La mort de l'amiral Villeneuve

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Citoyenne Sophie

Marine : vice-amiral Villeneuve

Message par Citoyenne Sophie » 03 nov. 2010, 11:05

Il faut dire aussi en ce qui concerne Villeneuve qu'il était depuis quelques mois avant Trafalgar victime de la disgrâce de l'Empereur qui parlait de lui comme d'un homme "sans courage", et autres qualificatifs extrêmement durs à son endroit. Il n'y a qu'à relire la correspondance de 1805 pour s'en persuader. Napoléon écrit à Decrès les mots les plus méprisants pour Villeneuve. En ce qui concerne Trafalgar, Villeneuve tente une sortie désespérée de Cadix quand il apprend que Napoléon l'a remplacé à la tête de son escadre par l'amiral Rosily. Villeneuve n'était pas un mauvais marin mais Napoléon ne tenait pas souvent compte des opinions de ses amiraux....

Le Vengeur

Re: Marine : vice-amiral Villeneuve

Message par Le Vengeur » 03 nov. 2010, 12:56

Villeneuve n'était tout simplement pas l'homme de la situation, et personnellement, j'ai bien du mal à blâmer l'amiral... Car mettons nous quelques secondes à sa place, la France est en guerre contre l'Angleterre depuis plus de 10 ans (la paix d'Amiens n'ayant finalement été qu'un court armistice) et jamais au cours de ces années la Marine française n'a semblé pouvoir rivaliser avec la Royal Navy. Pire que cela, la Marine a connu plusieurs désastres, le plus fameux étant certainement la bataille d'Aboukir. Dans ces conditions, la confiance dans notre Marine devait être bien bas. Chez Villeneuve, ce manque de confiance a rapidement entrainé un effondrement de son moral, ceci ayant pour conséquence son repli sur Cadix. La suite, nous la connaissons.

Concernant la fameuse ligne de file, il semble que Villeneuve n'avait pas véritablement le choix étant donné le manque d'entrainement des équipages franco-espagnols. J'ajoute que la tactique utilisée par Nelson à Trafalgar, qui n'est pas véritablement nouvelle, ne surprend aucunement les français. Villeneuve avait en effet prévu plusieurs semaines avant la bataille l'attaque en deux colonnes perpendiculaires à la ligne franco-espagnole venant couper celle-ci.

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2689
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

La mort de l'amiral Villeneuve

Message par L'âne » 25 oct. 2017, 07:40

La revue du Souvenir napoléonien nous livre un excellent article de Sophie MUFFAT : La mort de Villeneuve.

Prisonnier des Anglais, libéré en avril 1806, Villeneuve se suicide quelques jours après son retour en France, après avoir laissé un mot à son épouse :

Renne, le 21 avril 1806.
À madame Villeneuve, née Dantoine, à Valensole (Basses-Alpes).
« Ma tendre amie, comment recevras-tu ce coup ? « Hélas ! Je pleure plus sur toi que sur moi. C'en est fait, j'en suis arrivé au terme où la vie est un opprobre et la mort un devoir. Seul ici, frappé d'anathème par l'empereur, repoussé par son ministre, qui fut mon ami, chargé d'une responsabilité immense dans un désastre qui m'est attribué, et auquel la fatalité m'a entraîné, je dois mourir ! Je sais que tu ne peux goûter aucune apologie de mon action. Je t'en demande pardon, mille fois pardon, mais elle est nécessaire et j'y suis entraîné par le plus violent désespoir. Vis tranquille, emprunte les consolations des doux sentiments de religion qui t'animent; mon espérance est que tu y trouveras un repos qui m'est refusé. Adieu, adieu, sèche les larmes de ma famille et de tous ceux auxquels je puis être cher. Je voulais finir, je ne puis. Quel bonheur que je n'aie aucun enfant pour recueillir mon horrible héritage et qui soit chargé du poids de mon nom ? Ah! Je n'étais pas né pour un pareil sort; je ne l’ai pas cherché, j'y ai été entraîné malgré moi. Adieu, adieu. Villeneuve»

Thierry LENTZ « Napoléon et la conquête de l’Europe » :
"Quant à Villeneuve, il n'avait guère combattu depuis les guerres d'Amérique. À Aboukir, il avait brillé par son manque d'initiative puis, un an plus tard, avait été fait prisonnier à Malte, toujours sans s'être battu. [...] Villeneuve se serait tué de « six coups de couteau » dans le cœur. Les rumeurs d'assassinat coururent immédiatement après sa mort. Une enquête serrée fut menée par le préfet qui conclut au suicide : les lettres de Villeneuve étaient un élément central du dossier. Les historiens penchent pour cette thèse qui a été décortiquée par H. Rollin, « L'amiral Villeneuve et Napoléon » , Revue des études napoléoniennes, janvier-juin 1916, pp. 200-234."
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2729
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Marine : vice-amiral Villeneuve

Message par Cyril Drouet » 25 oct. 2017, 09:50

A ce propos, voici une lettre sensée écrite par Villeneuve à Napoléon. Ce faux fut publié par The Star, le 25 janvier 1814 :


« Monsieur,
Vous devez vous ressouvenir que, lorsque Latouche mourut à Toulon, je commandais à Rochefort, et que j’hésitai de le remplacer. J’étais alors bien convaincu que, quel que fût le chef des opérations hasardeuses et mal conçues des flottes combinées française et espagnole, il serait disgracié aussi bien que battu, si sa mauvaise étoile épargnait sa vie dans un combat (presque inévitable), avec un ennemi accoutumé à la victoire, et couvrant toutes les mers de ses croiseurs.
C’est ainsi que je parlai au ministre de la Marine, lorsque bientôt après, et contre mon inclination, je fis voile pour Barcelone et Cadix ; et quand je lui rend compte des préparatifs et manœuvres de la flotte espagnole, mes premières dépêches, ainsi que celles que je lui adressai de Cadix, du Ferrol, de la Martinique, lui firent connaître mon entière résignation. Sur l’ordre qui me fut donné le 24 septembre dernier, de revenir à Toulon avec la flotte combinée (et nous eûmes toujours en vue la flotte anglaise pendant notre route), je répondis que de tels ordres seraient exécutés ; mais je rappelai en même temps au ministre, et ma première résignation, et mes craintes sur les chances douteuses des combats en mer et je l’instruisis, en même temps, de ma détermination ; soit que je fusse vainqueur ou vaincu, d’abandonner pour jamais un poste périlleux que mes principes, et surtout votre caractère violent et cruel, ne me permettaient pas d’occuper.
Ce n’est ni au manque de valeur, ni à quelque faute que l’on doit attribuer le désastre de Trafalgar. Ce fait a été prouvé sans réplique dans mon récit officiel de la bataille. Pourquoi lui a-t-on refusé place dans le Moniteur, tandis qu’on y a inséré les calomnies et les outrageantes assertions de mes ennemis ?
Lorsque, au milieu de votre heureuse et ambitieuse campagne en Allemagne, mon rapport vous parvint, ne dites-vous pas, avec votre fureur et votre cruauté ordinaire : « Je vois qu’un exemple sur le Bing français [John Byng, amiral anglais condamné à mort et fusillé suite à la défaite de Minorque] est absolument nécessaire pour mettre la victoire à l’ordre du jour dans mes flottes ? »
Mille voix ont répété ces dures expressions, cette sentence de mort lancée contre un amiral français, par un usurpateur étranger et féroce, tandis que ma dépêche est restée inconnue, et n’a peut-être été jamais lue. Elle contenait pourtant quelques vérités sévères, qui n’auraient ajouté, je l’avoue, aucun lustres à vos talents militaires et nautiques, mais qui aurait prouvé que la même incapacité, la même ambition qui avaient causé la perte d’une escadre française à Aboukir, avaient causé aussi celle d’une autre escadre à Trafalgar.
Dans mon dernier entretien avec vous, vous me fîtes observer que, quand bien même la France serait sans opposition, la souveraine de tout le continent, tant qu’elle ne pourrait pas forcer la Grande-Bretagne à se soumettre à ses lois, son pouvoirs à l’extérieur serait précaire, son état intérieur mal assis, son commerce languissant, ses manufactures anéantis, et ses habitants pauvres et malheureux. Mais qu’avez-vous fait pour remédier à ces maux certains ?
Depuis les quatre années que dure votre tyrannie, ma patrie et ses alliés ont déjà perdu un plus grand nombre de vaisseaux de guerre, que n’en avait toute la marine royale pendant une grande partie des longs règnes de Louis XIV et Louis V ; et si la France doit rester plus longtemps encore sous votre sceptre de fer, sa marine militaire marchera bientôt de pair avec sa marine marchande, et l’on ne verre dans ses ports de mer que d’infâmes pirates et des marchands ruinés.
Quel honneur est-il résulté pour mon pays de toutes vos campagnes si heureuses ? Est-il plus libre sous votre puissance sans bornes ? Accablés d’impôts et cruellement opprimés par un despotisme militaire impitoyable, mes concitoyens asservis voient arriver, en pleurant et sans oser exhaler un soupire, le moment prochain d’une ruine inévitable, tandis que vous, Monsieur, vos parents et vos créatures profitez de vos conquêtes obtenues au dépend du sang le plus pur et des riches trésors de la France.
Le style de cette lettre vous convaincra aisément que son auteur est hors d’atteinte de votre vengeance, et n’a plus à redouter vos tortures ou vos cachots, vos bourreaux ou vos poisons.
L’ordre que m’a donné votre ministre de ne point approcher de la capitale sans une permission expresse de vous, a fait différer le moment de votre punition et de la délivrance de l’espèce humaine. J’étais résolu à ne point survivre à la ruine de la marine française, et j’avais décidé de vous tuer avant de me punir moi-même d’avoir été votre instrument et d’avoir contribué à mon propre déshonneur, à l’oubli de mes devoirs, de ma naissance, et à la honte de ma profession.
Que vous soyez au nombre des vivants, et qu’il vous soit permis d’exercer votre effroyable tyrannie, c’est ce qu’il faut attribuer à la Providence dont les motifs sont impénétrables. Cependant, comptez sur cette vérité que, comme vous êtes un des plus grands criminels de la terre, votre mort sera plus précipitée et plus terrible. Un assassin ou un bourreau mettra fin à la carrière d’atrocités qu’à la honte de notre siècle vous n’avez que trop longtemps parcourue. Afin que la postérité qui pourra blâmer une partie de ma vie, n’ignore pas le sincère repentir et les sentiments patriotiques qui ont accompagné ma mort, des copies de cette lettre ont été envoyées à plusieurs officiers de la marine française ; et si votre mort avait précédé mon suicide, non seulement la génération présente, mais les âges à venir m’auraient proclamé comme un libérateur, et révéré comme un sauveur. Des autels et des statues auraient été érigé à ma mémoire.
Tremblez tyran, vous êtes abhorré, et les malédictions de l’univers vous suivront par delà le tombeau.

De Villeneuve »



Pour peaufiner ce faux grossier, les Britanniques auraient pu au moins vérifier les dates. La missive incendiaire est en effet datée du 5 mai 1806 ; Villeneuve est mort le 22 avril…
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2689
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Marine : vice-amiral Villeneuve

Message par L'âne » 25 oct. 2017, 11:03

Cyril Drouet a écrit :
25 oct. 2017, 09:50
Pour peaufiner ce faux grossier, les Britanniques auraient pu au moins vérifier les dates. La missive incendiaire est en effet datée du 5 mai 1806 ; Villeneuve est mort le 22 avril…[/justify]
Il faut le faire...
Vous aviez posté des éléments très intéressants sur le forum d'Albert relatifs aux "oubliés de Trafalgar".
Peut-être pourriez-vous nous en gratifier sur ce forum ?
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2729
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: La mort de l'amiral Villeneuve

Message par Cyril Drouet » 25 oct. 2017, 11:36

L'âne a écrit :
25 oct. 2017, 11:03
Vous aviez posté des éléments très intéressants sur le forum d'Albert relatifs aux "oubliés de Trafalgar".
Peut-être pourriez-vous nous en gratifier sur ce forum ?
Vous pensez à ce post tiré du Dictionnaire des braves de Napoléon ?

Après Villeneuve et Nelson, une pensée pour les oubliés de Trafalgar : Cauchard, enseigne de vaisseau sur l’Achille, qui organisa, tant bien que mal, l’évacuation du navire avant de périr dans l’explosion de ce dernier respectant ainsi son serment de ne quitter le bâtiment que le dernier. Il fut associé dans la mort à Daniel Lemaire, soldat au 67e de ligne, qui participa activement à l’évacuation des siens jusqu’au moment fatal. Un autre de l’Achille : Ducret, lieutenant, aussi du 67e de ligne. Malgré ses multiples blessures, il lutta activement contre l’incendie et ne quitta le vaisseau qu’en dernier lieu. Son comportement à Trafalgar lui valu le grade de capitaine. Il terminera sa carrière comme chef de bataillon au 3e léger.

Sur l’Aigle, Michel Jacquemet, toujours du 67e, fit montre de bien de bravoure quand les Anglais tentèrent l’abordage. L’assaut fut repoussé à la baïonnette. Fait prisonnier, il réussit à sauver le drapeau de son régiment et à le ramener en France lors de son retour. On le retrouvera à Essling, Wagram, puis en Espagne où il n’aura de cesse de lutter contre Mina, avant de prendre finalement le commandement du 1er de ligne.

Enfin, l’aspirant Yon qui tenta vainement de mener avec quatre camarades l’abordage du Victory en se jetant et s’accrochant à une des ancres du navire amiral anglais, avant que le Téméraire ne vienne réduire à néant cette ultime tentative par des bordées dévastatrices.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2689
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Marine : vice-amiral Villeneuve

Message par L'âne » 25 oct. 2017, 11:45

Cyril Drouet a écrit :
25 oct. 2017, 11:36
Vous pensez à ce post tiré du Dictionnaire des braves de Napoléon ?
Oui, tout à fait. Merci.
Aurea mediocritas

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • INFERNET- amiral
    par d'hautpoul » 07 nov. 2018, 13:59 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    154 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 nov. 2018, 15:01
  • L' amiral Maurice Dupont
    par lutzen 1813 » 13 févr. 2015, 15:21 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    865 Vues
    Dernier message par Le Vengeur
    15 févr. 2015, 01:33
  • Beaufort, l'amiral du vent - Une vie de Sir Francis Beaufort (1774-1857)
    par Eric LM » 18 nov. 2017, 15:06 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    2 Réponses
    161 Vues
    Dernier message par Mathieu Dampierre
    03 déc. 2017, 16:15
  • La mort de Napoléon
    par Jean-Baptiste » 28 juin 2018, 23:04 » dans Espace visiteurs
    259 Réponses
    11533 Vues
    Dernier message par William Staps
    11 août 2019, 11:22