Fumer

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2658
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Fumer

Message par Cyril Drouet » 22 sept. 2018, 15:42

Rigodon d'honneur a écrit :
21 sept. 2018, 00:20
voir l'inventaire après-décès de ses biens, dont une partie sera vendue : [extrait] "une pipe en écume de mer, façon d'Ulm, garnie d'argent ; une petite pipe en écume de mer ; une autre petite pipe en écume de mer, ronde, garnie d'argent ; une petite pipe brûlée, garnie d'argent ; une petite pipe carrée, garnie d'argent ; une pipe en racine travaillée, garnie d'argent ; une pipe en bois et une en granit ; et enfin une petite pipe en terre turque."
A quoi, on peut ajouter :
-Une tabatière en vermeil pour cigares;
-Un bouquin à cigares en bois revêtu d'or;
-Douze tuyaux de pipe divers;
-Deux sacs à tabac.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2658
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Fumer

Message par Cyril Drouet » 09 oct. 2018, 07:48

Demi-solde a écrit :
07 oct. 2018, 23:09
Comparaison de tabacs :

Image


Cordialement

En couleur :
Sans titre 2.jpg
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2658
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Fumer

Message par Cyril Drouet » 09 oct. 2018, 09:51

Un peu de Description de l’Egypte :
Sans titre 4.jpg
« Le faiseur de tuyaux de pipe.
On appelle choubouq les tuyaux de pipe faits en bois de différentes espèces, tels que le noisetier, le cerisier, le lilas ou le jasmin; on les paye soixante, quatre-vingts et jusqu'à cent pataquès, lorsqu'ils ont dix fetr de long (dix-neuf décimètres environ). Les tuyaux en roseau sont plus ordinaires, et s'appellent bous dokhân.
L'ouvrier qui perce les tuyaux de pipe, soit de bois, soit de roseau, se nomme choubouqgy; il y a au Kaire un quartier appelé Choubouqgyeh, auprès du Mouristân, où l'on ne voit que des boutiques occupées par cette espèce d'ouvriers. Le chouboukgy se sert d'une petite machine en forme de châssis, qu'il maintient avec le pied, et qui est garnie d'un gros fil d'archal, appelé metqab. Au moyen d'un archet, il introduit ce fil dans le tuyau, qu'il tient perpendiculairement de la main gauche, et la mèche pénètre successivement jusqu'à l'extrémité. D'après la position du bois ou du roseau, l'on voit que le tuyau se vide de lui-même, sans que l'ouvrier perde du temps à le nettoyer, tellement que cette opération est faite en une ou deux minutes. On a aussi un calibre sur lequel on ajuste le tuyau quand il est percé, ainsi que le représente la figure.
Les tuyaux de bois précieux sont garnis de soie plissée, et à la base, de fils d'argent et de soie entrelacés plus ou moins richement. Quelquefois on les fait de deux parties, pour les rendre plus portatifs ; quand on veut fumer, l'on rejoint les deux bouts à l'aide d'une vis. »



Sans titre 5.jpg
« Le pileur de tabac.
Les Égyptiens font usage de tabac pilé et non râpé ; ils y mêlent un peu de natroun pour le tenir humide. Ce sel attire l'humidité de l'air et n'est point malfaisant.
Les mortiers dont ils se servent sont de bois et ont la forme des nôtres; leurs pilons sont fort différents. Ils emploient pour pilon une massue fort longue, dont l'extrémité la plus étroite est celle qui frappe le mortier et broye le tabac, tandis que l'extrémité supérieure, qui est la plus large, augmente l'action du pilon par le poids plus considérable qui en résulte. Les mortiers et les pilons avec lesquels les Égyptiens pilent le café et diverses drogues, ne ressemblent point aux mortiers ni aux pilons usités pour le tabac. »

Sans titre 15.jpg
Sans titre 14.jpg
Sans titre 13.jpg
Sans titre 13.jpg (55 Kio) Vu 305 fois
Sans titre 12.jpg
Sans titre 12.jpg (49.51 Kio) Vu 305 fois
Sans titre 11.jpg
Sans titre 10.jpg
Sans titre 9.jpg
Sans titre 8.jpg
Sans titre 7.jpg
Sans titre 6.jpg
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2658
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Fumer

Message par Cyril Drouet » 10 oct. 2018, 08:12

Cyril Drouet a écrit :
15 sept. 2018, 12:08
A noter que l’on ne fumait pas que du tabac.

Ordre du jour du 9 octobre 1800 :
« Art. 1. L'usage de la liqueur forte, faite par quelques musulmans avec une certaine herbe forte, nommée hachich, ainsi que celui de fumer la graine de chanvre, sont prohibés dans toute l'Egypte. Ceux qui sont accoutumés à boire cette liqueur et à fumer cette graine perdent la raison et tombent dans un violent délire qui souvent les porte à commettre des excès de tous genres.
Art. 2. La distillation de la liqueur de hachich est prohibée dans toute l'Egypte. Les portes des cafés, des maisons publiques et particulières dans lesquelles on en distribuerait seront murées, les propriétaires arrêtés et détenus pendant trois mois dans une maison de force.
Art. 3. Toutes les balles de hachich qui arriveraient aux douanes seront confisquées et brûlées publiquement en présence d’un officier d’état major de la place où elles auraient été confisquées, ou, à défaut d’officier major, en présence de tout autre officier requis à cet effet par le directeur de la douane.
Art. 4. Tout individu convaincu d’avoir fait passer en fraude et distribué l’herbe de hachich, sera arrêté, paiera une amende de quinze talarys au profit du dénonciateur, et sera détenu pendant deux mois dans une maison de force.
Art. 5. Les officiers généraux ou tout autres, commandant les provinces et les places, le directeur général et comptable des revenus publics, le directeur des droits affermés et tous les directeurs des douanes, sont chargés, chacun dans ce qui le concerne, de l’exécution du présent ordre qui sera traduit en arabe, imprimé, publié et affiché dans les deux langues, à la diligence du chef de l’état-major-général, et d directeur-général des revenus publics. »

On peut à ce sujet citer ce passage du Mémoire sur la dynastie des Assassins et sur l’origine de leur nom, de Sylvestre de Sacy, lu à l’Institut le 7 juillet 1809 :

« Quant à l'origine du nom dont il s'agit, quoique je ne l'aie apprise d'aucun des historiens orientaux que j'ai consultés, je ne doute point que cette dénomination n'ait été donnée aux Ismaéliens, à cause de l'usage qu'ils faisaient d'une liqueur ou d'une préparation enivrante, connue encore dans tout l'Orient sous le nom de haschisch. Les feuilles de chanvre, et quelquefois d'autres parties de ce végétal, forment la base de cette préparation, que l'on emploie de différentes manières, soit en liqueur, soit sous forme de pastilles, édulcorées avec des substances sucrées, soit même en fumigation. L'ivresse produite par le haschisch jette dans une sorte d'extase pareille à celle que les Orientaux se procurent par l'usage de l'opium, et, d'après les témoignages d'un grand nombre de voyageurs, on peut assurer que les hommes tombés dans cet état de délire s'imaginent jouir des objets ordinaires de leurs vœux, et goûtent une félicité dont l'acquisition leur coûte peu, mais dont la jouissance trop souvent répétée altère l'organisation animale et conduit au marasme et à la mort. Quelques-uns même, dans cet état de démence passagère, perdant la connaissance de leur faiblesse, se livrent à des actions brutales capables de troubler l'ordre public. On n'a point oublié que, lors du séjour de l'armée française en Egypte, le général en chef, Napoléon [il s’agit en vérité de Menou], fut obligé de défendre sévèrement la vente et l'usage de ces substances pernicieuses, dont l'habitude a fait un besoin impérieux pour les habitants de l'Egypte et surtout pour les classes inférieures du peuple. Ceux qui se livrent à cet usage sont encore appelés aujourd'hui Haschischin, et ces deux expressions différentes font voir pourquoi les Ismaéliens ont été nommés par les historiens des croisades, tantôt Assissini et tantôt Assassini. »


Un ancien de la campagne d’Egypte : Chabrol a également abordé la question. Ingénieur des Ponts et Chaussées, il participa à l’expédition d’Orient au sein de la Commission des Sciences et des Arts. Voici un extrait de son Essai sur les mœurs des habitants moderne de l’Egypte, publié dans la Description de l’Egypte :
« Les gens du peuple composent, avec le suc d'une espèce de chanvre qu'ils appellent hachych, un opiat narcotique dont ils s'abreuvent avec délices : cette liqueur occasionne une ivresse ou plutôt une sorte de léthargie. La misère cherche dans cet état d'engourdissement moral et physique une trêve à ses ennuis et à ses douleurs. Il n'appartient qu'aux gens riches de s'enivrer avec la décoction ou le suc du pavot cuit. Le propre de ce breuvage est de procurer d'abord une gaieté folle et de réjouir l'esprit : mais, lorsqu'il a opéré, on tombe dans une espèce de mélancolie et de tristesse profonde; l'esprit et le corps sont plus abattus qu'auparavant. »
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2056
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Fumer

Message par Demi-solde » 13 août 2019, 18:55

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Cordialement