L'ouverture de la campagne de Russie

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1551
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Exact mais tout donne à penser que ce n'était pas une simple éventualité...

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3535
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit :
17 oct. 2017, 17:46
Exact mais tout donne à penser que ce n'était pas une simple éventualité...
Qu'entendez-vous par là ?

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1551
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Je n'ai pas le temps de chercher les textes mais je suis convaincu que Napoléon voulait à tout prix attaquer.
Pourquoi aurait-il mobilisé plus de 500 000 hommes pour un simple baroud d'honneur ?

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3535
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit :
17 oct. 2017, 18:16
Je n'ai pas le temps de chercher les textes mais je suis convaincu que Napoléon voulait à tout prix attaquer.
Vous êtes convaincu ; mais, sans élément étayant votre opinion, peu convaincant. :roll:

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2845
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par L'âne »

Bernard a écrit :
17 oct. 2017, 18:16
je suis convaincu que Napoléon voulait à tout prix attaquer.
Je ne le crois pas. Je crois que Napoléon aurait souhaité intimider suffisamment Alexandre pour le contraindre à négocier.
Pourquoi aurait-il mobilisé plus de 500 000 hommes pour un simple baroud d'honneur ?
Il s'agit d'une démonstration de force, ni plus ni moins que celles opérées de nos jours lorsque un pays envoie un porte avion et des sous marins d'attaque écumer les mer...
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3535
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

Avec une telle force projetée, on peut penser que Napoléon, en cas de conflit, ne s’interdisait pas quelque option offensive.
En revanche, ce qui me laisse dubitatif, c’est l’avis de Bernard (à moins que j’ai mal compris) avançant que dès octobre 1810, Napoléon se préparait à un conflit qu’il savait inévitable (« ce n'était pas une simple éventualité »). Pour ma part, je vois plutôt dans la lettre à Clarke, des mesures préparatoires sur du long terme (18 mois) afin de parer à toute éventualité (Napoléon parle de supposition) et de n’être pas pris au dépourvu le moment venu, tout en ne s'interdisant pas de rectifier les mesures en s'adaptant aux circonstances qu'il sait pouvoir être changeantes.

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1551
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Je reviens sur ce que j'ai dit.
Pour moi, c'est lors de la convention d'Erfurt en octobre 1808 que les choses se sont décidées. Voici quelques phrases puisées dans la relation de l'ambassadeur français à Saint-Pétersbourg :
Face à un tsar mécontent qui "désirait aussi obtenir l'évacuation d'une partir des places et territoires de la Prusse, une réduction dans ses contributions et des facilités pour leur paiement" et souhaitait "accélérer par tous les moyens la paix avec l'Angleterre dont la guerre ruinait son commerce extérieur et tuait son change", Napoléon n'arrive pas à ses fins, se contentant d'avoir "donné à l'entrevue et à l'alliance une couleur prononcée contre l'Angleterre". Si bien que "les empereurs se quittèrent assez satisfaits de leurs arrangements mais, au fond, mécontents l'un de l'autre. Les illusions de Tilsit étaient tout à fait évanouies et la méfiance extrême...". L'opinion de Napoléon est résumée dans ces deux courtes phrases : "votre empereur Alexandre est têtu comme une mule. Il fait le sourd pour les choses qu'il ne veut pas entendre."
Plus tard, en 1810, cette autre citation d'Alexandre Ier en rajoute une couche : "C'est à la sagesse des souverains (...) à ne pas faire dépendre le sort des nations qu'ils gouvernent, des intrigues et de l'ambition de quelques brouillons. On excite l'empereur Napoléon. Le temps éclaircira tout cela. S'il veut me faire la guerre, il me tirera le premier coup de canon."
Le duc de Vicence est remplacé en mai 1811 par M. de Lauriston. Ce signe, à lui seul devrait suffire à montrer le changement de politique. pour Napoléon, Caulaincourt était trop proche du tsar et trop partisan de la paix...

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1551
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Je complète mes propos. Napoléon a pris le soin de faire passer son nouvel ambassadeur par Dantzig "pour voir ses troupes et ses préparatifs, sans doute afin de donner au but de sa mission un caractère un peu hostile, ce qui fut au moins remarqué à Pétersbourg..."
En revenant à Paris le 5 juin 1811, le duc de Vicence note : "on pensait cependant que de grands intérêts et la situation des affaires d'Espagne qui, d'après les dernières nouvelles n'étaient rien moins que satisfaisantes, feraient encore ajourner à l'Empereur ses projets hostiles contre la Russie et que la guerre, qu'on croyait imminente un mois avant, serait encore ajournée". Le même jour, reçu par napoléon, celui s'écrie "que l'empereur Alexandre était faux, qu'il armait pour faire la guerre à la France, que les troupes de Moldavie étaient en marche vers la Dvina". Lors du même entretien, il ajoute, à propos des mouvements de troupes, "que l'empereur Alexandre, en se plaignant à moi des mouvements des nôtres, m'avait souvent annoncé lui-même les mouvements qu'il faisait faire en conséquence aux siennes".
Plus loin également cette belle réplique de Napoléon : "Vous parlez toujours de paix ! La paix n'est quelque chose que quand elle est durable et honorable. Je n'en veux pas une qui ruine mon commerce comme a fait celle d'Amiens. Pour que la paix soit possible et durable, il faut que l'Angleterre soit convaincue qu'elle ne trouvera plus d'auxiliaires sur le continent. Il faut donc que le colosse russe et ses hordes ne puissent plus menacer le Midi d'une irruption.”

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1551
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Une petite dernière qui relève du mensonge politique. Voici la réponse de Caulaincourt puis la conclusion de Napoléon :
"— Non, Sire, répondis-je encore. J'engagerais ma tête à Votre Majesté qu'il [Alexandre] ne tirera pas le premier coup de canon, ni dépassera le premier ses frontières.
— Nous sommes donc d'accord, reprit l'Empereur, car je n'irai pas le chercher et je ne veux ni la guerre, ni le rétablissement de la Pologne."

A ce propos, le duc de Vicence évoque un entretien avec le tsar :
"Si l'empereur Napoléon me fait la guerre, me dit ce prince, il est possible, même probable qu'il nous battra si nous acceptons le combat, mais cela ne lui donnera pas la paix."
Je n'évoque pas tous les autres aspects et tous les autres points car cette relations est très riche mais, pour moi, la messe est dite. Ces échanges livrent aussi bien les intentions de Napoléon que celles d'Alexandre (et ces dernières sont remarquables : il faut méditer ce "si nous acceptons le combat").

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1551
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Faut-il, pour enfoncer le clou, rajouter ceci :
"Après m'avoir écouté avec attention, l'Empereur m'énuméra ses forces, ses moyens. Dès que je le vis retenu sur ce chapitre, je ne doutai plus qu'il n'y eût plus rien à espérer pour la paix, car c'était cette énumération militaire qui lui montait à la tête. En effet, il finit par me dire qu'une bonne bataille aurait raison des belles déterminations de mon ami Alexandre comme de ses fortifications de sable, faisant allusion aux travaux qu'on faisait à Riga et sur la Dvina."

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • lettres de Russie : Après la campagne de Russie. Lettre du général Drouot.
    par Peyrusse » 17 nov. 2017, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    8 Réponses
    1911 Vues
    Dernier message par Christophe
    18 avr. 2011, 22:58
  • Conférence campagne de Russie
    par barthelemy » 03 avr. 2018, 12:13 » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    775 Vues
    Dernier message par Espagne
    05 avr. 2018, 20:00
  • Campagne de Russie -conférence -
    par d'hautpoul » 25 mai 2015, 19:51 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    909 Vues
    Dernier message par d'hautpoul
    29 juin 2015, 12:01
  • La campagne de Russie sur ARTE.
    par Christophe » 29 avr. 2017, 18:51 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    769 Vues
    Dernier message par le sabreur
    02 mai 2017, 12:09
  • Campagne de Russie : témoignage de Davydov
    par Joker » 03 déc. 2019, 20:26 » dans Salon Ier Empire
    3 Réponses
    437 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    08 déc. 2019, 09:29