[1812] Smorgoni, 5 décembre 1812.

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

foxtrot

[1812]

Message par foxtrot » 19 oct. 2003, 22:52

Octobre 1812, Le reflux.

Petit clin d'oeil du pop up sur les dates historiques, ce jour...
Le début de la fin:

19 octobre 1812
Napoléon Ier donne l'ordre de quitter Moscou : la retraite de Russie commence. Il avait traversé le Niémen le 24 juin précédent, mais ses ennemis s'étaient dérobés, refusant le combat et faisant le vide devant les envahisseurs. Ce même scénario s'était reproduit à Smolensk. Le 7 septembre, Napoléon était parvenu à battre Koutousov à la Moskova, mais les Russes étaient parvenus à s'échapper. Enfin, l'empereur était arrivé à Moscou pour s'installer au Kremlin, convaincu que le tsar Alexandre allait demander la paix. Mais il avait dû fuir, la ville étant ravagée par l'incendie, et lorsqu'il était revenu à Moscou, le tsar avait décliné ses avances. Ce 19 octobre, Napoléon bat en retraite en descendant vers le Sud. Le froid chaque jour plus rigoureux, le manque de vivres, ainsi que le harcèlement des Cosaques décimeront ses colonnes. Pressé de rentrer en France, Napoléon cèdera le commandement à Murat, bientôt remplacé par Beauharnais. Napoléon perdra ainsi plus de 400 000 hommes, plus de 100 000 ayant été faits prisonniers en Russie.

Karl

Re: [1812]

Message par Karl » 20 oct. 2003, 04:28

Un an plus tard, du 16 au 19 octobre 1813, ce sera la bataille de Leipzig, la défaite et la retraite. Ainsi que la mort du Marechal Poniatowski ( le 19 ou le 20 ? )... La suite de la fin !!

Le Grognard du Jura

Re: [1812]

Message par Le Grognard du Jura » 20 oct. 2003, 08:03

Mon cher Karl, le Maréchal Poniatowski (nommé le 16 octobre 1813 après la Bataille de Wachau) est mort le 19 octobre en se noyant dans l'Elster en voulant le traverser car le seul pont pouvant le franchir avait été détruit par un sapeurs français, qui pris de panique en prenant les Polonais pour des Russes a allumé la mine.

Son corps a été repêchÉ et enterré à LeipZig ou Dresde, je ne sais plus, mais après l'abdication de l'Empereur en 1814, les troupes Polonaises qui rentraient dans leur pays récupérèrent le corps pour l'emmener à Varsovie ou il repose avec les Roi de Pologne.

Tibule

Re: [1812]

Message par Tibule » 20 oct. 2003, 16:34

Le brave Poniatowski a été inhumé à Cracovie dans la nécropole des Rois de Pologne au château de Wawel.

Christophe

Smorgoni, 5 décembre 1812...

Message par Christophe » 05 déc. 2016, 16:44

Le 5 décembre 1812, sentant la nécessité de rentrer en France, Napoléon quitte l’armée à Smorgoni, laissant le commandement au roi de Naples.

« A dix heures précises du soir, nous montâmes en voiture, l’Empereur et moi, dans sa dormeuse, le brave Wonsowicz à cheval près de la voiture, Roustam, les piqueurs Fagalde et Amodru aussi à cheval. L’un d’eux prit les devants pour commander les chevaux de poste à Oschmiana. Le duc de Frioul et le compte de Lobau suivaient dans une autre. Les mesures furent si bien prises, le secret si bien gardé que personne ne se douta de la moindre chose et, à l’exception du grand maréchal [Duroc] et du baron Fain, même ceux qui partirent ne surent le voyage qu’à sept heures et demie, quand les maréchaux l’apprirent. L’Empereur arriva à Oschmiana vers minuit. La division Loison et un détachement de la cavalerie napolitaine y avaient pris position dans l’après-midi. Il gelait très fort. Pleins de sécurité et se croyant couverts par l’armée, les postes, mal placés, étaient aussi mal gardés ; la division logeait en ville. Chacun s’était enfermé et mis à l’abri du froid, qui était excessif. Un partisan russe avait profité de cette sécurité pour faire, quelque temps avant l’arrivée de l’Empereur, un hourra général dans cette ville, avec des cosaques et des housards. Quelques sentinelles tuées, quelques hommes emmenés furent le seul résultat de cette expédition. La fusillade de chaque maison ayant bientôt obligé les Russes à s’enfuir, ils prirent position au-dessus de la ville qu’ils canonnèrent quelque temps. Les choses étaient dans cette situation quand l’Empereur y arriva » .

(Général de CAULAINCOURT, « En traîneau avec l’Empereur...», Arléa, 2002, p. 81).

------------------
Au terme d’un voyage périlleux, Napoléon arriva dans la cour des Tuileries le 18 décembre 1812 à minuit moins le quart.

Christophe

Un autre témoignage en complément...

Message par Christophe » 05 déc. 2016, 20:19

Dans sa "Geschichte des Regiment Herzoge su Sachsen" (pp.136-137), le chirurgien Geissler raconte qu'il vit Napoléon arriver le 5 décembre 1812 au soir. Tel était l’enthousiasme que l’Empereur inspirait encore aux soldats qu’on eut du mal à empêcher les troupes allemandes de la division Loison de lui faire une ovation.

Arthur CHUQUET

---------------------------------------------
'Le 5 décembre au soir, Napoléon arrivait du quartier-général de Smorgoni- à une journée de marche d’Ochmiana- après avoir remis au roi de Naples [Maréchal Murat] Le commandement en chef de l’armée. Il était près de 10 heures du soir lorsqu’il arriva à Ochmiana, accompagné d’un détachement de cavalerie polonaise. Il était dans une voiture de voyage drapée de fourrure et tirée par six petits chevaux lithuaniens ; Caulaincourt, duc de Vicence, à côté de lui ; sur le siège, le mamelouk Roustam et l’interprète polonais, le capitaine de la Garde Wonsowicz. Dans un traîneau suivaient le Grand Maréchal Duroc, duc de Frioul, et Mouton, comte de Lobau.

L’Empereur portait une pelisse verte garnie de brandebourgs d’or et un bonnet de même espèce. Il avait l’air grave et semblait être en très bonne santé. Depuis que nous l’avions vu de près à Gotha en 1807, à Erfurt et à Weimar en 1808, et, en dernier lieu, à Donauwörth en 1809, son visage n’avait pas du tout changé. Nous considérions ce puisant mortel à la distance de quelques pas- car, par hasard, il avait fait arrêter devant notre quartier- et avec la plus grande attention. Les généraux Gratien (qui remplaçait Loison, pas encore arrivé) et Vivier, avec les colonels des régiments, s’étaient mis en demi-cercle à la portière de la voiture. On parla du grand froid et de la surprise qui venait d’avoir lieu [celle tentée par le partisan Seslavine, qui à la tombée de la nuit, était soudain entré dans Ochmiana avec des canons sur traîneaux] et qui parut affecter désagréablement l’Empereur : il croyait peut-être que l’ennemi connaissait déjà son départ. La personnalité de cet homme extraordinaire, la plus attachante de l’époque moderne, ses traits marqués de l’empreinte de la plus grandiose originalité, ses puissantes actions qui avaient remué son temps et son monde, nous entraînaient à une involontaire admiration.

La voix que nous entendions à l’instant même, n’était-ce pas la voix dont le moindre accent résonnait dans toute l’Europe, déclarait des guerres, décidait des batailles, déterminait le destin des empires, élevait ou détruisait la gloire de tant et tant d’hommes ? Lorsque la nouvelle de son arrivée se répandit parmi les troupes, elles voulurent manifester. Malgré le froid rigoureux et d’autres conditions favorables, comme les troupes d’Oudinot et de Victor à Borisov, le saluer par l’habituel cri de joie. Mais à cause de son incognito, de telles acclamations furent réprimées. "

Bastet

Message par Bastet » 05 déc. 2016, 20:32

" La voix que nous entendions à l’instant même, n’était-ce pas la voix dont le moindre accent résonnait dans toute l’Europe, déclarait des guerres, décidait des batailles, déterminait le destin des empires, élevait ou détruisait la gloire de tant et tant d’hommes ?"
En lisant ces mots il se comprend que l'on puisse éprouver une certaine nostalgie des altitudes à l'échelle de celui qui fut dans la grandeur un des géants du XIX° siècle....
" Sire, vous reviendrez dans votre capitale/ Sans tocsin, sans combat, sans lutte et sans fureur,/Traîné par huit chevaux sous l'arche triomphale/ En habit d'Empereur" ( V. Hugo, Le retour de l'Empereur).

:salut:

la remonte

Re: [1812]

Message par la remonte » 17 oct. 2017, 11:09

Le 17 il ne se passe rien. On attend la paix , les soldats maraudent dans la capitale en ruine , qui a vraiment conscience qu'il faudra partir précipitamment le lendemain soir ? ... Murat est loin de Moscou à près de 50 kms a Winkowo .
Rênes longues .
« route de Kalouga », aujourd'hui la route européenne E105. Cette route est la voie choisie par Napoléon pour s'échapper de Moscou à l'automne 1812. Mais Koutouzov va ruiner ce projet en lançant une vaste offensive dans cette direction, l'obligeant à emprunter la vieille route de Smolensk, qui avait été dévastée lors de son invasion de la Russie.

la remonte

Re: [1812]

Message par la remonte » 17 oct. 2017, 11:34

Image

en rouge les zones incendiées
Napoléon est surpris le premier de l'attaque de Koutouzov . Murat encore plus. Comment les soldats ont donc pu anticiper une retraite l'épée dans les reins ? On a quelques exemples prévoyants bien sûr mais la majorité ne s attendait pas à un tel dénouement, ce qui expliquera en grande partie le désastre :idea:

L'âne

Re: [1812]

Message par L'âne » 17 oct. 2017, 14:03

la remonte a écrit :[url=http://zupimages.net/viewer.php?id=17/42/cskg.jpg]on a quelques exemples prévoyants bien sur mais la majorité ne s attendait pas à un tel dénouement, ce qui expliquera en grande partie le désastre :idea:
Le sort de la Grande Armée est pour ainsi dire scellé fin septembre. Je pense humblement que toutes les précautions eurent été bien peu efficaces pour éviter le désastre.
Bruno Roy-Henry a écrit :... La plupart ajoutèrent quelques bourses remplies de pièces d'or qui furent ensuite ensevelies avec leur porteur.
Beaucoup furent dépouillés et même pas ensevelis...
(23 octobre 1812)
La bataille à proprement parler : samedi 24 octobre.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • RUSSIE 1812 : "Napoléon en 1812.Souvenirs." Roman Soltyk)
    par Peyrusse » 12 nov. 2017, 23:36 » dans Livres - Revues - Magazines
    61 Réponses
    6801 Vues
    Dernier message par Chevalier1812
    05 août 2018, 19:05
  • 1812 au piano
    par Maria Kel » 11 oct. 2016, 21:49 » dans Napoléon à travers les Arts
    7 Réponses
    921 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    12 oct. 2016, 19:00
  • Batailles : Mojaïsk, 7 septembre 1812
    par Christophe » 07 sept. 2016, 16:31 » dans Salon Ier Empire
    7 Réponses
    729 Vues
    Dernier message par la remonte
    08 sept. 2016, 10:59
  • « Les mémoires de Jakob Walter, 1812 »
    par Peyrusse » 27 juil. 2017, 20:40 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    121 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    27 juil. 2017, 20:40
  • Heckel, général du génie russe en 1812
    par Willelmus » 19 janv. 2016, 20:22 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    622 Vues
    Dernier message par Barclay
    20 janv. 2016, 06:28