Maréchaux : Marmont

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Joker

Maréchaux : MARMONT

Message par Joker » 05 avr. 2005, 00:12

Marmont fut indéniablement travaillé en sous main par Talleyrand.
Waresquiel les met particulièrement en évidence dans sa bibliographie.
Sous gage de promesses diverses, Charles-Maurice sut obtenir la collaboration du duc de Raguse.
Un revirement fatal à ce dernier, car il fut assimilé à de la trahison pure et simple.

SCHNAPS

Re: Maréchaux : MARMONT

Message par SCHNAPS » 05 avr. 2005, 14:49

Salut et Fraternité,
Je me permets de poser la question suivante : si l'on fait abstraction de l'attitude de SOUHAM (entre autres) et de l'Etat-major du VIème Corps, considérez-vous que les unités de ce corps (Officiers et soldats) aient suivi MARMONT dans sa "défection" :?: N'aurait'on pas plutôt assisté à une rebellion contre ces ordres de marches ? Qu'en pensez-vous ...
Bien à vous, SCHNAPS :salut:

stephane

Re: Maréchaux : MARMONT

Message par stephane » 05 avr. 2005, 15:11

considérez-vous que les unités de ce corps (Officiers et soldats) aient suivi MARMONT dans sa "défection"
Le problème est que Marmont au dernier moment se ravisa quand il apprit l'abdication conditionnelle de Napoléon et décida de rompre les négociations avec les Autrichiens. Donc, à mon avis, à ce moment il ne pensait plus à la "défection". Souham a précipité les choses...mais les troupes ne se sont pas défilées dans leur grande majorité.

Stéphane
Modifié en dernier par stephane le 05 avr. 2005, 15:17, modifié 1 fois.

SCHNAPS

Re: Maréchaux : MARMONT

Message par SCHNAPS » 05 avr. 2005, 15:16

Merci stéphane,
Comment expliquer alors la "mamontophobie" qui s'est développée depuis lors , Souham, Compans et consorts auraient dû partager leur "part d'infamie" :?:
Bien à vous, SCHNAPS :salut:

stephane

Re: Maréchaux : MARMONT

Message par stephane » 05 avr. 2005, 15:40

Comment expliquer alors la "mamontophobie"
J'y vois deux causes principales (à mon avis) :
- La capitulation de Paris (qui avait été "conseillée" par Joseph pour éviter la destruction de la capitale). Mais Marmont défendant Paris avec Mortier et signataire de cette capitulation, tous les torts lui ont été imputés....

- Le fait d'être entré en pourparler avec les Autrichiens avant l'abdication pour permettre un repli de son Corps d'Armée et la bourde de Souham a achevé le peu de capital confiance qu'il avait auprès de la postérité.

Stéphane

Joker

Re: Maréchaux : MARMONT

Message par Joker » 06 avr. 2005, 00:38

Marmont a très certainement cristallisé les frustrations de tous ceux, militaires et civils confondus, qui durent subir la honte d'une capitulation et le défilé des troupes coalisées dans les rues de la capitale.
Il n'est jamais agréable de se voir envahi et soumis au joug de l'étranger.
Les nostalgiques de l'épopée impériale, furieux d'assister au retour des Bourbons dans les bagages des alliés, avaient besoin d'un bouc émissaire pour évacuer leur colère et leur amère déception.
Marmont, signataire officiel de l'acte de capitulation, était tout désigné pour endosser ce rôle.

Peyrusse

Maréchaux : Marmont

Message par Peyrusse » 11 janv. 2018, 18:59

Selon vous, le duc de Raguse a-t-il trahi l'Empereur en 1814 ?
----------
J'ai parcouru à nouveau, ces jours-ci, un ouvrage d'A. Chuquet consacré à 1814. J'y relève ce dialogue...
-----------
Conversation entre Napoléon et le capitaine de Bourgoing...

Bourgoing, capitaine au 5ème régiment de tirailleurs et aide-de-camp de Mortier, vient annoncer à Napoléon, le 5 avril 1814, à 6 heures et demie du matin, la défection du duc de Raguse.

« Napoléon : Qu’y-a-t-il de nouveau ?
Bourgoing. Sire, je suis chargé d’un bien triste message.
Napoléon. Au fait ! Point de préambule !
Bourgoing. Le 6ème corps vient de quitter la cause de Votre Majesté, tout ce corps s’est mis en marche vers Paris.
Napoléon. C’est une nouvelle affreuse que vous me donnez là, jeune homme ! En êtes-vous bien sûr ?
Bourgoing. Sire, j’étais moi-même, cette nuit, à Essonnes ; j’ai vu de mes yeux les troupes prendre les armes et marcher dans la direction des lignes ennemies.
Napoléon. Les troupes savaient-elles où on les conduisait ?
Bourgoing. Non, sans doute, suivant leur coutume, elles ont obéi en silence.
Napoléon. Ah ! Il faut tromper mes soldats pour me les enlever ?… Avez-vous vu le duc de Raguse au moment de la marche des troupes,
Bourgoing. Non, Sire, il n’était pas à son quartier-général, lorsque les troupes ont fait leur mouvement. Je ne lai vu qu’hier soir quand je suis arrivé à Essonnes avec le duc de Trévise. Ce sont les généraux qui m’ont fait connaître le but de leur marche. J’ai dû les quitter brusquement, craignant qu’ils ne veuillent m’empêcher de rejoindre mon maréchal.
Napoléon. La cavalerie a suivi ce mouvement ?
Bourgoin. Oui, sire. Infanterie, cavalerie, artillerie, tout s’est mis en marche dans la même direction.
Berthier. Il paraît qu’ils sont partis en masse.
Napoléon. En masse ! En masse !... Que fait Mortier ?
Bourgoing. Sire, il m’envoie vers vous pour assurer Votre Majesté de son dévouement absolu. Il attend vos ordres pour marcher. Nous sommes, a-t-il dit, dévoués à l’Empereur à la vie à la mort.
Napoléon. Ah ! Je le reconnais bien là, et je sais que je dois compter sur lui. Et ses troupes ? Et ma jeune garde ? Elle pense aussi à m’abandonner ?
Bourgoing. Sire, la jeune garde et toute la jeunesse de France sont prêtes à mourir pour vous. Napoléon. (Touchant l’épaule de Bourgoing en passant la main sous les franges de l’épaulette). Ah ! Oui, les jeunes gens ! Ce ne sont pas ceux-là qui m’abandonneront !... Allez, mon ami. Dites à votre maréchal que je compte sur lui, que je le remercie de sa fidélité et que j’ai toute confiance en ses troupes. Qu’il se tienne prêt ; qu’il se garde… Au reste, dites-lui que nous ne nous battrons plus. On veut me perdre par des intrigues. «

(Arthur CHUQUET, « L’Année 1814… », Fontemoing et Cie, Editeurs, 1914, pp.180-181).

barthelemy

Re: Maréchaux : Marmont

Message par barthelemy » 12 janv. 2018, 00:10

Merci cher Peyrusse pour cet éclairant dialogue

il est communément admis que Marmont a trahi en 1814.... d'ailleurs, l'Empereur aura des mots très sévères sur lui... "je l'avais pris sous ma tente", etc.... et il le cite implicitement parmi les traitres "sortis de nos rangs" dans sa déclaration de Golfe Juan à l'armée en 1815

Toutefois, Marmont n'a t-il pas agit à son corps défendant ?

Après tout, la régente Marie-Louise et le Lieutenant-général de l'Empire Joseph Bonaparte avait quitté la capitale... Marmont a dû assumer une situation inédite (certes, il n'était pas seul) qui n'aurait pas dû relever que de la responsabilité d'un militaire
(il cherchera d'ailleurs à se justifier dans ses Mémoires)

Mais enfin, les soldats crièrent à la trahison...

Sur ce sujet, je ne sais pas ce que "vaut" ce livre, mais je sais qu'il existe :

Image

Peyrusse

Re: Maréchaux : Marmont

Message par Peyrusse » 12 janv. 2018, 09:19

« On doit également à Rapetti une réfutation des Mémoires du maréchal Marmont. Lorsque parurent les Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse, l'opinion publique fut vivement impressionnée. On sait qu’apprenant à Fontainebleau la défection du 6ème corps à Essonnes, l'Empereur s'était écrié en parlant de Marmont : « L'ingrat il sera plus malheureux que moi. » Une grave accusation pesait donc sur le maréchal, et ses Mémoires devaient naturellement essayer de le laver de la trahison qu'on lui reprochait.

« Chargé de rendre compte de l'ouvrage du maréchal Marmont, dit Rapetti, dès la première page du premier volume, je ne saurais rendre autrement mon impression qu'en disant que je me suis tout à coup senti en présence de l'ennemi. »

Rapetti se chargea de faire la démonstration d'un des côtés les plus graves de la vie politique et militaire du maréchal Marmont. Et, à cette occasion, il citait ces deux vers :


« Il n'est point de serpent, ni de monstre odieux,
Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux. »


Son livre, qui a paru en 1857, est intitulé : « La Défection de Marmont en 1814 », Dans un style sobre, il rétablit les faits de figures pour le besoin d'une cause spéciale, les caractérise et les démontre, non pas avec des assertions, mais à l'aide d'authentiques documents.

«J'étais désormais, dit-il, libre d'infliger à Marmont le châtiment qui lui est dû, et j'en profitai pour le juger à mon aise dans la mesure d'une exacte justice. »
De toutes les erreurs et les fautes du passé, Rapetti passe facilement à l'oubli : mais un seul jour il fut donné a Marmont d'exercer son initiative sur les événements, ce fut à Essonnes, en 1814. Il n'en profite que pour livrer à l'ennemi le 6ème corps, dont le commandement lui était confié, et qui était l'avant-garde de l'armée française.

Les preuves rassemblées par Rapetti sont foudroyantes. Elles sont pour l'histoire de cette époque une rectification et un complément nécessaires ; elles justifient la prédiction de L’Empereur :
« L'ingrat! Il sera plus malheureux que moi !»

Aucun historien n'a apporté dans la mission qu'il se donnait un examen aussi consciencieux des événements, des faits et des personnes. C'est en les passant au crible des documents authentiques, en les soumettant à l'analyse la plus impartiale, qu’il établissait son opinion et la formulait avec indépendance, loyauté et, surtout, sans idée préconçue. Profondément érudit, doué d'une mémoire excellente, son jugement était d'autant plus net qu'il combinait plus facilement tout l'ensemble de la période se rapportant au fait qu'il avait à apprécier. A cette netteté d'appréciations il joignait une qualité merveilleuse pour un écrivain : la concision. Le style est clair comme sa pensée et dépourvu de toute phraséologie inutile. Des faits, des actes, des documents, voilà le procédé applique par Rapetti dans ses ouvrages et notamment dans celui-ci, dont l'importance historique est de premier ordre. »

----------
Prince Georges BIBESCO, « Le comte Rapetti, sa vie et ses œuvres. Suivi du discours prononcé sur sa tombe », Plon, 1885, pp.27-29. L’auteur de cette plaquette rappelle que Pierre-Nicolas Rapetti, comte de Trastour, était né en Italie, à Bergame, en 1811. Il s’est éteint à Paris en 1885. Plaquette accessible en ligne sur Gallica.
[/
color]

William Turner

Re: Maréchaux : Marmont

Message par William Turner » 12 janv. 2018, 15:53

Peyrusse a écrit :
11 janv. 2018, 18:59
Selon vous, le duc de Raguse a-t-il trahi l'Empereur en 1814 ?
En quoi consiste exactement cette "trahison" ?
Et si Marmont n'avait pas "trahi", la situation aurait-elle été fondamentalement différente ?
Avant même la "trahison" de Marmont, les maréchaux qui entouraient encore Napoléon ont tout fait pour le convaincre de renoncer à continuer le combat qu'ils estimaient perdu.
Si Napoléon n'avait pas été privé d'une partie importante de son armée par cette "trahison", aurait-il eu réellement les moyens de retourner la situation ou n'aurait-il fait que prolonger un combat désespéré ? Aurait-il seulement fait usage de ces troupes s'il avait pu en disposer ?
Bref, cette accusation de trahison pour expliquer le renoncement n'était-elle pas un moyen commode de ne pas reconnaître que la partie était de toute façon perdue, trahison ou pas ?

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Marmont – Le maudit
    par Eric LM » 07 juin 2018, 10:56 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    19 Réponses
    2598 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    13 juin 2018, 19:13
  • Une biographie de Marmont à paraître....
    par Peyrusse » 08 mai 2018, 11:58 » dans Livres - Revues - Magazines
    12 Réponses
    900 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    10 juin 2018, 16:59
  • "Le Maréchal Marmont, duc de Raguse - 1774-1852" de Pierre Saint Marc (Editions Arthème Fayard - 1957)
    par Espagne » 18 juil. 2017, 13:35 » dans Livres - Revues - Magazines
    6 Réponses
    437 Vues
    Dernier message par lannes-villars
    27 juil. 2017, 12:17
  • Maréchaux : AUGEREAU
    par Cyril Drouet » 13 juin 2018, 19:12 » dans Salon Ier Empire
    42 Réponses
    1225 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    24 juin 2018, 10:11
  • Maréchaux : NEY
    par L'âne » 18 août 2017, 08:16 » dans Salon Ier Empire
    153 Réponses
    8099 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    22 août 2018, 22:11