LE GENERAL MARCHAND (1765-1851)

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Route Napoleon

HASLACH

Message par Route Napoleon » 29 août 2006, 22:09

Après Brumaire, Marchand accompagne Gouvion et Moreau et sera à Hohenlinden.
Après la paix d'Amiens il revient en Isère à la tête des troupes du département.
Mais dès le début des hostilités, il est au Camp de Boulogne commandant une brigade de la Division Dupont. qui allait s'immortaliser à Ulm et Austerlitz...

A. Thiers :
" Le général Dupont, demeuré sur la rive gauche du Danube le 11 octobre s'est porté en vue d'Ulm par la route d'Albeck. Arrivé au village d'Haslach il découvre 60.000 Autrichiens.Il n'a que 6.000 hommes.
Cet officier, si malheureux depuis, est saisi à cette vue d'une inspiration qui honorerait les plus grands généraux. Il juge que s'il recule il va montrer sa faiblesse et sera bien encerclé par 10.000 chevaux et qu'au contraire s'il fait acte d'audace, il trompe les Autrichiens, les persuadant qu'il est l'avant-garde de l'armée française, il les oblige à être circonspects et il a ainsi le temps de se tirer d'affaire.
Il ordonne aux 2 régiments de sa droite, le 96° de ligne et le 9° léger, commandés par Marchand, de charger à la baïonnette. Ils culbutent la première ligne autrichienne, la mette en désordre et font 1.500 prisonniers...
Le général Dupont, après avoir fatigué les Autrichiens, profite de la nuit pour se retirer en bon ordre sur Alkbeck, précédés de 4.000 prisonniers
(Thiers - Tome VI )

Image

Route Napoleon

DURRENSTEIN, 11 NOVEMBRE 1805

Message par Route Napoleon » 30 août 2006, 11:20

Le combat de Dürrenstein suivra celui de Haslach.
Natalia Griffon de Pleineville, historienne mais aussi reconstitueuse que l'on a connu à St Aubin par exemple, a étudié cette affaire.
(Revue Napoleon1er - n°11, décembre 2001)
Elle sera à Valence, ce samedi, pour le 2° Carrefour Napoléonien.

Le général Marchand est, avec Rouyer, brigadier dans la Division Dupont qui forme avec Gazan, Dumonceau et les Dragons de Klein, le corps de Mortier.

Mortier est mal engagé face à l'armée entière de Koutouzov.
Il fait prévenir Dupont qui marche toute la journée.
Le général Marchand, avec le 9° léger soutenu des 96° et 32° de ligne, les même qui avaient figuré à Haslach, s'enfonce dans la gorge menant à Dürrenstein.

A. Thiers : " Les uns poussaient directement en suivant la grande route, les autres remontent les ravins pour refouler les Russes. Un combat tout aussi acharné que celui que se livraient en cet instant les soldats de la division Gazan s'engagea dans ces défilés. Enfin le 9° léger pénétra jusqu'à Dirnstein (sic) tandis que Mortier entrait par le côté opposé. les soldats se rejoignirent et se reconnurent à la lueur du feu. Les soldats s'embrassèrent, plein de joie d'échapper à un tel désastre... "

" L' Immortel combat de Dürrenstein" disait l'Empereur...

C'est à la suite de ces combats et après Austerlitz que Marchand est nommé divisionnaire et placé à la tête de la 1ère division dans le corps du maréchal Ney. Il prend ses cantonnements en Souabe, fait la Campagne de Prusse, est à Iéna, à Magdebourg et sera dirigé sur la Pologne.

soleil

Message par soleil » 30 août 2006, 17:48

:) Bonjour ,Napoléonacorps
Comme promis, je suis venu faire un petit tour sur le forum. L'Isere avec le général Marchand a eu de nombreux héros,comme le chirurgien major Joseph, Appolinaire Emery qui a sa tombe au Grand-Lemps a 10km de la Côte st André, il a collaboré avec Dumoulin a l'ile d'Elbe pour favoriser le retour de l 'Empereur.si cela interresse je pourrai relater son histoire. :)
A bientot

Route Napoleon

ISERE

Message par Route Napoleon » 31 août 2006, 08:53

Bonjour JeuneTambour Soleil !
Bientôt les Isérois seron plus nombreux que les Lorrains sur ce Forum...

Oui il y a quelques gloires dans le département de l'Isère comme les généraux DEBELLE ou encore QUIOT qui se distingua à la Haie-Sainte à Waterloo.
Vizille est la patrie du Dr Basile BONNARDON médecin dans la Grande Armée...
Le maréchal DODE de LA BRUNERIE est de Saint-Geoire...

Mais contez nous donc cette histoire du Chirurgien EMERY et de son ami DUMOULIN.
Pour cela il vous faut ouvrir un nouveau sujet en cliquant dans l'onglet nouveau.

Route Napoleon

RETARD

Message par Route Napoleon » 01 sept. 2006, 13:43

EYLAU : 8 FEVRIER 1807 :

La division Marchand à la tête du 6° corps du maréchal Ney arrive à 5 h. du soir, sur le champ de carnage...
Il bivouaque sur place dans le village de Schmoditen, sur la neige.
Les Russes, la nuit, l'attaquent, Marchand avec le 6° et le 39° de ligne laisse approcher et les tire à bout portant par un feu nourri. La poursuite se fera à la baïonnette.
La division est placée en avant-garde et prend ses cantonnements face à l' Armée Russe, à Gutdsadt, où elle passe l'hiver rigoureux de 1807

Route Napoleon

ESPAGNE

Message par Route Napoleon » 11 sept. 2006, 10:51

Le Général Marchand a eu quelques soucis de souris mais grâce à sa clé de 12, il peut reprendre sa carrière surprenante :

Après Eylau, Friedland puis Tilsitt. Napoléon couvre notre Isérois jean-Gabriel de ses bienfaits.
Il est nommé Comte de l' Empire avec 20.000 de dotations sur des domaines de Pologne et de Westphalie et Grand Aigle de la Légion d' Honneur.

En 1808, Marchand est appelé en Espagne où il participe à la bataille de Burgos.
Le maréchal NEY rejoint le 6° corps.

Au passage on note cette réflexion du Docteur François-Guy HOURTOULLE dans " Ney, Le Brave de Braves " de chez Lavauzelle :
" Pourquoi faut-il que Napoléon ait cédé aux provocations de l'Angleterre et que pour compléter son blocus continental il ait été entraîné vers le Portugal et l' Espagne ? Pourquoi faut-il qu'in s'en soit si mal occupé ? "

Toujours dans Hourtoulle note en page 58 :
" La division Lagrange est l'ancienne division Bisson. Bisson s'étant opposé à Marchand s'est brouillé avec Ney "...

Route Napoleon

ESPAGNE

Message par Route Napoleon » 12 sept. 2006, 10:18

Le général Marchand va s'illustrer dans le Léon et en Galice, dans la poursuite de More dans les opérations qui se terminent par la bataille de La Corogne.

Puis c'est la malheureuse expédition au Portugal et les troupes doivent se concentrer à Salamanque.
Après la bataille de Talavera, 27-28 juillet 1809, où Wellesley devient Wellington, la division Marchand fait partie du corps qui refoule les Anglais au Portugal.
Cette second expédition au Portugal s'achève dans la confusion à cause du climat désastreux, entre Soult et Ney resté en Galice. Dans la retraite, Marchand tient l'arrière-garde et souvent sera opposé aux efforts de Wellington.

A la bataille de Fuentès de Onoro, 3-5 mai 1811, la division Marchand sous Masséna, se bat avec vigueur mais devait être appuyée par des troupes de Bessières, qui faute d' ordres précis ne participe pas au combat. Masséna veurt reprendre l'attaque général mais la mauvaise volonté des ses lieutenants l'en dissuade. la bataille devait reprendre le lendemain mais tourne court bien que les deux armées tiennent leurs positions respectives jusqu'au 10 mai...

Marchand est rappelé en France pour prendre le poste de chef d'état-major de Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie...

stephane

Message par stephane » 12 sept. 2006, 13:21

Bonjour

On peut signaler que lors du combat de Tamamés (18 octobre 1809), Marchand qui remplacait le Maréchal Ney à la tête du 6ème Corps est battu par l’armée régulière espagnole du duc del Parque. Il sera remplacé ensuite par le général Reynier.

Stéphane

Route Napoleon

KELLERMANN FILS

Message par Route Napoleon » 12 sept. 2006, 14:03

Très juste Général Stéphane et voici ce que écrit le général Thoumas :

" Presque au même moment le général Kellermann gagnait dans la Vieille-Castille la bataille d'Alba de Tormès. Le 6° corps, commandé par la général Marchand, en l'absence du maréchal Ney, avait échoué, le 18 octobre, à Tamamès, dans une attaque dirigée contre l'armée du Duc del Parque.
Cet échec, assez insignifiant, avait relevé toute la jactance des Espagnols. Le général Kellermann rallia le 6° corps et le joignant aux troupes déjà sous ses ordres, il marcha rapidement au-devant du duc del Parque.
Précédant son corps d'armée avec sa cavalerie composée de huit régiments dont six de dragons, il se trouva tout à coup en présence de l'armée Espagnole disposée en avant de la ville d'Alab de Tormès.
Jugeant que la position de cette armée, forte de 20.000 hommes, était défectueuse et ne voulant pas lui laisser le temps de se rectifier, Kellermann se jeta sur elle avec sa cavalerie et lui infligea une défaite honteuse achevée le soir par la brigade Maucune, seule troupe d'infanterie qui part à cette affaire.
Les Espagnols laissèrent sur le terrain 3.000 tués ou blessés; on leur prit 15 canons, 6 drapeaux, 2.00 hommes et 10.000 fusils.
Chose à peine croyable, les Français n'eurent que 8 tués et 57 blessés.

Général THOUMAS " Autour du Drapeau " - éditions Le Vasseur

stephane

Message par stephane » 12 sept. 2006, 14:12

... et le duc del Parque perdit ici tout son prestige et fût rapidement remplacé par la marquis de La Romana (également ancien allié français).

Stéphane

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [ Napoléonothèque ] Le Général compte Gazan (1765-1845)
    par L'âne » 06 nov. 2017, 05:34 » dans Napoléonothèque
    3 Réponses
    167 Vues
    Dernier message par L'âne
    07 nov. 2017, 07:09
  • Mémoires de Marchand
    par Joker » 01 août 2019, 19:52 » dans Livres - Revues - Magazines
    1 Réponses
    280 Vues
    Dernier message par Napoléon 1
    18 août 2019, 09:09
  • Louis Joseph MARCHAND
    par L'âne » 12 sept. 2017, 16:06 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    212 Vues
    Dernier message par L'âne
    12 sept. 2017, 16:06
  • Général TRAVOT
    par d'hautpoul » 29 oct. 2018, 19:07 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    381 Vues
    Dernier message par d'hautpoul
    29 oct. 2018, 19:07