Natation, noyades et sauvetages

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Espagne

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Espagne »

Bonsoir.

Gourgaud savait nager (j'viens de l'apprendre en lisant l'excellent livre de J. Macé ... alors j'étale :oops: ) car il traversa la Bérézina à la nage avant l'installation des ponts.

:salut:
Drouet Cyril

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Drouet Cyril »

On peut se rappeler du passage de la Linth par Soult en septembre 1799. Pour cette occasion, un corps de nageurs fut formé. Exercés pendant quinze jours à la manoeuvre silencieuse et à nager en portant leurs armes (piques, sabres ou pistolet) sur la tête ou à la main, ces hommes remplirent parfaitement leur missions. Accompagnés d'une vingtaine de tambours, les nageurs franchirent de nuit la Linth, enlevèrent les positions ennemies et portèrent la terreur dans les rangs ennemis, facilitant grandement l'arrivée des renforts (embarqués).

Cette action hardie fit tenir cette reflexion à Soult (Mémoires) :

"L'heureux essai que je fis d'un corps de nageurs au passage de la Linth, fut ensuite imité avec succès, dans la campagne suivante, par le général Lecourbe pour passer le Danube. Ces deux exemples, qu'il suffit de citer, quoique sans doute il en existe encore d'autres, devraient engager à faire admettre, comme partie élémentaire de l'instruction des troupes, les exercices de natation. Combien d'occasions sont manquées, parce que, dans les attaques ou dans les poursuites, on est arrêté par des courants d'eau non guéables, qui font perdre beaucoup de temps ! Combien de militaires, restés en arrière sont perdus dans les retraites, parce qu'ils ne savent pas nager !"
Legrand I

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Legrand I »

bonjour ; c'est mon premier passage sur ce forum (et pas le dernier je l'espere ) ; ... pour ce qui est de ce sujet on peut remarquer que napoleon lorsqu'il voit trois mille soldats ennemis traverser les marais sur la toute fin de la bataille d'austerlitz , il comprend en une minute que trois boulets de canon dans la fragile glace feront des ravages...

ce qui nous indique que la science des palmipedes est loin d'etre repandue également chez les coalisés :)
GA_Lannes

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par GA_Lannes »

Si mes souvenirs sont bons à Austerlitz les noyés ne furent tout de même pas aussi nombreux que ce que l'on a pu dire.... L'eau n'atteignait pas les poitrines. :lol:
la remonte

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par la remonte »

j'ai essayé cet été la "planche debout " , si vous restez à la verticale les bras le long du corps sans bouger ; vous ne coulez pas ! c'est un pilote de la RAF qui me l'a montré pour l'avoir expérimenté pendant des heures lui même . de même , regardant l'exercice , un policier nous a montré comment " nager " en ayant les pieds et les mains attachés dans le dos ... mais je m'éloigne du sujet . la prochaîne fois , j'essaie avec la cuirasse .
Porucznik M.

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Porucznik M. »

Il se trouve d'ailleur que dans la marine, rares étaient les matelots qui savaient nager. Tomber à l'eau, que ce soit en mediteranée ou dans l'océan indien (sans compter les requins) etait la première crainte des gabiers. La seconde était la maladie, et la troisième la chutte du grément.
Patrice

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Patrice »

:salut: Si si "la remonte" très intéressant de savoir comment nager les pieds et poings liés dans le dos.. explications SVP
Drouet Cyril

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Drouet Cyril »

Petit retour sur les propos de Soult :
"L'heureux essai que je fis d'un corps de nageurs au passage de la Linth, fut ensuite imité avec succès, dans la campagne suivante, par le général Lecourbe pour passer le Danube. Ces deux exemples, qu'il suffit de citer, quoique sans doute il en existe encore d'autres"

Lecourbe franchit effectivement le Danube le 19 juin 1800 dans des conditions assez similaires. Gudin fut chargé de l'opération. L'adjudant Quénot, sous la protection de tir d'artillerie, traversa le fleuve et ramena de la rive opposée deux grosses nacelles. Les nageurs destinés au passage se servirent de ces dernières afin d'y placer uniformes et armes et se jetèrent dans les flots. Là aussi, l'assaut fut couronné de succès.
Pour mémoire, cette manière d'agir valut à Lecourbe le sobriquet de "général poisson". :lol:

Comme le pensait Soult, de tels procédés n'étaient pas nouveaux. Parole à Kléber (Mémoires politiques et militaires) :

"C'est à ce moment [nous sommes le 10 septembre 1793, combat de Port-Saint-Père] que l'intrépide Targe, chef de bataillon de la Légion des Francs, vint me demander la permission de se jeter à la nage avec quelques-uns des siens, pour chercher les bacs qui étaient sur la rive opposée, afin de faire passer la rivière à son bataillon. Canclaux étant présent, je pris ses ordres. Il y consentit. Targe et quelques chasseurs de sa légion mettent aussitôt l'habit bas, se jettent à l'eau, passent l'autre bord, et malgré le feu de la moiusquetterie, ramènent les deux bacs sur notre rive. On s'embarque ; l'ennemi consterné n'ose nous attendre, et nous abandonne le poste"

Le Tenu n'est pas le Danube ou le Rhin, mais l'exploit méritait d'être rappelé. :)


Salutations respectueuses.
Drouet Cyril

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par Drouet Cyril »

Napoléon a failli plusieurs fois mourir noyé. On peut se souvenir de l'angoissante traversée de la mer Rouge au retour de l'escapade l'ayant mené aux Sources de Moïse ou encore de la noyade moins connue d'Auxonne rapportée à Sainte-Hélène :

"C'était en 1786, à Auxonne, sa garnison ; étant à nager et seul il avait perdu connaissance, coulé, obéi au courant ; il avait senti fort bien la vie lui échapper, il avait même entendu, sur les bords, des camarades annoncer qu'il était noyé, et dire qu'ils couraient chercher des bateaux pour reprendre son corps. Dans cet état un choc le rendit à la vie ; c'était un banc de sable contre lequel frappa sa poitrine ; sa tête se trouvant merveilleusement hors de l'eau, il en sortit lui-même, vomit beaucoup, rejoignit ses vêtements et avait atteint son logis, qu'on cherchait encore son corps."
(Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène)

On pourrait aussi évoquer Auxonne où ses "camarades" le menacèrent de le jeter à l'eau ou bien la promenade en barque de Mortefontaine où il faillit bien suivre Bessières dans les flots.


Salutations respectueuses.
voltigeur54

Re: Natation, noyades et sauvetages

Message par voltigeur54 »

Bravo, Cyril.
je pense que le chef de brigade Dedon ( dont vous n'avez pas fait réference dans le passage de la Linth) pour Soult , est l'ancêtre des nageurs de combat , et son "Précis historique" est une référence. Il entraina des nageurs sélectionnés et parlant allemand ou le Platt pour semer le désordre dans les rangs autrichiens sitôt la rive droite atteinte
( Linth en crue et de nuit !). Et ça a fonctionné!
Bonsoir voltigeur :salut: :salut:
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Jean-Baptiste Carrier et les noyades de Nantes
    par Joker » 05 janv. 2020, 18:57 » dans Napoléon à travers les Arts
    15 Réponses
    741 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    09 févr. 2020, 11:55