La fauconnerie du temps de l'empire

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

rigodon d'honneur

[CHASSES] CHASSES IMPÉRIALES, VÉNERIE ET FAUCONNERIE

Message par rigodon d'honneur » 20 juil. 2015, 13:58

Portrait de Joseph de Bongars (1762-1833), lieutenant de la vénerie au sein de la Maison de l'Empereur, officier d'ordonnance de l'Empereur puis aide de camp de Berthier.
Image
:salut:

Le Briquet

[CHASSES] CHASSES IMPÉRIALES, VÉNERIE ET FAUCONNERIE

Message par Le Briquet » 16 oct. 2017, 18:51

Bonsoir,

Suite au sujet sur les blessures de Napoléon, voici un article intéressant évoquant les chasses impériales où Napoléon ne brilla jamais. Voyant mal, épaulant mal, ne maitrisant pas ses fusils, détournant les chasses à courre en allant se balader au beau milieu d'une chasse, Napoléon en devient même dangereux et crève accidentellement un œil à Masséna !
Alors pourquoi ces chasses ? Un sport comme un autre pour l'Empereur, mais aussi une façon d'imiter ces rois dont il se veut l'égal.
Le maréchal prince Berthier, Grand veneur, a la haute main sur la vénerie, c'est-à-dire « tout ce qui a rapport aux chasses à courre et à tir dans les bois et forêts du domaine de la Couronne ».
Sans entrer dans le détail de ses multiples fonctions et attributions, précisons qu'il surveille les aménagements des territoires de chasse ; distribue les logements ; reçoit les inscriptions de ceux qui sont admis à chasser avec l'Empereur ; entretient les rendez-vous de chasse grâce aux fonds fournis par l'Intendant général ; organise les chasses : invite ceux qui partageront les repas de Sa Majesté ; désigne les places des tireurs ; donne l'autorisation de porter l'uniforme de chasse ; propose des nominations de capitaines et lieutenants de louveterie et de vénerie ; désigne directement ceux qui exercent des emplois subalternes ; approuve les dépenses et arrête les comptes.
En outre, il reçoit directement les ordres de l'Empereur pour ses chasses à courre et à tir et en prévient le Grand écuyer et le colonel-général de service. Si, à la chasse, il doit y avoir des haltes ou rafraîchissements, il en prévient le Grand maréchal du Palais ou le préfet de service. Quand l'Empereur chasse le sanglier, le Grand veneur lui présente une lance pour le tuer. Personne ne peut prendre de lance sans son ordre, ni crier « taïaut » sans son autorisation à l'exception des veneurs. Arrivé au rendez-vous de chasse, il fait le rapport à l'Empereur. Quand sa Majesté a décidé quel animal elle veut chasser, il la conduit à la brisée et prend ses ordres pour attaquer. Quand l'animal est pris, il met pied à terre et présente à l'Empereur le pied droit, lequel lui a été remis par le capitaine des chasses commandant la vénerie.
Ce dernier, en l'espèce M. Randon d'Hanneucourt, est assisté d'un lieutenant de la vénerie, de deux lieutenants des chasses, d'un secrétaire général et de divers employés, dont un porte-arquebuse, un aide-porte-arquebuse, deux armuriers, des piqueurs, des valets de limiers et de chiens, des ramasseurs de gibier, un administrateur général des forêts, des capitaines et des gardes forestiers, etc., spécialement chargés de la conservation des bois et de celle du gibier.
Telle est, sommairement esquissée, la réglementation des chasses auxquelles participent l'Empereur et ses invités. En fait, c'est Alexandre le Girardin, aide de camp de Berthier, général de division et comte de l'Empire, qui dirige tout le service. Chasseur dans l'âme (il deviendra Grand veneur de France après la Restauration), il avait brillamment servi dans la cavalerie, ayant été blessé plusieurs fois et nommé officier de la Légion d'honneur sur le champ de bataille d'Austerlitz. Il louche horriblement, ce qui le rend très laid.
Le chevalier Antoine de Beauterne, lieutenant des chasses à tir et porte-arquebuse, est un personnage infiniment moins pittoresque que l'aide-porte-arquebuse qui n'est autre que le mamelouck Roustam. Celui-ci avait déjà, sous le Consulat, été initié par l'armurier Boutet, de Versailles, à l'entretien des pistolets, lunettes et armes de chasse du Premier Consul, quand celui-ci s'était mis, tout doucement, à pratiquer ce sport. Quand Berthier organisa la vénerie au début de l'Empire, Napoléon voulut que cette place fût donnée à son mamelouck: « Cette place appartient à Roustam. Il a appris son métier chez Bottet et il chasse toujours avec moi: mieux, c'est un très honnête homme ». Comme Roustam assure également l'entretien des armes de guerre de l'Empereur, il est rétribué par le service du Grand écuyer.


La chasse à courre

En rassemblant ce qu'ont écrit les mémorialistes, quelques phrases éparses, rarement plus d'une page, on parvient à imaginer ce que furent les chasses impériales.
Tous s'accordent pour dire que Napoléon n'a pas le feu sacré. « Il aimait la chasse, écrit Mme de Rémusat, plutôt pour l'exercice qu'elle lui fait faire que pour ce plaisir en lui-même ». Molé ajoute : « Elle ne lui plaisait que comme un exercice violent dont sa santé avait besoin. C'était aussi une distraction essentiellement royale, qu'il voulait partager avec les rois de l'Europe ».
« Il chassait, selon Méneval, presque toutes les semaines, moins par goût que pour faire de l'exercice. Les chasses, quand il était à Paris, avaient lieu à Saint Cloud ou à Trianon, soit dans le bois de Boulogne, soit dans la forêt de Saint-Germain, soit dans les bois de Versailles… Il faisait de grandes chasses à Rambouillet qu'il habitait pendant quinze jours ou trois semaines, à Compiègne où il passait autant de temps et à Fontainebleau où il tenait un cour nombreuse et brillante. Les séjours de la Cour dans cette dernière résidence se prolongeaient pendant six semaines ou deux mois, en septembre ou en octobre ».
« A Fontainebleau, Rambouillet ou Compiègne, relate Bausset, lorsque Napoléon allait chasser, il y avait toujours une tente dressée dans la forêt pour le déjeuner auquel toutes les personnes du voyage étaient invitées ; les dames suivaient la chasse en calèche. Ordinairement, huit ou dix personnes du voyage étaient invitées à dîner ».
« Il passa par la tête de l'Empereur, écrit Mme de Rémusat, de vouloir que les femmes eussent un costume de chasse. L'Impératrice s'y prêta volontiers. Le fameux marchand de modes, Leroi, fut appelé au conseil ; on détermina un costume très brillant. Chaque princesse avait une couleur différente pour elle et sa maison. Le costume de l'Impératrice était en velours amarante brodé en or, avec une toque brodée d'or et couronnée de plumes blanches, et toutes les dames du Palais furent vêtues de couleur amarante. La reine de Hollande choisit le bleu et argent : Madame Murat, la couleur rose, et argent aussi ; la princesse Borghèse, le lilas, de même brodé en argent. C'était toujours une sorte de tunique ou redingote en velours, courte, sur une robe de satin blanc brodée, des bottines de velours pareilles à la robe, ainsi que la toque, une écharpe blanche. L'Empereur et tous les hommes portaient un habit vert, galonné en or et argent. Ces brillants costumes, portés soit à cheval, soit en calèche, et toujours en cortège très nombreux, faisaient au travers de la belle forêt de Fontainebleau, un effet charmant ».

Nul ne peut chasser avec l'Empereur s'il ne porte la tenue réglementaire, que celui-ci ne manque jamais de revêtir : habit vert galonné d'or ; collet, parements et revers de velours rouge ; culotte de peau jaune; bottes à l'écuyère: tricorne bordé d'un large galon d'or : couteau de chasse suspendu au ceinturon galon né d'argent, « Rien ne distingue le costume de l'Empereur, écrit Saint-Hilaire, de celui du plus simple piqueur, si ce n'est le chapeau qui n'est autre que celui qu'il porte habituellement et qui, par conséquent, est tout uni ; et une redingotte bleue ou gris de fer très-foncé, qu'il endosse par-dessus son habit de chasse lorsqu'il pleut ou qu'il fait trop de brouillard ».
Le comte Clary, un Autrichien venu en France pour assister au mariage de Napoléon et de Marie-Louise, se trouve à Compiègne, en mars 1810. Nansouty, le Premier écuyer, lui dit : « L'Empereur vous fait savoir que vous le suivrez demain à la chasse, et vous permet de vous faire faire les uniformes de chasse. Pour demain, un de ces messieurs vous en prêtera un. Mais il faut tâcher que les vôtres soient prêts pour la chasse suivante ! » et il ajoute : « Vous avez un appartement au château ».
Le lendemain, Clary se rend à la chasse en voiture. « C'est la seule fois que je me suis trouvé à table avec l'Empereur. C'était pour moi le sentiment du monde le plus bizarre d'être presqu'à côté de lui, habillé de même que Savary, que Davout, que Duroc… Le déjeuner fut l'affaire de dix minutes… On monte à cheval. L'Empereur part comme un trait… Jusqu'au premier relais, les choses se passèrent fort bien. Je ne le quittai point : mais au moment où il change de cheval on est perdu. Il est comme de raison, si bien servi, il part si vite. qu'il n'y a pas moyen de le suivre… Enfin, je ne rejoignis l'Empereur qu'à la mort du cerf. L'animal était dans la rivière et nageait. L'Empereur avait mis pied à terre, tout le monde aussi… L'Empereur tira cinq fois au beau milieu des chiens ; il est inconcevable qu'il n'en tue pas. C'est le moindre de ses soucis. Il manqua trois fois, toucha deux et. au dernier coup. sur la tête du cerf, celui-ci disparut dans l'eau.
« Eh bien, me dit-il, avez-vous jamais vu aussi belle chasse ? Hein ? – Jamais, Sire! »
On remonte à cheval et, au grand galop, on regagne Compiègne. L'Empereur était extrêmement content de la chasse ; elle avait duré près de cinq heures ».
Mais Napoléon se lasse parfois de cette poursuite. Il chevauche alors au hasard, s'abandonnant dans la forêt à la fantaisie de son cheval et livré à de longues rêveries. Un jour, en 1810, chassant à Meudon, le cerf l'avait entraîné jusqu'à Rambouillet. En rentrant, il s'arrête sous un arbre, s'asseoit et se met à causer agriculture avec les gens du pays. C'est Mme de Kielmannsegge qui rapporte cette anecdote.
De telles fantaisies désorganisent la chasse, comme on s'en doute. « Cependant, écrit Mme de Rémusat, l'Empereur grondait assez fortement lorsqu'on ne réussissait pas à prendre le cerf. Il se fâchait si on lui représentait que lui-même, en changeant de route, avait contribué à égarer les chiens ; le moindre non-succès lui causait toujours surprise et impatience ».

Il n'y eut que quelques chasses au vol ; selon Constant, une seule, à Rambouillet, « pour mettre à l'essai la fauconnerie que le roi de Hollande avait envoyée en présent à S. M… L'Empereur parut s'y plaire encore moins qu'aux chasses à courre et au tir et la fauconnerie ne resservit jamais ».
En fait, l'équipage de chasse au vol ne fut licencié que le 1er août 1813, et le capitaine Coignet, témoin plus digne de confiance que Constant, a vu une autre chasse au vol, à Fontainebleau, en septembre 1810. « Ce jour-là, on avait apporté des cercles (avec un homme dedans chaque cercle) et autour des cercles, des faucons. Marie-Louise prenait un de ces oiseaux et le lançait sur le premier gibier venu ; l'oiseau fonçait comme la foudre et le rapportait à Marie-Louise. Cette chasse, des plus amusantes, dura une heure. Puis les calèches partirent au galop pour se rendre dans un endroit où des paysans étaient en bataille avec des perches dans un grand enclos rempli de lapins qui ne pouvaient sortir. L'Empereur avait beaucoup d'armes chargées, il donne le signal et les paysans frappent sur les buissons, et des fourmilières de lapins se sauvent. et l'Empereur de faire feu. Les coups de fusil ne se faisaient pas attendre. Il dit à ses aides de camp : Allons, Messieurs, à votre tour ! Prenez des armes et amusez vous ». Et la terre était couverte de victimes ; il fit appeler les gardes et dit à notre adjudant-major : « Faites ramasser ce gibier, et donnez un lapin à chaque paysan, quatre à chaque garde, laites mettre le reste dans le fourgon et vous ferez la distribution par compagnie à mes vieux grognards. Demain vous les conduirez à la chasse au sanglier ».
Cette chasse au sanglier ne sera qu'un massacre aussi écoeurant que le fermé de lapins de la veille. Rendons la parole à Coignet :
« Piqueurs et rabatteurs arrivent près du repaire où était baugée cette bande de sangliers. On déchargea les voitures et on mit les chiens deux par deux, et il y avait un médecin pour panser les chiens blessés dans le terrible combat qui allait s'engager ». On déjeune, puis, «on fait lever les sangliers, et voilà six chiens partis sur cet animal furieux ; trois sangliers sont arrêtés sans pouvoir bouger. Deux chiens prenaient chacun par une oreille et se collaient le long de son corps, et le tenaient tellement serré entre eux que l'animal ne pouvait bouger. Et les gardes arrivaient avec un baillon, lui mettaient cette forte bride dans le museau sans qu'il puisse se défendre : avec un noeud coulant, les quatre pattes étaient unies : on débaillait les deux chiens et ils repartaient sur la bande suivis par les valets qui les conduisaient. Les prisonniers étaient portés dans la voiture : on ouvrait la porte par derrière et ils tombaient dans cette voilure profonde.
« Nous prîmes la bande de quatorze ce jour-là ; et la voiture était pleine. Nous eûmes deux chiens blessés par des coups de boutoirs… L'Empereur fut enchanté par une pareille chasse ; il avait fait préparer un enclos près de la route de Paris pour déposer ces animaux vivants. C'était une rotonde haute et solide ; par le moyen d'une porte coupée, on reculait la voiture et ces furieux tombaient dans la rotonde. Voilà notre deuxième chasse qui fut continuée pendant quinze jours ; il y eut de pris cinquante sangliers et deux loups en vie.
«Dans cet enclos, on avait construit un amphithéâtre sur pilotis avec des fauteuils autour pour contenir toute la Cour. On arrivait par une pente douce au milieu de l'enclos, sous une belle tente. La Cour arriva à deux heures. Il fallait monter sur les sapins pour voir tous ces furieux sauter après les palissades. L'Empereur commença ; il ne tirait pas sur les loups ; ils restèrent les derniers et faisaient des sauts jusqu'au haut des palissades. L'Empereur permit à tous les principaux de sa Cour de finir cette fête… ».
Il y eut ensuite une chasse au cerf. « Avant de commencer, toute la Cour se mettait à table dans un endroit bien sablé, et après le banquet. les calèches arrivaient : tout le monde était à cheval et le cerf lancé. L'Empereur se portait au galop sur le lieu de passage, suivi du porte-mousqueton ayant ses armes. Là, il attendait les passages du cerf et, s'il manquait, il partait comme la foudre pour se trouver sur un autre point de passage ».
Ainsi périra le cerf. Le soir, la curée se fera « aux flambeaux, dans la cour d'honneur garnie de beaux balcons où toute la Cour assistait. C'était un coup d'oeil magnifique, cette meute de deux cents chiens en bataille derrière une rangée de valets qui les maintenaient. fouet à la main. Au signal donné pour découdre, l'homme découvrait le cerf de sa peau ; les cors annonçaient le pillage et tous fondaient sur leur proie. Ces deux cents affamés ne faisaient qu'un monceau, tous les uns sur les autres ».

La chasse au tir

En tirant presqu'à bout portant sur le gros gibier, Napoléon triomphe sans vraie gloire cynégétique. Voyons ce qui se passe quand le gibier n'est qu'un oiseau effrayé par les rabatteurs, qui s'approche à tire d'aile et qu'il faut toucher en plein vol.
L'Empereur, vêtu de son costume vert de tireur, plus simple que celui qu'il met pour chasser à courre, est arrivé à l'affût qui lui est réservé. Il a mis pied à terre. Derrière lui reste en selle l'inséparable aide de camp de jour. Huit pages qui l'attendaient s'appro chent : le Premier page se tiendra à la droite de l'Empereur pour lui donner le fusil chargé qu'il aura reçu des autres pages ; le Second page, à sa gauche, recevra le fusil tiré; il le donnera aux valets de pied qui le passeront au porte-arquebuse : celui-ci le rechargera, et le mamelouck aide-porte-arquebuse, le passera à nouveau aux pages. Ainsi se forme la chaîne prescrite par l'Etiquette du Palais impérial. De douze à quinze personnes, en comptant les veneurs de service, assistent donc l'Empereur, qui est en mesure de brûler mainte cartouche.
Et voici que les rabatteurs s'ébranlent. Le gibier afflue; on s'en est procuré de partout, de très loin même. Les beaux fusils richement décorés de l'Empereur passent de mains en mains et les détonations se succèdent dans la fumée et l'odeur de la poudre. Mais, ô déception ! la plupart des oiseaux, au lieu de tomber, poursuivent leur vol précipité, en faisant entendre des gloussements apeurés du plus mauvais effet.
Il faut en convenir : Napoléon tire mal, très mal, si mal que les assistants en sont gênés. Lors du tableau final, on truquera les chiffres pour ne pas lui causer trop de dépit. Il arrive cependant qu'il abatte quelques pièces. On imagine quelles peuvent alors être sa joie et sa fierté!
« Un jour. écrit Constant, l'Empereur rentra de la chasse tenant à la main deux faisans qu'il avait abattus lui-même, suivi de quelques valets de pied portant les fleurs les plus rares des serres de Saint-Cloud; il écrivit un billet, fit aussitôt mander son Premier page et lui dit: « Dans dix minutes, soyez prêt à monter en voiture. Vous y trouverez cet envoi. que vous remettrez de votre main à sa Majesté l'Impératrice avec la lettre que voici. Et surtout, n'épargnez pas les chevaux ; allez train de page et ne craignez rien. M. le duc de Vicence n'aura rien à vous dire ». Le jeune homme ne demandait pas mieux que d'obéir à Sa Majesté… En vingt-quatre heures, il avait atteint Strasbourg et s'était acquitté de son message ».

Mais les choses n'allaient pas toujours aussi bien, loin de là! « L'Empereur, écrit le général Marbot, accompagné de plusieurs maréchaux, parmi lesquels se trouvait Masséna, chassait à tir dans la forêt de Fontainebleau, et Napoléon ajuste un faisan ; le coup, mal dirigé, porte sur Masséna, auquel un grain de plomb crève l'oeil gauche. L'Empereur, ayant seul tiré au moment de l'accident, en était incontestablement l'auteur involontaire ; cependant, Masséna, comprenant que son oeil était perdu, il n'avait aucun intérêt à signaler le maladroit qui venait de le blesser, tandis que l'Empereur lui saurait gré de détourner l'attention de sa personne, accusa le maréchal Berthier d'imprudence, bien que celui-ci n'eût pas encore fait feu ! Napoléon, ainsi que tous les assistants, comprit parfaitement la discrète intention du courtisan, et Masséna fut comblé d'attentions par le maître ».
« J'ai appris, lui écrit l'Empereur le 15 septembre 1808, avec la plus vive peine le malheureux accident qui vous est arrivé. Après avoir échappé à tant de dangers, être blessé à la chasse, c'est un peu de guignon. J'apprends cependant que vous allez mieux et que cela n'aura pas de suites. Je le désire fort, pour utiliser vos talents et votre zèle pour la gloire de nos armes ».
Borgne pour le restant de ses jours, Masséna recevra, en consolation, un commandement en chef dans la Péninsule et, l'année suivante, un titre princier, d'ailleurs bien mérité par sa conduite magnifique pendant la Campagne d'Autriche de 1809.
L'indiscutable maladresse de Napoléon fait naître quelques réflexions. Certes, il s'y prend mal. A-t-il reçu les conseils d'un maître d'armes ? C'est peu probable. En tout cas, il n'épaule pas comme il faut, manque de patience, lâche son coup trop vite, n'est pas habitué à ses fusils, car il en a trop. « L'Empereur, écrit Constant, n'appuyait pas bien son fusil à l'épaule, et comme il faisait charger et bourrer fort, il ne tirait jamais sans en avoir le bras tout noirci. Je frottais la place meurtrie avec de l'eau de Cologne et S. M. n'y pensait plus ».
Certes! il y a tout cela, mais il y a autre chose.
Il y a que Napoléon a la vue basse. Par coquetterie il ne veut pas mettre de lunettes pour chasser ; il s'ensuit qu'il ne voit bien que le gros gibier, surtout quand il est à proximité.

On n'a guère parlé de la myopie de l'Empereur. Les historiens se taisent à ce sujet. même les spécialistes, ceux qui ont étudié chaque aspect de la vie de Napoléon. Se pourrait-il que tous. ils l'aient ignorée ? C'est incroyable, et pourtant, les faits sont évidents.
Comme beaucoup, comme la plupart des myopes, l'Empereur n'a pas besoin de verres correcteurs pour lire, pour travailler, ni au cours de ses repas. Mais dès qu'il porte ses regards à quelque distance. sa vue se brouille, ses yeux se fatiguent et il doit leur venir en aide. « Sa vue n'était pas excellente. écrit le baron Fain (p. 287) ; il y suppléait à l'aide d'une lunette de spectacle qu'il portait toujours ». Au théâtre, bien sûr, ainsi qu'à l'Opéra il s'en sert constamment ; une phrase du Mémorial (I, p. 840) indique que cette lunette était adaptée à sa vue. Mais même dans les bals. il la prend pour regarder danseurs et spectateurs (Chastenay, II, p. 133). A Sainte-Hélène, pour voir, à travers les jalousies de la fenêtre, ceux qui s'approchent de sa maison, il demande : « Vite. la lunette, les voilà ». (Gourgaud, II. p. 163).
Le prince de Ligne l'a vu, à Dresde, le 15 août 1807, dans la galerie de tableaux du roi de Saxe, diriger sa lunette vers les toiles qui l'intéressaient (p. 201). Peut-être le peu d'intérêt qu'il éprouve pour les arts plastiques vient-il, en partie, de ce qu'il ne voit pas nettement les oeuvres qu'il a devant les yeux ? Il n'en considère que le sujet et se montre incapable d'en apprécier l'exécution. Dans les occasions solennelles où, de son trône, il doit prononcer un discours important, on a soin de lui copier le texte qu'il lira « en très gros caractères » (Mme de Rémusat, II. p. 204).
Il se sent plus libre au Conseil d'Etat qui siège, aux Tuileries, dans une salle dont le plafond est orné de l'immense toile de Gérard représentant la bataille d'Austerlitz. Cette salle est vaste et l'Empereur est placé au fond, sur une estrade, derrière l'archichancelier et l'architrésorier, de sorte qu'il est assez loin des conseillers, des auditeurs et des maîtres des requêtes. Il ne peut pas bien voir et reconnaître à l'oeil nu, ces hauts fonctionnaires. Le duc Victor de Broglie, relatant dans ses Mémoires, une séance du début de janvier 1811, a une phrase révélatrice : « L'Empereur s'assit, prit son binocle, en dirigea les deux branches sur M. Portalis… etc. (I, p. 123).
Enfin, il existe une facture, celle de Lerebourg. opticien de l'Empereur, place du Pont-Neuf, qu'a publiée Maze-Sencier dans son livre sur « Les fournisseurs de Napoléon » (p. 310) :
« 25 mars 1812 : « 2 lunettes de spectacle, 400 F ; une autre, 120 F, un binocle en nacre de perle, les branches en or, garni de cristal de roche, 230 F (Arch. Nat. 02 32)».
Ces témoignages précis et concordants sont probants et ne laissent plus subsister l'ombre d'un doute.
Napoléon avait certainement plusieurs binocles ou bésicles, tous ont disparu. de sorte qu'on ignore le degré exact de sa myopie. Mais cette myopie est certaine. Elle explique la maladresse du chasseur et. qui sait, peut-être a-t-elle eu quelque influence sur le comportement général de Napoléon ? Une influence qu'il est bien difficile, sinon impossible, d'évaluer.


Revue du Souvenir Napoléonien n°298, 1978.
Chasse.jpg

Le Briquet

Re: Les chasses impériales

Message par Le Briquet » 16 oct. 2017, 18:55

Un des fusils de chasse de Napoléon:

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Jean Le Page (1746-1834)
Signé Le Page à Paris – Arquebusier de l’Empereur
Inscription gravée « Ile d’Aix le 15 juillet à 8 heures du soir 1815 »
Noyer, argent, or, fer, acier, cuir
L. 133 cm
Inv. 1111, donation Lapeyre

Ce grand fusil de chasse fut offert par Napoléon au capitaine Besson le 14 juillet 1815 en guise d’ultime remerciement pour avoir organiser une tentative d’évasion vers les Etats-Unis. Après la défaite de Waterloo le 18 juin 1815 et son abdication le 22 juin, Napoléon était parvenu le 3 juillet suivant à Rochefort où deux frégates, « La Saale » et « La Méduse », avaient été mises à sa disposition par le gouvernement provisoire pour le conduire aux Etats-Unis. Alors que l’attente des sauf-conduits se prolongeait et devant l’incertitude du sort de l’Empereur réfugié sur l’île d’Aix, plusieurs projets d’évasion lui furent soumis dont celui du lieutenant de vaisseau Jean-Victor Besson (1781-1837). Ce dernier se proposait d’embarquer Napoléon sur « La Magdalena », un brick portant pavillon danois, propriété de son beau-père, qui transportait de l’eau de vie pour le compte de la maison Pelletreau de Rochefort. Deux barriques vidées et capitonnées avaient été aménagées pour servir de cachette en cas d’arraisonnement par les Anglais. Accepté par Napoléon, le projet donna lieu à un contrat fictif d’affrètement signé entre Besson et Las Cases. Le 13 juillet, alors que le départ était prévu pour la nuit même, Besson fut informé par Napoléon de sa décision de se livrer aux Anglais. Les bagages furent déchargés dans la journée du 14 et, dans la soirée, Napoléon reçut Besson qui donna plus tard le récit des événements et de cette dernière entrevue : « Dès que l’Empereur me vit entrer, il vint à moi et dit : « Capitaine, je vous remercie à nouveau, aussitôt que vous vous serez rendu libre ici, venez me voir en Angleterre. J’y aurai encore sans doute, ajoutait-il en souriant, besoin d’un personnage de votre caractère […] alors, il prit parmi les armes pour son usage personnel qui se trouvaient dans un angle de la pièce, un riche fusil à deux coups qu’il avait emporté longtemps à la chasse et, tout en me le tendant, il me dit d’une voix émue : « Je n’ai plus rien dans ce monde-ci à vous offrir mon ami, que cette arme. Veuillez l’accepter comme un souvenir de moi ». « La Magdalena » appareilla le soir même sans son illustre passager et franchit sans être inquiétée la croisière anglaise. Destitué à la Restauration, Besson s’essaya sans enthousiasme au commerce maritime puis se mit au service de Méhemet Ali, terminant sa carrière comme vice-amiral et major général de la flotte égyptienne. Transmis de génération en génération, le fusil de Napoléon est resté dans la famille Besson jusqu’ en 1977, date de sa mise en vente à Drouot et de son acquisition par Martial Lapeyre.

Photos © Fondation Napoléon – Patrice Maurin-Berthier
Source: https://fondationnapoleon.org/chef-d-oe ... eon-ier-2/


Et une carabine de chasse offerte à Rapp:

Image
Nicolas-Noël Boutet (1761-1833)
France - XVIIIe et XIXe siecle
Carabine d'arçon de vénerie
Carabine oferte par Napoleon Ier au général Rapp entre 1806 et 1809. Elle porte , sur la plaque de couche, l'inscription :
Donné par S.M. l'empereur et Roi au général de division et conte Rapp
Garnitures en or, argent et vermeil.
Dépot du musée de l'Armée, ancienne collection Pauilhac.
Modifié en dernier par Le Briquet le 16 oct. 2017, 19:16, modifié 1 fois.

Le Briquet

[CHASSES] CHASSES IMPÉRIALES, VÉNERIE ET FAUCONNERIE

Message par Le Briquet » 16 oct. 2017, 19:03

La chasse semble avoir inspiré le jeune Bonaparte à Brienne. Il y décrit un chasseur aussi mauvais que lui quelques années plus tards...

Image

Le Chien, le Lapin, et le Chasseur.

César, chien d’arrêt renommé,
Mais trop enflé de son mérite,
Tenait arrêté dans son gîte
Un malheureux lapin de peur inanimé.
Rends-toi, lui cria-t-il d’une voix de tonnerre,
Qui fit au loin trembler les peuplades des bois.
Je suis César, connu par ses exploits,
Et dont le nom remplit toute la terre.
A ce grand nom, Jeannot lapin
Recommandant à Dieu son âme pénitente
Demande d’une voix tremblante :
Très sérénissime mâtin,
Si je me rends, quel sera mon destin ?
—Tu mourras.—Je mourrai ! dit la bête innocente,
Et si je fuis ?—Ton trépas est certain.
— Quoi ! reprit l’animal qui se nourrit de thym,
Des deux côtés je dois perdre la vie ?
Que votre illustre seigneurie
Veuille me pardonner, puisqu’il faut mourir,
Si j’ose tenter de m’enfuir.
— Il dit et fuit, en héros de garenne.
Caton l’aurait blâmé : Je dis qu’il n’eut pas tort,
Car le chasseur le voit à peine
Qu’il l’ajuste, le tire,… et le chien tombe mort !
Que dirait de ceci notre bon La Fontaine ?
Aide-toi, le ciel t’aidera.
J’approuve fort cette morale-là.

http://www.ruedesfables.net/chien-lapin-chasseur/

Je ne sais pas si l'attribution de la fable à Bonaparte est assurée.

Le Briquet

[CHASSES] CHASSES IMPÉRIALES, VÉNERIE ET FAUCONNERIE

Message par Le Briquet » 16 oct. 2017, 19:06

Chasse au cerf en forêt de Compiègne:

Image
Antoine Charles Horace Vernet Aka Carle Vernet - huile sur toile - 131 x 163 cm - 1811 - (The Hermitage (St. Petersburg, Russia))


Image
Détail du tableau Carl Vernet - Bidault "Le débuché devant le Grand Trianon", 1810.

Image

Image

Image

Image


La tenue de vénerie de l'Empereur reconstituée:
https://www.antikcostume.com/tenue-de-v ... -a3081.htm
Image

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2305
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

[CHASSES] CHASSES IMPÉRIALES, VÉNERIE ET FAUCONNERIE

Message par L'âne » 16 oct. 2017, 19:47

Le Briquet a écrit :
16 oct. 2017, 19:06
La tenue de vénerie de l'Empereur reconstituée:
Merci Le Briquet.
Une excellente idée pour la réalisation d'une saynète "aimable" en figurine Historex modifiées.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2211
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Les chasses impériales

Message par Cyril Drouet » 17 oct. 2017, 18:32

Joker a écrit :
17 oct. 2017, 18:18
Le Briquet a écrit :
16 oct. 2017, 18:13
Thème intéressant que celui des chasses de l'Empereur, dans la tradition monarchique. Il pourrait faire l'objet d'un sujet sur ce forum.
Napoléon était peut-être un piètre chasseur mais il éprouvait un malin plaisir à tirer sur les volatiles à Malmaison ainsi que sur les chèvres présentes à Longwood.
Nul doute que Brigitte Bardot lui aurait fait un procès en bonne et due forme... :lol:
Pour les volatiles de la Malmaison :
"Un matin, à la Malmaison, l'Empereur faisait sa toilette, sa fenêtre donnait sur le petit canal, en face du château. Il y avait des cygnes. Sa Majesté me demanda sa carabine. Je la lui apportai. Il tira sur les cygnes. L'impératrice était dans son boudoir, qui s'habillait. Elle entend le coup, elle accourt en chemise, et entortillée dans un grand schall.
Elle saute après l'Empereur, en lui disant :
-Bonaparte, ne tire pas après mes cygnes, je t'en prie !
-Joséphine, laisse-moi donc. Cela m'amuse...
Alors elle me prend le bras et me dit :
-Roustam, ne donne pas la carabine.
L'Empereur me dit :
-Donne-la moi.
L'impératrice me voit dans l'embarras et me retire la carabine des mains, qu'elle emporte. L'Empereur riait comme un fou."
(Roustam, Souvenirs)



Pour les expériences "cynégétiques" hélèniennes, un peu de Marchand (Mémoires):

"Les poules avaient échappé à la surveillance du cuisinier qui en élevait et en faisait du commerce avec le fournisseur de la maison. Indigné du dégât dont il était témoin [les piafs en question faisaient bombance des pois et haricots de Napoléon], l'Empereur rentra aussitôt chez lui, appela Saint-Denis, lui demanda ses fusils, en prit un et sortit en disant : "C'est par trop d'impertinence !" Saint-Denis et moi, nous suivîmes l'Empereur, les pauvres poules continuaient leurs dégâts, ne se doutant pas que le plomb meurtrier allait le leur faire cesser ; elles étaient assez près les unes des autres, elles furent ajustées, trois tombèrent sous le coup, les autres s'envolèrent, une quatrième fut atteinte d'un second coup, sur le mur où elle était perchée. "Prends ma chasse, dit-il à Saint-Denis, porte-là à la cuisine, et qu'on m'en fasse une bonne soupe !"


"Une chèvre et quelques petits chevreaux appartenant à Archambault, paissaient sur le gazon à 50 ou 60 pas de la maison ; la mère était attachée, les petits bondissaient autour d'elle; ils ne faisaient aucun mal, mais l'Empereur voulut faire preuve d'adresse ; il fit charger à balles par Saint-Denis un des fusils à deux coups, ajusta l'un des petits et lui cassa l'épaule ; la mère et le second petit relevèrent la tête, ne sachant d'où partait le coup. L'Empereur se disposait à ajuster le second, lorsqu'il se prit à dire : "Il y a conscience, le coup est trop facile, que l'on porte le blessé à la cuisine ! " Pendant quelques semaines, il fit acheter par Archambault quelques petits chevreaux, qui rarement ont été manqués à une distance fort éloignée."


"Se promenant un après-midi avant son dîner, avec l'Empereur, le comte de Montholon vint chercher un des fusils de l'Empereur et se fit suivre de Saint-Denis avec l'autre ; c'était pour tirer un petit cochon de lait éloignée d'une bande que conduisait la mère ; il était trop loin pour supposer que le petit animal ait quelque chose à craindre. "Montholon, mon fils, dit l'Empereur qui lui présentait le fusil, je vais vous donner un rôti d'Ulysse pour votre dîner !" Il l'ajusta et le tua raide."


"Le dernier coup de fusil que tira l'Empereur fut sur un boeuf de la Compagnie qui, entré dans l'enceinte et de là dans le jardin potager, mangeait tout ce qui s'y trouvait ; il était déjà arrivé que ces animaux avaient tout abîmé en s'y promenant et des plaintes avaient été portées au capitaine. L'Empereur ne vit rien de mieux à faire pour le boeuf que ce qu'il avait fait pour les poules, le boeuf était tourné de manière à recevoir la balle entre les deux cornes : il ajusta et l'animal tomba mort."


Autant d'histoires que les bons ou mauvais chasseurs du Bouchonnois devraient apprécier. :lol:
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Le Briquet

Re: Les chasses impériales

Message par Le Briquet » 17 oct. 2017, 20:30

Il s'agit de la défense de potager plus que de chasse. Mais il est étonnant de voir qu'à Sainte-Hélène Napoléon est présenté comme bon tireur, même à la carabine et à longue distance, ce qui va à l'encontre de tous les témoignages précédents.
Avait-il enfin trouvé une arme qui lui convenait ?... Ou Marchand est-il un peu flatteur ?...

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2211
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: Les chasses impériales

Message par Cyril Drouet » 17 oct. 2017, 21:07

Le Briquet a écrit :
17 oct. 2017, 20:30
Il s'agit de la défense de potager plus que de chasse.
D'où mes guillemets à cynégétique.

A présent, la chasse (7 janvier et 14 août 1816) :

"A six heures, l'Empereur me fait appeler pour aller à la chasse [les fusils avaient rendus depuis peu], et se fatigue au bout d'une demi-heure ; il croit que les perdrix vont l'attendre !"
(Gourgaud, Journal de Sainte-Hélène)

"A neuf heures, [l'Empereur] m'a fait appeler ; il était dans l'intention de monter à cheval et d'essayer de pouvoir tirer quelques perdrix que nous apercevons toutes les fois que nous sommes en voiture, qui se laissent toujours approcher tant que nous sommes sans armes, mais jamais autrement. On a d'abord fait marcher l'Empereur pour le poster, mais il s'est fatigué promptement et nous n'avons rien vu. Au bout de trois quarts d'heure, il a pris le parti de monter à cheval, observant que tout ceci n'était point précisément les chasses de Rambouillet ni de Fontainebleau."
(Las Cases, Mémoires de Napoléon)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1000
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Les chasses impériales

Message par Joker » 18 oct. 2017, 18:09

Ces quelques anecdotes savoureuses montrent également que l'Empereur ne possédait plus la résistance physique de naguère et qu'il se fatiguait rapidement.
En outre, la patience, qualité indéniable d'un bon chasseur, n'était point précisément une vertu impériale. ;-)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • L'Empire au collège
    par Maria Kel » 01 sept. 2016, 15:58 » dans Salon Ier Empire
    29 Réponses
    2315 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    06 sept. 2016, 10:19
  • Art et Empire
    par vieux docs » 07 août 2015, 21:51 » dans Blogs et sites personnels
    28 Réponses
    7898 Vues
    Dernier message par vieux docs
    14 juil. 2017, 20:42
  • L'empire vu de l'Asie
    par C-J de Beauvau » 11 janv. 2019, 19:35 » dans Napoléon à travers les Arts
    4 Réponses
    518 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    14 janv. 2019, 16:59
  • couverts empire
    par marlain » 24 mai 2016, 13:17 » dans Objets napoléoniens
    7 Réponses
    806 Vues
    Dernier message par marlain
    25 mai 2016, 08:02