Chevaux

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Turos M. J.

[CHEVAUX] RUSSIE

Message par Turos M. J. » 08 nov. 2015, 15:18

Je pense à 75.000 - 100.000. Il est possible que plus.
Bien sûr, la plupart des chevaux sont morts au cours de la retraite de Moscou. La viande de cheval était uniquement disponible donc, les soldats les ont mangés assez bien. Mais comme ces animaux souffraient avant d'être tués i
:salut:

la remonte

Message par la remonte » 08 nov. 2015, 23:17

Mon grand père en 14-18 , du fait des chevaux blessés et abattus , en mangeait très souvent . Ça ne l'a pas dégoûté puisqu'il a transmis à mon père cette habitude , depuis tout petit j'en ai mangé donc ( en tartare uniquement ) et mes enfants en raffolent aussi . C'est une viande très saine et bien moins grasse que le bœuf .
En Russie , le cannibalisme a été vécu , alors la viande cheval ! :salut:
Par contre n'imaginez pas des soldats se réfugier dans une carcasse , il y a eu un cas mentionné au retour à Borodino , l'armée s'est repliée très vite .

lutzen 1813

Message par lutzen 1813 » 09 nov. 2015, 09:31

Les troupes ne mangeait pas les chevaux morts sur le champs de bataille...d'une façon générale elles ne mangeaient pas de cheval, animal trop familier, il fallait être affamé pour y venir ! La viande de cheval continue de répugner à beaucoup, j'ai souvent entendu "c'est comme si je mangeais du chien ou du chat"
Pour le ravitaillement, de réels efforts étaient faits. Les soldats du Train des équipages ne chômaient pas. Daru le directeur des services de l'arrière était était fréquemment relancé par l'empereur à ce sujet. En Campagne les mouvements rapides et continuels des troupes, l'état des routes et des chemins, par exemple lors de la campagne d'hiver en Pologne, rendaient les transports très difficiles . :salut:

Christophe

Chevaux. Scène se passant en 1812.

Message par Christophe » 09 nov. 2015, 13:55

[aligner]« La dévastation des campagnes environnant la ville était à son comble ; tout y était ravagé et détruit : il n’y avait ni vivres, ni fourrage ni habitants. Dans cette fatale position, l’armée était entourée de nombreuses hordes de cosaques ; ses communications avec Smolensk étaient coupées, et par conséquent elle ne pouvait recevoir de convois de vivres. Nos cavaliers forcés de s’éloigner à quelques lieues de leurs corps pour chercher du fourrage, devaient se battre avec les cosaques pour en avoir ; en sorte que lorsque nos fourrageurs n’étaient pas en grand nombre, ils étaient enlevés ou massacrés. Le fourrage manquant, les chevaux crevèrent, et les hommes s’en servirent de nourriture. »

(Joseph de Kerckhove, « Mémoires sur les campagnes de Russie et d’Allemagne (1812-1813) », Édité par un Demi-Solde, 2011, pp.89-90). L’auteur était à cette époque médecin attaché au quartier-général du 3ème corps (Maréchal Ney).
[/aligner]

la remonte

Message par la remonte » 09 nov. 2015, 14:54

c'est pour nos amis les chiens et les chats :)

on ne trouve plus de boucherie chevaline .

dans Guerre et Paix Koutouzov dit : « manger aux Français la viande de leurs chevaux » ce qui sous entend que cela n'était pas courant

La Béquille

Message par La Béquille » 09 nov. 2015, 18:49

Pour aller dans le même sens, j'avais lu (où ?) que pour la campagne de Russie la plupart des chariots étaient tirés par des boeufs afin qu'ils puissent également servir de nourriture. Si le cheval avait été consommé fréquemment on ne se serait peut-être pas embarrassé de boeufs.

Route Napoleon

VENDREDI 13

Message par Route Napoleon » 10 nov. 2015, 17:08

:salut: Merci au Caporal Agneau dentu pour ce lien.
http://www.ouest-france.fr/une-expositi ... ampaign=OF

Cette exposition qui se tient à Dinard, sera commentée vendredi 13 novembre, à Saint-Malo, au cours de deux conférences, au théâtre Châteaubriand, Intra-muros.

Image

J'irai, en voisin très intéressé, à la première en pensant à ce La Remonte...
Affaire à suivre...
:cheval: :cheval: :cheval:

la remonte

Message par la remonte » 10 nov. 2015, 17:38

J'étais juste en train de me dire qu'un jour on aura épuisé tous les sujets et qu'on n'aurait plus rien à se dire .
Pensez bien à moi et rapportez nous de belles choses de cette exposition , Paris est un désert culturel ... :roll:

Pour notre ami La Béquille qui a lu mais ne sait plus où .... " Je me rappelle encore que cela commença par des grenadiers qui conduisaient de gros chariots attelés de bœufs Ces bœufs étaient à la place de chevaux, pour servir de vivres plus tard, quand on aurait usé les munitions. Chacun disait : « Quelle belle idée ! Quand les grenadiers ne pourront plus nourrir les bœufs, les bœufs nourriront les grenadiers. » Malheureusement, ceux qui disaient cela ne savaient pas que les bœufs ne peuvent faire que sept à huit lieues par jour, et qu’il leur faut sur huit jours de marche un jour de repos au moins ; de sorte que ces pauvres bêtes avaient déjà la corne usée, la lèvre baveuse, les yeux hors de la tête, le cou rivé dans les épaules, et qu’il ne leur restait plus que la peau et les os. Il en passa pendant trois semaines de cette espèce, tout déchirés de coups de baïonnette. La viande devint bon marché, car on abattait beaucoup de ces bœufs, mais peu de personnes en voulaient, la viande malade étant malsaine. Ils n’arrivèrent pas seulement à vingt lieues de l’autre côté du Rhin. " Le Conscrit de 1813 :salut:

pour mon grand père en 14 , je précise que c'était des chevaux abattus pour cause de membres cassés pendant la nuit , il y en avait tous les matins malgré la garde aux chevaux . Ce n'était pas de la viande de cadavres .
de toute façon c'était bouilli dans de grandes marmites et personne n'aurait fait la différence entre cheval et bœuf .

Christophe

Chevaux (encore)

Message par Christophe » 11 nov. 2015, 14:43

Voici un extrait du témoignage de P. de Constantin, qui était dragon au 23ème régiment.
Nous sommes le 6 novembre 1812.
-------------
"Le 6, il tomba une grande quantité de neige et il souffla un vent très violent et très froid : sa rigueur et la faim commencèrent à débander l’armée. Déjà la famine et la misère avaient faire succomber beaucoup d’hommes. La plupart des officiers et soldats ne mangeaient plus que du cheval. Dès qu’il tombait un cheval, on allumait un feu à côté, chacun en coupait de quoi faire une grillade qu’il faisait cuire au bout d’une baguette de fusil. La famine devint tellement grande dans peu de jours, qu’on passait rarement près d’une de ces charognes sans la voir entourée de militaires de tous les grades, s’en disputant les lambeaux comme les chiens le font à la voirie. Ce spectacle faisait horreur. Nous traversâmes Dorogobouï sans recevoir de distribution. Les magasins furent pillés, et les maisons que le premier incendie respecta n’échappèrent pas au second. "
[aligner][/aligner]

Damien B.

Message par Damien B. » 12 nov. 2015, 19:18

Bonjour à tous,
je suis passé sur ce post il y a quelques jours et sur un autre similaire parlant des chevaux.

En y réfléchissant un peu, je me suis souvenu d'une intervention d'Eric Baratay sur France Culture y'a de ça longtemps. Cet historien s'est spécialisé dans l'histoire des animaux. Sujet remarquable !

Celui ci a écrit un ouvrage intitulé Bêtes de Tranchées, qui retrace l'histoire des chiens, pigeons et autres équidés dans la Grande Guerre.

Le chiffre avancé part le journal semble en deçà de la réalité si l'on considère les pertes à l'échelle européenne :
Agneau dentu a écrit :Je viens de lire que 760 000 chevaux sont morts durant 1 ere guerre mondiale!
L'article ne mentionne pas s'il s'agit des pertes françaises ou toutes nations confondus mais si l'on compare avec les chiffres de Baratay, il s'agirait exclusivement des pertes françaises.

Cela dit, c'est oublier que les chevaux appartenant aux français ne représentait que 1,88 million des 11 millions d'équidé ayant subit le conflit. Imaginez les pertes à l'échelle européenne !

Bref, je vous conseille l'ouvrage d'Eric Baratay.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [CHEVAUX] Le destin des chevaux durant la campagne de Russie…
    par Peyrusse » 18 oct. 2017, 10:33 » dans Salon Ier Empire
    16 Réponses
    1681 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    21 oct. 2017, 13:05
  • CHEVAUX : Chevaux de bataille de Napoléon 1er.
    par Peyrusse » 02 oct. 2017, 22:06 » dans Livres - Revues - Magazines
    80 Réponses
    8568 Vues
    Dernier message par la remonte
    30 oct. 2019, 15:39
  • [CHEVAUX] Cerbère
    par FRIEDERICHS » 24 oct. 2015, 23:20 » dans Salon Ier Empire
    14 Réponses
    2750 Vues
    Dernier message par la remonte
    03 nov. 2015, 11:14
  • [CHEVAUX] Mycotoxines
    par la remonte » 10 avr. 2017, 12:16 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    5 Réponses
    892 Vues
    Dernier message par la remonte
    24 avr. 2017, 09:58
  • [CHEVAUX] Le cheval de Waterloo
    par L'ARCHEONAUTE » 28 juin 2015, 09:44 » dans Salon Ier Empire
    13 Réponses
    3848 Vues
    Dernier message par L'âne
    01 juil. 2015, 01:14