Avenir de la France en 1814 ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Sergent Lombart

1814

Message par Sergent Lombart »

Bataille de Paris (30 mars 1814)

30 mars 1814,

Bataille de Paris

Honneur aux braves tombés pour défendre la capitale de l'Empire
[/size][/color]
Au plaisir de vous lire :salut:

Saalfeld

Re: 1814

Message par Saalfeld »

A propos de cette bataille, je me souviens d'un corps formé de jeunes soldats chargés de defendre une barrière et qui alors que le cessez le feu était demandé réclamèrent a leur officier " encore un coup" ou quelque chose de ressemblant.
Est-ce que quelqu'un pourrait me rappeler de quelle troupe il s'agit et quelle est la citation exacte. Merci d'avance.

Saalfeld.
:fleur3:

Drouet Cyril

Re: 1814

Message par Drouet Cyril »

Dans l'esprit, cette réplique de Savarin à un membre de la municipalité de Saint-Denis lui enjoignant d'entrer en pourparlers avec les Alliés:

"Et nos baïonnettes ! [les assauts répétés de l'ennemi avaient épuisé presque toutes les munitions]. Je me rendrai qu'après qu'elles seront toutes émoussées."

Savarin fit son devoir et ne se rendit que le 31 mars au matin quand il apprit officiellement la capitulation de Paris.
Autour de lui, 500 gardes nationaux et 400 voltigeurs de la Jeune Garde avait résisté victorieusement aux 6 000 hommes de Kapzéwitsch.

Salutations respectueuses.

Joker

Re: 1814

Message par Joker »

Pour Saalfeld :

Ce sont les élèves de l'Ecole polytechnique qui sont entrés dans la légende en défendant, aidés de vétérans, avec leurs canons l'accès sud-est de Paris, contre la cavalerie alliée. :)

Jean-Baptiste Muiron

Re: 1814

Message par Jean-Baptiste Muiron »

Une remarque sur la bataille de Paris (30 mars 1815) : on a déja évoqué le rôle de Marmont, et notamment sa bravoure et celle de ses troupes ce jour là. Marmont n'avait à opposer aux troupes alliées que 15 à 20.000 hommes (auxquels il faut ajouter les volontaires, étudiants, garde-nationaux qui vinrent le renforcer) aux dizaines de milliers de prussiens et de russes attaquant le nord et l'est de Paris.
Selon les sources de ces derniers, ils perdirent, en morts et blessés, plus de 15.000 hommes, soit autant que les forces qui leur étaient opposées. C'est un exemple unique (à ma connaissance) des batailles de ce début du siècle, où les pertes ennemies égalent la totalité des forces qui leur étaient opposées.

:salut:

arnaudvenicia

Re: 1814

Message par arnaudvenicia »

Les pires moments, pour moi, ce sont les moments où nos valeurs les plus fondamentales sont en danger : liberté de penser, liberté de passer, liberté de se choisir ses représentants, égalité des droits ...

Drouet Cyril

Re: 1814

Message par Drouet Cyril »

C'est à la croisée de la route de Vincennes et du chemin de Charenton que se distinguèrent les élèves de Polytechnique sous le commandement d'Evain.
Leurs vingt-huit pièces, initialement placées en réserve sur la place du Trône, furent bientôt canonnées par l'artillerie de Pahlen mais surtout tournées et chargées par un régiment de uhlans. Le plus grand désordre, en grande partie dû à l'inexpérience des voituriers, s'installa vite au sein des rangs français. Les Polytechniciens échappèrent finalement au désastre grâce à l'intervention des chevaux-légers de Vincent et des dragons d'Ordener.
Les Russes, contraints à la retraite, emmenèrent avec eux neuf pièces, six caissons et une poignée de prisonniers. Une trentaine de Polytechniciens avaient été blessés.

voyez aussi les cadets de Saumur en 40.
Un bon bouquin sur la question :
Patrick de Gmeline, Les Cadets de Saumur juin 1940, aux éditions Presse de la Cité.


Salutations respectueuses.

Christophe

Re: 1814

Message par Christophe »

"6 avril. L’abdication en faveur de la régente et de son fils n’est plus reçue ; il faut que Napoléon et sa dynastie renoncent au trône. Les souverains l’ont déclaré, et M. le duc de Vicence est chargé de cette mission auprès de l’Empereur. Cette négociation fatigue Sa Majesté ; elle entrevoit des chances moins humiliantes dans une plus longue résistance ; elle peut réunir encore une belle armée ; on peut se replier sur la Loire ou vers l’Italie, « mais l’énergie est épuisée ; on le dit ouvertement ; on en a assez ; on ne pense plus qu’à mettre à l’abri des hasards ce qui reste de tant de peines et de prospérités. C’est à qui trouvera un prétexte pour se rendre à Paris où le gouvernement nouveau accueillie tout ce qui abandonne l’ancien . (Fain, Manuscrit de 1814). L’Empereur, vaincu par la défection qui l’entoure, prend la plume et rédige lui-même la deuxième formule de l’abdication qu’on entend.
Les puissances alliées ayant déclaré que l’Empereur était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l’Empereur, fidèle à son serment, déclare qu’il renonce pour lui et ses enfants aux trônes de France et d’Italie, et qu’il n’est aucun sacrifice, même celui de la vie, qu’il ne soit prêt à faire aux intérêts de la France. »
La campagne de 1814 vient de finir… Paris restera au pouvoir de ses maîtres… Le duc de Vicence est chargé d’aller porter à Paris ce dernier acte de Sa Majesté ."[/color]

("Mémoires" de Guillaume PEYRUSSE.)

vélite

Re: 1814

Message par vélite »

Bonjour,

l'abdication consommée, la nouvelle se répand peu à peu sur le territoire, entrainant son lot de déclarations. Voici celle qu'Augereau adressa à ses troupes quelques jours plus tard :

« Soldats, le sénat, interprète de la volonté nationale lassée du joug tyrannique de Napoléon Bonaparte, a prononcé, le 2 avril, sa déchéance et celle de sa famille.
Une nouvelle constitution monarchique, forte et libérale, et un descendant de nos anciens rois, remplacent Bonaparte et son despotisme.
Vos grades, vos honneurs et vos distinctions vous sont assurés.
Le corps législatif, les grands dignitaires, les maréchaux, les généraux, et tous les corps de la grande-armée ont adhéré aux décrets du sénat, et Bonaparte lui-même a, par un acte daté de Fontainebleau le 11 avril, abdiqué pour lui et ses héritiers les trônes de France et d’Italie.
Soldats, vous êtes déliés de vos serments ; vous l’êtes par la nation en qui réside la souveraineté ; vous l’êtes encore, s’il était nécessaire, par l’abdication d’un homme qui, après avoir immolé des millions de victimes à sa cruelle ambition, n’a pas su mourir en soldat.
La nation appelle Louis XVIII sur le trône. Né Français, il sera fier de votre gloire, et s’entourera avec orgueil de vos chefs ; fils de Henry IV, il en aura le cœur ; il aimera le soldat et le peuple.
Jurons donc fidélité à Louis XVIII et à la constitution qui nous le présente ; arborons la couleur vraiment française qui fait disparaître tout emblème d’une révolution qui est fixée, et bientôt vous trouverez dans la reconnaissance et dans l’admiration de votre roi et de votre patrie une juste reconnaissance de vos nobles travaux.
Au quartier-général de Valence, le 16 avril 1814.

Le maréchal Augereau »

:salut:

la remonte

Re: 1814

Message par la remonte »

Christophe a trempé sa plume dans du sang .
Abdication ! J'imagine mal ce que ce mot barbare employé pour la première fois a pu signifier dans le cerveau de types qui se battent depuis si longtemps :!:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [ Napoléonothèque ] 1814, La Campagne de France
    par L'âne » 26 oct. 2017, 18:38 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    444 Vues
    Dernier message par L'âne
    26 oct. 2017, 18:38
  • Les Russes en France en 1814.
    par Joker » 14 févr. 2020, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    2 Réponses
    121 Vues
    Dernier message par Espagne
    27 févr. 2020, 21:39
  • Hiver 1814 – Campagne de France
    par Eric LM » 02 oct. 2019, 15:11 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    1158 Vues
    Dernier message par Eric LM
    02 oct. 2019, 15:11
  • La campagne de France - 1814, la chute de l'Empire
    par Eric LM » 02 juin 2018, 17:31 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    4 Réponses
    898 Vues
    Dernier message par Eric LM
    03 juin 2018, 19:41
  • Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814, et
    par hugues » 08 sept. 2018, 08:03 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    557 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    09 sept. 2018, 00:16