Rothschild

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

la remonte

Re: ROTHSCHILD et WATERLOO

Message par la remonte » 02 févr. 2015, 14:02

oui joli coup , mais qui aurait pu être catastrophique pour le spéculateur au regard des premières annonces ( hussards de Cumberland ... ) :)
il faudra que Wellington reçoive la confirmation que les Français ne se reforment pas à la frontière , ce qu'ils auraient pu faire avec les troupes de Grouchy , les rescapés de Waterloo et surtout les masses mobilisées à la hâte par Davout et qui convergent vers le nord . :idea:
Wellington , s'il n'est pas lui même dans " le coup " comme " initié , " s'il n'a pas " croqué " comme en Espagne , s'est du moins fait espionner quand il rédige officiellement son rapport de victoire . Par quel moyen se fait la communication officielle ? par bteau jusqu'à Londres ou par pigeon voyageur ? mystère :roll:

pas évident tout ça pour une prise de risque à milliards :idea:

Pendant toute cette campagne de Belgique ,les Alliés ont bénéficié d'un Napoléon plus préoccupé par la politique intérieure comme extérieure que par le déroulement de la guerre elle même qui nécessite toute l'attention de son chef , comme il le dira lui même ; " La guerre est un art simple et tout d’exécution. "
Le plan de la campagne était génial mais sa mise en pratique plus compliquée .

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2712
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Rothschild

Message par Cyril Drouet » 28 déc. 2018, 21:13

Bernard a écrit :
07 déc. 2018, 14:10
C-J de Beauvau a écrit :
07 déc. 2018, 13:30
En l’espace de quelques heures, sa fortune avait été multipliée par plus de vingt.
Sur ce point, même source : “Les gains de Nathan, qui n’ont jamais été rendus publics, ont été estimés entre 20 et 125 millions de livres sterling. La réalité est sans doute plus nuancée et la victoire plus morale que financière. En sacrifiant ses titres, le banquier a perdu énormément d’argent ; en en rachetant d’autres à vil prix, il a certes aisément reconstitué sa fortune mais ses bénéfices viendront surtout de la progression des cours de ces titres durant les deux années qui suivirent 1815.”

Un mot de Waresquiel sur la question (Cents Jours, la tentation de l'impossible, mars-juillet 1815) :
"Les bénéfices ne furent, encore une fois, certainement pas ceux des millions de la légende, sans doute plusieurs dizaines de milliers de livres, ce qui est déjà énorme."
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1352
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Rothschild

Message par Bernard » 28 déc. 2018, 21:32

Cyril Drouet a écrit :
28 déc. 2018, 21:13
Un mot de Waresquiel sur la question (Cents Jours, la tentation de l'impossible, mars-juillet 1815) :
"Les bénéfices ne furent, encore une fois, certainement pas ceux des millions de la légende, sans doute plusieurs dizaines de milliers de livres, ce qui est déjà énorme."
Emmanuel de Waresquiel est un historien, pas un financier ! Nathan Rothschild n'aurait pas sacrifié toute sa fortune pour si peu. Le coup s'apprécie dans la durée... S'il ne fut pas gagnant dans l'immédiat, il le fut dans les années qui suivirent. Les emprunts d'Etat se sont valorisés lentement mais sûrement en même temps que s'éteignait la dette anglaise. La fortune de la branche anglaise des Rothschild vient de là !

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2712
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Rothschild

Message par Cyril Drouet » 28 déc. 2018, 21:58

Bernard a écrit :
28 déc. 2018, 21:32
Cyril Drouet a écrit :
28 déc. 2018, 21:13
Un mot de Waresquiel sur la question (Cents Jours, la tentation de l'impossible, mars-juillet 1815) :
"Les bénéfices ne furent, encore une fois, certainement pas ceux des millions de la légende, sans doute plusieurs dizaines de milliers de livres, ce qui est déjà énorme."
Emmanuel de Waresquiel est un historien, pas un financier !
Non assurément ; mais Waresquiel se base sur l'ouvrage de Victor Rothschild (The shadow of a great man) qui, lui (outre d'autres cordes à son arc), l'était.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)