Hougoumont

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2930
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Hougoumont

Message par Cyril Drouet » 13 mai 2018, 09:58

L'âne a écrit :
04 avr. 2018, 15:12
L'une des portes de la ferme de Hougoumont a été forcée par le lieutenant (ou sous lieutenant ?) LEGROS dit "l'enfonceur". Je crois me souvenir qu'il est mort à l'issue de son intrépide action.
Preuve que certains soldats de la Grande Armée étaient forts comme des béliers !
DSCN5425.JPG
Sans titre 1.jpg
Sans titre 1.jpg (63.35 Kio) Vu 1250 fois
hougoum1.jpg
Sous-Lieutenant-Legros-North-Gate-Defence-Hougoumont-Farm.jpg
« M. Legros, sous-lieutenant au 1er léger, suivi de quelques hommes, pénétra jusque dans la cour, où, tous trouvèrent une mort glorieuse, car tous y furent massacrés, malgré les prières des officiers anglais, émus d'un tel courage.
Les Anglais durent lutter corps à corps avec cette poignée de héros, et leurs relations citent le lieutenant-colonel Macdonell, homme d'une force prodigieuse et d'une taille colossale, aux efforts duquel les assiégés furent redevables de la brusque fermeture de la porte que venait de forcer M. Legros.
Cet intrépide officier avait été sergent dans un régiment du génie. Doué d'une bravoure remarquable, il avait mérité le surnom de l’enfonceur. En 1814, Legros avait pris sa retraite par anticipation, mais, en 1815, au retour de Napoléon, il vint offrir ses services au colonel de Cubières, commandant le 1er léger, dans lequel l'officier, dit l’enfonceur, servait précédemment.
Sachant tout ce dont il était capable, le colonel le fit comprendre dans l'organisation de son régiment et lui demanda de lui donner, à la première occasion, quelque nouveau témoignage de son savoir faire. « Reposez-vous sur l’enfonceur, lui répondit Legros, nous verrons à la première affaire. » Et, en effet, il tint parole.
A Gomont, Legros ayant remarqué que les Anglais s'étaient barricadés dans la cour du château, se fait donner une hache de sapeur, et, en quelques secondes, il fit voler en éclats plusieurs planches de la porte et s'ouvrit un passage ainsi qu'aux quelques braves qu'il avait près de lui. Mais bientôt assaillis par tout ce qui se trouvait là de soldats anglais, Legros et ses dignes compagnons furent impitoyablement massacrés. »
(Mauduit, Les derniers jours de la Grande Armée)

Anecdote à lire cependant avec prudence.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1395
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Hougoumont

Message par Bernard » 13 mai 2018, 10:33

Comme tout ce qui concerne Waterloo, les anecdotes sont toujours à prendre avec prudence. Pourtant, Hippolyte Mauduit (présent à Waterloo en tant que sergent au second bataillon du 1er régiment de grenadiers à pied de la Garde) a mené plus tard une enquête rigoureuse. L'anecdote est reprise par plusieurs auteurs français et anglais. Certains témoins prétendent que l'enfonceur n'était pas le lieutenant Legros mais qu'il s'agissait du sous-lieutenant Boucher qui se trouvait aux côtés du lieutenant Legros. Mais tous s'accordent sur la réalité de l'anecdote. Tous les assaillants confirment que les Français qui ont réussi à pénétrer dans la cour ont été immédiatement tués. Une légende veut toutefois qu'un très jeune tambour qui aurait été sauvé par des Anglais émus devant tant de courage. Il semble que ce ne soit qu'une légende...

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2739
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Hougoumont

Message par L'âne » 13 mai 2018, 11:14

Yves VANDER CRUYSEN « Waterloo démythifiée » :
"Une seule légende autour d’Hougoumont semble être fondée sur la réalité : celle du lieutenant Legros, dit l’« enfonceur » . Et encore, elle semble avoir été enjolivée par les romanciers britanniques et mise en doute par certains témoins oculaires. Le lieutenant Legros était, à lire sa description, une force de la nature. Cet ancien sapeur, véritable géant, surnommé l’« enfonceur » , entra dans la petite histoire pour avoir réussi, au cœur de la bataille, à coups de hache, à défoncer un battant de la porte nord d’Hougoumont. Grâce à lui, quelques Français réussirent à pénétrer dans la cour de la ferme, mais l’invasion ne perdura guère. Tous furent abattus par les Coldstream Guards défendant les lieux. Ceci est le récit de l’historien Adolphe Thiers. Le colonel Petiet, témoin de la bataille, a une toute autre version. Si la description de l’attaque est similaire, il n’attribue pas les coups de hache à Legros… mais au sous-lieutenant Boucher, un brave de l’armée d’Espagne, présent aux côtés de Legros et abattu, comme lui, dès le franchissement de la porte. Une porte charretière qu’il « frappa à coups redoublés, la jeta à bas avant de pénétrer dans la cour d’où l’on tira à bout portant, d’une galerie élevée, sur lui et sur les siens. » Qui dit la vérité ? On ne le saura probablement jamais. À propos de la même attaque, quelques récits d’origine britannique (et uniquement britannique !) ont raconté qu’un seul de ces envahisseurs aurait eu la vie sauve. À savoir un jeune tambour, ayant ému les hommes du colonel Mc Donnell. Il fut fait prisonnier et assista, de l’intérieur, à la fin des combats."

Bernard CORNWELL « Waterloo, Chroniques d’une bataille légendaire » :
"Il s’appelait Legros et son surnom était l’Enfonceur. Sous-lieutenant de l’un des bataillons d’infanterie assiégeant Hougoumont, c’était un colosse, certains le qualifiant d’« immense ». Il était sorti du rang et sur le point d’écrire son nom dans l’histoire. L’entrée nord d’Hougoumont se trouvait face à la crête tenue par les Britanniques. Un chemin conduisait jusqu’à cette entrée, et c’est toujours le cas, mais les murs de chaque côté de l’entrée actuelle sont bien moins hauts qu’en 1815. La porte s’ouvrait vers l’intérieur et resta non barricadée pendant très longtemps car c’était le meilleur moyen de faire entrer les munitions et les renforts dont avait besoin la garnison mise sous pression, en milieu d’après-midi, par le feu ennemi depuis trois directions. Au cours de cet après-midi, l’immense l’Enfonceur prit la tête d’un groupe de 30 ou 40 hommes et ouvrit de force l’entrée nord. Il portait une hache de sapeur. Les sapeurs assistaient comme manœuvres les ingénieurs de l’armée et, avec leurs grosses haches, ils coupaient des arbres. Mais, dans les mains d’un homme comme Legros, c’était une arme de combat rapproché meurtrière. Il n’est pas certain que l’Enfonceur ait trouvé la porte ouverte ou qu’il l’ait défoncée. Certains récits affirment qu’il la fracassa à coups de hache, mais il semble plus probable qu’une attaque française ait chassé des tirailleurs britanniques de la partie est du château et que ces derniers se soient repliés en empruntant ladite porte, sans avoir le temps de la refermer. Le sous-lieutenant Legros fit irruption dans la cour, suivi de ses hommes et d’un petit tambour. Macdonell se trouvait dans une situation désespérée. La férocité de l’attaque de Legros était en train de vider la grande cour et si d’autres soldats français parvenaient à franchir la porte, les défenseurs se retrouveraient expulsés. Et ces renforts français approchaient. Macdonell se rendit compte que le plus important n’était pas de tuer Legros et ses camarades, mais de fermer les portes afin d’empêcher que d’autres Français entrent. Avec un petit groupe d’hommes, il contourna les intrus déjà à l’intérieur et lutta pour fermer les grosses portes, résistant à la pression de l’extérieur, tandis que certains hommes ouvraient le feu dans l’entrebâillement de la porte qui se refermait lentement. Ils ignoraient les hommes de Legros en train de se battre derrière eux. D’autres défenseurs tiraient depuis des fenêtres et l’embrasure de portes, effectuant un tir de mousquet nourri sur les envahisseurs. La porte d’entrée finit par se refermer et Macdonell et ses hommes s’occupèrent de Legros. Tous les Français à l’exception du petit tambour furent tués."

Dimitri CASALI « Waterloo, qui a gagné ? »
"Le château est sur le point d’être emporté quand Wellington y envoie des renforts, quelques compagnies de Coldstream Guards : « Allez, mes garçons, en avant ! Et que je ne vous voie plus ! » Après plusieurs attaques acharnées mais infructueuses, les Français doivent se replier… Alors ils s’élancent à nouveau et tentent d’enfoncer la lourde porte de bois de la ferme. Un lieutenant du 1er léger, Legros, surnommé « L’enfonceur » , un géant, s’empare d’une hache de sapeur et fait une brèche dans la porte. Il parvient à entrer dans la cour de la ferme avec quelques hommes, mais les Anglais réussissent à refermer les portes. Les soldats français sont aussitôt exterminés par les Anglais. Seul un petit tambour aura la vie sauve."

Alessandro BARBERO « Waterloo » :
"Cependant, la situation de ses hommes, qui se pressaient sous le portail, devenait précaire : les défenseurs tiraient sur eux à bout portant depuis le parapet et les meurtrières. La seule façon d’entrer était de défoncer le portail avec les haches distribuées aux sapeurs. Un des officiers du 1er Léger, le lieutenant Legros, à qui ses muscles valaient d’être surnommé l’Enfonceur, s’avança sous le portail et commença à cogner. Legros, qui avait été sapeur et savait manier une hache, mit en pièces la barre de bois qui maintenait le portail fermé. Sous la pression de la masse, la cloison céda et un grand nombre de fantassins firent irruption à l’intérieur. S’ensuivit une mêlée sauvage, au fil de laquelle Legros et ses hommes se retrouvèrent à un moment maîtres de la cour. Les défenseurs en proie à la panique cherchaient refuge à l’intérieur des édifices. Un officier allemand fut poursuivi jusque dans la maison par un Français armé d’une hache, qui le rattrapa et, d’un coup, lui coupa net la main. Le matin même, Müffling avait exprimé à Wellington quelques doutes touchant la capacité de résistance du château. « Ah, vous ne connaissez pas Macdonell », s’était limité à répondre le duc. Dans ce moment critique, le lieutenant-colonel démontra qu’il était digne de la réputation qui l’auréolait, à savoir celle d’être un des plus formidables combattants de l’armée. Accompagné de quelques autres officiers et d’un sergent, ce chef de trente-quatre ans parvint à se frayer un chemin au milieu des ennemis, à refermer ce qui restait du portail et à le bloquer à l’aide d’une autre barre. Après quoi tous les Français, Legros compris, qui avaient pénétré dans la cour y trouvèrent la mort. Ou mieux, tous périrent, sauf un. Le soldat Matthew Clay se précipita à temps dans la cour pour voir Macdonell, le visage couvert de sang, qui finissait de barricader le portail et pour tomber sur un petit tambour français auquel seul son âge valait d’avoir été épargné. Clay le prit sous sa surveillance et l’emmena à l’intérieur du château, dans la salle où étaient rassemblés les blessés, en lui recommandant de rester là et de se tenir tranquille, car personne ne lui ferait de mal. Pendant ce temps, les Français restés à l’extérieur avaient commencé à se débander sous le feu précis des défenseurs, ceux qui cherchaient à se hisser sur le mur étant abattus un par un."
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2930
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Hougoumont

Message par Cyril Drouet » 13 mai 2018, 14:46

Bernard a écrit :
13 mai 2018, 10:33
Certains témoins prétendent que l'enfonceur n'était pas le lieutenant Legros mais qu'il s'agissait du sous-lieutenant Boucher qui se trouvait aux côtés du lieutenant Legros.
« Le colonel Cubières réunit une avant-garde dont il donne le commandement au sous-lieutenant Boucher, brave de l'armée d'Espagne, qui avait été fait officier par le maréchal Suchet en arrivant le premier sur la brèche de Tarragone. Ce détachement va tourner le bâtiment de la ferme, briser la porte charretière et s'introduire dans la cour ; le 1er léger marche sur ses pas. Boucher frappe à coups redoublés l'ouverture latérale à la porte charretière, la jette à bas, pénètre dans la cour, d'où l'on tire à bout portant d'une galerie élevée sur lui et les siens... Tous y trouvent la mort ! »
(Petiet, Souvenirs militaires)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1566
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Hougoumont

Message par Joker » 13 mai 2018, 18:21

On remarquera que malgré quelques variantes, l'épisode est rapporté avec le même lyrisme, mettant en exergue la bravoure de ces hommes qui faillirent forcer la décision et qui auraient ainsi pu modifier le sort de la bataille.
Par ailleurs, le comportement de l'officier britannique McDonell n'est pas moins digne d'éloges.
Ces récits illustrent parfaitement la part exceptionnelle de l'héroïsme dans ces âpres combats.
Un héroïsme d'autant plus admirable qu'il fut vain, le plus souvent…
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 2372
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: Hougoumont

Message par Demi-solde » 13 mai 2018, 19:02

Joker a écrit :
13 mai 2018, 18:21
Un héroïsme d'autant plus admirable qu'il fut vain, le plus souvent…
Mais n'est-ce pas parce que ce fut vain, que ce fut de l'héroïsme ?
La même action couronnée de succès et il ne serait plus question d'héroïsme, mais de bel et bien de gloire, non ? ;)


Cordialement

Avatar du membre
Rigodon d'honneur
Colonel 3ème Hussard
Colonel 3ème Hussard
Messages : 265
Enregistré le : 05 févr. 2018, 23:02

Re: Hougoumont

Message par Rigodon d'honneur » 13 mai 2018, 19:47

quelques petites rectifications et précisions, infos glanées ici ou là...

- le bon grade de LEGROS est sous-lieutenant, et pas lieutenant. il sert en 1815 comme ss-lt au sein de la 1ère compagnie du 3e bataillon du 1er léger.
Pierre François Legros est né à Reugney (Doubs) le 22/09/1781. il a bien été tué à Waterloo.
(sources SHD)

- le bon grade de BOUCHE est lieutenant, et pas sous-lieutenant. il sert en 1815 comme lt au sein de la 3e compagnie du 3e bataillon du 1er léger. (source SHD)
il n'est a priori pas mort à Waterloo (absent du Martinien).

pour ceux que ce sujet intéresse, divers liens vers de très bons sites :P :
:arrow: http://www.napoleon-series.org/cgi-bin/ ... ;id=182714
:arrow: http://frederic.berjaud.free.fr/1eleger.htm

:salut:
"Ils grognaient, et le suivaient toujours..."

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1566
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Hougoumont

Message par Joker » 13 mai 2018, 20:18

Demi-solde a écrit :
13 mai 2018, 19:02
Mais n'est-ce pas parce que ce fut vain, que ce fut de l'héroïsme ?
La même action couronnée de succès et il ne serait plus question d'héroïsme, mais de bel et bien de gloire, non ? ;)
On peut certes ergoter sur la terminologie à employer mais il n'empêche que tous les actes héroïques ne sont pas vains. Et c'est heureux !
De même, une action réussie ne conduit pas toujours son auteur à la gloire.
Bref, en cette matière comme dans les autres domaines, tout est relatif… ;)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2930
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Hougoumont

Message par Cyril Drouet » 13 mai 2018, 20:35

Rigodon d'honneur a écrit :
13 mai 2018, 19:47
- le bon grade de BOUCHE est lieutenant, et pas sous-lieutenant. il sert en 1815 comme lt au sein de la 3e compagnie du 3e bataillon du 1er léger. (source SHD)
il n'est a priori pas mort à Waterloo (absent du Martinien).
A ce sujet, on trouve un lieutenant Baugez, lieutenant au 3e de ligne, blessé mortellement le 18 juin et décédant le 22.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Sous-lieutenant
Sous-lieutenant
Messages : 1726
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Hougoumont

Message par C-J de Beauvau » 21 juil. 2019, 19:13

M. Legros, sous-lieutenant au 1er léger à waterloo revisité par la télévision anglaise version "fantastique " avec sa hache , terrassé par des forces occultes ! :o ;)



:salut:
La guerre c'est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas
Paul Valéry

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La dérouillée d'Hougoumont
    par blucher » 07 avr. 2015, 20:55 » dans L'actualité napoléonienne
    7 Réponses
    2175 Vues
    Dernier message par fanacyr
    10 avr. 2015, 16:42
  • Restauration du monument d'Hougoumont.
    par Dominique T. » 15 mai 2015, 12:23 » dans Monuments Napoléoniens
    2 Réponses
    883 Vues
    Dernier message par Joker
    25 mai 2015, 21:33
  • Goumont le ferme ou Hougoumont.*
    par blucher » 30 mars 2015, 00:37 » dans Monuments Napoléoniens
    1 Réponses
    784 Vues
    Dernier message par Joker
    30 mars 2015, 18:01
  • Les châtaigniers d’Hougoumont
    par Joker » 04 juil. 2019, 20:10 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    274 Vues
    Dernier message par Royal Scot's Guard
    05 juil. 2019, 12:08
  • Regiment Francais a Hougoumont
    par blucher » 13 avr. 2015, 19:45 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    1005 Vues
    Dernier message par blucher
    22 avr. 2015, 14:52