Vendredi 13...

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

L'âne

Message par L'âne »

J'ai appris que le Général de Gaulle est mort alors qu'il était en train de faire une réussite...

Maria Kel

Message par Maria Kel »

C'est la stricte vérité :cry:

Peyrusse

L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par Peyrusse »

"M. Dunod, trois ans huissier de la chambre de l'Empereur, m'a conté plusieurs faits assez curieux que j'ai notés. Napoléon était très douillet; pour un rien, il se plaignait, se lamentait au-delà de toute expression. Dans sa carrière militaire, bien qu'il s'exposât beaucoup, il n'éprouva pas d'accident. La blessure reçue à Ratisbonne [23 avril 1809], dont on a tant parlé, n'était qu'une simple contusion, sans effusion de sang, produite par une balle morte. Napoléon était, de plus, très superstitieux, intraitable sur le nombre treize et sur le vendredi. Ainsi, pour un déplacement, le quantième du mois avait été fixé sans tenir compte du jour. Ce jour-là était un vendredi. L'Empereur en étant informé, avança son départ et partit le jeudi. "

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, p.99).

---------
Camille Dunod, né le 18 juillet 1795, à Châtel-Gérard (Yonne), fut huissier de la Chambre de l'Empereur du 1er avril 1811 au 1er avril 1814. Successivement commis aux Bureaux de la Guerre, attaché au secrétariat du duc de Berry et percepteur des contributions directes, il devint maire de Montereau en 1848, conseiller d'arrondissement et chevalier de la Légion d'honneur. Il mourut le 20 septembre 1864. (Note de Joseph Durieux, annotateur de l'édition de ce témoignage).



Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2816
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par L'âne »

Napoléon évoque très tôt sa "bonne étoile". Il fait allusion à l'intuition superstitieuse dans quelques occasions. En 1812, avec Caulaincourt, lorsqu'il se rappelle la chute de cheval dont il avait été victime en 1812 à proximité du Niémen, à cause d'un lièvre, ou encore lorsqu'il dit en Russie : "Moscou brûle, ceci nous présage de grands malheurs".
L'Empereur savait utiliser le sentiment superstitieux que pouvaient avoir les gens à son égard. C'est ainsi qu'un jour, alors que le Cardinal Fesch lui faisait des remarques au sujet de la guerre en Espagne, Napoléon le prit par le bras et l'emmena sur la terrasse. Là, il lui dit :
"Voyez-vous cette étoile ?
Non, répondit le cardinal
Eh bien, tant que je serai le seul qui l'aperçoive, j'irai mon train et je ne souffrirai pas d'observations"
Napoléon était un peu superstitieux par atavisme corse.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1496
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par Bernard »

Il me semble qu'il consultait la célèbre voyante, Mlle Lenormand (Anne-Marie Adelaïde Lenormand). Mais en existe-t-il des traces ?

Avatar du membre
Napolitaine
Princesse de Bourgogne
Princesse de Bourgogne
Messages : 660
Enregistré le : 30 juil. 2017, 22:04

Re: L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par Napolitaine »

Il croyait également aux phénomènes paranormaux me semble il. Par contre j'ignorais qu'il était tant supertitieux (cf numéro 13).
Il est fou de constater que certaines personnes peuvent dire des insanités sans paraître vulgaire, alors que d'autres le sont juste en vous disant bonjour.

Peyrusse

23 juin 1812…

Message par Peyrusse »

« L’Empereur monte le cheval « Gonzalon ». Il revêt une redingote polonaise, un bonnet de soie noire, et va, avec le général Haxo, le maréchal Berthier et Caulaincourt, faire la reconnaissance du Niémen. Il se rend tout d’abord dans une des maisons du village dont les fenêtres donnent sur le fleuve; puis il parcourt les bords du Niémen. Il revient et se met à reconnaître le pays en arrière des hauteurs, à toute bride. Duroc, Berthier, Caulaincourt, Bessières, Davout, Haxo, le suivent à peu de distance : « Ils virent tout à coup son cheval faire un brusque écart, lui-même tourner sur sa selle, tomber et disparaître. On s’élança à l’endroit où il était tombé. Il était déjà debout et s’était relevé de lui-même, sans autre mal qu’une contusion à la hanche; il se tenait droit et immobile près de son cheval frémissant. Un lièvre parti entre les jambes de l’animal avait occasionné le bond qui avait désarçonné le cavalier, toujours négligent à cheval et distrait. Il ne proféra pas une parole. Subitement assombri et comme frappé, il se remit il se remit silencieusement en selle, et le petit groupe de cavaliers reprit sa course à grande allure. » Il fit élever ses tentes et composa une longue instruction, admirable d’ordre et de clarté. Il demeure très sérieux et préoccupé pendant toute la journée, restant sous l’emprise d’une impression fâcheuse. Il parle quelquefois de son accident, s’inquiète de lire sur plusieurs visages une inquiétude correspondant à la sienne. Ce qui ajoute à sa mauvaise humeur, c’est de n’avoir aucune nouvelle de la rive ennemie. »

(Jean TULARD et Louis GARROS, « Itinéraire de Napoléon au jour le jour, 1769-1821 », Tallandier,1992, p.376)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3346
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par Cyril Drouet »

Napolitaine a écrit :
12 août 2017, 19:21
Par contre j'ignorais qu'il était tant supertitieux (cf numéro 13).
Ça reste à démontrer. Quand on se penche sur les vendredis 13 de la période napoléonienne, l'intéressé n'est pas resté inactif. Par exemple, le vendredi 13 juillet 1798 ne lui pas trop mal réussi.

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3346
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par Cyril Drouet »

"L'année 1813 commençait plus tristement que les autres. Le premier jour de l'an se trouva être un vendredi.
Après les désastres éprouvés par nos armées, chacun disait : "Que sera-t-elle cette année qui porte le numéro 13 et commence par un vendredi ? A quel malheur la France, l'Europe sont-elles de nouveau réservées ?"
(Mlle Cochelet, Mémoires sur la reine Hortense et la famille impériale)

Toujours autour du 13 :

"Un jour à Florence, assistant à un dîner de famille, [la princesse Catherine de Wurtemberg] s'aperçut qu'il n'y avait que treize couverts : soudain elle pâlit, et refusa obstinément de s'asseoir. La princesse Elisa Bacchiocchi se moqua de sa belle-soeur : "Il n'y a pas de danger ; nous serons quatorze puisque je suis grosse." La princesse Catherine céda, mais avec une extrême répugnance. Peu de temps après, elle dut prendre le deuil de sa belle-soeur ; et la mort de la princesse Elisa ne contribua pas peu, comme on peut le croire, à la rendre plus que jamais superstitieuse sur l'influence du nombre treize. Eh bien ! que les esprits forts se vantent tant qu'ils voudront ; mais je puis consoler les faibles, car j'ose affirmer que si l'empereur avait été témoin d'un pareil événement arrivé dans famille, un instinct plus fort que sa réflexion, plus fort que sa toute-puissante raison, lui aurait causé quelques instants de vague inquiétude."
(Constant, Mémoires)

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2816
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: L'Empereur était-il superstitieux ?

Message par L'âne »

André Malraux :
« Il me semble qu’il n’a jamais été en face de l’interrogation métaphysique ou, si vous préférez, religieuse. Lisez le Mémorial. On nous parle de ses superstitions comme si les plus grands esprits religieux n’avaient pas été superstitieux ! Mais sa religion, sa vraie religion, n’était sans doute pas très différente de celle de sa mère. Les grands conquérants sont rarement interrogés par le sens de la vie. Alexandre, César, Gengis, Timur… quand ils sont venus devant Dieu, je suppose qu’il les a tous envoyés au catéchisme. »

Pons de l'Hérault évoquant le caractère de Napoléon à l'île d'Elbe :
« L'Empereur était essentiellement religieux, je crois même qu'il était un peu superstitieux. Si l'Empereur avait eu une vie calme, une situation ordinaire, il aurait été dévot : il avait des saints de prédilection ; les cérémonies du culte lui plaisaient lorsque leur splendeur n'avait pas un air mondain, il n'avait oublié aucune des prières que sa mère lui faisait réciter. La princesse Pauline disait : « L'Empereur sait bien mieux prier que moi. »

Le baron Fain rapporte une anecdote amusante pendant les préparatifs du sacre : Napoléon et Joséphine ne montèrent pas au bon endroit dans leur voiture d'apparat (Napoléon raconté par ceux qui l'ont connu : Anthologie choisie et présentée par Arthur Chevallier) :
"Cette voiture est ordinairement très grande, à glaces et sans panneaux, le fond est assez semblable au devant. Lorsque LL. MM. y montèrent, elles se trompèrent de côté et se placèrent sur le devant s'apercevant à l'instant de leur méprise, elles se mirent en riant dans le fond. Cette observation est sans doute minutieuse, mais je ne sais pourquoi je n'ai jamais pu en perdre le souvenir. Quelqu'un de plus superstitieux y aurait encore attaché plus d'importance."
LL.MM. : Leurs Majestés
Aurea mediocritas

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Un autre vendredi 10 janvier... en 1817 !
    par Joker » 10 janv. 2020, 20:11 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    59 Vues
    Dernier message par Cyril
    17 févr. 2020, 19:38