VEXILLOLOGIE : Aigles prises en Russie

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Joker

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Joker »

Déportation des Français par Rostoptchine

Ce fut à la fin du mois d'août 1812 que le gouverneur de Moscou fit arrêter au hasard 40 "Français moscovites" de diverses professions, et, après les avoir parqués pendant quarante-huit heures, les fit partir pour Kolomna, d'où, embarqués sur un bateau à soupape, ils furent emmenés jusqu'à Nijni-Novgorod. Ils voyagèrent dans des conditions extrêmement pénibles, mais, arrivés à destination, leur situation fut celle de gens en résidence surveillée plutôt que celle de prisonniers. Ce qui est intéressant, et combien accablant pour Rostoptchine, c'est "l'allocution" qu'il rédigea à leur intention, et qu'il leur fit lire au moment de leur embarquement.
Ce texte déplaisant fut inséré en 1851 dans la "Gazette de la Police de Moscou" n° 113, du 24 mai :

Français !
Votre Empereur a dit dans une proclamation à sa bonne ville de Paris : "Français ! Vous m'avez dit tant de fois que vous m'aimiez !"
Et vous, pour convaincre votre souverain de cette vérité, vous n'avez cessé de le servir dans ces climats hyperboréens, où l'hiver et la désolation se disputent la souveraineté. La tranquillité de la ville et votre propre salut ordonnent impérieusement votre éloignement. Le peuple russe, si grand et généreux, est prêt à se porter aux extrémités. C'est pour lui épargner une tache et ne pas souiller l'histoire du récit d'un massacre, faible imitation de vos infernales fureurs nationales, que je vous éloigne. Vous irez habiter sur les bords de la Volga, au milieu d'un peuple paisible et fidèle à ses serments, qui vous méprise trop pour vous faire du mal ! Vous quitterez pour quelque temps l'Europe et vous irez en Asie. Cessez d'être mauvais sujets et devenez bons. Métamorphosez-vous en bons bourgeois russes, de citoyens français que vous êtes; restez tranquilles et soumis ou craignez un châtiment rigoureux; entrez dans la barque, rentrez en vous-mêmes, et n'en faites pas une barque de Caron.
Salut et bon voyage.
Signé : Comte de Rostoptchine.
Juil. 1812, Moscou.

La date de ce document, qui se passe de commentaires, est éloquente elle aussi : la déportation n'a eu lieu que fin août, mais avait été préparée d'avance, de même que "l'allocution"...
Drouet Cyril

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Drouet Cyril »

MOSCOU : Déportation des Français par Rostoptchine

A propos de Rostopchine, on peut citer le fourrier aux Chasseurs à cheval de la Garde, rapportant, d'après témoignages de survivants, les exactions du gouverneurs sur ses prisonniers, "les mutilant, et quand ils étaient exténués, déguenillés, défigurés, il les faisaient promener et montrer par la ville comme des bêtes fauves, les livrant aux insultes et aux mauvais traitements d'une population ignorante et barabare. Puis il les faisait jeter dans des cachots les faisant mourir de faim et de misère."


Salutations respectueuses.
Joker

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Joker »

RUSSIE 1812 : MOSCOU : Déportation des Français par Rostoptchine

Je constate que j'ai omis de citer mes sources. :oops:
J'ai tiré ces informations de l'ouvrage de Daria Olivier "L'incendie de Moscou" paru aux éditions Robert Laffont en 1956.
Elle y étudie le comportement des principaux protagonistes, tant du côté russe que français et s'efforce au maximum d'objectivité en juxtaposant "en contrepoint" les textes originaux des deux adversaires dressés l'un contre l'autre dans ce qu'un poète russe a nommé "une guerre de géants".
Drouet Cyril

Re: MOSCOU : Déportation des Français par Rostoptchine

Message par Drouet Cyril »

"qu'un poète russe a nommé "une guerre de géants"."

Deuxième du nom ? :)
Drouet Cyril

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Drouet Cyril »

RUSSIE 1812 : MOSCOU : Déportation des Français par RostoptchineBonjour,

Sait-on ce qu'il est advenu de ces Français ?

Salutations respectueuses.

PS : le fourrier que j'ai cité plus haut, c'était Jean-Michel Chevalier.
Schulmaster

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Schulmaster »

Est-ce le même Chevalier qui plus tard écrira "les mémoires du lieutenant Chevalier" ?

Schulmaster
Espion de l'Empereur
Drouet Cyril

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Drouet Cyril »

RUSSIE 1812 : MOSCOU : Déportation des Français par Rostoptchine

Sans doute.
Joker

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Joker »

RUSSIE 1812 : MOSCOU : Déportation des Français par Rostoptchine

Je n'ai malheureusement pas d'information sur ce qu'il advint des quarante exilés.
On ne peut qu'imaginer que la déroute française aidant, un certain nombre d'entre eux suivirent les conseils du comte et firent souche sur place.
Quoiqu'il en soit, pour Rostoptchine, tous les Français de Moscou étaient des espions déguisés ou des "prédicants de l'illuminisme".
Il écrivit au Tsar pour le supplier de les expulser :
"Ils sont nuisibles à la Russie...et n'attendent que l'arrivée de Napoléon pour proclamer la liberté. Débarrassez-en la patrie, Sire, et ne gardez que les ecclésiastiques..."
Cette exception s'explique par le fait que l'abbé Surrugues, curé doyen de l'église paroissiale Saint-Louis-des-Français à Moscou, était un intime de l'hôtel Rostoptchine, persona grata tant auprès du comte que de la comtesse, car celle-ci, attirée par la religion catholique romaine, préparait en grand secret sa conversion; quant au gouverneur, il avait trouvé en la personne de l'ecclésiastique un fervent allié contre "les mauvais esprits".
A mesure que les événements se gâtaient, la "gallophobie" de Rostoptchine croissait, jusqu'au jour où il fit fouetter en place publique son cuisinier français, Arnold Tournay, avant de faire jeter en prison un certain Mouton, accusé d'avoir, avec un jeune Russe nommé Verestchaguine, traduit et répandu en ville des proclamations de Napoléon.
Ce dernier servit de bouc émissaire le 14 septembre, juste avant l'entrée des Français en ville.
Après avoir clamé que Verestchaguine était un traître, après avoir annoncé au malheureux que le Sénat l'avait condamné à mort, le gouverneur ordonna aux dragons de sa garde personnelle de le sabrer. Les soldats hésitèrent et frappèrent mollement l'infortuné jeune homme, mais la foule, se ruant sur lui, le mit en pièces.
Alors, se tournant vers Mouton, Rostoptchine lui dit, avec un geste magnanime :
- "Je vous accorde la vie sauve. Allez chez les vôtres, et dites-leur que le misérable que je viens de châtier a été le seul Russe à trahir sa patrie !"
Drouet Cyril

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par Drouet Cyril »

RUSSIE 1812 : MOSCOU : Déportation des Français par Rostoptchine

Bonjour,

"On ne peut qu'imaginer que la déroute française aidant, un certain nombre d'entre eux suivirent les conseils du comte et firent souche sur place. "

A ce propos, on peut rappeler qu'un quart des Français de la Grande Armée faits prisonniers durant la campagne (en vérité ceux qui avaient échappé à la mort au cours de leur détention, et notamment de leur transfert) optèrent, en vertu d'un oukase de novembre 1813, pour la nationalité (provisoire ou définitive) russe.


"Quoiqu'il en soit, pour Rostoptchine, tous les Français de Moscou étaient des espions déguisés ou des "prédicants de l'illuminisme". "

On retrouve de cela dans la rencontre entre le comte de Wintzingerode et Napoléon. Au service du tsar, le comte fut fait prisonnier à Moscou et amené à Vereia auprès de l'Empereur. Ce dernier, après l'avoir accusé d'espionnage et pensant avoir à faire à un Bavarois ou un Saxon, ordonna de le passer par les armes. Wintzingerode prouva cependant qu'il était Prussien et échappa ainsi à la mort.


Salutations respectueuses.
la remonte

RUSSIE 1812 : MOSCOU

Message par la remonte »

Napoléon quitte Moscou.

C'est le 19 octobre 1812, que les troupes quittent Moscou , le temps comme en ce moment à été clément , depuis quelques jours la température a commencé à baisser . Ce n'est certainement pas le souci du thermométre qui a été le critére premier de cette décision . La campagne de Pologne de 1807 a déja renseigné l'Empereur sur le climat de ces contrées septentrionales en hiver . Toujours est-il que commence en ce jour la plus grande tragédie militaire de tous les temps et que l'agonie connaîtra le coup de grâce un an plus tard aprés 3 jours de combats le 19 octobre 1813 à Leipzig .
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • lettres de Russie : Après la campagne de Russie. Lettre du général Drouot.
    par Peyrusse » 17 nov. 2017, 19:48 » dans Livres - Revues - Magazines
    8 Réponses
    2034 Vues
    Dernier message par Christophe
    18 avr. 2011, 22:58
  • Aigles étendard
    par ARDIF75 » 24 sept. 2018, 16:02 » dans Espace visiteurs
    2 Réponses
    573 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    25 sept. 2018, 12:00
  • Les poisons de la Réaction ou l'empoisonnement des Aigles
    par Mousquetaire » 17 déc. 2016, 23:41 » dans Napoléon post-mortem
    9 Réponses
    2137 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    18 déc. 2016, 21:00
  • [VEXILLOLOGIE] Etendards et guidons de cavalerie : tringle de hampe
    par La Grogne » 25 sept. 2020, 08:54 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    5 Réponses
    556 Vues
    Dernier message par La Grogne
    12 oct. 2020, 11:31
  • VEXILLOLOGIE : Russian Infantry Flags of the Napoleonic Wars
    par Loïc Lilian » 18 déc. 2016, 21:38 » dans Livres - Revues - Magazines
    3 Réponses
    1081 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    18 déc. 2016, 23:27