Les maréchaux de l'empire.

Donnez un avis critique sur les ouvrages napoléoniens, les articles.
Prière d'indiquer le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur dans l’intitulé du message.

Modérateur : Général Colbert

Lepic34

Héroney

Message par Lepic34 »

:salut:
Mathieu Dampierre a écrit :Quelles sont vos sources, je vous en prie? Pigeard?
Yessssssss !

J'avoue que je n'ai pas tous les bouquins en tête mais c'est le chiffre donné par des participants (ou pas) de la bataille : Pelet-Clozeau, Guingret, Girard, De Rocca, Thiers, Garnier, Masséna, Perrin...
Mathieu Dampierre a écrit :Je n'ai pas le Napier sous la main.


Je l'ai mais seulement les 4 premiers tomes sortis en un seul volume chez ChampLibre.

:salut:

Mathieu Dampierre

Message par Mathieu Dampierre »

Merci d'avoir corrigé ma grossière erreur, "Lepic34". J'aurais du prendre à la légère les chiffres du très-antinapoléonien Snow. D'autant plus que même le très fréquenté (et pro-britannique) Britishbattles.com donne vos chiffres:
Total British and Portuguese casualties: 1,250 killed and wounded.
French casualties: The French suffered 4,400 killed and wounded including 5 Generals.

Plus que des hommes, les vainqueurs de Wagram ont perdu, à Busaco, la confiance.

:salut:

vélite

Message par vélite »

Bonsoir,

extrait du capitaine Marcel, au sujet de Busaco :
"[...] Cette fatale affaire coûta 10 000 hommes à l'armée du Portugal ; le 69è perdit 60 hommes tués et 500 blessés dont 26 officiers [...]".

C'est peut-être ici que Mathieu a enregistré ce chiffre de 10 000, ou chez Marmont, qui évoque 8 à 10 000 hommes hors de combat.
Le Martinien recense 19 officiers tués ou blessés pour Busaco concernant le 69è.
Marcel est souvent fiable pour les faits que j'ai recoupés mais pour cette bataille, peut-être se fait-il l'écho de rumeurs excessives.
Il indique que les jours suivants, il semblait possible de surprendre l'ennemi et couper la retraite à son artillerie "Mais Masséna était tout occupé de sa concubine".

:salut:

Mathieu Dampierre

bataille de Busaco

Message par Mathieu Dampierre »

Voici une grossière traduction de l'ouvrage britannique (très grossière car elle est de moi) Certes les chiffres donnés, à l'avantage des Anglais, sont erronés, mais remarquons que l'auteur prend bien soin de mentionner la présence des Portugais aux côtés de Wellington, fait remarquable car ils sont souvent dénigrés, ou, pire, oubliés.

Les 70 000 hommes de Masséna, dont les forces n'avaient jusqu'alors guère été entamées, reprirent la route vers Lisbonne le 15 septembre 1810. La réputation de Wellington était déjà connue par les impériaux qui savaient que celui-ci n'attaquait que lorsqu'il était sûr de gagner, ce qui n'était alors pas le cas. Il fallait donc avancer, avancer, jusqu'à débusquer ces maudits Anglais qui les attendaient probablement dans une position inexpugnable au sommet d'une montagne. Et effectivement, à la fin du mois de septembre la cavalerie française s'aperçut que les Anglo-Portugais étaient solidement retranchés sur les hauteurs d'une chaîne de montagnes appelée le mont Busaco. Masséna n'essaya pas même de réaliser un mouvement tournant. Confiant en la valeur et en la bravoure de ses troupes, il les envoya de front escalader les montagnes escarpées et attaquer les ennemis à la baïonnette pour sauver des munitions! Les trois divisions du général Reynier attaquèrent ainsi les Anglo-Portugais placidement installés sur le mont Busaco, et, comme toute la bravoure du monde ne remplace pas une stratégie efficace, furent reçus par un feu roulant démentiel et convergent depuis les lignes britanniques. Les Français tentèrent de percer le centre de la ligne ennemie, mais leurs pertes devinrent rapidement très importantes, et ils durent se retirer dans les pires conditions, car les Anglo-Portugais opérèrent une charge de contre-attaque qui creusa des sillons de morts dans les lignes françaises. Le maréchal Ney, qui était aussi grand par la bravoure que petit par l'esprit tactique, tenta la même action sur la gauche des lignes ennemies. Ses hommes réussirent à expulser l'avant-garde alliée du petit village de Sula, puis escaladèrent à leur tour le mont Busaco, où, évidemment, ils furent reçus de la même manière que ceux du général Reynier et durent bientôt, totalement vaincus, retrouver leur position initiale. Il en fallait plus pour décourager les troupes du prince d'Essling : la division Marchand fut aussi lancée à l'attaque dans les mêmes conditions, contre des troupes portugaises, réputées plus faibles, mais comme une bonne position pour des Anglais équivaut à une bonne position pour des troupes portugaises, les soldats de Marchand subirent le même sort que leurs compatriotes. Cette fatale et incompréhensible stratégie, qui avait été peu ou prou la même que celle du maréchal Victor à Talavera, coûta bien plus à Masséna que la mise hors de combat de plus de 8000 hommes : elle lui coûta la confiance que lui manifestaient ses hommes depuis Wagram.

:salut:

Mathieu Dampierre

Retraite de Ney 1811

Message par Mathieu Dampierre »

La retraite du Portugal menée de main de maître par Ney, pourtant sous les ordres de Masséna, préfigura bien, toute proportion gardée, de sa mythique résistance de retour de Moscou. Poursuivi sans relâche par les britanniques, il n'eut pas une seule fois le dessous lorsque les deux armées se "heurtèrent". Quand une colonne britannique le serrait de trop près, Ney la couvrait de mitraille ou la faisait charger à la baïonnette par ses soldats. Parfois il lançait sur les "tuniques rouges" ses dragons, employant chaque arme selon le terrain avec un art admirable et une vigueur irrésistible .
Masséna, accouru sur les lieux, ne pouvait s’empêcher d’admirer tant d’aisance et de dextérité . Lorsque les britanniques arrêtés poussaient leurs ailes en avant, pour forcer les Français, en les débordant, à se retirer, Ney se rabattait sur la colonne britannique qui avait eu la témérité de le déborder, et la prenant de flanc la renvoyait cruellement maltraitée à son corps de bataille .

Celui qui perturberait sa retraite n'était pas ney! :)

:salut:

gendarme Hubert

Message par gendarme Hubert »

Après verification, c'est NEY de LUCAS DUBRETON que j'ai lu

cyril_v

Message par cyril_v »

j'ai acheté le Lannes à Christophe il y a peu....et j'ai commencé le Ney de Perrin et il faut dire qu'il se lit très bien...pour l'instant content de mon achat!

firdi

Message par firdi »

:salut: Bonjour a tous,pour ce qui concerne le maréchal Ney,2 ouvrages a lire:le maréchal Ney de Eric Perrin et Ney le brave des braves de FG Hourtoulle,ce sont deux excellents livres.On apprend pas mal de choses sur Ney sur sa conduite au début de la campagne de 1815.A la bataille des Quatre-Bras,il fait mieux que se défendre,face a un adversaire toujours renforcé.Ney bloque Wellington et l'empêche de prêter main forte à Blucher à Ligny. :salut:

rigodon d'honneur

Message par rigodon d'honneur »

firdi a écrit :et Ney le brave des braves de FG Hourtoulle
... et pour le plaisir des yeux :razz: , les très belles illustrations de P.Courcelle réalisées spécialement pour cet ouvrage :aime: :aime:
:salut:

Lepic34

Ney par Bonnal

Message par Lepic34 »

:salut:

Toujours sur Ney il y a "La vie militaire du Maréchal Ney, Duc d'Elchingen, Prince de la Moskowa" d'Henri Bonnal en 3 volumes...

:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La nomination des maréchaux d'Empire
    par lannes-villars » 09 août 2015, 19:12 » dans L'actualité napoléonienne
    25 Réponses
    4729 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    20 août 2015, 08:53
  • Surnoms de maréchaux
    par Invité » 12 nov. 2018, 23:20 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    313 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    13 nov. 2018, 12:57
  • Maréchaux : LANNES
    par Cyril Drouet » 25 sept. 2017, 20:49 » dans Salon Ier Empire
    49 Réponses
    2884 Vues
    Dernier message par Le Bonapartiste
    05 sept. 2012, 12:41
  • La mortalité des maréchaux
    par C-J de Beauvau » 23 mars 2020, 21:48 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    31 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    23 mars 2020, 21:48
  • Maréchaux : Nicolas SOULT
    par Cyril Drouet » 30 sept. 2017, 08:37 » dans Salon Ier Empire
    125 Réponses
    14427 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    22 août 2018, 19:14