RUSSIE 1812 : La Moskova , "la grande redoute"

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

JOURDAN 59

POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par JOURDAN 59 »

Bonsoir a tous
Excusez moi mais je n'arrive pas a visualiser ou comprendre ce qu'est une redoute militairement parlant.
il me semble que ce soit une butte de terre ,l'un d'entre vous doit pouvoir me répondre.
Amicalement
Jourdan 59

Drouet Cyril

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par Drouet Cyril »

Dans son dictionnaire portatif de l'ingénieur et de l'artilleur, Belidor donne cette définition :
"Fortification passagère : c'est un petit fort construit en terre, et quelquefois en maçonnerie, qui est d'un usage fréquent dans la guerre, pour fortifier un poste que l'on veut garder : on en met aussi au-devant des lignes, et même quelquefois devant le front des armées rangées en bataille."

Dragon d'espagne

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par Dragon d'espagne »

Les redoutes étaient construites en terre, ou avec des pierres. Elles étaient souvent entourées d'un fossé et d'un parapet parfois revêtus d'une palissade en bois.
Leur forme générale pouvaient être ronde, rectangulaire, trapézoïdale, ou encore en étoile. Elles épousaient souvent la forme du terrain ou de la hauteur ou elles étaient construites.
Il en reste de nombreuses (de toute formes et de tout type) sur la frontière des Pyrénées, au Pays Basque.
..
:salut:

Drouet Cyril

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par Drouet Cyril »

Une simple protection en terre protégeant les Gribeauval suffit à définir la 'redoute'.

Les assiègeants à l'aide de gabions usent très souvent de ce procédé. Mais à ma connaissance, mais peut-être me trompe-je, on parle ici simplement de batteries et non de redoutes. :?:

SCHNAPS

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par SCHNAPS »

Pour mettre tout le monde d'accord (ou du moins tenter d'y parvenir sur ce point), il me semble que les seuls travaux de fortification effectués à Austerlitz furent ceux des Français sur le promontoire du Santon (au nord du champ de bataille) oùun bataillon du 17ème Léger et 4 ou 5 pièces de 12 livres furent postés.
Bien à vous, :fusils: :cambronne:

Drouet Cyril

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par Drouet Cyril »

La définition de batterie qui correspond assez aux propos de Muiron ("une simple protection en terre protégeant les Gribeauval") :

Batterie : on donne ce nom en général à tout emplacement couvert d'un épaulement, où l'on place du canon ou des mortiers pour tirer sur l'ennemi et détruire ses défenses. Les pièces se posent sur un plancher établi avec des poutrelles et des madriers, pour empêcher que leur pesanteur, ou l'effort du recul des canons, ne les enfonce dans la terre. Ces pièces sont couvertes par un épaulement de terre et de fascinage, ausuel on pratique des embrasures pour passer la volée de la pièce.


Pour Austerlitz et le Santon, quelques témoignages :

"Le 29, ce qui parut l'occuper le plus fut la défense du Santon. Il se hâta de le faire retrancher, armer et approvisionner comme un fort." (Ségur, Mémoires)

"Le Santon, pivot de notre gauche, était hérissé d'ouvrages et d'artillerie" (Thiébault, Mémoires)

"Santon, position superbe que l'Empereur avait fait fortifier, et où il avait placé 18 pièces de canons." (30e Bulletin)

"Le Santon, position que l'Empereur avait confiée au 17e régiment d'infanterie légère ; il l'avait fortifiée de 13 pièces de canon, on voyait de dessus cette éminence parfaitement les mouvements des cosaques." (Dumas, Journal)

Salutations respectueuses.

général Bussy

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par général Bussy »

Bonsoir à tous!

selon le dictionnaire de la grande armée d'Alain Pigeard:

Je site "Ouvrage quasi circulaire, couvert par un large fossé et hérissé de palissades, que l'on garnit d'artillerie. la redoute reste ouverte par derrière mais peut être fermée par une barrière, un pont-levis ou un cheval de frise.
Les pièces sont placées sur des plates-formes, et la troupe qui défend la redoute fait feu derrière un parapet, sur une banquette.
Aussi plusieurs redoutes se tenant ensemble, et dont les feux se croisent, forment un système de défense ou camp retranché.
Sous l'Empire, la prise des redoutes la plus célèbre eut lieu pendant la bataille de la Moscowa: la redoute de Schardino fut prise par les Français le 5 septembre 1812, et la Grande Redoute, ou redoute de Raïevski, fut prise conjointement par l'infanterie et les cuirassiers le 7, au prix de lourdes pertes dans les deux camps.
Napoléon Bonaparte a qualifié la garde des consuls à pied, lors de la bataille de Marengo, le 14 juin 1800, de "redoute de granit"."
:aigle:

Drouet Cyril

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par Drouet Cyril »

Placées sur les hauteurs de Bournan (colline aussi connue pour les fusillades qui y eurent lieu (1) ), deux redoutes (35 à 40 m de coté, entourées de fossés larges de 5 m et presque aussi profonds) barraient la route de Saumur à Cholet, protégeaiten les approches du pont Fouchard sur le Thouet, aux portes de la cité Saumuroise. Ces deux redoutes furent édifiées, sous le contrôle de l’ingénieur Dabadie, afin de faire face à la menace vendéenne.
Lors de la bataille de Saumur, le 9 juin 1793, elles ne furent pas d’une grande aide pour les forces républicaines. Les Brigands les contournèrent et n’usèrent contre elles que quelques tirailleurs. Les républicains, de ces positions, tentèrent bien de contre-attaquer en direction du pont Fouchard, mais sans succès. Au soir de la bataille, les deux redoutes furent évacuées par leurs défenseurs qui, abandonnant leurs canons, filèrent vers Angers.








(1) Il y eut deux fusillades sur les buttes.
La première concerna dix-huit vendéens. Condamnés à mort par la commission militaire siégeant à Saumur, ils furent amenés par le général Commaire sur les conseils de Richard, le commandant de la place, qui considérait les buttes de Bournan comme un lieu "où le grand air pouvait faire évaporer plus facilement les exhalations malsaines que doivent nécessairement produire de semblable exécutions." Les dix-huit Brigands furent fusillés par les gendarmes de la 35e division, le 19 décembre 1793.
La seconde fut massive. Un grand nombre de prisonniers provenant des prisons d'Angers venaient d'arriver. Le lendemain même, le 26 décembre, la commission militaire se transporta en l'église de Nantilly, le lieu de leur détention. Après un rapide interrogatoire, 227 furent condamnés à mort et transférés à Bournan, dans un champ appelé les Moulières. Deux seulement réussirent à la faveur de l'obscurité à s'échapper, les autres furent fusillés.

La commission avait excepté du massacre tous les jeunes gens au-dessous de dix-huit ans. Voici le sort que l'on réserva à la plupart d'entre eux (déposition du citoyen Poitou) :

"J'ai été nommé, le 18 nivôse [le 7 janvier 1794], gardien des détenus de la maison d'arrêt de Nantilly qui contenait 150 prisonniers. Un mois après, 112 furent extrait de cette prison et conduits à Parnay dans des charrettes et là fusillés […]
Au nombre des ces 112 malheureux étaient 50 enfants de douze à dix-huit ans et la plus grande partie de douze à quinze ans qui avaient été excepté de la première fusillade qui avait eu lieu à Bournan. Ces enfants criaient comme des malheureux et demandaient à être employés à servir la République, mais de même que les autres ils furent fusillés."
Modifié en dernier par Drouet Cyril le 22 juil. 2009, 22:23, modifié 1 fois.

JOURDAN 59

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par JOURDAN 59 »

Bonjour à tous
Merci Cyril , vous etes excellent pour vos connaissances.
Figurez vous que sur Wattignies il existe des redoutes identiques aux photos que vous présentez et je me suis souvent demandé si ces "fossés" n'étaient pas militaires et j'ai aujourd'hui la réponse.
Merci encore et à bientot
Phil

Drouet Cyril

Re: POLIORCÉTIQUE : une redoute

Message par Drouet Cyril »

:) :salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • RUSSIE 1812 : "Napoléon en 1812.Souvenirs." Roman Soltyk)
    par Peyrusse » 12 nov. 2017, 23:36 » dans Livres - Revues - Magazines
    61 Réponses
    6902 Vues
    Dernier message par Chevalier1812
    05 août 2018, 19:05
  • Vème Corps de la Grande Armée 1811/1812
    par catherineLA » 12 mars 2019, 15:28 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    228 Vues
    Dernier message par catherineLA
    12 mars 2019, 15:28
  • RUSSIE : Heckel, général du génie russe en 1812
    par Willelmus » 19 janv. 2016, 20:22 » dans Salon Ier Empire
    1 Réponses
    650 Vues
    Dernier message par Barclay
    20 janv. 2016, 06:28
  • Le blessé de la Moskova
    par Peyrusse » 06 oct. 2017, 08:49 » dans Salon Ier Empire
    65 Réponses
    2553 Vues
    Dernier message par la remonte
    08 juin 2006, 21:42