Bataille de Paris (30 mars 1814)

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2685
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par L'âne »

"Au bout de trois semaines, l'Empereur, prétendant être très malade et ne voulant voir aucun médecin, préférant, disait-il, la mort naturelle au poison, la peur s'empara du gouverneur, et il rétablit les choses telles qu'elles existaient auparavant; O'Meara reprit ses anciennes fonctions, jusqu'au moment où il fut brutalement embarqué pour l'Europe."
(La captivité de Sainte-Hélène : d'après les rapports inédits du marquis de Montchenu / par Georges Firmin-Didot)
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3093
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Demi-solde »

Dès 1803, lors du cortège funéraire caricaturé de Buonaparte...

Image

... on trouve le poison mentionné sur le cercueil de l'Empereur :

Image
Image
Image
Image

Et on évoque l'enfer, aussi...


Cordialement
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3738
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
02 sept. 2018, 17:34
... on trouve le poison mentionné sur le cercueil de l'Empereur :
Etant associé au sabre, le poison n'est-il pas mis en avant comme un des attributs du pouvoir de Bonaparte ?
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2685
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par L'âne »

Bonaparte a écrit la nouvelle "Le masque du prophète", l'histoire d'un prince rebelle, Hakem qui entraîne ses partisans dans une guerre sans merci contre le Calife de Bagdad. Sur le point d'être vaincu, il les empoisonne au cours d'un repas...
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3738
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Cyril Drouet »

L'âne a écrit :
07 sept. 2018, 05:39
Sur le point d'être vaincu, il les empoisonne au cours d'un repas...
...une seule femme survécut, une maîtresse d'Hakem.
Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3093
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
03 sept. 2018, 17:11
Etant associé au sabre, le poison n'est-il pas mis en avant comme un des attributs du pouvoir de Bonaparte ?
Peut-être, effectivement...
Bonaparte, puis Napoléon, a-t-il fait l'objet d'accusations sérieuses, ou même de soupçons purement calomnieux, d'usage de poisons au cours de sa carrière ?

Cordialement
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3738
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Cyril Drouet »

Demi-solde a écrit :
07 sept. 2018, 21:30
Cyril Drouet a écrit :
03 sept. 2018, 17:11
Etant associé au sabre, le poison n'est-il pas mis en avant comme un des attributs du pouvoir de Bonaparte ?
Peut-être, effectivement...
Bonaparte, puis Napoléon, a-t-il fait l'objet d'accusations sérieuses, ou même de soupçons purement calomnieux, d'usage de poisons au cours de sa carrière ?

Cordialement

A la date où la caricature que vous avez présentée a été réalisée, l'affaire du poison de Jaffa était bien connue.
Par la suite, les pamphlétaires lui ont prêté d'autres empoisonnements.
Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3093
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
08 sept. 2018, 12:40
A la date où la caricature que vous avez présentée a été réalisée, l'affaire du poison de Jaffa était bien connue.
Oui, effectivement.

Image


Cordialement
Avatar du membre
Demi-solde
- Capitaine de dragon -
- Capitaine de dragon -
Messages : 3093
Enregistré le : 21 juil. 2017, 15:45

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Demi-solde »

Cyril Drouet a écrit :
03 sept. 2018, 17:11
Etant associé au sabre, le poison n'est-il pas mis en avant comme un des attributs du pouvoir de Bonaparte ?
Oui, effectivement...

Image


Cordialement
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3738
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: L’obsession de l'empoisonnement

Message par Cyril Drouet »

Cyril Drouet a écrit :
08 sept. 2018, 12:40
Demi-solde a écrit :
07 sept. 2018, 21:30
Cyril Drouet a écrit :
03 sept. 2018, 17:11
Etant associé au sabre, le poison n'est-il pas mis en avant comme un des attributs du pouvoir de Bonaparte ?
Peut-être, effectivement...
Bonaparte, puis Napoléon, a-t-il fait l'objet d'accusations sérieuses, ou même de soupçons purement calomnieux, d'usage de poisons au cours de sa carrière ?
Cordialement
A la date où la caricature que vous avez présentée a été réalisée, l'affaire du poison de Jaffa était bien connue.
Je pensais bien évidemment ici à « History of the British expédition to Egypt », du général anglais Robert Wilson, paru en 1802 :
« Buonaparte, voyant que ses hôpitaux à Jaffa étaient encombrés de malades, fit appeler un médecin, dont le nom devrait être gravé en lettres d'or, mais que des circonstances impérieuses empêchent de nommer. A son arrivée, il débuta par entrer dans de longs détails sur les dangers de la contagion, et termina par observer qu'il fallait faire quelque chose pour arrêter ce mal, et que le seul moyen convenable dans le moment était d'empoisonner les malades qui se trouvaient à l'hôpital. Le médecin, alarmé d'une telle proposition, mais fort de sa vertu en soutenant la cause de l'humanité, fit de vives représentations, blâmant la cruauté et l'atrocité d'un tel assassinat, mais voyant que Buonaparte persistait, et même menaçait, il quitta sa tente avec indignation, en lui faisant cette observation remarquable :
« Ni mes principes ni le genre de ma profession ne me permettent de devenir assassin, et si les qualités que vous insinuez, Général, sont nécessaires pour être grand homme, je remercie le Ciel de me les avoir refusées. »
Buonaparte n'était pas homme à s'en laisser imposer par des considérations morales : il persista, et trouva un apothicaire qui, craignant son pouvoir, mais qui depuis a cru expier son crime en avouant le fait, consentit à devenir l'instrument de cette atrocité, en donnant du poison aux malades. En effet, le soir il mêla de l'opium à leur nourriture : les innocentes victimes firent leur dernier repas, et dans quelques heures cinq cents quatre-vingts soldats qui avaient tant souffert pour leur pays, furent ainsi misérablement sacrifiés par ordre de leur idole.
Peut-il exister un seul Français dont le sang ne se glace d'horreur au simple récit d'une telle atrocité ? Assurément les mânes de ces innocentes victimes doivent maintenant assiéger ce Gouvernement [...]
S'il restait encore quelque doute sur la véracité de cet exposé, que l'on demande aux membres de l'Institut du Caire ce qui se passa à la première séance après le retour du Buonaparte de Syrie : ils diront que ce même vertueux médecin, qui avait refusé de devenir le meurtrier de ceux confiés à ses soins, accusa Buonaparte de haute trahison, en pleine assemblée, contre l'honneur de la France, contre ses enfants, et contre l'humanité entière ; qu'il entra dans tous les détails de l'empoisonnement des malades et du massacre de la garnison, ajoutant à ces crimes, que Buonaparte avait fait étrangler précédemment à Rosette un certain nombre de Français et de Cophtes qui étaient attaqués de la peste; prouvant par là que se débarrasser ainsi des malades était un plan prémédité qu'il voulait rendre général. En vain Buonaparte essaya de se disculper ; les membres furent stupéfaits d’horreur, et croyaient à peine que la scène qui se passait sous leurs yeux fût une réalité. Certainement les procès-verbaux des séances de cet Institut ne feront aucune mention de cette affaire : non, Buonaparte était trop rusé pour n'en pas voir le danger, et il eut assez de pouvoir pour l'empêcher. Mais que personne, comptant sur les circonstances impérieuses qui peuvent empêcher l'aveu sollicité, n'ose nier le tout; il existe encore des registres qui seront produits en tems et lieu. En attendant, cet exposé doit suffire, pour engager à faire des recherches ; et, vous Français, votre honneur est réellement intéressé à vous en instruire.
Espérons aussi qu'on ne trouvera dans aucun pays un autre homme, professant des principes si machiavéliques, jusqu'à vouloir excuser de pareilles atrocités, par des sophismes; et le jugement ne doit pas s'égarer en essayant de rappeler les horreurs de la Révolution Française, et diminuer par là l'énormité de ces crimes, en les comparant à ceux dont la France a été le théâtre pendant sa lutte pour la liberté ou l'esclavage. »
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Souvenir de la revue du 24 mars 1815, passée à Paris…
    par G.PEYRUSSE » 23 mars 2019, 15:08 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    304 Vues
    Dernier message par G.PEYRUSSE
    23 mars 2019, 15:08
  • Conférence 21 février à Paris sur 1814
    par Belle Poule » 08 févr. 2017, 17:20 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    525 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    16 févr. 2017, 22:33
  • "1814, un Tsar à Paris" de Marie-Pierre Rey
    par Peyrusse » 19 juil. 2017, 21:12 » dans Livres - Revues - Magazines
    6 Réponses
    963 Vues
    Dernier message par le sabreur
    27 mai 2014, 13:05
  • Paris Napoléon(s) – Guide du Paris des Deux Empereurs
    par Eric LM » 29 oct. 2018, 14:12 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    1124 Vues
    Dernier message par Eric LM
    29 oct. 2018, 14:12
  • Décret du 17 mars 1808
    par C-J de Beauvau » 18 mars 2018, 08:19 » dans L'actualité napoléonienne
    3 Réponses
    569 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    15 sept. 2018, 13:48