5 mai 1821. "Sa gloire appartient à toute la race humaine"

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Christophe

5 mai 1821. "Sa gloire appartient à toute la race humaine"

Message par Christophe » 05 mai 2015, 08:26

[aligner]"Strasbourg, 12 juillet 1821.

Le grand Proscrit vient donc de succomber, sur le roc de Sainte-Hélène, à ses tortures physiques et morales, à ses tortures physiques et morales ! Combien cette nouvelle a dû réjouir cet infâme gouvernement anglais qui, par l’entremise de méprisable Hudson Lowe, comptait journellement les pulsations du cœur du héros captif pour jouir de sa longue agonie, pour calculer la fin probable de son existence ! Comme ils sont aujourd’hui gais et rassurés ces myrmidons couronnés dont le front porte encore l’empreinte des pieds de leur vainqueur ! Ce n’est que de ce moment qu’ils se tiennent pour bien assis sur leur trône, car bien qu’enchaîné au milieu de l’Océan, le Géant, qui si longtemps les fit trembler, était encore pour eux un épouvantail, un cauchemar permanent. Ils tremblaient chaque jour d’apprendre qu’échappé de sa prison lointaine ; il allait de nouveau apparaître dans cette France, terre des braves, dans cette Europe qui naguère était à ses ordres. Il est mort, l’arbitre de tant de destinées, est mort dans les fers ! Rien n’a donc manqué à sa destinée, rien, pas même l’adversité. Oh ! Que Napoléon sera grand alors que, les haines, les rancunes et les préventions venant à s’éteindre, la postérité ne verra plus en lui que le plus étonnant génie des temps modernes.

Aujourd’hui l’homme de la France, il sera sans doute un jour celui du monde civilisé, car sa gloire appartient à toute la race humaine ; elle doit être cosmopolite. Le XIXème siècle sera dans l’ère de tous les peuples le siècle de Napoléon.

La fin de l’Empereur, que les feuilles publiques viennent de nous révéler, a été un coup de foudre pour tous ceux qui, comme moi, avaient dans leur fanatisme, fait un demi-dieu du héros qui a porté si loin et si haut la gloire du nom français. Il nous semblait que Napoléon était au-dessus de l’humanité, qu’il ne pouvait pas mourir, que son corps devait être impérissable comme son nom ; et il est mort ! Voilà le roi des rois couché dans un cercueil !

Ses yeux ne lanceront plus d’éclairs ; sa présence et sa voix ,n’électriseront plus des armées ; un mouvement des sourcils du moderne Jupiter n’ébranlera plus le monde. "

« Journal » du général Fantin des Odoards (Plon, 1895)
[/aligner]

nabulio

Message par nabulio » 05 mai 2015, 11:34

pour ce 5 mai j'ai relu avec plaisir l'ode" Cinque maggio" de Alessandro Manzoni.
écrite a l'annonce du décès et très rapidement censure par les autrichiens.

Bastet

le chemin de l'Aventure....

Message par Bastet » 05 mai 2015, 14:55

La vénération du héros comme la révérence due à des hommes vraiment grands existe, perdure et se retrouve dans toutes les structures sociales.
Les mythes semblent raconter, depuis qu’il y a des héros, toujours la même fabuleuse, fascinante histoire qui offre peu de variations dans sa structure, même si les exploits des héros coïncident avec ce que la société dans laquelle ils vivent est prête à recevoir. Le héros domine le rythme du processus historique parce que lui incarne " le dynamisme du processus civilisateur".
Héraclès, Jason, Prométhée, Ulysse, Enée, Thésée et Napoléon sont ainsi autant de modèles d’aventure réussie , ils apportent au monde comme un courant d’énergie ...
"Je me sens, disait Napoléon au début de la campagne de Russie, dirigé vers un but que j'ignore. Dès que je l'aurai atteint, dès que je ne serai plus nécessaire, il suffira d'un atome pour me briser. Mais jusqu'à ce moment-là, toutes les forces de hommes ne pourront rien contre moi"...

:salut:

la remonte

Message par la remonte » 05 mai 2015, 15:12

il pense ainsi parceque vivre c'est être dans l'acte , tout le reste est sans valeur :idea: Goethe lui même pensait ainsi quand ils se rencontrent ; '" le rêve est acte aussi , le rêve est l'imaginaire de l'action " .
la France propose à l'humanité deux symboles ; Saint Louis et Napoléon , l'âge chrétien et l'âge moderne , l'Evangile et le droit populaire . :idea:

Joker

Message par Joker » 05 mai 2015, 18:32

Voici 194 ans s'éteignait "le plus puissant souffle ayant jamais animé l'argile humaine", dixit Chateaubriand.
De son côté, Talleyrand se bornait à un laconique "Ce n'est même pas un événement..."

Etre de chair et de sang avant d'être le génie civil et militaire que l'on connaît, c'est avant tout à l'Homme que je veux rendre hommage dans ce post.
Ses créations continuent à lui survivre et il reste l'un des individus les plus connus au monde.
L'héritage qu'il nous a légué est riche et précieux.
Sa Grandeur restera à jamais dans les mémoires... :croixhonneur: :Vive-L-Empereur2

LeBarde

Tic-tac

Message par LeBarde » 05 mai 2015, 18:58

-QUE LE GRAND HOMME REPOSE EN PAIX.QU'IL SOIT RASSURE,MAIS IL LE SAIT,NOUS VEILLONS SUR "LUI" .LES NUAGES AUJOURD'HUI ONT PRIS LA FORME DU"LAMPION".LES OISEAUX CHANTENT TES VICTOIRES AVEC COMME CHEF DE FILE UN "AIGLE" QUI HONORE TA "GRANDEUR" IMMORTELLE.
VIVE L'EMPEREUR,VIVE L'EMPEREUR,VIVE L'EMPEREUR.

Moundir Pacha

Napoléon Akbar !

Message par Moundir Pacha » 05 mai 2015, 19:08

Bigre ! C'est vrai que c'est aujourd'hui... Merci à toi citoyen Christophe !!! :salut:

Ca me fait d'ailleurs penser que ce matin aux aurores, j'ai croisé ce bon vieux Bouli (muezzin à la grande mosquée cairote "Méhémet Ali"), lequel (je ne sais pourquoi :shock: ) me posa cette naïve question :
- "De tous les élus de la Gloire, lequel domine le plus ta pensée ?".
Je lui fis alors la même réponse que Pouchkine :
- "C'est toujours lui, ce guerrier devant qui les rois se courbèrent".
Après lui avoir narré les exploits du conquérant de l'Italie, du dictateur/pacificateur choisi par le Créateur de l'Univers afin de sortir le monde des ténèbres, du Héros pénétrant dans Moscou la barbare, du Thaumaturge "entouré de morts-vivants marqués du sceau de la peste [...]", je vis soudainement briller le regard de mon interlocuteur, signe évident de son admiration pour ce "merveilleux destin [qui] s'est accompli".
C'est alors ému par mon récit et désormais convaincu que les titans sont beaux dans la mythologie qu'il prit la résolution d'introduire celui-ci dans la vie courante de chaque habitant du Caire.
Aussitôt dit aussitôt fait : une fois arrivé au sommet du minaret, le mahométan capucin consacra la totalité de sa "Salât El Sobh" à cet "homme merveilleux, envoyé par la Providence" et, les yeux tournés vers les cieux, il s'adressa au prophète Napoléon en ces termes :
- "Pourquoi as-tu été envoyé ? Est-ce du Bien ou du Mal que tu fus l'Exécuteur ? Pourquoi t'es-tu éteint, pourquoi as-tu brillé, visiteur merveilleux de la Terre ?"

Salut et fraternité ! :salut:

Christophe

Un an après...

Message par Christophe » 06 mai 2015, 12:20

[aligner]5 mai 1822.

« J’ai revu hier la Malmaison, qui est aussi bien tenue que lorsque Joséphine l’habitait ; il n’y manque que la riche collection de tableaux et de statues. J’ai été indigné de voir dans la salle à manger le buste de l’empereur de Russie et de ne trouver nulle part celui de Napoléon. Il ne manque pas un livre à la bibliothèque ; les cartes de Russie sont amoncelées dans un rayon auprès de la table de travail.

C’est peut-être sur ces mêmes cartes que l’Empereur avait calculé cette funeste marche sur Moscou, qui l’a conduit à Sainte-Hélène ! »

Général LAMARQUE (« Mémoires et souvenirs. Publiés par sa famille »,tome I, 1835).
[/aligner]

Christophe

5 mai 1821...

Message par Christophe » 05 mai 2016, 00:34

"Strasbourg, 12 juillet 1821.

Le grand Proscrit vient donc de succomber, sur le roc de Sainte-Hélène, à ses tortures physiques et morales, à ses tortures physiques et morales ! Combien cette nouvelle a dû réjouir cet infâme gouvernement anglais qui, par l’entremise de méprisable Hudson Lowe, comptait journellement les pulsations du cœur du héros captif pour jouir de sa longue agonie, pour calculer la fin probable de son existence ! Comme ils sont aujourd’hui gais et rassurés ces myrmidons couronnés dont le front porte encore l’empreinte des pieds de leur vainqueur ! Ce n’est que de ce moment qu’ils se tiennent pour bien assis sur leur trône, car bien qu’enchaîné au milieu de l’Océan, le Géant, qui si longtemps les fit trembler, était encore pour eux un épouvantail, un cauchemar permanent. Ils tremblaient chaque jour d’apprendre qu’échappé de sa prison lointaine , il allait de nouveau apparaître dans cette France, terre des braves, dans cette Europe qui naguère était à ses ordres. Il est mort, l’arbitres de tant de destinées, et mort dans les fers ! Rien n’a donc manqué à sa destinée, rien, pas même l’adversité. Oh ! Que Napoléon sera grand alors que, les haines, les rancunes et les préventions venant à s’éteindre, la postérité ne verra plus en lui que le plus étonnant génie des temps modernes.

Aujourd’hui l’homme de la France, il sera sans doute un jour celui du monde civilisé, car sa gloire appartient à toute la race humaine ; elle doit être cosmopolite. Le XIXème siècle sera dans l’ère de tous les peuples le siècle de Napoléon.

La fin de l’Empereur, que les feuilles publiques viennent de nous révéler, a été un coup de foudre pour tous ceux qui, comme moi, avaient dans leur fanatisme, fait un demi-dieu du héros qui a porté si loin et si haut la gloire du nom français. Il nous semblait que Napoléon était au-dessus de l’humanité, qu’il ne pouvait pas mourir, que son corps devait être impérissable comme son nom ; et il est mort ! Voilà le roi des rois couché dans un cercueil !"

Ses yeux ne lanceront plus d’éclairs ; sa présence et sa voix ,n’électriseront plus des armées ; un mouvement des sourcils du moderne Jupiter n’ébranlera plus le monde. "

(Général FANTIN DES ODOARDS, "Journal", Plon, 1895).
---------------------------------------------------------


Image

---------------------------------------------------------

"Paris, 20 mars [année laissée en blanc].

« Napoléon fut appelé grand… A peine âgé de vingt-sept ans, pareil à un torrent, il précipita sa course impétueuse du haut des Alpes dans les belles plaines d’Italie. Ces champs, illustrés par les victoires d’Annibal et de Marius, reçurent un nouvel éclat de ses trophées.

Empereur des Français, il subjugua le monde. Les rois de la Terre l’entouraient tous et formaient un cortège brillant qui annonçait sa présence. Ses armées assiégeaient Cadix. Quelque temps après, la victoire les conduisait jusque sous les murs de Moscou. Tant de prospérités ne pouvaient durer. Invincible jusque-là, la nature se chargea du soin de venger ses ennemis. Les glaces de l’hiver lui enlevèrent la plus belle armée qu’on eût vue sous le soleil. En une nuit tout changea.

L’étoile de l’Empereur, qui jusqu’alors avait jeté de si vifs rayons, commença à pâlir. Le monde s’ébranla ; des nuées de barbares l’entourèrent. Semblable à un gladiateur, qui, au milieu de l’arène couvert de blessures, porte des coups à tous ses rivaux et les menace encore avant de tomber, l’Empereur les anéantit partout où il put les atteindre.

L’Europe conservera un souvenir éternel de ses désastres et de ses victoires. Mais enfin l’Empereur était homme : il fallut céder à la fortune…

Retiré dans son palais de Fontainebleau, conservant pour tout bien son grand nom, abandonné de tous, il sut encore se faire craindre et respecté.

Il signa son abdication à Fontainebleau. Qui n’admirerait pas les desseins admirables de la Providence sur la destinée des hommes, quand on songe, que dans ce même palais dans cette même salle où l’Empereur signa son abdication, S.M. avait voulu forcer le pape Pie VII à renoncer à son trône. Pouvait-il prévoir que vaincu, abandonné de tous, il abdiquerait sa puissance et verrait le papa entrer dans Rome, rétabli par les Russes et les Anglais qui brûlaient naguères le pape en effigie ?

C’est dans la cour de ce palais que l’Empereur se vit dans cette première période entouré de ses vieux soldats.

Qui pourrait peindre la douleur qui oppressait dans ce moment l’âme de l’Empereur à la vue de ces hommes intrépides qui, dans cent batailles, avaient contemplé de si près la mort sans rien craindre, versant des larmes à son départ, l’entourant de leurs armes, courbant, leur drapeau sur sa tête !

L’Empereur s’arracha de leurs bras… Il partit !

Un an s’était à peine écoulé. L’Empereur revint. Tout se souleva sur son passage. Le monde s’ébranla encore une fois pour le vaincre. La France épuisée par tant de guerres ne put résister à tant d’ennemis. Nouveau Thémistocle, Napoléon allait s’asseoir au foyer du peuple britannique, mais ce peuple égoïste le relégua sur un rocher désert au milieu de l’Océan.

Cinq ans après l’Empereur n’existait plus. Quelques pieds de terre recouvraient celui à qui le monde n’avait pu suffire ! »

Guillaume PEYRUSSE. ("En suivant Napoléon. Mémoires...", Cléa, 2009).

Peyrusse

★•☆ 5 MAI 1821...★•☆

Message par Peyrusse » 05 mai 2018, 00:08

IL Y A 197 ANS S'ETEIGNAIT LE GRAND NAPOLEON...
Qu'il repose en paix !

Image

« On croyait généralement que Napoléon avait été empoisonné par le gouverneur de Sainte-Hélène, par ce sir Hudson Lowe qui commandait à Caprée [Capri], lorsque je m’emparai de cette île [en 1808]. Mais aujourd’hui il paraît certain que l’Empereur a succombé sous l’influence d’un climat malsain, sous le poids des chagrins, des dégoûts, des vexations sans nombre et des privations de tout genre qu’on lui a fait supporter […] La politique anglaise est plus odieuse et plus criminelle que celle des anciens dominateurs du monde !

Hudson Lowe est un geôlier et un bourreau en uniforme brodé. »

Général LAMARQUE (« Mémoires et souvenirs. Publiés par sa famille », tome I, 1835).

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • 5 mai 1821
    par la remonte » 05 mai 2017, 17:42 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    370 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    06 mai 2017, 16:57
  • Napoléon Bonaparte - Correspondance générale - Tome 15 : Les chutes 1814-mai 1821 ; Supplément (1788-1813)
    par Eric LM » 03 mai 2018, 15:00 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    4 Réponses
    405 Vues
    Dernier message par Maldonne
    30 déc. 2018, 15:57
  • Les décorations de Napoléon à Saint Hélène. 1815-1821.
    par Raoul Jacques » 15 janv. 2019, 16:49 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    139 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    09 févr. 2019, 22:42
  • [HUSSARDS] Hussards à pied de mai 1800 à mai 1801
    par C-J de Beauvau » 07 avr. 2018, 07:57 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    10 Réponses
    484 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    08 avr. 2018, 19:13
  • À la gloire de la Grande Armée
    par Bernard » 04 mars 2018, 19:52 » dans Salon Ier Empire
    8 Réponses
    365 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    06 mars 2018, 22:46