Napoléon, fils putatif d'Hannibal

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Saint Clair

Napoléon, fils putatif d'Hannibal

Message par Saint Clair » 31 août 2016, 18:59

Membre actif d'un autre forum, je m'instruis actuellement de la vie d'Hannibal Barca (247-183 environ avant J.-C.) et, plus précisément, des batailles qu'il mena, avec succès, durant quinze ans, contre Rome. Comme on va le voir, par le biais de quelques exemples, Hannibal est un fin stratège. Il est même considéré, par certains historiens, comme le "père de la stratégie" puisque son adversaire adoptera des éléments de sa tactique militaire dans son propre arsenal stratégique.
Parmi d'autres, la victoire de Cannes (Italie du sud) est considérée comme un chef d'œuvre de la tactique d'Hannibal.
En infériorité numérique, il place son infanterie la plus faible en demi-cercle et la renforce par des cavaliers gaulois et numides sur ses flancs.
Les légions romaines qui s'étalent sur un kilomètre et demi s'engouffrent dans la partie centrale tandis que les flancs carthaginois suivent le mouvement et enferment les légionnaires.
La cavalerie d'Hannibal finit l'encerclement et massacre les ennemis pris à revers.
La bataille de Cannes est la plus désastreuse défaite des romains qui, en une journée, perdent entre 25.000 et 70.000 tués et 10.000 prisonniers. Quant aux carthaginois, ils ne perdent que 6.000 hommes.
Deux raisons sont avancées pour expliquer une victoire aussi écrasante : la tactique mise en place par Hannibal et sa capacité à utiliser les erreurs de ses adversaires. Il pousse ses adversaires à la faute

Un historien américain dira : "Hannibal excellait en tant que tacticien militaire. Dans l'histoire, aucune bataille n'offre un exemple plus fin de tactique que la bataille de Cannes".

Dans l'Encyclopoedia Britannica de 1911, Hannibal est loué en ces termes :
"Quant au génie militaire d'Hannibal, il ne peut y avoir deux avis. L'homme qui put se maintenir pendant quinze ans en terrain hostile faisant face à plusieurs armées puissantes et une succession de généraux capables doit avoir été un tacticien hors pair. Dans ses stratégies et l'utilisation de l'embuscade, il surpassa sans aucun doute tous les autres grands généraux de l'Antiquité. Aussi splendides que furent ses réalisations, nous devons encore plus nous en émerveiller en constatant la mauvaise grâce avec laquelle Carthage le soutint. Pour répondre à la disparition de ses vétérans, il dut lever des troupes fraiches sur place. Jamais on n'entendit parler de mutinerie dans son armée bien qu'elle fut composée de nord-africains, d'Ibères et de Gaulois.
...
Il eut incontestablement des ennemis amers et sa vie fut une lutte continuelle contre le sort. Pour l'immuablité des objectifs, la capacité d'organisation et la maîtrise de la science militaire, il n'a peut-être jamais eu d'égal."

Les chroniqueurs romains, de qui nous tenons la plupart des écrits sur Hannibal, reconnaissent une maîtrise militaire suprême écrivant que ce dernier "n'avait jamais exigé des autres ce qu'il n'aurait pas fait lui-même."
"Comme un sage gouverneur, il a su tellement soumettre et contenir ses gens dans le devoir, que jamais ils ne se révoltèrent contre lui, et que jamais il ne s'éleva au milieu d'eux aucune sédition. Quoique son armée ne fût composée que de soldats de divers pays, africains, espagnols, ligures, gaulois, carthaginois, italiens, grecs, qui n'avaient de commun entre eux ni lois, ni coutumes, ni langage, il réussit par son habileté à réunir toutes ces différentes nations, à les soumettre au commandement d'un seul chef, et à les faire entrer dans les mêmes vues que lui."

A la lecture de ces quelques textes, je ne puis manquer de faire un parallèle, d'abord facile, mais néanmoins pertinent, avec la trajectoire de celui qui , bien des siècles plus tard, fut amené à présider à la destinée de bien des peuples. S'il fut, avant tout, un stratège, je suis convaincu que Napoléon doit beaucoup à celui dont il s'inspira à bien des égards (le domaine politique est aussi concerné par une approche originale pour l'époque) et que, fort d'un enseignement livresque, il s'appropria ces qualités dont on crédite unanimement Hannibal : l'audace, le courage et la pugnacité.
Napoléon ne manqua ni de l'un ni de l'autre et appliqua, presque à la lettre, les tactiques de combat initiées, bien des siècles avant lui, par Hannibal Barca. Il comprit, avant l'heure, tout le parti qu'il pourrait tirer d'une attaque-surprise qui prendrait l'ennemi au dépourvu.
Le général Schwartzkopf, commandant les forces de la coalition durant la guerre du Golfe affirmait, pour sa part, que "la technologie de la guerre peut changer, la sophistication des armes change à coup sûr. Mais les mêmes principes de la guerre qui s'appliquaient du temps d'Hannibal, continuent à s'appliquer aujourd'hui.

Napoléon avait tout lu de la vie d'Hannibal et il se dit que, à Sainte Hélène, il poursuivait avec assiduité ses lectures sur la stratégie de cet homme à qui il vouait, sinon un culte, du moins, une grande admiration.
A Austerlitz, avant de quitter sa tente, pour rejoindre le champ de bataille, il ne manque pas de jeter un dernier regard sur les trois bustes qui ornent l'endroit : celui d'Hannibal est entouré de celui de Scipion et celui de Jules César (j'ai lu cette assertion chez un auteur actuel).
Pour être plus affirmatif sur ce point, je laisse la parole, tout d'abord, baron Méneval :
"Sa place habituelle était une causeuse recouverte d'une housse en taffetas vert, placée près de la cheminée que décoraient deux beaux bustes en bronze, représentant Scipion et Hannibal".
Déjà, en 1803, le directeur général du Musée central des Arts, Vivant Denon, s'adresse ainsi au Premier Consul :
"J'ai rassemblé divers portraits que je ferai placer dans vos appartements de Saint Cloud et qui, j'espère, seront de votre goût. J'y ai joint deux bustes en bronze d'Annibal et de Scipion que j'ai rapportés de Naples et dont je vous prie de me permettre de vous faire l'hommage."

Sans dénier à l'Empereur toutes ces qualités intrinsèques dont le présent forum se fait, à longueur de pages, le chantre, je ne puis, encore une fois, et c'est mon intime conviction, m'empêcher de penser que Napoléon n'aurait peut-être pas été ce Napoléon là s'il n'y avait pas eu, avant lui, Hannibal.
Alors, le lien de filiation me semble finalement établi...

Maria Kel

Message par Maria Kel » 31 août 2016, 19:14

Bien sûr, comme tout stratège de son époque, notre Empereur s'appuyait beaucoup sur les grands noms de l'Antiquité, Alexandre le Grand, Jules César et, bien sûr, Hannibal Barca. Ce sont les trois génies qui ont inspiré des générations de militaires depuis plus de 2000 ans. Napoléon a d'ailleurs beaucoup lu à leur sujet, comme le prouve sans aucun doute sa bibliothèque de Malmaison. :)

Le tableau dont vous montrez un montage réussi au demeurant prouve sans conteste l'affiliation entre le Français et le Carthaginois: le nom d'Hannibal est gravé sur l'un des rochers du premier plan. :razz:

Saint Clair

Message par Saint Clair » 31 août 2016, 19:29

Friands de sondages en tous genres, les américains, interrogés sur les plus grands conquérants, donc stratèges, de l'histoire, citent, dans l'ordre : Alexandre le grand, Hannibal Barca et Napoléon 1er.
parfois, j'ai vu aussi apparaître Attila, le Hun.

Bien sûr, le nom d'Hannibal figure sur la roche que nous a peinte David à l'occasion du passage du Col du grand Saint Bernard.
Un signe parmi d'autres.

Saint Clair

Message par Saint Clair » 31 août 2016, 20:52

Scipion, qui sera surnommé "l'africain", après la victoire remportée sur Hannibal à la bataille de Zama (en 202) a bénéficié de deux facteurs favorables sans lesquels la victoire n'eût sans doute pas été aussi déterminante :
- le prince numide Massinissa, jusqu'alors allié des carthaginois, pour des raisons que je ne vais pas développer ici (je ne voudrais pas être hors sujet), s'est allié à Scipion contre Hannibal;
- ce dernier, dont l'armée est composée, en partie, de mercenaires celtes, peu motivés et de citoyens carthaginois, peu aguerris, a des soucis de santé et se trouve fragilisé par toutes ces années de guerre. En découvrant cela, j'ai vu Napoléon à Waterloo contre toutes ces armées coalisées.

Saint Clair

Message par Saint Clair » 01 sept. 2016, 15:35

A ma connaissance, pas de machine de guerre à la bataille de Zama.
Sauf si on considère les éléphants - non pas les éléphants de la savane mais les éléphants de la forêt d'Afrique, plus petits, ceux-là même qui ont franchi les Alpes - comme des machines de guerre, on peut dire qu'ils furent de toutes les batailles et qu'ils y ont péri en grand nombre.

Moundir Pacha

Message par Moundir Pacha » 02 sept. 2016, 13:48

Je les avais oubliés ces bons gros pachydermes... :( "Shoukran" citoyen !

Ces mastodontes pouvaient atteindre la vitesse de 30 km/h lors des charges d'après ce site :
http://www.lebreviairedespatriotes.fr/1 ... e-guerre2/

"Arme" très efficace lorsqu'on tombe sur le râble de l'ennemi "comme un chien dans un jeu de quilles" !!! :lol:

Malheureusement pour Hannibal, son rival Scipion a su apparemment trouver la parade à Zama (comme Wellington face aux cuirassiers français à Waterloo; tiens donc... :)

Stratégiquement l'offensive était de mise pour les deux illustres chefs de guerre ("frapper d'abord et très fort" : c'est simple et de bon sens quand on y pense :lol: ), mais est-ce que ces deux rusés "renards" (du désert :mrd: ) étaient tout aussi "agressifs" au niveau tactique ?

Salut et fraternité !

Lepic34

Message par Lepic34 » 03 sept. 2016, 08:16

Quelques extraits du Mémorial :

"Alexandre, à peine au sortir de l'enfance, conquiert, avec une poignée de monde, une partie du globe, mais fut-ce de sa part une simple irruption, une façon de déluge? non; tout est calculé avec profondeur, exécuté avec audace, conduit avec sagesse. Alexandre se montre à la fois grand guerrier, grand politique, grand législateur; malheureusement quand il atteint le zénith de la gloire et des succès, la tête lui tourne ou le coeur se gâte. Il avait débuté avec l'âme de Trajan, il finit avec le coeur de Néron et les moeurs d'Héliogabale...

Et cet Annibal, disait-il, le plus audacieux de tous, le plus étonnant peut-être, si hardi, si sûr, si large en toutes choses; qui, à vingt six ans, conçoit ce qui est à peine concevable, exécute ce qu'on devait tenir pour impossible; qui, renonçant à toute communication avec son pays, traverse des peuples ennemis ou inconnus qu'il faut attaquer et vaincre, escalade les Pyrénnées et les Alpes, qu'on croyait insurmontables, et ne descend en Italie qu'en payant de la moitié de son armée la seule acquisition de son champ de bataille, le seul droit de combattre; qui occupe, parcourt et gouverne cette même Italie pendant seize ans, met plusieurs foir à deux doigts de sa perte la terrible Rome, et ne lâche sa proie que quand on met à profit la leçon qu'il a donnée d'aller combattre chez lui. Croira-t-on qu'il ne dut sa carrière et tant de grandes actions qu'aux caprices du hasard, aux faveurs de la fortune? Certes, il devait être doué d'une âme de la trempe la plus forte, et avoir une bien haute idée de sa science en guerre, celui qui, interpellé par son jeune vainqueur, n'hésite pas à se placer, bien que vaincu, immédiatement après Alexandre et Pyrrhus, qu'il estime les deux premiers du métier."
:salut:

Maria Kel

Message par Maria Kel » 03 sept. 2016, 13:33

Hannibal est souvent méprisé dans notre société du fait de notre ascendance romaine :cry:

Mais ce fut un grand nom de l'Histoire :razz: Sa traversée des Alpes avec des éléphants est tout bonnement extraordinaire :aime2:

Le parallèle avec notre Empereur devient effrayant quand on sait qu'Hannibal a passé près de la moitié de sa vie en guerre, a fini en exil et mystérieusement empoisonné :roll:

C'est de la synchronicité !

Maria Kel

Stratégies

Message par Maria Kel » 03 sept. 2016, 14:27

Cela peut être le cas. :mrgreen:

Un parallèle peut être fait. En effet, le Carthaginois et le Français se sont fait une spécialité commune: fixer l'ennemi sur un point précis pour mieux le tourner. C'est ce qui s'est passé à Cannes et Austerlitz, les deux plus beaux pièges de l'Histoire. :tourne:

A Cannes, les légions romaines ont été concentrées sur le centre qui semblait faible. Personne n'a fait attention aux ailes qui se refermaient. De plus, la cavalerie romaine a été tenue en échec et loin de l'infanterie par les cavaliers numides, gaulois et ibères, alliés d'Hannibal.

C'est dingue! Cela me rappelle une autre bataille, un certain 2 décembre 1805...:langue:

Mais ce n'est pas impossible que Napoléon connaissait la stratégie d'Hannibal, c'est même plus que probable... N'oubliez pas qu'il fut un érudit, qu'il connaissait l'Histoire, entre autre militaire, par cœur :razz:

Moundir Pacha

Message par Moundir Pacha » 03 sept. 2016, 14:57

Si l'un est le "fils" de l'autre, peut-être alors serait-il intéressant de creuser du côté de leurs juvéniles années respectives (instruction et éducation) pour trouver d'autres "similitudes" entre les deux "immortels" :?: :?: :?:
Salut et fraternité ! :salut:
PS : Le lien que j'ai partagé hier renvoyait en fait à l'utilisation des éléphants de guerre dans l'Antiquité. Je ne comprends pas pourquoi il ne s'est pas affiché directement. Je refais donc une tentative :
http://www.lebreviairedespatriotes.fr/1 ... e-guerre2/

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Napoléon fils de Marbeuf
    par Ghislain » 30 juil. 2018, 11:36 » dans Espace visiteurs
    22 Réponses
    2012 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    14 sept. 2019, 10:35
  • L'ultime cadeau de Napoléon à son fils...
    par Christophe » 12 juin 2015, 10:59 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    860 Vues
    Dernier message par Christophe
    28 juin 2015, 12:22
  • Louis Bonaparte le fils caché de Marbeuf et Laetizia ?
    par C-J de Beauvau » 23 juil. 2019, 10:30 » dans L'actualité napoléonienne
    13 Réponses
    841 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    24 juil. 2019, 18:15
  • Madame Mère et le divorce de son empereur de fils
    par Gérard G. » 04 sept. 2018, 12:39 » dans Espace visiteurs
    10 Réponses
    875 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    08 nov. 2018, 19:27
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Joker » 06 août 2019, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    1299 Vues
    Dernier message par Turos M. J.
    07 août 2019, 16:39