Le blessé de la Moskova

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

MAI 48

SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par MAI 48 »

Russie. 1812
26/11/1812 sur les bords de la Bérézina par 28 degrés de froid. Fatigué de la marche, je m’étais assis sur un tronc d’arbre, à côté d’un beau canonnier récemment blessé. Deux officiers de santé vinrent à passer ; je les priai de visiter sa blessure. Au premier aperçu, il dirent : Il faut faire l’amputation du bras. Je demandai alors au canonnier s’il serait disposé à la supporter ."Tout ce qu’on voudra", répondit-il fièrement. Mais dirent les officiers de santé, nous ne sommes que deux ; il faudrait, M. le général, pour opérer cet homme, que vous eussiez la bonté de nous aider. Et voyant que leur proposition me souriait fort peu, ils se hâtèrent d’ajouter qu’il suffirait que je permisse au canonnier de s’appuyer sur mon dos pendant l’opération, que je ne verrais pas. Alors, j’y consentis ; je me mis en posture, et je crois que cela me parut plus long qu’au patient lui-même. Les officiers de santé ouvrirent leur giberne ; le canonnier ne proféra ni une parole, ni un soupir ; je n’entendis un moment que le petit bruit de la scie, et, peu de secondes ou de minutes après, il me dirent : C’est fini ! Nous regrettons de n’avoir pas un peu de vin à lui donner à boire pour le remettre de l’émotion. Il me restait une demi-fiole de malaga, que je ménageais en n’y touchant de loin en loin, que goutte à goutte. Je la présentai à l’amputé, qui était pâle et silencieux. Ces yeux aussitôt s’animèrent, et, tout d’un trait, il me la rendit complètement vide. Puis en me disant : J’ai encore loin d’ici à Carcassonne, il partit d’un pas ferme que j’aurais eu peine à suivre.
(Mémoires du général LEGEUNE. p 432)
d'hautpoul

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par d'hautpoul »

Bonjour Mai 48
"je n’entendis un moment que le petit bruit de la scie"

Cette phrase à elle seule résume toute l'horreur de la scéne ,lorsqu'on pense que la neige amortit le son ,on imagine facilement la "cruauté sonore" de l'intervention !quel frisson !!.
amicalement :salut:
Joker

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Joker »

Scène cruelle certes, mais il faut bien se dire que cette intervention a sans doute sauvé la vie de ce canonnier, pour autant que le froid n'aie pas eu raison de lui par après... :?
Jean-Baptiste Muiron

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Jean-Baptiste Muiron »

Ce qui pour moi est étonnant dans cette anecdote, ce sont deux choses :

. d'abord l'apparente "banalité" de cette scéne pour ceux qui l'ont vécue. A lire ce texte (et d'autres se rapportant à la période), on est étonné du fatalisme et du sentiment de quotidien que celà inspire aux acteurs ou aux témoins,
. et puis surtout, l'étonnante "santé" de ces soldats du début du XIXème siècle, toujours à pied sur des milliers de kilométres, insensibles au mal, à la faim, à la soif, aux douleurs physiques.

Mais de quelle matière étaient-ils donc faits ? Question aux résonnaces insondables pour nous autres.


:salut:
Brumaire

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Brumaire »

:salut:

Ils étaient faits de Courage, de véritables Braves comme seule l'Histoire peut en faire, et n'en fera peut-être plus jamais... Des surhommes...

Pour s'être rendus aussi loin, et pour revenir de si loin, c'est qu'ils possédaient en eux une Foi inébranlable à laquelle ils se sont toujours rattachés...:croixhonneur:
Fabien L

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Fabien L »

Bonjour :salut:
Un peu loin de ces envolées lyriques je pense que la majorité des combattants de l'époque napoléonienne étaient issus du monde rural et possédaient donc une force et une résistance physique qui sont méconnus de nos jours tout au moins pour bons nombres d'entre-nous.
Cela n'enlevant bien sûr rien à leurs qualités morales.
Amicalement
Fabien :salut:
Joséphine

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Joséphine »

Sans compter qu'au cours de cette retraite, médecins et chirurgiens ont soigné et opéré dans les mêmes conditions lamentables trouvées sur tous les champs de bataille de la Grande Armée avec, en plus, le froid mortel qui paralysait leurs doigts, tuait les blessés entre leurs mains, mais qui parfois devenait leur allié en limitant les hémorragies.
Ils restaient aussi dans les locaux-morgues, avec les blessés qu'on abandonnait, sans rien d'autres que leurs mains nues et leur charité au service ces moribonds désespérés...

Dans le même ordre d'idée que le sujet évoqué ici, on se souvient de Larrey, chirurgien de la Garde qui opérait à la Bérézina son ami, le Général polonais Zayonscheck...
Il pratiqua l'amputation de la cuisse, agenouillé dans la neige, tandis que les boulets russes tombaient de tous côtés ...
Pour abriter le blessé et le chirurgien des flocons, quatre soldats tenaient à bras tendus un manteau de cavalerie.
L'intervention, faite avec une dextérité sensationnelle réussira, et Larreycontinuera d'opérer, sous le bombardement et sous la neige...
:salut:
Drouet Cyril

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Drouet Cyril »

Là aussi les années passèrent et le général Zajonczek trouva un nouveau maitre : Alexandre, quand celui-ci le nomma vice-roi de Pologne.
Joséphine

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Joséphine »

Ils étaient faits de Courage, de véritables Braves comme seule l'Histoire peut en faire, et n'en fera peut-être plus jamais... Des surhommes...

(Brumaire)

Souffrant le martyr sur cette route de l'épouvante, où il semblait que personne ne pouvait plus rien pour personne, ces désespérés voulaient se coucher pour dormir, ou plutôt pour mourir...
Mais Larrey toujours leur disait :

"Non, non, il faut marcher ! Si tu marches, tu vivras!

Quelques-uns, parce qu'ils le connaissaient-, l'ont écouté.

Zayonscheck quant à lui, ne pouvait plus aller ni à pied, ni à cheval.
Larrey lui laissa sa voiture et continua à pied, à travers les plaines glacées ...


:salut:
Drouet Cyril

Re: SANTÉ : endurance et courage des soldats et des blessés

Message par Drouet Cyril »

Ce brave vieillard ne fut-il pas évacué en traîneau ?
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Briquet du Grenadier blessé de Rivoli !
    par le sabreur » 28 févr. 2017, 16:24 » dans Objets napoléoniens
    8 Réponses
    1171 Vues
    Dernier message par barthelemy
    01 mars 2017, 00:01
  • Lieutenant blessé entre 1792 et 1800
    par DEVAUX » 28 févr. 2019, 15:20 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    259 Vues
    Dernier message par Rigodon d'honneur
    28 févr. 2019, 19:07
  • La Moskova/Borodino, une bataille inlassablement réécrite
    par C-J de Beauvau » 28 mars 2020, 18:30 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    430 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    28 mars 2020, 18:30