Une bien étonnante rencontre

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4178
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Une bien étonnante rencontre

Message par Cyril Drouet »

A ce sujet, on peut rappeler que révoltes qui accompagnèrent l’invasion ne laissèrent pas indifférent l’Empereur.
Eugène fit part de soulèvements dans sa lettre du 5 août :
« Les nouvelles que je reçois des postes au-delà de Velij, annoncent que tout le pays est en grande fermentation. Les paysans se révoltent contre leurs seigneurs, les dépouillent et plusieurs ont été amenés par eux pieds et poings liés jusqu'à nos postes. Des gens sensés pensent que cette exaltation des têtes des paysans doit réellement, dans cette circonstance, faire trembler la Russie. »

Napoléon demanda immédiatement de plus amples informations :
« Vous ne me faites point connaître si l'exaltation des paysans au delà de Velije est dans l'ancienne Pologne ou dans l'ancienne Russie. Vérifiez le fait. Si cette révolte des paysans avait lieu dans l'ancienne Russie, cela pourrait être considéré comme une chose très avantageuse et dont nous tirerions un bon parti. Porietche est déjà dans l'ancienne Russie. Donnez-moi des renseignements là-dessus, et faites-moi connaître quelle espèce de décret et de proclamation ou pourrait faire pour exciter la révolte des paysans dans la Russie et se les rallier. »

Le 8, Eugène répondit en ces termes :
« D'après les renseignements pris auprès des habitants de Souraj qui se trouvent dans le même cas que les autres habitants de la Russie, j'ai l'honneur de vous rendre compte de ce qu'ils m'ont dit et de ce que je sais moi-même.
Dans le gouvernement de Smolensk, Mohilev, Czernichow, Kiew, Vitebsk et une partie de ceux de Podolie et Volhynie, les paysans et les bourgeois des petites villes sont prêts à se révolter et se révoltent même contre leurs seigneurs, tant pour avoir de nouveau les privilèges dont ils jouissaient sous le gouvernement polonais et dont les seigneurs se sont emparés par des ruses ou autres subterfuges que pour alléger leur dur esclavage.
[…]
Les paysans demandent seulement qu'on leur fasse connaître le système du nouveau gouvernement; leur espoir les porte à croire qu'il leur sera favorable et qu'ils jouiront pour le moins des mêmes privilèges accordés aux paysans polonais par la Constitution du Grand-Duché de Varsovie. Cette certitude, disent-ils, fera éclater la révolte générale, même dans toute la Russie. »

L’épilogue nous est rapporté par Fezensac (Journal de la campagne de Russie) :
« Un nouveau genre de désordre fixa en même temps l’attention de Napoléon. Les paysans des environs, entendant parler de liberté et d'indépendance, s'étaient crus autorisés à se soulever contre leurs seigneurs, et se livraient à la licence la plus effrénée. La noblesse de Witepsk en porta plainte à l'empereur, qui ordonna des mesures sévères pour les faire rentrer dans le devoir. Il importait d'arrêter un mouvement qui pouvait dégénérer en guerre civile. Des colonnes mobiles furent envoyées; quelques exemples en imposèrent, et l'ordre fut bientôt rétabli. »

Même son de cloche sous la plume de Ségur (Histoire de Napoléon et de la Grande Armée pendant l’année 1812) :
« De Vitepsk, Napoléon avait chargé deux des siens de sonder l'esprit de ces peuples. Il s'agissait de les gagner à la liberté, et de les compromettre dans notre cause par un soulèvement plus ou moins général. Mais on n'avait pu agir que sur quelques paysans isolés, abrutis, et que peut-être les Russes avaient laissés comme espions au milieu de nous. Cette tentative n'avait servi qu'à mettre son projet à découvert, et les Russes en garde contre lui.
D'ailleurs ce moyen répugnait à Napoléon, que sa nature portait bien plus vers la cause des rois que vers celle des peuples, il s'en servit négligemment. Plus tard, dans Moscou, il reçut plusieurs adresses de différents chefs de famille. On s'y plaignait d'être traité par les seigneurs comme des troupeaux de bêtes que l'on vend et que l'on échange à volonté. On y demandait que Napoléon proclamât l'abolition de l'esclavage. Ils s'offraient pour chefs de plusieurs insurrections partielles, qu'ils promettaient de rendre bientôt générales.
Ces offres furent repoussées. On aurait vu, chez un peuple barbare, une liberté barbare, une licence effrénée, effroyable! quelques révoltes partielles en avaient jadis donné la mesure. Les nobles russes, comme les colons de Saint-Domingue, eussent été perdus. Cette crainte prévalut dans l'esprit de Napoléon, ses paroles l'exprimèrent; elle le détermina à ne plus chercher à exciter un mouvement qu'il n'aurait pu régler. »

Le sujet fut à nouveau remis sur la table à Moscou comme nous le content les Souvenirs historiques d’Armand Domergue à propos de l’audience que Napoléon accorda à Marie-Rose Aubert-Chalmais, une couturière française moscovite :
« Entre autres questions, il lui fit celle-ci :
« Que pensez-vous, madame, de l'émancipation des paysans russes ?
-Si Votre Majesté me permet de lui exprimer franchement ma pensée à cet égard, je lui dirai qu'un tiers de ces gens-là apprécierait peut-être ce bienfait, mais que les deux autres tiers ne sauraient pas ce qu'on veut leur dire.
-Mais les discours, mais l'exemple des premiers entraîneraient bientôt les autres
-Que Votre Majesté se détrompe; il n'en est point ici comme dans le midi de l'Europe. Le Russe est ombrageux, difficile à émouvoir. Les nobles ne manqueraient pas de profiter de ce moment d'hésitation; ces idées nouvelles seraient représentées comme antireligieuses et impies ; l'entraînement serait difficile, impossible même.»
Là dessus Napoléon prit une prise de tabac; c'était toujours son premier mouvement, lorsqu'il éprouvait quelque contrariété. »





Pourtant 1812 est une chose, l'Egypte en est une autre ; et nous ne sommes pas plus avancés sur l'affirmation douteuse de Tulard...
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La rencontre de la cour de France
    par Cyril Drouet » » dans Salon Ier Empire
    5 Réponses
    651 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • Rencontre avec Thierry LENTZ
    par L'âne » » dans L'actualité napoléonienne
    8 Réponses
    98 Vues
    Dernier message par Bruno Roy-Henry
  • La savoureuse rencontre de la duchesse de Cossé-Brissac avec Napoléon
    par Joker » » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    479 Vues
    Dernier message par Joker