VEXILLOLOGIE : Aigles prises en Russie

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Maria Kel

Re: Moscou brûle !

Message par Maria Kel »

Durant les cent jours, le Mont Tambora (Indonésie) est effectivement entré dans unes des éruptions les plus violentes de l'Histoire, rejetant 150 km3 de cendres et de poussières volcaniques. C'est lui qui fut à l'origine des années sans été. Il neigeait en juin, gelait en juillet et août. On compte 71000 morts en Indonésie et environ 200000 dans le monde, la plupart morts de faim. Il y eu de telles émeutes en France que l'on craignait une nouvelle Révolution. C'est enfin grâce à lui que les toiles de William Turner arborent un soleil rouge.

Il semble que l'hiver volcanique ait duré 17 ans. Des experts accusent le Tambora d'être à l'origine d'une épidémie de choléra qui ravagea New-York en 1832.

Il n'est pas impossible qu'un volcan soit à l'origine de l'horrible hiver 1812 au vue de son ampleur, peut-être même a-t-il explosé en Sibérie orientale, région très volcanique et encore méconnue.

Image
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1542
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Moscou brûle !

Message par Bernard »

Peyrusse a écrit :
05 déc. 2017, 21:44
Il me semble avoir lu, il y a quelques années, sur un site (mais lequel ? ) que l'extrême rigueur de l'hiver russe de 1812 serait dûe à une importante éruption volcanique qui se serait déroulée au Mexique l 'été précédent. L'influence de certaine éruptions sur le climat ne sont plus à démontrer: notamment le phénomène d'années sans été.
1811 et 1812 furent en effet des années terribles. A partir du 30 janvier 1811, c'est un phénomène volcanique sous-marin qui est à l'origine de l'apparition soudaine de l'île de Sabrina dans les Açores... puis de sa disparition en octobre. Du 27 avril au 9 juin 1812, c'est l'éruption gigantesque avec panaches volcaniques et nuées ardentes du volcan de la Soufrière à Saint-Vincent dans les Antilles. Au mois de mai, sans doute en lien avec l'éruption précédente, un tremblement de terre secoue les Antilles puis l'Ohio et le Mississippi, enfin le Vénézuela. Le 16 décembre 1811 puis le 23 janvier et le 7 février 1812, trois tremblements de terre détruisent New Madrid en Louisiane. Le 26 mars 1812, nouveau tremblement de terre qui détruit plusieurs villes au Venezuela : Caracas, San Felipe, Mérida...
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1542
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Moscou brûle !

Message par Bernard »

J'ai quelques doutes sur ces dates.
Alexandre de Humbolt, dans son livre Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, 1819, donne un autre calendrier :
30 janvier 1811 : apparition de l'ile de Sabrina
Mai 1811 à mai 1812 : tremblements de terre sur l'île de Saint-Vincent
16 décembre 1811 : "commencement des commotions dans la vallée du Mississippi et de l'Ohio, qui durèrent jusqu'en 1813"
Décembre 1811 : tremblement de terre à Caracas
26 mars 1811 : Destruction de Caracas. Tremblements de terre qui continuèrent jusqu'en 1813
30 avril 1811 : éruption du volcan de Saint-Vincent (la Soufrière)
Ce qui est sûr, c'est que la période a été très agitée...
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1542
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Moscou brûle !

Message par Bernard »

Voici ce qu'en dit Myron L. Fuller dans The New Madrid Earthquake, 1912 (New Madrid est une ville du Missouri, sur le Mississippi, au nord de Memphis) :

"The years 1811, 1812, and 1813 were characterized by unusual seismic activity in many other parts of the Western Hemisphere, as well as at New Madrid. On March 26, 1812, a terrific earthquake occurred at Caracas, throwing down churches and other buildings and destroying 10,000 persons. A little over a week later another heavy shock produced geologic effects of considerable magnitude, over 300 feet of the top of one of the mountains being lost by a land­slide. Other shocks were felt at New Grenada and other of the West India islands, while a very important earthquake occurred in Cali­fornia at about the same tune. Volcanic action was similarly active. On April 27 the eruption of St. Vincent Soufriere began. During the year preceding more than 200 earthquake shocks presumably of vol­canic origin had been felt. Farther away, the island of Sabrina in the Azores was built up to a height of over 300 feet above the sea by a submarine eruption.
"A comparison of the dates of the great South American earth­quakes with those in Mississippi Valley does not suggest any direct connection. N either March 26 nor April 5, the dates on which the principal shocks occurred, was characterized by any pronounced dis­turbance at New Madrid; in fact, both days were unusually quiet.
"There is a tendency after any great disturbance to produce read­justments to new conditions in surrounding areas, and a series of shocks may be expected to follow in other parts of the same geologic province. There seems, however, to be no possible connection between the New Madrid and Caracas regions, the geologic provinces being entirely unrelated. That the disturbances may each be a sur­face expression of a single deep-seated cause, such as a. general crustal or subcrustal readjustment, nevertheless, is not altogether improbable."
Maria Kel

Re: Moscou brûle !

Message par Maria Kel »

Bernard a écrit :
06 déc. 2017, 09:09
16 décembre 1811 : "commencement des commotions dans la vallée du Mississippi et de l'Ohio, qui durèrent jusqu'en 1813"
La faille de New-Madrid est dû à un phénomène de création de rift avorté durant le mésozoïque. Tous les 2 à 300 ans, elle est le centre de très violents séismes intraplaques. En 1811-1813, les séismes étaient de magnitude 8, ressentis jusqu'à New-York et ont été capables de dévier le cours du Mississippi ainsi que de faire naître un lac.

Pour en revenir à l'hiver 1812, il a fallu une commotion volcanique assez exceptionnelle pour rejeter assez de dioxyde de soufre pour créer l'hiver polaire que nos aïeux ont affronté, même s'il ne faut pas oublier que Napoléon a vécu durant le Petit Âge glaciaire qui a pris fin aux environs de 1860. Nous cherchons donc une éruption volcanique capable d'accentuer une ère glaciaire. :shock:
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1542
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Moscou brûle !

Message par Bernard »

Selon vous, l'explosion de la Soufrière n'est pas une explication suffisante ?
Je lis, sur le site http://la.climatologie.free.fr/volcan/volcan3.htm :
"L'éruption du Tambora [10 et 11 avril 1815] s'est produit après plusieurs autres éruptions importantes : en 1811 aux Açores, en 1812 la Soufrière de Saint Vincent (Antilles) et à l'Awu (Indonésie), en 1813 le Vésuve et en 1814 au Mayon (Philippines). Ce qui explique la raison pour laquelle, en 1816, l'Europe connu une année sans été " The year without a summer ". En effet, cet été fut froid, pluvieux aux Etats-Unis et en Europe, il est tombé 15 cm de neige en juin aux USA et il y a eu des gelées le 9 juillet, le 21 et 30 août qui eurent pour des conséquences désastreuses sur les récoltes et qui est à l'origine de famines. En France, le mois de juillet présenta un déficit de température moyenne mensuelle de 3°C à Châlons-sur-Marne et à Paris, la pluviosité y atteint 2 à 3 fois la norme mensuelle calculée sur de longues périodes.
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1542
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Moscou brûle !

Message par Bernard »

Les effets de ces catastrophes ont été de grande ampleur si l'on en croit Stewart D. Simonson :
"Au début de 1812, l 'état d'équilibre de la terre s'est enfoncé dans au moins sept années de perturbation majeure du climat, y compris en 1816 "L'année sans été". Des événements climatiques significatifs terrestres ont couvert la planète. J'ai déjà expliqué comment des particules de matière noire massives en orbite autour de la terre peuvent créer une activité volcanique accrue et des événements de basse pression extrême [...]
"Les aberrations climatiques inhabituelles de 1816 ont eu l'effet le plus marqué sur le nord-est des Etats-Unis, le Canada atlantique et certaines parties de l'Europe occidentale. [...]
"Au printemps et en été 1816, un brouillard sec persistant a été observé dans le nord-est des Etats-Unis. Le brouillard rougeoyait et obscurcissait la lumière du soleil, de sorte que les taches solaires étaient visibles à l'œil nu. Ni le vent ni les précipitations n'ont dispersé le brouillard. Il a été caractérisé en tant que voile d'aérosol de sulfate stratosphérique. En mai 1816, le gel détruisit la plupart des cultures qui avaient été plantées et le 4 juin 1816, des gelées furent signalées dans le Connecticut et, le lendemain, la plus grande partie de la Nouvelle-Angleterre était saisie par le front froid. Le 6 juin 1816, la neige est tombée à Albany, New York, et Dennysville, Maine. Près de 30 cm de neige ont été observés à Québec au début de juin, ce qui a entraîné une perte supplémentaire de récoltes -- la plupart des plantes qui poussent en été ont des parois cellulaires qui se rompent même en cas de gel léger. Le résultat a été la malnutrition régionale, la famine, l'épidémie et l'augmentation de la mortalité.
"En juillet et août, des glaces lacustres et fluviales ont été observées aussi loin au sud que la Pennsylvanie. Les variations de température rapides et spectaculaires étaient fréquentes, les températures revenant parfois de températures estivales normales ou supérieures à la normale atteignant 35 ° C à près de zéro en quelques heures. Même si les agriculteurs du sud de la Nouvelle-Angleterre ont réussi à faire mûrir certaines cultures, les prix du maïs et des autres céréales ont augmenté de façon spectaculaire. Le prix de cet aliment de base, l'avoine par exemple, est passé de 12 ¢ le boisseau en 1815, à 92 ¢ le boisseau en 1816. Les régions souffrant de mauvaises récoltes locales ont dû faire face à l'absence de routes au début du XIXe siècle, empêchant toute importation facile d'aliments volumineux."
Maria Kel

Re: Moscou brûle !

Message par Maria Kel »

Bernard a écrit :
06 déc. 2017, 11:43
Selon vous, l'explosion de la Soufrière n'est pas une explication suffisante ?
Je lis, sur le site http://la.climatologie.free.fr/volcan/volcan3.htm :
"L'éruption du Tambora [10 et 11 avril 1815] s'est produit après plusieurs autres éruptions importantes : en 1811 aux Açores, en 1812 la Soufrière de Saint Vincent (Antilles) et à l'Awu (Indonésie), en 1813 le Vésuve et en 1814 au Mayon (Philippines). Ce qui explique la raison pour laquelle, en 1816, l'Europe connu une année sans été " The year without a summer ". En effet, cet été fut froid, pluvieux aux Etats-Unis et en Europe, il est tombé 15 cm de neige en juin aux USA et il y a eu des gelées le 9 juillet, le 21 et 30 août qui eurent pour des conséquences désastreuses sur les récoltes et qui est à l'origine de famines. En France, le mois de juillet présenta un déficit de température moyenne mensuelle de 3°C à Châlons-sur-Marne et à Paris, la pluviosité y atteint 2 à 3 fois la norme mensuelle calculée sur de longues périodes.
D'accord, il faut voir le VEI de la Souffrière de Saint Vincent en 1812, on sait que le climat peut changer à partir d'un VEI 6. Le Pinatubo avait cette puissance et la température chuta d'1° :(
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1542
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Moscou brûle !

Message par Bernard »

Je précise que VEI (Volcanic Explosivity Index) se réfère à une échelle de 8 degrés numérotés de 0 à 8.
Sur cette courte période, on a :
La Soufrière (1812) = 4, soit quand même un nuage de cendres de 10 à 25 km de hauteur et un volume éjecté supérieur à 0,1 km³
Awu (1812) = 4
Suwanosejima (Japon, 1813) = 4
Mayon (1814) = 4
Tambora (1815) = 7
Vésuve (1812 et 1813) = indice inconnu
Il y a peut-être un effet d'accumulation car toutes les sources notent des changements climatiques importants durant cette période.
Maria Kel

Re: Moscou brûle !

Message par Maria Kel »

Sans aucun doute, la Soufrière n'aurait pas suffit seul à changer le climat avec un VEI de 4. L'éruption du Vésuve de 1812 était inférieur à 5 (éruption plinienne de 79 ou celle subplinienne de 1631). Peut-être ensemble auraient-ils pu changer le climat. A moins qu'au même moment, une éruption encore inconnue ait été beaucoup plus violente. Vous savez, nous venons à peine de découvrir l'explosion du Mont Samalas sur l'île de Lombok, il aurait entrainé une famine mondiale en 1257 qui s'est prolongée plusieurs années. De plus, le passé de la Ceinture de feu du Pacifique reste largement méconnu.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • lettres de Russie : Après la campagne de Russie. Lettre du général Drouot.
    par Peyrusse » 17 nov. 2017, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    8 Réponses
    2034 Vues
    Dernier message par Christophe
    18 avr. 2011, 22:58
  • Aigles étendard
    par ARDIF75 » 24 sept. 2018, 16:02 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    573 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    25 sept. 2018, 12:00
  • Les poisons de la Réaction ou l'empoisonnement des Aigles
    par Mousquetaire » 17 déc. 2016, 23:41 » dans Napoléon post-mortem
    9 Réponses
    2137 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    18 déc. 2016, 21:00
  • [VEXILLOLOGIE] Etendards et guidons de cavalerie : tringle de hampe
    par La Grogne » 25 sept. 2020, 08:54 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    5 Réponses
    556 Vues
    Dernier message par La Grogne
    12 oct. 2020, 11:31
  • VEXILLOLOGIE : Russian Infantry Flags of the Napoleonic Wars
    par Loïc Lilian » 18 déc. 2016, 21:38 » dans Livres - Revues - Magazines
    3 Réponses
    1081 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    18 déc. 2016, 23:27