Des femmes soldats dans la Grande Armée

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Peyrusse

A la Bérézina...

Message par Peyrusse »

"Le 29 novembre [1812] nous nous présentons à l’entrée des ponts, et j’ai vu, à ce moment, de mes yeux vu, un spectacle d’une telle horreur, qu’après cinquante ans, ma plume peut encore à peine le reproduire. Une masse de malheureux, officiers et soldats de toutes armes blessés, employés, femmes, enfants, en proie au froid, à la faim, auraient pu passer, la veille, sans encombre, mais rien n’avait pu les arracher des feux autour desquels ils reprenaient un peu de vie. Ils se pressaient maintenant pour franchir les ponts. Aux abords de ceux-ci les cadavres de ceux de cette lamentable foule qui avaient déjà succombé pendant la nuit avaient étaient foulés aux pieds par la cavalerie et l’artillerie. On voyait des têtes, des bras, des jambes épars, une boue sanglante !!

Au moment où nous approchions, tous ceux qui avaient conservé un peu de force morale voulaient passer dans nos rangs, mais nos chefs, prévoyant ce qui arriverait si nous cédions à un sentiment d’humanité portèrent toute leur attention à sauver d’abord tout ce qui était resté groupé autour du drapeau, notre salut était au bout de nos baïonnettes. A l’instant où notre colonne longeait de très près cette masse de victimes, je m’entends appeler par mon nom et je vis dans cette triste cohue la femme d’un sous-officier du régiment, tenant dans ses bras son enfant qui se mourait. Cette vue me procura l’impression la plus atroce que j’ai jamais pu ressentir, j’aurai toujours devant les yeux l’expression du visage de cette mère aux regards éperdus et suppliants. Mais mon devoir de soldat, tout en me déchirant le cœur passa avant tout sentiment de commisération. En toute autre circonstance j’aurais donné ma vie pour sauver cette femme et son enfant. Que dieu me juge !!! Tous ces malheureux restèrent au pouvoir des Russes."
----------
Capitaine Vincent BERTRAND, « Mémoires. Grande-Armée, 1805-1815….», A la Librairie des Deux Empires, 1998, pp.151-157. L’auteur était à cette époque sergent dans les rangs du 7ème régiment d’infanterie légère, lui-même faisant partie du 1er corps (Maréchal Davout).

Peyrusse

Toujours à la Bérézina...

Message par Peyrusse »

« L’armée fatiguée par les longues étapes, affaiblie par les privations et la faim, exténuée par le froid était déjà détruite moralement, si elle existait encore physiquement ; aussi, à la vue de ce nouveau danger [celui du passage périlleux de la Bérézina], chacun songea-t-il à sa conservation personnelle. Les faibles liens de la discipline achevèrent de se briser. L’ordre n’existait plus, le plus fort renversait le plus faible et lui marchait sur le corps pour arriver au pont. On se précipitait en masse pour passer, mais avant d’entrer sur le pont il fallait gravir une montagne de cadavres et de débris. Beaucoup se soldats blessés ou malades, des femmes à la suite de l’armée furent renversés par terre et foulés aux pieds. Quelques centaines d’hommes furent écrasés par les canons. La foule qui se pressait pour passer formait une masse immense. Ses mouvements ressemblaient aux vagues de la mer, à chaque ondulation, les hommes qui n’étaient pas assez forts pour résister au choc étaient jetés et étouffés par cette masse. »

("Souvenirs" de Vionnet de Maringoné, p.54).
--------------------------------------------------------------------------
« Pendant la nuit du 27 au 28 [novembre] le passage s’effectue dans la plus affreuse confusion; le désordre est au comble. Des milliers de voitures sont entassées à l’entrée et à la sortie des ponts ; la force l’emporte sur le droit, le plus faible est renversé et foulé aux pieds. Soudain (9 heures du matin), la canonnade la plus vive s’étend de la gauche à la droite, et décrit les trois quarts d’un cercle au centre duquel l’Empereur est placé… Déjà Wittgenstein foudroie les ponts sur lesquels cent obus viennent éclater ; il veut se rendre maître du passage. L’air retentit des cris et des gémissements des femmes et des enfants. Dans leur effroi, les uns se précipitent dans le fleuve et cherchent à le passer à la nage, les autres tentent de le guéer ; et tous, épuisés par de vains efforts, viennent s’engloutir dans les marais impraticables de la Bérézina. »

(Baron Denniée, « Itinéraire de l’empereur Napoléon pendant la campagne de 1812 »)

Peyrusse

En 1813, deux malheureuses cantinières...

Message par Peyrusse »

Mémoires de François Marcq, « Revue napoléonienne », 1901. L’auteur était en 1813 sergent dans les rangs du 153ème de ligne. Le passage qui suit se situe après le combat d’Haynau (26 mai 1813).
---------
« Le champ de bataille était couvert de morts et de blessés. Il y avait de ces malheureux blessés qui avaient encore eu le courage de se transporter dans une grange au hameau où la bataille fut livrée. Ces barbares d'ennemis en se sauvant y ont mis le feu, et les misérables qui s'étaient réfugiés à cet endroit furent tous consumés par le feu, choses cruelle à voir et à entendre par les cris perçants jetés par ces victimes. Ils avaient fait prisonnier notre général de brigade ; mais il s'est échappé en se sauvant ; il a même perdu son chapeau, le champ de bataille fut aux français, et après l'avoir visité, nous avons reconnu une des cantinières du régiment qui était tuée d'un coup de sabre qui lui avait traversé le corps, une autre cantinière eût deux doigts de la main coupés également d'un coup de sabre. »

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Les femmes à l’armée sous l’Empire.

Message par Cyril Drouet »

"Je marche assez longtemps côte à côte avec une jeune marchande de modes française établie à Moscou. Beaucoup de malheureuses étrangères ont fui avec l'armée, dans la crainte des mauvais traitements des Russes; elles se sont, comme Gribouille, jetées dans l'eau de peur de la pluie; la plupart de ces infortunées meurent misérablement. L'humanité ne se montre pas sous un beau jour dans cette retraite. L'égoïsme y est porté à un haut degré; on traite généralement ces êtres faibles avec cruauté. Le bon cœur du grand écuyer l'a porté à recevoir sur un fourgon de l'Empereur la famille de cette modiste; elle y couche. La pauvre enfant mourait de faim; j'ai partagé avec elle du chocolat reçu la veille. Il n'y a pas de galanterie dans mon fait; nous sommes tellement fatigués que chacun répète sans cesse qu'il préfère une mauvaise bouteille de vin de Bordeaux à la plus jolie femme du monde."
(Castellane, Journal)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Inhumation de 200 dépouilles de soldats de la Grande Armée
    par Joker » 12 sept. 2019, 20:28 » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    313 Vues
    Dernier message par Joker
    13 sept. 2019, 19:45
  • Montpellier Hommage aux soldats de la Grande Armée
    par Pratzen » 28 sept. 2017, 07:12 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    281 Vues
    Dernier message par Pratzen
    28 sept. 2017, 07:12
  • Bulletin de la Grande Armée
    par le sabreur » 01 août 2016, 18:00 » dans Objets napoléoniens
    1 Réponses
    1153 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    01 août 2016, 18:28
  • À la gloire de la Grande Armée
    par Bernard » 04 mars 2018, 19:52 » dans Monuments Napoléoniens
    8 Réponses
    1408 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    06 mars 2018, 22:46
  • Les Vétérans de la Grande Armée
    par Joker » 16 déc. 2019, 20:15 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    104 Vues
    Dernier message par Joker
    16 déc. 2019, 20:15