General*** Jacques-Zacharie Destaing

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2868
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: General*** Jacques-Zacharie Destaing

Message par Cyril Drouet » 24 janv. 2019, 15:44

Voici ce qu'on peut lire sous la plume de Reynier sur l'affaire du renvoi en métropole, dans « De l'Egypte après la bataille d'Héliopolis » :

« La prise de Rahmanieh, qui isolait Alexandrie du reste de l'Égypte, fit murmurer l'armée contre le général Menou, qui, refusant de croire à cet événement, n'avait pris aucune mesure pour en prévenir les suites.
Ces murmures lui parvinrent, ainsi que les témoignages d'estime et de confiance que les troupes accordaient au général Reynier. Le bruit qui circulait alors, et qui fut accrédité par les Anglais, que ce général avait été nommé commandant de l'armée, et le général Menou restreint à l'administration de l'Égypte, augmentait encore sa jalousie contre lui : elle s'accrut d'autant plus violemment, qu'il ne pouvait se dissimuler que ce général lui avait annoncé tous les revers de l'armée, en lui indiquant les moyens de les prévenir.
Il voulut alors écarter ce témoin de ses fautes, et la seule expédition militaire qui dans toute la campagne ait été bien combinée, eut lieu dans la nuit du 25 au 24 floréal. Trois cents hommes d'infanterie, cinquante de cavalerie, une pièce de canon et des sapeurs avaient été rassemblés et ignoraient leur destination, lorsqu'on leur fit investir la maison du général Reynier, afin de le conduire à bord d'un bâtiment prêt à partir, ainsi que le général Damas, l'ordonnateur en chef Daure, l'adjudant-commandant Boyer et plusieurs autres officiers. Le général Reynier craignait moins une pareille violence que d'autres événements qui pourraient le conduire à prendre le commandement lorsqu'il n'y aurait plus que de faibles ressources, et que les chances les plus avantageuses seraient de retarder la capitulation : s'il avait dû la faire, il aurait donné une espèce de probabilité au bruit que le général Menou avait cherché à répandre sur un parti anti-coloniste. Il lui était avantageux , dans sa position , de retourner en France, mais sans avoir l'air d'abandonner l'armée, sans éviter de partager ses souffrances, et d'une manière qui annonçât ouvertement qu'il n'avait eu aucune part aux fautes du général Menou.
Le général Reynier, après s'être assuré qu'on n'avait d'autre projet que de le faire partir, laissa entrer les troupes, se rendit à bord du brick le Lodi . avec les officiers désignés, et écrivit au général Menou, en lui donnant encore des conseils sur la défense d'Alexandrie. Le général Damas s'embarqua sur le Good-Union avec l'ordonnateur Daure. Les soldats témoignèrent les regrets qu'ils éprouvaient d'être chargés de l'exécution de pareils ordres. Ces bâtiments ne purent partir que le 29. Le Lodi arriva en France, après avoir été vivement poursuivi par beaucoup de bâtiments ennemis; le Good-Union fut pris par les Anglais, qui pillèrent la modique succession de Kléber, dont le général Damas était dépositaire.
Le général Menou avait négligé jusqu'alors d'expédier des bâtiments pour instruire le gouvernement de la situation de l'armée; sa jalousie seule contre le général Reynier le détermina à en faire partir, sans envoyer aucun rapport sur les événements. Cependant on aurait pu y employer plusieurs bâtiments qui se trouvaient dans le port d'Alexandrie, notamment les frégates envoyées pour porter des secours, que le général Menou avait retenues, quoiqu'elles eussent reçu l'ordre de retourner dès que leur mission serait remplie. »


A l'époque, Menou, le 27 ami 1801, avait écrit à Bonaparte le rapport suivant :
« J'ai envoyé en Europe, ainsi que j'ai eu l'honneur de vous le mander, citoyen Consul, les généraux Reynier, Damas, l'inspecteur aux revues Daure, l'adjudant commandant Boyer et quelques autres. Ils n'étaient amis, ni de la république, ni de son gouvernement, ni de la colonie.
Peut-être aurais-je mieux fait de prendre cette mesure il y a plusieurs mois ; mais j'ai cru que la modération ramènerait ces hommes aux principes de l'honneur et de la raison ; je m'étais trompé. »
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Décès Jacques Le Coustumier
    par Dominique T. » 23 févr. 2016, 14:37 » dans L'actualité napoléonienne
    14 Réponses
    4483 Vues
    Dernier message par lutzen 1813
    03 mars 2016, 12:37
  • Cercle Napoléonien Jacques Alibert - Louis Lepic
    par Pratzen » 09 nov. 2016, 11:26 » dans Blogs et sites personnels
    0 Réponses
    1175 Vues
    Dernier message par Pratzen
    09 nov. 2016, 11:26
  • Généraux Martial Beyrand, Henri Jacques Jean Boyer , Jean Rivaud
    par Bruel » 29 janv. 2019, 19:29 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    419 Vues
    Dernier message par Bernard
    30 janv. 2019, 08:14
  • Le général Serrant
    par C-J de Beauvau » 17 sept. 2017, 14:02 » dans Salon Ier Empire
    6 Réponses
    332 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    09 sept. 2018, 11:38
  • Général Delaitre
    par d'arenberg » 09 mars 2019, 16:13 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    170 Vues
    Dernier message par d'arenberg
    09 mars 2019, 20:40