Préliminaires à la fête de la remise des légions d’honneur

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1423
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Préliminaires à la fête de la remise des légions d’honneur

Message par Joker » 16 août 2019, 19:44

Le 28 thermidor an XII… Pardon le 16 août 1804, Napoléon tout juste empereur remet les légions d’honneur au camp de Boulogne, ce qui donne lieu à un cérémonial particulièrement détaillé dans les ordres du jour de la flottille. Déjà le programme est détaillé en 27 points, parmi lesquels on note la façon dont les gens seront placés selon leurs rangs protocolaires et leurs grades (6 articles). Après quoi le déroulement des festivités proprement dites (15 articles). Les six premiers articles liminaires sont consacrés à la préparation de l’événement :

1° Le 26, les troupes du camp d'Etaples, la division de cavalerie légère qui est à Saint-Omer aux ordres du général BOURSIER, des détachements composés des officiers et grenadiers de la réserve aux ordres du général JUNOT, des officiers et dragons de la division du général BARAGUEY-D'HILLIERS et de celle du général KLEIN, qui font partie de la Légion d'Honneur, arriveront à Boulogne, pour y prendre position dans les camps et cantonnements qui y seront préparés d'après les ordres de M. le Maréchal SOULT.
2° Le 27, au soleil couchant, il sera tiré, des forts de Boulogne, une salve d'artillerie qui annoncera la fête.
3° Le 28, au soleil levant, une pareille salve annoncera la solennité du jour.
4° A neuf heures, on battra la générale dans les camps, et toute l'armée en colonne serrée par brigade, formée sur un front de division, par compagnies de régiment, se portera sur le terrain destiné à la cérémonie. L'Artillerie et le Génie formeront une colonne à la tête des divisions par compagnies d'armes. Les troupes et agents de la Marine formeront aussi une colonne.
5° Le trône de l'Empereur, élevé sur un socle et orné de trophées, sera placé au centre d'un demi-cercle, sur le contour duquel chaque tête de colonne trouvera son emplacement.
6° Des poteaux indiqueront la droite et la gauche de la tête des colonnes, et d'autres piquets leur prolongement, de manière que chacune d'elle soit en rayonnant dirigée sur le centre. La cavalerie sera en bataille derrière la queue des colonnes formant le demi-cercle. On choisira un terrain qui présente autant que possible une sorte d'amphithéâtre autour de cette courbe.

Ce n’est pas tout. L’ordre du jour indique également les dispositions prises par les amiraux, en vrac : tous les bâtiments de la flottille pavoisés sauf la ligne d’embossage, salves d’artillerie par les bâtiments embossés ; au moment où les légionnaires de la marine prêteront serment, une autre salve d’artillerie sera tirée par les bateaux à l’embossage ; chaque homme aura double ration, article 8 :
8° "Il sera distribué ce jour, à chaque homme (ayant la ration), une double ration de viande, une double ration de pain et une bouteille de vin. Chaque capitaine fera distribuer cette bouteille de vin avec la ration ordinaire, de la manière suivante : A déjeuner, un boujaron de genièvre, A dîner, une chopine de vin et une de bière,A souper, une chopine de vin et une de bière. Les capitaines veilleront à ce que ces distributions se fassent avec ordre et sans confusion".

A neuf heures du soir, encore une salve d’artillerie qui annonce le feu d’artifice, lequel fera l’objet d’un autre ordre du jour, le 27 thermidor donc le 15 août, veille des festivités. Compliquons un peu les choses : « Toutes les salves qui seront faites par les bâtiments de la rade ne commenceront qu'au dernier coup de canon de chaque salve qui sera tirée par les forts. Pendant le jour, cet instant sera indiqué par un pavillon national hissé au mât de la baraque de l'Amiral.

Le 28 au matin, les militaires et marins détenus à bord du vaisseau Amiral, pour cause de discipline, seront mis en liberté ; le chef militaire et l'adjudant commandant de la Flottille sont chargés du présent ordre. Le 29 à midi, il sera fait, dans les camps, des courses à cheval et à pied, des tirs à la cible par bataillon ; les marins sont admis à ces exercices ; ils sont tenus de se faire enregistrer au bureau du chef de l'Etat-Major-Général. »

Et maintenant l’ordre du jour du 27 sur le feu d’artifice, donc sur les 30 000 « cartouches à étoiles » à raison de 250 par bateau embossé. L’ordre du jour est en fait une instruction sur la manière de les tirer, étant entendu que ce ne sont pas les munitions habituelles. Donc : « Les étoiles se tirent en l’air et pendant la nuit ; de petites cartouches à poudre (moitié de celles des exercices ordinaires), sont faites exprès pour ces sortes de tir. Le soldat, après avoir amorcé son arme d'une partie de sa petite cartouche, versera le reste dans le canon, sans bourrer, et ayant soin de ne pas y mettre le papier ; ensuite, il placera, au bout du canon, l'étoile qui y sera arrêtée par son rebord. Si le rebord était cassé, ou que l'étoile ne pût tenir au bout du canon, on l'entourerait d'un peu de papier pour le rendre d'un diamètre suffisant, ayant soin dans le cas que le papier ne couvre pas l'étoile intérieurement ; le soldat tirera l'étoile sous l'angle de 60 degrés. Il aura soin de remplir le bassinet de poudre pour diminuer l'impulsion de la charge et faire produire un meilleur effet à l'étoile ».

Pour éviter les accidents on fait enlever préalablement tout ce qui peut encombrer les quais, notamment le bois.
Et maintenant un peu d’humour administratif pour terminer ces préliminaires à la fête de la remise des légions d’honneur, les deux derniers paragraphes sont ainsi rédigés :
« Hier, il est entré au port de Wimereux une prise Anglaise, nommée le Wadreil de Sanderdendes. Ce bâtiment est un brick de 130 tonneaux sur son lest, il a été capturé le 24 à neuf heures du soir, par le travers de Kef, à deux lieues de terre, par le corsaire le Wimereux de Boulogne.

Le nommé Modeste MARTEL, commis aux vivres, provenant du bateau de première espèce, N°257, convaincu d'avoir détourné des vivres du bord, a été condamné par le Conseil de guerre spécial de la Flottille Impériale, à trois années de fer, et à la restitution de la somme de 759fr.52 centimes, montant de l'estimation des objets volés ».
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La remise des croix de la Légion d'honneur
    par Maria Kel » 13 janv. 2017, 16:22 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    386 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    13 janv. 2017, 16:22
  • Fête Napoléonville en Bretagne ce week-end 6 et 7 Juin
    par Chateaubriand » 04 juin 2015, 08:26 » dans L'actualité napoléonienne
    7 Réponses
    1871 Vues
    Dernier message par Route Napoleon
    05 juin 2015, 20:32
  • Fusil d'honneur
    par L'âne » 22 sept. 2018, 08:30 » dans Objets napoléoniens
    5 Réponses
    580 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 oct. 2018, 11:46