IL Y A 245 ANS NAISSAIT NAPOLÉON...

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Christophe

IL Y A 245 ANS NAISSAIT NAPOLÉON...

Message par Christophe » 15 août 2014, 00:02

Dans le tumulte engendré par ta fulgurante existence,
Faite de pourpre et d’or,
J’ai reconnu les noms de tant de victoires,
Sur nos drapeaux aux couleurs nationales,
Combats et batailles d’acier, de feu et de courage,
Œuvre unique que ton génie civil vient couronner,
Que la République ne peut s’approprier
Taisez-vous médiocres de notre époque !
Gloire à toi NAPOLÉON !
---------------------------------------------
Image

Bastet

naissance du Héros

Message par Bastet » 15 août 2014, 08:16

PROFESSEUR D'ENERGIE :croixhonneur:

...Telle est sa physionomie définitive et sa formule décisive, obtenues par la superposition de toutes les figures que nous retracent de lui les spécialistes, les artistes et les peuples. De tant de Napoléons, les traits communs nous représentent un excitateur de l'âme. [...]. Que l'élite de l'humanité, pour en user selon ses besoins, le reconnaisse et l'honore comme tel" ( Maurice Barrès)

cyr-phuong jacobin94

Message par cyr-phuong jacobin94 » 15 août 2014, 09:17

Il n'y a rien dans notre histoire qui égale ou même qui approche cette prodigieuse période de vingt-cinq ans où le peuple français secoua le joug millénaire de la tyrannie et de la superstition, brisa les tables de l'ancienne Loi, prit en charge ses destinées, déclara ses droits et porta les Lumières à travers toute l'Europe. A l'intérieur même de cette période brille d'un éclat unique l'épopée dont un homme-dieu entouré de héros fut le poète et l'acteur. La trace en est encore partout présente, dans les mémoires, dans les cœurs, dans nos musées, dans les noms de nos rues. Ces années nous ont fait ce que nous sommes, ces tumultes nous ont enfantés. C'est après Napoléon, non par Napoléon, que la France a cessé d'être grande. Personne ne l'a portée aussi loin et aussi haut que lui.

Dominique Jamet, Napoléon
En ce 245° anniversaire de la naissance du grand homme, nous célébrons toujours, sur ce forum comme en maints endroits de la planète, ce météore et ce souffle puissant.
Vive l'Empereur :croixhonneur:

L'âne

Message par L'âne » 15 août 2014, 11:18

Naissance un mardi un peu avant midi. Létizia, qui avait tenu à assister à la messe de l'Asssomption avait été contrainte de quitter l'église, prise par les contractions.

Je fête la naissance de l'Empereur depuis Corté (ville où il fut conçu...Titre de gloire pour nous les Cortenais !).

Vive l’Épopée !

Christophe

En complément...

Message par Christophe » 15 août 2014, 13:37

[aligner]Merci pour vos belles interventions ! Voici deux témoignages intéressants sur l'Empereur :salut:
--------------------
« Napoléon fut appelé grand. Je l’appelle avec conviction un homme extraordinaire. Après le feu le plus meurtrier, la canonnade la plus vive et la plus soutenue toute la journée, les chances variées de la bataille dans les journées d’Essling, de Wagram, dans les désastres inouïs de la retraite de Russie, dans les journées cruelles de Bautzen, dans le combat sous Dresde, devant Leipzick [Leipzig], lors de la rupture des ponts sur l’Ester [Elster], et à Esling [Essling], j’ai vu S.M. rentrer le soir dans son quartier calme, froid, impassible. Nous avions été dans ces journées ahuris sous l’alternative cruelle des feux de mousqueterie s’éloignant et se rapprochant : le calme renaissait dans nos esprits en voyant S.M. traverser le salon et donner ses ordres avec une liberté d’esprit, une sérénité de visage qui nous rassurait.

J’admirais en lui l’homme qui a tout dû à lui-même, qui a remporté tant de victoires, subjugué tant d’états, conquis le pouvoir le plus absolu sur une grande nation, qui a semé des couronnes et qui a sans contredit le plus marqué dans son siècle. Son nom fut une puissance. Les maux que soixante victoires ont laissés dans les familles européennes sont oubliés. C’est à la postérité à le juger et aux siècles futurs à admirer cet homme extraordinaire et à se rappeler que le gouvernement anglais a eu pour lui pendant le temps de sa détention à Sainte-Hélène un luxe d’inhumanité. S.M. avait été invincible jusqu’en 1812.

Tant de prospérité ne pouvaient durer. La nature se chargea du soin de venger tous ses ennemis… : en une nuit de glace tout changea. Le monde s’ébranla. Des nuées d’ennemis nous entourèrent. L’Europe conservera un souvenir éternel de nos désastres et de nos victoires.[1] »

Guillaume PEYRUSSE, extrait de ses "Mémoires".Ce personnage occupait depuis le 11 mai 1814, les fonctions de « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ». Il devint, durant les Cent-Jours, Trésorier général de la Couronne.
----------------------
« Dans l’œuvre immense de Napoléon, tout n’était pas fait pour lui survivre ; le monde et la France même qu’il avait rendue trop redoutable, devaient reculer devant une partie de son héritage. Son rapide passage sur le globe n’y laisse pas moins des traces ineffaçables. Aucune époque de notre histoire n’atteste mieux que ses quatorze années de règne, les actes de courage, les efforts, les sacrifices dont la France est capable, et l’entraînement qu’un grand homme peut exercer sur elle. Napoléon a fait des fautes ; plus qu’un autre peut-être, j’en ai gémi, parce qu’aussi, plus qu’un autre, j’aurais voulu être entièrement à mon aise dans mon admiration et mon attachement pour lui. »

(Comte MOLLIEN, « Mémoires… », Tome III, pp.433-434). Iloccupait les fonctions de Ministre du Trésor Public.
[/aligner]

Christophe

Il y a 246 ans: NAPOLEON !

Message par Christophe » 15 août 2015, 00:59

« Napoléon fut appelé grand. Je l’appelle avec conviction un homme extraordinaire. Après le feu le plus meurtrier, la canonnade la plus vive et la plus soutenue toute la journée, les chances variées de la bataille dans les journées d’Essling, de Wagram, dans les désastres inouïs de la retraite de Russie, dans les journées cruelles de Bautzen, dans le combat sous Dresde, devant Leipzick [Leipzig], lors de la rupture des ponts sur l’Ester [Elster], et à Esling [Essling], j’ai vu S.M. rentrer le soir dans son quartier calme, froid, impassible. Nous avions été dans ces journées ahuris sous l’alternative cruelle des feux de mousqueterie s’éloignant et se rapprochant : le calme renaissait dans nos esprits en voyant S.M. traverser le salon et donner ses ordres avec une liberté d’esprit, une sérénité de visage qui nous rassurait.

J’admirais en lui l’homme qui a tout dû à lui-même, qui a remporté tant de victoires, subjugué tant d’états, conquis le pouvoir le plus absolu sur une grande nation, qui a semé des couronnes et qui a sans contredit le plus marqué dans son siècle. Son nom fut une puissance. Les maux que soixante victoires ont laissés dans les familles européennes sont oubliés. C’est à la postérité à le juger et aux siècles futurs à admirer cet homme extraordinaire et à se rappeler que le gouvernement anglais a eu pour lui pendant le temps de sa détention à Sainte-Hélène un luxe d’inhumanité. S.M. avait été invincible jusqu’en 1812.

Tant de prospérité ne pouvaient durer. La nature se chargea du soin de venger tous ses ennemis… : en une nuit de glace tout changea. Le monde s’ébranla. Des nuées d’ennemis nous entourèrent. L’Europe conservera un souvenir éternel de nos désastres et de nos victoires.[1] »

Guillaume PEYRUSSE.
-------------------------------------------------------------
Ce personnage occupait depuis le 11 mai 1814, les fonctions de « Trésorier général des revenus de l’île d’Elbe et payeur de toutes les dépenses ». Il devint, durant les Cent-Jours, Trésorier général de la Couronne.

---------------------
[1] « Dans l’œuvre immense de Napoléon, tout n’était pas fait pour lui survivre ; le monde et la France même qu’il avait rendue trop redoutable, devaient reculer devant une partie de son héritage. Son rapide passage sur le globe n’y laisse pas moins des traces ineffaçables. Aucune époque de notre histoire n’atteste mieux que ses quatorze années de règne, les actes de courage, les efforts, les sacrifices dont la France est capable, et l’entraînement qu’un grand homme peut exercer sur elle. Napoléon a fait des fautes ; plus qu’un autre peut-être, j’en ai gémi, parce qu’aussi, plus qu’un autre, j’aurais voulu être entièrement à mon aise dans mon admiration et mon attachement pour lui. » (Mollien, « Mémoires… », Tome III, pp.433-434).

Christophe

La Saint-Napoléon...

Message par Christophe » 15 août 2015, 17:56

]« Le 15 août 1811, la Saint-Napoléon fut célébrée avec la plus grande pompe. C’est la dernière fois que Napoléon s’est trouvé à Paris à pareil jour. Il se montra au public dans ce costume théâtral qu’il avait adopté et dont Talma le grand tragédien avait, dit-on, surveillé l’exécution. C’était le costume que portait la première statue placée sur la colonne Vendôme. Il fut accueilli par de nombreux vivats. Sa figure était gaie et riante; il donnait la main à Marie- Louise, et le petit roi de Rome était porté par une dame du palais. L’Empereur était entouré des membres de sa famille qui se trouvaient alors à Pans, des maréchaux, des grands officiers de sa maison, dont plusieurs appartenaient à l’ancienne noblesse. Napoléon avait le visage très agréable, des traits fins. quelque chose de bon et de bienveillant. Les portraits que j’ai vus de lui, en grand nombre et par les meilleurs peintres, ne donnent qu’une faible idée de cette grande figure. Aussi le fameux peintre de portraits Lawrence disait-il souvent : a L’empereur n’a jamais été peint ! » Tout le temps du concert, il eut un entretien animé avec les personnes de son entourage; il gesticulait beaucoup en parlant. A plusieurs reprises, il embrassa le roi de Rome, qui n’avait que cinq mois. »

(Docteur POUMIES DE LA SIBOUTIE (1789-1863), « Souvenirs d’un médecin de Paris… », Plon, 1910, pp.98-99)

Joker

Message par Joker » 15 août 2015, 18:38

Sa plus belle victoire est sans conteste l'aura et la renommée dont il jouit encore à l'heure actuelle.
Il a su traverser les siècles et transcender la mémoire collective pour entrer dans la légende. :croixhonneur:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [ Napoléonothèque ] Napoléon, deux cents ans d'histoire et de légende
    par L'âne » 22 oct. 2017, 08:40 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    124 Vues
    Dernier message par L'âne
    22 oct. 2017, 08:40
  • "Dix ans avec Napoléon" (C. F. de Méneval)
    par le sabreur » 28 mai 2015, 09:17 » dans Livres - Revues - Magazines
    2 Réponses
    699 Vues
    Dernier message par le sabreur
    03 juin 2015, 12:29
  • Il y a 177 ans...
    par G. PEYRUSSE » 23 mars 2019, 16:59 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    97 Vues
    Dernier message par G. Peyrusse
    23 mars 2019, 19:32
  • Nice il y a 220 ans
    par la remonte » 12 mai 2016, 11:25 » dans Monuments Napoléoniens
    2 Réponses
    677 Vues
    Dernier message par Pierremig
    21 mai 2016, 16:04
  • Jonathan, 185 ans...
    par Peyrusse » 26 nov. 2017, 12:50 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    80 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    26 nov. 2017, 14:23