Mais personne ne s’était préoccupé de nous, n’avait pensé que ses anciens compagnons, ses fidèles, les Impériaux comme l’on dit encore, viendraient de tous les coins du pays, d’un seul élan, l’accompagner à sa dernière demeure. …. Je suis vieux maintenant et l’Empereur est mort. « Vive l’Empereur ! » ces clameurs répétées jaillissent de la foule immense, entre laquelle nous défilons depuis plus de deux heures. Cette fois-ci je n’en crois pas mes oreilles, mais je sens se gonfler mon cœur puisque, dans celui des Français, l’Empereur est toujours vivant… »

J.M.Putigny


Poignant témoignage d’un vieil homme venu de Bourgogne pour suivre une dernière fois son Empereur: fidélité sans faille et amour indéfectible pour lui… C’est grand, c’est beaU ( lu dans l’Estafette, merci à Christophe)

:salut:

Peyrusse

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Peyrusse »

Jean Codru-Dragusanu, décédé en 1884, était originaire de Roumanie, plus précisément de la légendaire province de Transylvanie. Il se trouvait en décembre 1840 à Paris, lorsque l'Empereur retrouva enfin sa capitale. Ses souvenirs, assez surprenants par certains détails, voire fantaisistes par d’autres, furent publiés pour la première fois en France (et traduits en français) par un certain J. Norga dans la «Revue des Etudes Napoléoniennes», en juillet 1912. (1).
---------------------
-1) Nous avons complété ce témoignage par quelques notes nouvelles.Le texte du témoignage est en caractère gras afin de le différencier de ces notes.
---------------------
«J'assistais le 15 décembre (2) passé à une autre festivité nationale française à Paris. Il vous est connu que Napoléon-le-Grand avait été interné dans l'île de Sainte-Hélène, sous garde anglaise, et qu'il y mourut en 1821. Le roi Louis-Philippe conclut avec les Anglais une espèce d'alliance, d' entente cordiale et, en conséquence, il obtint l'extradition des restes de Napoléon pour être déposés, sur les bords de la Seine, au milieu du peuple de Paris (3). Un fils du Roi, le Prince de Joinville, fut chargé de porter ces précieuses reliques sur sa frégate la «Belle-Poule» jusqu'aux rivages dela France ; elles furent ensuite transportées sur une petite embarcation et menées en amont de la Seine jusqu'à Neuilly, près de Paris.

Le sarcophage fut chargé ensuite sur un gigantesque char funèbre, attelé de seize chevaux, couverts de draperies de velours noir bordé d'argent et dirigé, en grande pompe militaire, aux sons de la musique, -les vieilles voitures impériales, un cheval couvert des franges employées par le défunt lui-même (4), venant ensuite, et le Roi, le Prince, les dignitaires de l'Etat suivant, parmi les régiments de l'armée et des milliers de spectateurs (5) , vers le Dôme des Invalides, destiné à recevoir les cendres, qui furent déposées sur un catafalque.

--------------

-2) 1840.

-3) Sur les accords entre la France et l'Angleterre, l'expédition du Retour des Cendres, et l'arrivée des cendres de l'empereur en France, leur cheminement de Cherbourg à Paris, voir avant tout l'ouvrage récent de Georges Poisson (« L'aventure du Retour des Cendres », Paris, Tallandier, 2004). On consultera en complément les récits de Philippe de Rohan-Chabot [Commissaire du Roi pour la dite expédition] (« Les Cinq cercueils de l'Empereur… » , Paris, France-Empire, 1985), celui du Général Gourgaud [un des fidèles de l'épisode hélènien et qui fit partie de l'expédition de 1840, avec Bertrand père et fils, Las Cases, fils, Marchand, Ali…] (« Le Retour des Cendres de l'Empereur Napoléon. Préface et notes de Christophe Bourachot », Paris, Arléa, 2003) et enfin le journal du Mameluck Ali [de son vrai nom Louis-Etienne Saint-Denis], qui a été publié en 2003, chez Tallandier.

-4) Impossible, compte tenu de la durée de vie d'un cheval…Néanmoins ce « faux cheval » était harnaché d'une vraie selle de l'Empereur. Quant aux « vieilles voitures impériales », Dragusanu est le seul, à notre connaissance, à en faire mention…

-5) Plus de cent mille parisiens se pressaient sur le parcours du cortège, et ce par une température extrême : moins 12 degrés …
-------------------------
Ce qui me surprit le plus, ce furent les pleurs et l'enthousiasme du bas peuple, qui, pendant toute la journée de cette cérémonie funèbre, pressé jusqu'à l'écrasement, sur le parcours d'une ville entière, ne cessait pas de crier : « Vive l'Empereur ! » -et il était mort, lui depuis bien vingt ans !

Le corps, embaumé et absolument intact en ce qui concerne la figure, fut exposé ensuite pendant huit jours, sous un couvercle de cristal dans l'église, pour que tout le monde pût le voir (6).

---------------
-6) Détail incroyable mais peu crédible. Personne, dans aucun récit, ne parle d'une telle chose qui aurait dû choquer les témoins.
--------------
La France entière et la moitié de la population de l'Angleterre accoururent comme en pèlerinage (7). Toute la journée, du matin au soir, le quartier était assiégé de curieux et à l'intervalle de cinq minutes cent personnes étaient admises à entrer dans l'église.
-------------
-7) Cela reste à démontrer…
-------------
Enfin ces jours passèrent et la plupart revinrent chez eux sans avoir pu le voir, car le sarcophage avait été scellé et descendu dans une chapelle souterraine. Il arriva même alors quelque chose de comique, mais en même temps de touchant. Un groupe d'une trentaine de paysans était venu de loin pour voir l'Empereur et on le leur avait défendu, car ils étaient en blouse et il n'était pas permis d'entrer dans un pareil costume. Ayant entendu cette défense, nos gens laissèrent leurs blouses et voulurent entrer tout de même. Il aurait fallu voir les haillons, jusqu'alors invisibles, que ces pauvres paysans portaient comme vêtement !

«Holà, dit le gardien, non seulement la blouse n'est pas admise pour les visiteurs, mais il faut avoir un habit, et pas des haillons.

Vous ne pouvez pas entrer ! »

Et un d'entre eux, se donnant du courage, à dire : «Mais, monsieur, quand je payons l'impôt, pourquoi que le percepteur du Roi ne renvoie-t-il pas les gens en guenilles ? Je voulons -sacredieu !- voir l'Empereur !»

Cela leur fut utile. Un d'entre eux avait un vêtement un peu plus décent et il se terminait même par quelque chose qui ressemblait à la queue d'un habit noir ; il fut admis donc en cette qualité et reçu dans l'église. Il vit ce qu'il désirait voir et sortit les yeux humides, puis, avec une générosité vraiment française, il prêta à ses camarades sa guenille pour qu'ils pussent, à leur tour, voir aussi les précieuses reliques impériales. Il s'en retournèrent enfin à leur misère, consolés, mais non sans serrer les poings et grincer des dents contre le régime qui n'a cure du pauvre et lui demande de se mettre en habit.»

Jean CODRU-DRAGUSANU


Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2619
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Demi-solde »

Peyrusse a écrit :
17 mars 2018, 19:09
Le sarcophage fut chargé ensuite sur un gigantesque char funèbre, attelé de seize chevaux, couverts de draperies de velours noir bordé d'argent et dirigé, en grande pompe militaire, aux sons de la musique, -les vieilles voitures impériales, un cheval couvert des franges employées par le défunt lui-même (4), venant ensuite, et le Roi, le Prince, les dignitaires de l'Etat suivant, parmi les régiments de l'armée et des milliers de spectateurs (5) , vers le Dôme des Invalides, destiné à recevoir les cendres, qui furent déposées sur un catafalque.
(...)
- 4) Impossible, compte tenu de la durée de vie d'un cheval…Néanmoins ce « faux cheval » était harnaché d'une vraie selle de l'Empereur.
A la lecture, il ne me semble pas que l'auteur ait souhaité ne serait-ce qu'insinuer que cet équidé était un cheval de l'Empereur ; seules les "franges" furent "employées par le défunt lui-même".

Peyrusse a écrit :
17 mars 2018, 19:09
Le corps, embaumé et absolument intact en ce qui concerne la figure, fut exposé ensuite pendant huit jours, sous un couvercle de cristal dans l'église, pour que tout le monde pût le voir (6).
---------------
-6) Détail incroyable mais peu crédible. Personne, dans aucun récit, ne parle d'une telle chose qui aurait dû choquer les témoins.
Si réellement cela avait été le cas, il est évident que les témoignages seraient innombrables...

Image


Cordialement

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2843
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par L'âne »

Demi-solde a écrit :
17 mars 2018, 23:59
A la lecture, il ne me semble pas que l'auteur ait souhaité ne serait-ce qu'insinuer que cet équidé était un cheval de l'Empereur ; seules les "franges" furent "employées par le défunt lui-même"
Oui, effectivement, le participé passé s'accorde avec le mot "franges" et non cheval.
Je comprends néanmoins la remarque de notre cher Peyrusse dans la mesure où il a parfois été relaté, et relayé, qu'un cheval ayant été monté par l'Empereur faisait partie du cortège funèbre.

C'est un texte vraiment curieux.
Je crois que l'imagination a joué des tours à son auteur.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2619
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Demi-solde »

L'âne a écrit :
18 mars 2018, 07:44
C'est un texte vraiment curieux.
Je crois que l'imagination a joué des tours à son auteur.
Oui, cela m'a rappelé ce que l'on trouve parfois dans différents souvenirs ; des passages où l'auteur, pour enrichir son récit, raconte tel ou tel combat mais manifestement pas de son point de vue. Soudain plus aucun détail personnel mais une parfaite vision du champ de bataille, sans confusion, sans fumée ni relief ; l'auteur s'est manifestement aidé des bulletins ou de Mémoires précédemment publiées. Parfois même, on trouve le récit d'une bataille à laquelle l'auteur, pas plus que son régiment, n'ont pu participer.

Image

Ici, il est difficile de savoir à quoi Ion Codru-Drăgușanu a assisté exactement... Mais "le corps, embaumé et absolument intact en ce qui concerne la figure, (...) sous un couvercle de cristal dans l'église" en est la preuve, il a manifestement mélangé et/ou enjolivé les récits dont il s'est inspiré.


Cordialement

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2619
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Demi-solde »

L'âne a écrit :
18 mars 2018, 07:44
Demi-solde a écrit :
17 mars 2018, 23:59
A la lecture, il ne me semble pas que l'auteur ait souhaité ne serait-ce qu'insinuer que cet équidé était un cheval de l'Empereur ; seules les "franges" furent "employées par le défunt lui-même"
Oui, effectivement, le participé passé s'accorde avec le mot "franges" et non cheval.
Je comprends néanmoins la remarque de notre cher Peyrusse dans la mesure où il a parfois été relaté, et relayé, qu'un cheval ayant été monté par l'Empereur faisait partie du cortège funèbre.
Relaté, relayé, et même lithographié :

Image

Image

Cheval - 01.JPG

Cheval - 02.JPG


Cordialement

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 1397
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Général Colbert »

Cette liste d'adresses date de 2004 : elle nécessite probablement d'être actualisée. :?: :salut:

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3530
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Cyril Drouet »

0113.JPG
0113.JPG (37.92 Kio) Vu 78 fois

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 1397
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par Général Colbert »

Ah, très bien ! Merci.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1870
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: RETOUR DES CENDRES : 15 décembre 1840

Message par C-J de Beauvau »

Lire ce texte de Victor Hugo qui est tout simplement Prenant !!

J’ai entendu battre le rappel dans les rues depuis six heures et demie du matin. Je sors à onze heures. Les rues sont désertes, les boutiques fermées ; à peine voit-on passer une vieille femme çà et là. On sent que Paris tout entier s’est versé d’un seul côté de la ville comme un liquide dans un vase qui penche.
Il fait très froid ; un beau soleil, de légères brumes au ciel. — Les ruisseaux sont gelés.....

..Ces estrades sont d’immenses échafaudages qui couvrent, du quai à la grille du dôme, tous les gazons de l’Esplanade. Il y en a trois de chaque côté.
Au moment où j’arrive, le mur des estrades de droite me cache encore la place. J’entends un bruit formidable et lugubre. On dirait d’innombrables marteaux frappant en cadence sur des planches. Ce sont les cent mille spectateurs entassés sur les échafauds, qui, glacés par la bise, piétinent pour se réchauffer en attendant que le cortège passe...Il est midi.
Le canon de l’hôtel tire de quart d’heure en quart d’heure. La foule piétine et bat la semelle. Des gendarmes déguisés en bourgeois, mais trahis par leurs éperons et leurs cols d’uniforme, se promènent çà et là....
Tout à coup les gardes nationaux courent aux armes. Un officier d’ordonnance traverse l’avenue au galop. La haie se forme. Des ouvriers appliquent des échelles aux pilastres et commencent à allumer les pots-à-feu. Une salve de grosse artillerie éclate bruyamment à l’angle est des Invalides ; une épaisse fumée jaune, coupée d’éclairs d’or, remplit tout ce coin. D’où je suis, on voit servir les pièces. Ce sont deux beaux vieux canons sculptés du xviie siècle dans le bruit desquels on sent le bronze. — Le cortège approche...
L’attention redouble. Voici la voiture noire à frise d’argent de l’aumônier de la Belle-Poule, au fond de laquelle on entrevoit le prêtre en deuil ; puis le grand carrosse de velours noir à panneaux-glaces de la commission de Sainte-Hélène, quatre chevaux à chacun de ces deux carrosses....
Tout à coup le canon éclate à la fois à trois points différents de l’horizon. Ce triple bruit simultané enferme l’oreille dans une sorte de triangle formidable et superbe. Des tambours éloignés battent aux champs.
Le char de l’empereur apparaît....
Le char s’est remis en marche, les tambours battent aux champs, le canon redouble. Napoléon est devant la grille des Invalides. Il est deux heures moins dix minutes....Les paroles dites ont été simples et grandes. M. le prince de Joinville a dit au roi : Sire, je vous présente le corps de l’empereur Napoléon. Le roi a répondu : Je le reçois au nom de la France.
Puis il a dit à Bertrand : Général, déposez sur le cercueil la glorieuse épée de l’empereur. Et à Gourgaud : Général, déposez sur le cercueil le chapeau de l’empereur....

A lire en entier dans Choses vues/1840/Funérailles de Napoléon Victor Hugo

https://fr.wikisource.org/wiki/Choses_v ... ol%C3%A9on

:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Un (3ème) Retour des Cendres ?
    par Christophe » 09 avr. 2017, 13:15 » dans L'actualité napoléonienne
    8 Réponses
    1058 Vues
    Dernier message par Bastien
    13 avr. 2017, 09:46
  • Commémoration du Retour des Cendres
    par Joker » 13 déc. 2019, 20:12 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    57 Vues
    Dernier message par Joker
    13 déc. 2019, 20:12
  • Le retour des Cendres en réalité virtuelle
    par Joker » 04 août 2019, 18:52 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    399 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    07 août 2019, 19:33
  • Lampe de sanctuaire Retour des Cendres
    par Joker » 10 déc. 2017, 19:37 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    266 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    29 déc. 2017, 16:12
  • 1840 : Louis-Philippe organise le retour des cendres de Napoléon
    par Joker » 21 déc. 2019, 20:39 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    57 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    21 déc. 2019, 21:37