Batteries réglementaires

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Stroh

Batteries réglementaires

Message par Stroh » 05 févr. 2006, 10:38

Bonjour, sauriez vous où je puis trouver sur internet les différentes batteries réglementaires ?

Merci d'avance. :salut:

Sénot

Message par Sénot » 05 févr. 2006, 10:53

Re bonjour Stroh,

Contactez moi par MP je vous renseignerai volontiers .

Jean-Nicolas SENOT : tambour-major du 1er Grenadier à Pied de la Garde Impériale.

Mon site : http://www.bgha.org

dans cette attente

:salut:

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 1269
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: Batteries réglementaires

Message par Général Colbert » 22 nov. 2019, 13:00

Ce type de demande est maintenant du domaine de notre ami RoyalScot's Guard. ;) :salut:

Avatar du membre
Royal Scot's Guard
- Officier Scot -
- Officier Scot -
Messages : 611
Enregistré le : 17 juil. 2017, 10:31
Localisation : Alsace

Re: Batteries réglementaires

Message par Royal Scot's Guard » 22 nov. 2019, 13:53

Merci Mon Cher Raymond.
C'est une vieille demande de 13 ans que j'avais satisfaite à l'époque, je m'en souviens parfaitement.
:salut:
Devise des Royals Scot's Dragoons Guards : "Nemo me impune lacessit"

Avatar du membre
Général Colbert
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
- Sous-lieutenant Lancier Gde -
Messages : 1269
Enregistré le : 26 août 2017, 13:24

Re: Batteries réglementaires

Message par Général Colbert » 22 nov. 2019, 15:36

Cher Alain, il pourrait y avoir de nouvelles demandes, c'est pourquoi j'ai actualisé le sujet.

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1760
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Batteries réglementaires

Message par C-J de Beauvau » 22 nov. 2019, 15:46

A lire gratuitement Charles Pilard "Souvenirs d’un Musicien militaire du premier empire "

Je suis né en 1784 à Sedan, au faubourg de la Cassine. Mon père, Joseph Watrin, brave ouvrier de la manufacture royale de draps de Dijonval, n’avait jamais pensé que je pusse être autre chose qu’un bon tondeur comme lui, et ma mère, digne femme qui ne voyait que par les yeux de son mari, n’avait pas d’autre idée ...; dès que je fus en état de marcher et de courir, on me laissa jouer à mon aise sur le pavé du roi jusqu’à ce je fusse assez fort pour entrer à la fabrique ; de classe, d’école, point n’était question, les riches ayant seuls l’avantage de pouvoir bien s’instruire dans les collèges, tandis que maintenant il n’y a d’ignorants que ceux qui veulent l’être, tant les écoles sont nombreuses et les occasions d’apprendre à la portée de tout le monde.
.... m’avait fabriqué un tambour avec un petit baquet hors de service, sur lequel il avait ajusté un morceau de peau d’âne. Cet instrument primitif, avec une corde pour l’attacher à mon cou et une paire de baguettes taillées dans les fagots, me fut remis comme un cadeau de Saint-Nicolas ; ce fut le premier et le dernier présent que me fit mon père, car je ne devais pas tarder à le perdre.
........... Le régiment allait partir à l’exercice, quand notre grosse caisse étant tombée subitement malade, je fus chargé de prendre sa partie. Nous sortions de la caserne, tambours battants ; vous savez que sur la dernière reprise des tambours, la grosse caisse frappe trois coups afin de prévenir que la musique va jouer. Sur le signal du chef, je lève ma mailloche et ma timbale gauche, et « zim, boum, boum », mais avec tant de vigueur, que ces tambours, pour la plupart tapins novices, en furent en désarroi et perdirent la mesure pendant quelques instants. J’allais rire de mon excès de zèle, quand le tambour-major, Arsandac, se retourna furieux de mon côté en jurant et en sacrant.
Et quand nous fûmes arrivés sur le terrain de manœuvres il vint brutalement me crier sous le nez avec son accent gascon : « F… maillochon qué tu s’es, qué t’as fais perdré la mésure à mes tambours et qu’à l’avénir jé té fiché dédans, b… de propre à rien ! »Je vous laisse à penser si j’étais mortifié.......

Je compris bien alors tout ce qu’il faut de courage et d’impassibilité aux musiciens pendant l’action ; accomplissant notre service, nous étions exposés à être tués sans avoir, comme les soldats, la satisfaction de tirer sur l’ennemi. Près de nous tombèrent plusieurs canonniers, deux de nos officiers, un tambour et plusieurs soldats. Arsandac le tambour major, qui faisait battre la charge, avait mis genou à terre pour être moins en vue, ce qui ne l’empêcha pas d’avoir un grand chapeau percé. Louis, dit la Mouche, notre clarinettiste-solo, eut la joue déchirée ; Missonnet reçut un projectile dans son serpent, et notre pavillon chinois perdit de ses clochettes.
Et cependant, nous jouions toujours ; une marche guerrière composée par notre chef et intitulée : Les Français à Londres, tel était notre morceau. Nous l’avions déjà reprise plus de dix fois depuis le commencement de l’action, et toujours M. Leclercq criait : Da Capo. Á quand donc la Coda se demandait-on. Et la petite clarinette du chef ne cessait pas ses chants aigus ; cet homme intrépide nous conduisait avec autant de sang-froid qu’à la répétition. Moi, je n’en pouvais dire autant, pourtant je n’avais pas peur, mais l’émotion faisait trembler mes lèvres et m’empêchait de jouer, je canardais à chaque note. Sacrebleu ! j’aurais préféré tenir un fusil.
Á la fin, le feu de l’ennemi se ralentit, une batterie de tambour flasque, sourde, qui sentait les peaux mouillées, retentit faiblement de l’autre côté de l’eau. « C’est leur retraite », dirent les anciens de chez nous qui avaient fait toutes les guerres de la République......
!
51cFvMXZ1jL.jpg
https://fr.wikisource.org/wiki/Souvenir ... ier_empire

:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Royal Scot's Guard
- Officier Scot -
- Officier Scot -
Messages : 611
Enregistré le : 17 juil. 2017, 10:31
Localisation : Alsace

Re: Batteries réglementaires

Message par Royal Scot's Guard » 22 nov. 2019, 17:03

Général Colbert a écrit :
22 nov. 2019, 15:36
Cher Alain, il pourrait y avoir de nouvelles demandes, c'est pourquoi j'ai actualisé le sujet.
Oui mon Cher Colbert. Ca peut toujours servir.
Merci d'avoir pensé à moi.
Merci également à JC de Beauvau pour ce témoignage que je ne connaissais pas.
:salut:
Devise des Royals Scot's Dragoons Guards : "Nemo me impune lacessit"

Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3045
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Batteries réglementaires

Message par Cyril Drouet » 22 nov. 2019, 17:14

C-J de Beauvau a écrit :
22 nov. 2019, 15:46
A lire gratuitement Charles Pilard "Souvenirs d’un Musicien militaire du premier empire "
C'est un roman ?

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1760
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Batteries réglementaires

Message par C-J de Beauvau » 22 nov. 2019, 17:36

Cyril Drouet a écrit :
22 nov. 2019, 17:14
C-J de Beauvau a écrit :
22 nov. 2019, 15:46
A lire gratuitement Charles Pilard "Souvenirs d’un Musicien militaire du premier empire "
C'est un roman ?
Il semblerait en effet :o
Pour me faire pardonner un autre livre

Ma Vie militaire, 1800-1810, par J. Chevillet, trompette au 8e régiment de chasseurs à cheval, publiée, d'après le manuscrit original, par Georges Chevillet, petit-fils de l'auteur.

Chevillet, à peine âgé de 14 ans, s’engage en 1800 en tant qu’élève trompette à l’école de cavalerie de Versailles.
En 1801, il est affecté au 8e régiment de chasseurs à cheval en garnison à Thionville. Fin 1803, le régiment est dirigé vers la Hollande.
En 1805, il est dirigé vers l’Allemagne et prend part à la campagne d’Allemagne, puis est dirigé vers l’Italie, où il reste jusqu’en 1809, époque où il prend part à la campagne d’Autriche.
Blessé à Wagram, Chevillet sera amputé du bras droit et se retire à Pontoise, doté d’une pension de 500 francs, où il obtient un emploi de garde-champêtre.
C’est alors que, aidé sans doute de notes qu’il avait prises au jour le jour, il entreprend d’écrire, de la main gauche, les souvenirs de sa vie militaire. Pour leur donner une forme plus vivante, il décide de les rédiger sous forme de lettres, écrites soit à son père, soit à un ami
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... texteImage

https://www.1789-1815.com/bibl_chevillet.htm
:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

Avatar du membre
Royal Scot's Guard
- Officier Scot -
- Officier Scot -
Messages : 611
Enregistré le : 17 juil. 2017, 10:31
Localisation : Alsace

Re: Batteries réglementaires

Message par Royal Scot's Guard » 22 nov. 2019, 17:59

Une seule année à l'école des trompettes de Versailles ? Alors qu'en principe c'était 2 voire 3 pour les jeunes élèves ?
Devise des Royals Scot's Dragoons Guards : "Nemo me impune lacessit"