"l'Aiglon" d'Edmond Rostand

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Christophe

NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt))

Message par Christophe » 30 janv. 2007, 14:28

15 décembre 1940... Napoléon II, l’Aiglon, le fils de l’Empereur, retrouve sa capitale. Mais les temps ont bien changé. La France a été envahie; l’occupant est partout ou presque….
Cet événement historique avait jusqu’à présent été peu abordé. Le livre de Georges Poisson, fait le point sur ce sujet. Néanmoins, je ne garde pas un souvenir impérissable de cet ouvrage : l’auteur se perd en considérations inutiles sur les rapports orageux entre Pétain, Laval, leurs ministres et les autorités allemandes. Certains passages sont étonnants : que vient faire ici une allusion à « mister Hyde et au docteur Jekyll » ? Qu’y-a-t’il de comparable entre le retour des cendres de l’Aiglon et le retour de Napoléon de l’île d’Elbe ? J’ai beau chercher, je ne vois pas….
Elément intéressant toutefois : le projet chimérique entretenu par certains pour rétablir un « troisième empire » (p.139). Même remarque pour celui-ci tout aussi étrange : les allemands voulant récupérer la dépouille d’Albine de Montholon (dans la chapelle des Pénitents bleus, à Montpellier) afin de la transférer aux Invalides (p.152).
L’ouvrage de Georges Poisson se termine sur une réflexion intéressante : l’Aiglon, dont le cercueil reste invisible aux yeux des visiteurs depuis 1969, ne risque t-il pas d’être oublié de tous avec le temps ?
« Il [l’Aiglon] avait tout raté : sa brève existence, qui le fit déchoir du trône à l’exil, sa mort bien loin de son pays, sous un nom emprunté [Duc de Reichstadt], son retour en France par la volonté de l’ennemi occupant notre territoire, sa tombe enfin, vouée à l’obscurité, l’oubli et l’indifférence. », écrit G. Poisson, avant de souhaiter, à juste titre, que pour le bicentenaire de la naissance du fils de Napoléon, ce cercueil oublié, reparaisse à la lumière « sous une forme ou une autre ».

------------------------------
Georges POISSON : « Le retour des cendres de l’Aiglon », Nouveau Monde, 2006 , 172 pages (14.00 euros). Paru en novembre 2006. :salut:

Joker

Re: Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par Joker » 30 janv. 2007, 22:53

Faut-il préciser que le voeu exprimé par Poisson est très probablement celui de tous les napoléoniens passionnés.
La tombe de l'Aiglon mérite en effet une plus grande visibilité que ce dont elle dispose actuellement.
Il reste à espérer que ce ne soit pas uniquement un voeu pieux... :?

Thierry CHOFFAT

Re: Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par Thierry CHOFFAT » 05 févr. 2007, 14:10

Pour ma part, j'ai bien apprécié ce livre.
Je suis néanmoins d'accord avec Christophe. Ce n'est pas qu'un récit napoléonien. Il faut y voir une histoire de l'année 40 (relations houleuses entre Pétain et Laval) sur fond napoléonien avec le retour des cendres de l'Aiglon.

La revue du CERB avait publié (un peu avant la sortie de cet ouvrage de Georges Poisson) un dossier sur le retour des cendres de Napoléon II.

Bonne lecture à tous.

Thierry

Christophe

Re: Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par Christophe » 05 févr. 2007, 19:29

... Et il me semble que tu es cité dans cet ouvrage, Cher Thierry... :)

Thierry CHOFFAT

Re: Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par Thierry CHOFFAT » 15 févr. 2007, 10:43

oui,,modestement parce que j'avais fourni quelques éléments à Georges Poisson (par l'intermédiaire de Jacques Macé qui, sur ce forum, avait demandé de l'aide) et parce que j'avais aussi transmis à l'auteur la Revue du CERB qui traitait du sujet.

AMitiés

Thierry

Marlène

Re: Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par Marlène » 15 févr. 2007, 11:16

Merci Marlène : l'évocation de Castelot est touchante et me donne envie de lire son livre
N'hésitez pas, Etrigan, il est très agréable à lire. :)
Même si Castelot n'est pas considéré comme un "grand historien", tout y est bien "sourcé".
Une bonne biographie de l'Aiglon.

fanacyr

"l'Aiglon" d'Edmond Rostand

Message par fanacyr » 17 avr. 2008, 09:54

:salut:

Je prie tous les fanas de l'Empire de lire, relire et d'apprendre par coeur des tirades entières de cette pièce. Si j'aime cette époque, c'est aussi grâce à Rostand, un extrait parmi d'autres :

l'Aiglon vient de découvrir que tous ses soldats de plomb autrichiens ont été repeints en uniformes français, il organise une bataille avec fièvre et Metternich le surprend :

"Alors, toute l'armée est française aujourd'hui ? d'où vient que l'on ne voit pas d'Autrichiens ?

fière réponse : :"Ils ont fui"

Abraca

NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt))

Message par Abraca » 19 mars 2011, 17:43

"Au soir du 19 mars, l'Impératrice éprouve les premières douleurs. On contremande le spectacle. Des pages courent avertir les personnages qui, d'après l'ancien droit, doivent assister à l'accouchement. Les Tuileries s'illluminent. Une foule emplit les salons, les hommes en uniformes, les femmes en grand habit.....

Dans sa chambre, Marie-Louise marche lentement au bras de l'Empereur, qui l'encourage et la caresse. Elle est effrayée, sans force. Quand la souffrance s'apaise, Napoléon passe dans le salon des Grâces où la Famille et les médecins sont réunis. Madame Mère, muette, la bouche abaissée, est assise dans un fauteuil doré, ses grands yeux noirs fixés loin devant elle. Elle ne bouge pas, comme si elle se roidissait pour soutenir le faix inouï de la fortune. Près de son frère Eugène, Hortense pâle et triste, tâche de sourire. Elle doit penser au fils perdu, aux deux cadets dont cette naissance réduit l'avenir. La reine d'Espagne, Julie, indifférente, cause avec Cambacérès. Pauline, belle, enjouée, et mise à ravir, montre une sincère joie. La moins comblée des frères et sœurs de Napoléon, c'est elle sans doute qui l'aime le mieux, du cœur le plus vrai. Sans mœurs mais tendre et généreuse, elle garde la fidélité corse héritée de la signora Letizia.

Les heures passent, à mesure plus longues. Les hommes s'asseoient, les femmes s'endorment. A minuit, l'Empereur ordonne qu'on serve à souper. Cela gagne un peu de temps. Puis la fatigue retombe et l'ennui renaît. A cinq heures du matin, les docteurs annoncent que les douleurs ont cesssé. Chacun se retire. Napoléon remonte chez lui et se met au bain, où il déjeune......"


Octave Aubry. Le Roi de Rome.

Abraca

Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par Abraca » 19 mars 2011, 18:02

Mémoires de la reine Hortense

"Les couches approchaient.
Mon frère fut mandé pour y assister. Le grand-duc de Wurtsbourg était à Paris. Un page vint un soir me chercher parce que l'Impératrice ressentait les premières douleurs.
Je me rendis aux tuileries. Toute la Cour devait s'y trouver réunie.
Dans la chambre de l'accouchée étaient l'Empereur, Madame Mère, Madame la comtesse de Montesquiou, gouvernante, Madame de Montebelleo, dame d'honneur, Madame de Luçay, dame d'atours, madame de Boubers que j'avais cédée à l'Empereur pour être sous-gouvernante de ses enfants, et Madame de Mesgrigny avec le même titre, toutes les femmes, les médecins et accoucheurs. Deux jeunes dames d'annonce prises à Ecouen se tenaient toujours dans le petit cabinet qui séparait la chambre de l'Impératrice du salon où nous étions, mon frère, le grand-duc de Wurstbourg, la princesse Pauline, la reine d'Espagne et moi.
Tous les autres salons étaient remplis par la cour et les autorités. l'Empereur venait de temps en temps nous donner des nouvelles. Selon que les souffrances étaient plus ou moins vives, il paraissait plus ou moins agité. Il s'inquiétait des ces longues douleurs, nous demandait s'il pouvait en résulter pour la mère ou pour l'enfant des conséquences fâcheuses. Il n'osait pas se livrer à l'espoir d'avoir un fils. On voyait qu'il cherchait à prendre parti dans le cas contraire. Cependant, il s'informait avec soin si quelques indices pouvaient marquer d'avance le sexe de l'enfant et trahissait par ses questions toute son anxiété.

J'étais si fatiguée que, vers quatre heures du matin, j'acceptai la chambre d'une des dames d'annonce. Je me jetai tout habillée sur son lit et je lui dis de venir m'appeler si elle entendait l'Impératrice crier. Pendant mon sommeil les douleurs s'étaient calmées. On crut qu l'accouchement n'aurait pas lieu sitôt et l'on engagea tout le monde à aller prendre du repos......"

cyr-phuong jacobin94

Re: Re: NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)

Message par cyr-phuong jacobin94 » 08 août 2011, 16:33

:salut: ,

Souhaitant lire sous la plume d'Octave Aubry la vie si tragique de ce petit roi, je me perds dans les multiples livres que l'auteur a consacré à son personnage.
- 1932 : le Roi de Rome
- 1933 : la jeunesse du Roi de Rome
- 1935 : l'Aiglon prisonnier
- 1936 : la mort de l'Aiglon
- 1941 : l'Aiglon, des Tuileries aux Invalides
Lequel de ces ouvrages est le plus complet ? Existe-t-il une intégrale en plusieurs volumes ? L'auteur a-t-il simplement repris son livre à plusieurs reprises ? Bref, vos précisions seront les bienvenues.
D'avance merci à vous.

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • "L'Aiglon" d'Edmond Rostand
    par Joker » 24 nov. 2019, 19:37 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    331 Vues
    Dernier message par Joker
    24 nov. 2019, 19:37
  • NAPOLÉON II (l'Aiglon, le Roi de Rome, le Duc de Reichstadt)
    par C-J de Beauvau » 05 déc. 2017, 08:14 » dans Salon Ier Empire
    106 Réponses
    8983 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    15 août 2019, 19:36