Château de Fontainebleau, nuit du 12 au 13 avril 1814...

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Alexandre

Château de Fontainebleau, nuit du 12 au 13 avril 1814...

Message par Alexandre » 12 avr. 2019, 13:02

Rappelons que durant cette fameuse nuit, l'Empereur voulut mettre fin à ses jours, en absorbant un poison. Ce n'est pas une découverte (contrairement à ce que certains le laissent entendre de nos jours) car cet incident est abordé dans les témoignages du mameluck Ali (paru en 1926, Ali a recueilli le récit auprès du valet Hubert), du général de Caulaincourt (publié en 1933) et de Louis marchand (édité en 1952-1955).

---------------------

"La vie m'est insupportable ! " Caulaincourt avait pu croire à l'un de ces mots tragiques dont Napoléon semait ses confidences-sans qu'ils fussent toujours de conséquence. Il fut tiré de son erreur quand, le 13, à 3 heures du matin, les valets vinrent le réveiller, affolés. L'Empereur agonisait et il réclamait le grand écuyer.[...] Deux ans auparavant, au cours de la retraite de Russie, ayant, on se le rappelle, failli tomber vivant dans les mains d'une horde de Cosaques, il avait demandé à l'un de ses médecins, Yvan, un poison violent que, depuis cette époque, il portait toujours sur lui enfermé dans un sachet. C'était un mélange d'opium et de belladone, qu'il croyait assez fort "pour tuer deux hommes". Resté seul et s'étant mis au lit, il avait avalé toute la dose, et semblait déjà terrassé par le poison; cependant, sa forte constitution luttant contre, il était, de temps à autre, agité de spasmes violents. Caulaincourt le trouva dans une sorte de coma, coupé de soubresauts. L'œil déjà vitreux, il tendit au duc de Vicence une lettre qu'avant de s'étendre il avait préparée pour Marie-Louise et que celle-ci ne devait, par la suite, jamais connaître: "Adieu ma bonne Louise. Tu es ce j'aime le plus au monde. Mes malheurs ne me touchent que pour le mal qu'ils te font. Toute la vie, tu aimeras le plus tendre Bertrand, le docteur Yvan et Roustam. Napoléon l'en empêcha. Il parlait d'une voix étouffée par les hoquets: "Dites à l'Impératrice que je meurs avec le sentiment qu'elle ma donné tout le bonheur qui dépendant d'elle; qu'elle ne m'a jamais causé le moindre sujet de mécontentement et que je ne regrette le trône que pour elle et pour mon fils dont j'aurai fait un homme digne de gouverner la France." après de nouveaux spasmes, il dit encore: "Vous direz à Joséphine que j'ai bien pensé à elle." Le duc de Vicence, voyant une sueur glacée couler sur son visage, courut alerter Yvan. Le docteur, affolé, se précipita dans la chambre et tâta le pouls du malade avec angoisse. "Qu'on a de peine à mourir ! Soupirait l'Empereur. Docteur, donnez-moi autre chose." Mais Yvan, se récriant, voulut au contraire lui administrer un contrepoison; le malade le repoussa. Le malheureux médecin, songeant à la responsabilité qu'il avait encourue, perdit la tête, sortit de la chambre, puis du château et, à cheval, s'éloigna comme un fou vers Paris. On ne devait plus le revoir.

Cependant, les spasmes se multipliaient, mais, ayant avalé un verre d'eau, l'Empereur soudain, rendit le poison. Il reçut alors Maret et Bertrand, prévenus par le duc de Vicence; ils lui parlèrent avec amitié, le réconfortèrent; Bertrand lui dit qu'il l'accompagnerait à l'île d'Elbe, ce qui fit passer sur ses traits une lueur de satisfaction. Quand Caulaincourt revint à la fin de la matinée, il le trouva hors de danger. "Je vivra, lui dit-il, puisque la mort ne veut pas plus de moi dans mon lit que sur le champ de bataille. il y aura aussi du courage à supporter la vie après de tels événements ! " (Louis Madelin, « Histoire du Consulat et de l’Empire. La campagne de France. Tome XIV », Librairie Hachette, 1951, pp.357-359).

----------------------

Le docteur Hillemand est l’auteur d’une étude intéressante : « Pathologie de Napoléon. Ses maladies, leurs conséquences » (La Palatine, 1970). Il souligne que Napoléon était sujet à des crises dépressives qui pouvaient se traduire par des idées suicidaires. Hillemand précise que ces crises se situèrent dans la jeunesse du futur empereur et en 1814. Si l’on en croit le praticien, Napoléon chercha à se faire tuer lors de la bataille de Montereau et à celle d’Arcis-sur-Aube. Hillemand mentionne le témoignage du général de Ségur, pour Arcis. Concernant la fameuse nuit du 12 au 13 avril 1814, le médecin écrit : « Il ne faut pas oublier qu’à Fontainebleau, comme à Orléans, le bruit du suicide courait depuis deux ou trous jours et que ce dernier était envisagé comme une issue possible »

Napoléon tenta bien de mettre fin à ses jours. Dans les ultimes journées qui précédèrent à son départ de Fontainebleau pour l’île d’Elbe, l’Empereur fut en proie à un désespoir progressif, dont l’acte suicidaire peut en marquer l’apogée.

Citons ces deux passages des « Mémoires » de Guillaume Peyrusse (AKFG Editions, 2018). Le premier se situe le 10 avril 1814 à Fontainebleau : « Je profitai de cette occasion pour mettre sous les yeux de l’Empereur la situation de ma caisse, le priant de vouloir bien me donner l’ordre d’aller chercher des fonds à Orléans chez M. le Trésorier général de La Bouillerie qui avait suivi Sa Majesté l’Impératrice avec tous les Trésors de la Couronne ; qu’il y avait à craindre qu’un retard ne nous privât de cette ressource importante et indispensable pour les nouveaux projets de Sa Majesté.– Bah ! Bah ! Mon cher Peyrousse, me dit l’Empereur, quand on perd l’Empire on peut tout perdre…Sa Majesté me quitta pour cacher son émotion… Profondément ému moi-même, je me retirai. »

Le 11 avril, Peyrusse note : « De très bonne heure, je reçois l’ordre de me rendre dans le cabinet de l’Empereur. Je trouvai Sa Majesté pâle et la figure bouleversée ».

Cette « agonie de Fontainebleau » selon l’expression de Louis Madelin, marqua psychiquement et physiquement le grand capitaine que fut Napoléon. Les trois cents jours passés à l’île d’Elbe, son retour inattendu en France, véritable coup de tonnerre, le déroulement de la campagne de Belgique (Napoléon à l’issue de la bataille de Waterloo voulut-il prendre son sabre et se faire tuer à la tête de ses hommes ?) relégua ces jours de crise au rang des souvenirs. Il est possible que l’Empereur y songea de nouveau lors de l’exil interminable de Sainte-Hélène (autre cause d’une déprime latente).

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Château de Fontainebleau, nuit du 12 au 13 avril 1814...
    par Peyrusse » 12 avr. 2018, 18:44 » dans Salon Ier Empire
    5 Réponses
    180 Vues
    Dernier message par Cyril
    14 avr. 2018, 20:36
  • Fontainebleau 28 - 29 - 30 avril
    par Hervé » 25 févr. 2018, 12:04 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    255 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    29 avr. 2018, 18:59
  • Exposition au chateau de Fontainebleau
    par marc de l'aulnoy » 03 avr. 2015, 10:51 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    485 Vues
    Dernier message par marc de l'aulnoy
    03 avr. 2015, 10:51
  • A découvrir au château de Fontainebleau...
    par Christophe » 31 oct. 2016, 20:19 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    328 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    31 oct. 2016, 20:28
  • Ce week-end au château de Fontainebleau...
    par Christophe » 14 avr. 2017, 11:21 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    354 Vues
    Dernier message par Christophe
    17 avr. 2017, 10:52