L'ouverture de la campagne de Russie

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

GUITON Adrien

Campagne de Russie 1812 - Combat de Smoliany

Message par GUITON Adrien »

je suis à la recherche d'une carte de la campagne de Russie en 1812 et qui me donnerait la route suivit par le 9ième corps du Maréchal Victor ,
itinéraire partant de Tilsit en aout 1812 passant par smoliany ( que je n'arrive pas à trouver sur une carte Russe ! ) jusqu'à Borisov ou fut tué ou fait prisonnier Christophe Mahaut , carabinier au 4ième bataillon du 10ième régiment d'infanterie légère , qui faisait partie de la division commandée par le Général Partouneaux.
A l'avance Merci . :salut:

VIVE l'EMPEREUR !
d'hautpoul

Message par d'hautpoul »

Bonjour
Smorliany qui se trouve à 35- 40 km à l'Est de Lepel
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
17 oct. 2017, 14:35
Cyril Drouet a écrit :
17 oct. 2017, 13:51
Pour ma part, si il y a une légende napoléonienne que l'on peut évoquer ici, c'est plutôt celle disant que l'Empereur a toujours été contraint à la guerre alors qu'il n'aspirait qu'à la paix.
Un texte stipule clairement que celui qui attaque le premier ne doit pas être tenu comme responsable d'avoir déclencher les hostilités quand c'est celui qui est attaqué qui a rendu l'attaque inévitable.
C'est clairement le contexte de la campagne de Russie.
C'est ce que l'on retrouve dans la proclamation du 22 juin 1812 :
"[La Russie] nous place entre le déshonneur et la guerre : le choix ne saurait être douteux. Marchons donc en avant : passons le Niémen, portons la guerre sur son territoire."

Pour autant, je ne suis pas d'accord avec le fait de voir dans le passage du Niémen l'unique responsabilité de la Russie.
Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3093
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
17 oct. 2017, 14:43
C'est ce que l'on retrouve dans la proclamation du 22 juin 1812 :
"[La Russie] nous place entre le déshonneur et la guerre : le choix ne saurait être douteux. Marchons donc en avant : passons le Niémen, portons la guerre sur son territoire."
Churchill, en bon napoléonophile, avait peut-être cette proclamation en tête lorsqu'il prononça en 1938, à la chambre des communes, à l'encontre de Chamberlain :

You were given the choice between war and dishonor. You chose dishonor, and you will have war.

Image

Cordialement
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
17 oct. 2017, 16:07
Cyril Drouet a écrit :
17 oct. 2017, 14:43
Pour autant, je ne suis pas d'accord avec le fait de voir dans le passage du Niémen l'unique responsabilité de la Russie.
Pouvez-vous développer (raisonnablement), s'il vous plaît ?

Pour faire rapide, l’établissement duché de Varsovie et le non règlement de la question ottomane brisait la politique russe d'expansion vers l'ouest et la méditerranée, tout en répondant aux voeux de Napoléon d'écarter la Russie des affaires de l'Europe. Ces points créèrent entre les deux pays des points de tension de plus en plus grands (nourrissant les ressentiments des opposants à Tilsit et ceux des bellicistes ; auxquels Alexandre ne pouvait ne pas avoir une oreille attentive) ; griefs qui s’ajoutaient à ceux nés de l’obligation pour la Russie de fermer ses ports aux exportations britanniques. Les conséquences économiques, malgré une application bien légère du blocus, furent sévères et aboutirent à l’oukase du 31 décembre 1810 ; texte violant le traité de Tilsit et qui mit logiquement en rage Napoléon. Colère qui eut son pendant au même moment à Saint-Pétersbourg quand on apprit que l’Empereur avait par le sénatus-consulte du 13 décembre de la même année opéré, dans le but de mieux cadenasser les côtes de la mer du Nord, toute une série d’annexions dont le duché d’Oldenbourg, lui-même cité dans le traité de Tilsit.
Autant d’éléments qui achevèrent de brûler l’alliance. Début 1811, les Russes avaient déjà établi un plan d’attaque…
Les intérêts des deux pays étaient bien différents et les accords de Tilsit, malgré la constitution de ce qu’il faut appeler une alliance, ne permirent pas de les accorder.
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1579
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

Début 1811, les Russes avaient déjà établi un plan d’attaque…
Dès 1811, Napoléon avait le sien. Et il avait lancé tous les préparatifs...
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit :
17 oct. 2017, 16:25
Début 1811, les Russes avaient déjà établi un plan d’attaque…
Dès 1811, Napoléon avait le sien. Et il avait lancé tous les préparatifs...
Si les Russes envisageaient l'offensive, Napoléon optait plutôt pour des mesures défensives :

« Pour que vous puissiez mettre une mesure convenable dans vos dispositions, il est nécessaire de vous faire connaître ma situation. Rien ne me porte à penser que les Russes veuillent se mettre avec les Anglais et me faire la guerre ; ils sont trop occupés du côté des Turcs ; mais j'ai lieu de croire que, lorsqu'ils auront fini avec les Turcs et que leur armée sera de retour et en force sur les frontières de la Pologne, ils pourront devenir plus exigeants ; et il ne sera plus temps alors de faire des mouvements qui les décideraient à brusquer une invasion sur Varsovie. Il faut donc que tous les mouvements que j'ai à faire soient faits dans le courant d'avril ; cela fait, il est probable que nous nous expliquerons et que nous gagnerons du temps de part et d'autre. Mais alors je me trouverai dans une position offensive ; Danzig bien approvisionné, bien armé, ayant une garnison suffisante ; vous, ayant presque deux divisions sur Stettin, de manière qu'au moindre mouvement qu'ils feraient je serais aussitôt qu'eux sur la Vistule.
Dans votre correspondance avec le prince Poniatowski, correspondance que vous ferez passer comme je vous l'ai dit, vous devez l'engager à former des gardes nationales dans toutes les villes. Les fusils ne leur manquent pas ; d'ailleurs j'en ai 100 000 qui sont emballés et qui partiront en avril.
Du reste vous devez tenir un langage pacifique. Les mouvements que vous faites ont un motif simple : la prochaine arrivée de l'escadre anglaise dans la Baltique et la nécessité de se mettre en mesure partout.
[…]
Vous voilà bien instruit de ma position. Je ne veux pas la guerre avec la Russie, mais je veux prendre une position offensive et faire pour cela des mouvements qui, s'ils avaient lieu plus tard, pourraient faire éclater la guerre ; car il est évident que, si ces mouvements se faisaient quand les Russes auront toutes leurs forces disponibles, ils ne voudraient plus croire à mes explications et marcheraient sur-le-champ pour s'emparer de Varsovie. »
(Napoléon à Davout, 24 mars 1811)
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2688
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par L'âne »

Cyril Drouet a écrit :
17 oct. 2017, 16:15
l’établissement duché de Varsovie
Effectivement il y a une rivalité des deux protagonistes dans les Balkans. Le tsar a peur d'une renaissance de la Pologne et l'Empereur, pour n'offusquer personne, continue de l'appeler "Duché de Varsovie"...
le non règlement de la question ottomane brisait la politique russe d'expansion vers l'ouest et la méditerranée
Napoléon semblait hésiter à ajouter à son empire Constantinople.
Autant d’éléments qui achevèrent de brûler l’alliance.
Oui, notamment que Napoléon reprochait à Alexandre d'avoir été un piètre allié en 1809, après n'être pas intervenu pour éviter la guerre avec l'Autriche.
Un tsar qui le premier intrigue diplomatiquement.
Une mésentente imputable aux deux empereurs
Début 1811, les Russes avaient déjà établi un plan d’attaque…
Si vous parlez des scénarii imaginés en cas d'invasion du pays, je crois qu'ils datent de 1810.
Certains généraux préconisent effectivement l'attaque, et Barclay de Tolly dans son « Sur la défense des frontières occidentales de la Russie » préconise une combinaison : attrition conjuguée à un évitement.

Voyez, s'il vous plaît, à justifier vos textes. Merci.
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1579
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Bernard »

J'ai déjà eu l'occasion de citer, il y a quelques semaines, le duc de Vicence avec cet extrait de ses Mémoires relatant une conversation avec l'Empereur qui s'est tenue le 5 ou le 6 juin 1811 :
L’Empereur ne répondit pas à cela. Il parla des seigneurs russes qui, si on avait la guerre, craindraient pour leurs palais et forceraient, après une bonne bataille, l’empereur Alexandre à signer la paix.
— Votre Majesté est dans l’erreur, répondis-je.
Je répétai alors à l’Empereur les paroles de l’empereur Alexandre qui m’avaient frappé dans des conversations particulières, après l’arrivée de M. de Lauriston, lorsque je n’avais plus de caractère politique, paroles qui n’étaient que l’expression plus positive de ce qu’il m’avait donné à entendre peu de temps avant. Elles me frappèrent tellement que je les notai en rentrant et je les rapporte avec confiance, car je ne crois pas que ma mémoire m’ait fait commettre d’erreur.
“Si l’empereur Napoléon me fait la guerre, me dit ce prince, il est possi­ble, même probable, qu’il nous battra si nous acceptons le combat, mais cela ne lui donnera pas la paix. Les Espagnols ont été souvent battus et ils ne sont ni vaincus, ni soumis. Cependant, ils ne sont pas aussi éloignés que nous de Paris ; ils n’ont ni notre climat, ni nos ressources. Nous ne nous compro­mettrons pas. Nous avons de l’espace et nous conserverons une armée bien organisée. Avec cela, de l’aveu de l’empereur Napoléon, on n’est jamais, malgré des revers, obligé de recevoir la loi. On force même son vainqueur à accepter la paix. L’empereur Napoléon a fait lui-même cette réflexion à Tchernychev , à Vienne, après la bataille de Wagram. Il n’eût pas fait la paix alors si l’Autriche n’eût pas conservé une armée. Il lui faut des résultats aussi prompts que ses pensées sont rapides, car, souvent absent de chez lui, il est nécessairement pressé d’y retourner. Ses leçons sont celles d’un maître. Je ne tirerai pas le premier l’épée, mais je ne la remettrai que le dernier dans le fourreau. Les Espagnols fournissent la preuve que c’est le défaut de persévérance qui a perdu tous les Etats auxquels votre maître a fait la guerre. La réflexion de l’empereur Napoléon à Tchernychev, dans la dernière guerre d’Autriche, prouve assez que les Autrichiens eussent obtenu de meilleures conditions s’ils eussent été plus persévérants. On ne sait pas souffrir. Si le sort des armes m’était contraire, je me retirerais plutôt au Kamtchatka que de céder des provinces et de signer dans ma capitale des traités qui ne sont que des trêves. Le Français est brave, mais de longues privations et un mauvais climat l’ennuient et le découragent. Notre climat, notre hiver feront la guerre pour nous. Les prodiges ne s’opèrent chez vous que là où est l’Empereur, et il ne peut être partout et des années loin de Paris.”
L’Empereur m’écoutait avec une grande attention, même avec étonnement. Il paraissait fort préoccupé ; il garda le silence pendant assez longtemps. Je crus avoir fait sur lui une profonde impression car son visage, son maintien, qui avaient toujours été plus que sévères, devinrent ouverts, bienveillants. Il semblait m’encourager, autant par l’expression de sa physionomie que par ses questions. Il me parla de la société, de l’armée, de l’administration, même de l’empereur Alexandre sans l’expression d’humeur qui avait précédemment accompagné son nom. L’Empereur fut même, dans ce moment, très bienveillant pour moi et me dit quelque chose de flatteur sur la manière dont je l’avais servi. Je l’assurai qu’il se trompait sur l’empereur Alexandre et sur la Russie ; qu’il ne fallait pas juger ce pays sur ce que disaient certaines personnes et cette armée par ce qu’il avait vu à Friedland ; que, menacé depuis un an, on avait calculé toutes les chances, notamment celles de nos succès.
Après m’avoir écouté avec attention, l’Empereur m’énuméra ses forces, ses moyens. Dès que je le vis revenu sur ce chapitre, je ne doutai plus qu’il n’y eût plus rien à espérer pour la paix, car c’était cette énumération militaire qui lui montait la tête. En effet, il finit par me dire qu’une bonne bataille aurait raison des belles déterminations de mon ami Alexandre comme de ses fortifications de sable, faisant allusion aux travaux qu’on faisait à Riga et sur la Dvina.


J'en ai d'autres qui disent toutes la même chose : Napoléon voulait cette guerre.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3849
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L'ouverture de la campagne de Russie

Message par Cyril Drouet »

Napoléon se préparait militairement à l'éventualité d'un conflit avec la Russie au printemps 1812, dès octobre 1810.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • lettres de Russie : Après la campagne de Russie. Lettre du général Drouot.
    par Peyrusse » 17 nov. 2017, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    8 Réponses
    2085 Vues
    Dernier message par Christophe
    18 avr. 2011, 22:58
  • Conférence campagne de Russie
    par barthelemy » 03 avr. 2018, 12:13 » dans L'actualité napoléonienne
    4 Réponses
    873 Vues
    Dernier message par Espagne
    05 avr. 2018, 20:00
  • La campagne de Russie sur ARTE.
    par Christophe » 29 avr. 2017, 18:51 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    846 Vues
    Dernier message par le sabreur
    02 mai 2017, 12:09
  • Campagne de Russie : témoignage de Davydov
    par Joker » 03 déc. 2019, 20:26 » dans Salon Ier Empire
    3 Réponses
    568 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    08 déc. 2019, 09:29
  • Un épisode marquant de la campagne de Russie
    par Joker » 24 oct. 2020, 19:29 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    107 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    01 nov. 2020, 20:13