[VILNIUS] Les soldats morts

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

flora

Vilnius : Les soldats morts

Message par flora » 28 mai 2003, 08:50

Si je comprend bien, on a réussi a Vilnius a retrouver toutes les fosses, et a rassembler tous les restes pour un ossuaire neuf? mes dernieres infos etaient qu'il fallait débarrasser tout ça pour finir un chantier... ou en est ce ?

Dominique T.

Re: Vilnius : Les soldats morts

Message par Dominique T. » 28 mai 2003, 09:15

Toutes les fosses ? Non, sans doute pas.
Les ossements découverts avant l'hiver ont été dégagés et recueillis en un mois, en mars-avril, pour laisser la place aux constructions.
Cela a été fait avec grand soin et respect.
Après examen, les ossements ont été inhumés sous un nouveau monument, qui sera inauguré bientôt, dans le cimetière militaire de Vilnius.
Il y a eu un reportage très bien fait à ce sujet à la BBC, il y a , et dont nous avons parlé longuement ici. Je vous invite à le retrouver parmi les messages passés.
Je vous recommande particulièrement le très bon résumé qu'en a fait AlbertUK en page 2. Vous saurez tout en le lisant.

acluny

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par acluny » 01 juin 2003, 16:04

VILNIUS (AP) - Les restes de 3.000 soldats français de la Grande Armée de Napoléon morts durant la campagne de Russie en 1812 et découverts il y a deux ans dans une fosse commune en Lituanie ont eu droit dimanche à une inhumation en règle.(...)
Paix et repos à nos braves grognards !

Albert

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par Albert » 01 juin 2003, 18:11

N'en déplaise à monsieur Jean-Bernard Harth, notre ambassadeur de France en Lituanie qui à l'occasion de la cérémonie a déclaré "Napoléon était en quête d'une Europe unie, mais il a échoué parce qu'il a tenté d'unir le continent par la force", par delà ce propos déplacé en pareille circonstance, il semble méconnaître le sentiment lituanien, surtout chez les jeunes qui voient toujours en Napoléon le "précurseur de la démocratie."

Voici ce qu'écrivait Sylvaine Pasquier envoyée spéciale pour l'Express à Vilnius en août 2002

"Douze ans après l'indépendance, à la veille d'intégrer l'Union européenne et l'Otan, la Lituanie a gardé vivace le souvenir d'un général corse, maître d'une bonne partie de l'Europe, qui se voulait l'héritier des Lumières. Bien avant qu'il ne pose le pied sur la terre lituanienne, elle l'attendait «A cette époque, seul Napoléon aurait pu nous libérer de l'empire russe, estime l'historien Virgilius Pugaciauskas. Déjà en 1807, l'aristocratie lituanienne lui avait envoyé une délégation à Tilsit, l'invitant à venir ici.» Durant les dix-neuf jours qu'il passa à Vilnius en juin 1812, l'homme providentiel s'était gardé de restaurer un Etat lituanien indépendant. Plutôt réticent à cette idée, il plaça l'un de ses généraux à la tête d'un gouvernement provisoire. «Mais il avait procédé de la même façon en Pologne avant de reconstituer le grand-duché de Varsovie, et l'élite, ici, espérait qu'il agirait à l'identique.» Des rumeurs annonçaient que l'empereur français abolirait le servage - ce que redoutait par-dessus tout le tsar de toutes les Russies - et appliquerait son fameux Code civil. Las! l'expédition a tourné au désastre. Certes, «il neigeait, il neigeait toujours», répète en leitmotiv Victor Hugo, mais le stratège a péché par «méconnaissance de l'ennemi», affirme Virgilius Pugaciauskas. Et il n'est resté à la Lituanie que la trace mythique d'un immense espoir et une dizaine de chênes sous lesquels le «libérateur» aurait passé la nuit. Sur place sont demeurés quelques dizaines de Français qui ont fait souche, lorsqu'ils ont pu échapper aux Cosaques. Du moins, «la noblesse lituanienne avait-elle compris que la reconstitution de l'Etat n'était pas un simple retour au passé, mais exigeait une conception moderne fondée sur le droit et la loi», souligne l'historien. Au musée d'Art lituanien, une gravure représente la Grande Armée bivouaquant devant l'hôtel de ville. «Chez nous, le culte de Napoléon est toujours vivant, s'enflamme Romualdas Budrys, directeur de l'établissement. Les jeunes le voient comme un héros romantique, précurseur de la démocratie.»

"Depuis quelques années, en juin, on célèbre en Lituanie le passage du Niemen, avec une forte affluence de zélotes napoléoniens venus de toute l'Europe. Cette année, 500 figurants en costumes historiques ont fêté le 190e anniversaire, l'armée lituanienne assurant la construction des barges."

Relevant la présence sur place de deux chaînes anglo-saxonnes, elle terminait par "Les télévisions françaises ne se sont guère manifestées. Paix à vos âmes, grognards, il est des défaites héroïques."

On lira dans le numéro 1602 du Point du 30 mai un article intitulé "Les grognards ressuscités" Avant d'être réinhumés le 1er juin à Vilnius, les restes des 3 269 soldats de la Grande Armée de Napoléon découverts dans une fosse commune près de cette ville de Lituanie ont « raconté » leur odyssée aux anthropologues.

Albertuk

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par Albertuk » 01 juin 2003, 19:16

Bonsoir
Albert, Administrateur du Forum, a écrit :Relevant la présence sur place de deux chaînes anglo-saxonnes, ... les restes des 3 269 soldats de la Grande Armée de Napoléon découverts dans une fosse commune près de cette ville de Lituanie ont raconté leur odyssée aux anthropologues.
En effet, la BBC avait fait une émission très intéressante sur la Grande Armée lors de la Retraite de Russie et avait repris les conclusions des anthropologues sur place. J'avais donné un résumé de cette émission sur ce forum. Ca doit se retrouver dans les archives mais je n'y arrive pas.

Joker

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par Joker » 01 juin 2003, 20:33

Le souvenir des armées impériales semble être resté très vivace dans ce pays.
A propos, quelqu'un sait-il s'il existe un mouvement ou un parti se réclamant des idées bonapartistes en Lituanie ?
Les Français qui ont fait souche là-bas ont-ils cherché à maintenir certaines de leurs traditions nationales ?

Dominique T.

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par Dominique T. » 01 juin 2003, 22:35

Mais oui, AlbertUK, votre bon résumé s'y trouve encore, comme je l'ai signalé en réponse au message "ici Flora", mercredi passé.

lukian54

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par lukian54 » 02 juin 2003, 07:38

Les restes des soldats de la grande Armée découverts en octobre 2001, ont été inhumés officiellement ce dimanche 2 juin dans le cimetiète ANTAKANIS à Vilnius

Un monument érigé à la mémoire de ces combattants a été inauguré aprés la cérémonie des funérailles.
Samedi, sur les rives da rivière Néris, prés de Vilnius, se tenait une reconstituion de bataille, rassemblant 600 passionnés venant de Litunie, Russie
et de différents pays d'Europe.
Hier les reconstitueurs ont traversé Vilnius pour se regrouper devant la mairie.
Une parade militaire devait terminer la journée..
Mettant fin à une polémique qui, il y a un an, avait
passionné les membres de ce forum, particulièrement lors de la parution de l'article : " Les vitrines de la honte", cette cérémonie de funérailles officielles, rendra aux Grognards, avec l'hommage qu'ils ont bien mérité, une sépulture décente loin de leur patrie....

mouton la mascotte

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par mouton la mascotte » 02 juin 2003, 09:41

Il y a même une photo de la cérémonie dans le " Télégramme de Brest"

Christophe

[VILNIUS] Les soldats morts

Message par Christophe » 02 juin 2003, 13:12

Dans les "Mémoires sur la campagne de Russie" d'Alexandre de Chéron (officier au 26° léger) on trouve le passage suivant: "La plus grande partie de l'armée française avait été donc semée sur la route depuis Moscou. Ce qui avait échappé à la rigueur du froid n'échappa pas au massacre qui s'ensuivit dans toute la Russie et même dans la Pologne. A VILNA, les morts étaient les uns sur les autres. De trente mille prisonniers qui y furent faits, il n'en resta pas dix mille. Les juifs en avaient égorgé une partie, le reste mourut de froid, de faim dans les hôpitaux ou dans les rues sans aucun secours et si l'Empereur Alexandre n'y fut passé et n'eut fait cesser les horreurs en donnant les ordres les plus humains à cet égard, il en serait mort bien davantage. Un officier de la Garde lui adressa ces paroles: "Sire, si c'est pour nous traiter ainsi qu'on nous a fait prisonniers, vaut-il autant nous faire mourir de suite". (Alexandre de Chéron, "Mémoires inédits sur la campagne de Russie; voir les références et ma note de lecture sur le Forum des livres...)
:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Monument aux officiers, sous-officiers et soldats morts à Waterloo
    par Joker » 24 sept. 2017, 18:37 » dans L'actualité napoléonienne
    12 Réponses
    413 Vues
    Dernier message par L'âne
    01 oct. 2017, 21:03
  • [ Napoléonothèque ] Vilnius l'impériale
    par L'âne » 20 oct. 2017, 09:07 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    115 Vues
    Dernier message par L'âne
    20 oct. 2017, 09:07
  • Monument aux morts d'Auxonne
    par Dominique T. » 04 oct. 2016, 15:25 » dans Monuments Napoléoniens
    21 Réponses
    2807 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    06 nov. 2016, 19:43
  • GÉNÉRAUX MORTS AU CHAMP D HONNEUR
    par Pierremig » 28 août 2016, 18:30 » dans Napoléon à travers les Arts
    14 Réponses
    2324 Vues
    Dernier message par Jamin de Bermuy
    29 janv. 2017, 21:28
  • Morts avant d'avoir combattu
    par L'âne » 27 août 2017, 07:46 » dans Salon Ier Empire
    21 Réponses
    462 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    11 sept. 2017, 16:47