Quiberon 1795

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril »


fanacyr

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par fanacyr »

Je remonte ce fil en citant le "Charette" d'Anne Bernet qui évoque l'étonnement d' Hoche devant la piètre qualité des officiers de marine lors de l'expédition d'Irlande et s'entend répondre par son voisin : "c'est normal, vous les avez laissés être fusillés à Quiberon" !

l'auteur pense que l'Angleterre a délibérément sacrifié l'élite des officiers de la Marine présents à Quiberon (la liste des fusillés fleure bon l'Armorial des grandes familles) donc :

1/ on règle ses comptes 15 ans après la Cheasepeake et il ne faut pas chercher ailleurs la raison de Trafalgar;

2/ qui dit Trafalgar dit Waterloo car Napoléon s'est épuisé à vaincre les coalitions sur terre alors qu'une victoire décisive sur mer dès 1805 lui ouvrait les portes de l'entrée triomphale à Londres :)

<avis contraires bienvenus :salut:

Drouet Cyril

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Drouet Cyril »

l'étonnement d' Hoche devant la piètre qualité des officiers de marine lors de l'expédition d'Irlande et s'entend répondre par son voisin : "c'est normal, vous les avez laissés être fusillés à Quiberon" !
Comme si les officiers de marine pris à Quiberon auraient massivement rejoint après la bataille les rangs ennemis... :roll:

Il est d'ailleurs assez étonnant, concernant la piètre qualité du commandement de la Marine républicaine, de voir accuser Hoche, quand on connait tout le poids des départs en émigration sur ce point.

Drouet Cyril

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Drouet Cyril »

l'auteur pense que l'Angleterre a délibérément sacrifié l'élite des officiers de la Marine présents à Quiberon
Quelle est son argumentation sur ce point s'il vous plait ?

Que dit-elle sur l'influence de l'Agence de Paris dans le désastre ?

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1848
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Joker »

La Vendée a été écrasée militairement à Savenay le 23 décembre 1793, puis ravagée par les colonnes infernales du Républicain Louis-Marie Turreau (1756-1816) durant les six premiers mois de 1794. Seul le général Vendéen François Athanase Charette de la Contrie (1763-1796) résiste encore en organisant la guérilla contre les armées Républicaines.
Le général Républicain Nicolas Haxo (1749-1794) est constamment à ses trousses, mais se refuse à utiliser les méthodes de Turreau : « Nous sommes des soldats pas des bourreaux ! ».
Battu aux Clouzeaux (Vendée) par Charette, Haxo y trouve la mort le 21 mars 1794.

Charette rompt la paix.
Charette avait signé la paix de la Jaunaye le 17 janvier 1795, mais il reprit les armes en apprenant que les Chouans Bretons attendaient du renfort des émigrés venant d’Angleterre sous les ordres de Joseph de Puisaye (1755-1827) , qui projetait de débarquer à Quiberon avec une grande quantité d’équipement pour les Chouans et deux divisions de 5400 hommes dont l’une, de 1500 hommes, commandée par le maréchal de camp Louis d’Hervilly (1756-1795).
L’escadre britannique qui les acheminait était placée sous les ordres du commodore John Borlase Warren (1753-1822).
Bien qu’elle fût attaquée par la marine Républicaine à Groix, l’escadre anglaise atteignit sans difficultés la baie de Quiberon le 25 juin 1795.
Sur terre, le Chouan Georges Cadoudal (1771-1804), à la tête de 5000 hommes, s’empara de Carnac, et la côte entre Lorientet Vannesfut ainsi dégagée.
Le 27 juin, Les émigrés débarquèrent sur la plage de Carnac, et bientôt, 10.000 hommes supplémentaires vinrent renforcer Cadoudal en apprenant ce débarquement.
Un premier combat s’engagea contre les Républicains, et ceux-ci, trop peu nombreux (environ 200 hommes), durent battre retraite et se réfugier à Auray. Les Britanniques débarquèrent alors les armes et les munitions.

Disputes entre émigrés et chouans
Celles-ci furent remises aux Chouans dans une telle pagaille que les émigrés et les Chouans ne purent s’entendre par la suite.
En effet, au cours d’un conseil de guerre organisé le 28 juin, les émigrés Puisaye et d’Hervilly se divisèrent sur les objectifs, et, finalement, la réunion se termina par un partage du commandement : celui des soldats échut à d'Hervilly, Puisaye n'ayant plus autorité que sur les Chouans.
La division des royalistes profitait grandement aux Républicains : pourtant, lors du débarquement, leur armée était totalement dispersée et le général Lazare Hoche (1768-1797), alors à Vannes, ne commandait qu'à 2 000 hommes.
Les Chouans restaient inactifs, car les émigrés refusaient toujours de bouger de Carnac… Ceci permit à Hoche d’obtenir des renforts, et il eut bientôt 13.000 hommes à sa disposition. Il lança alors l’offensive contre les 15.000 chouans, et les battit à Landévant, Locoal-Mendon, les repoussant jusqu’à Ploemel, Erdeven et Carnac. Le 5 juillet, le fort Sans-Culotte de Quiberon fut pris à son tour.
Le lendemain, les Républicains reprirent l’offensive, et la bataille sombra dans le chaos : en effet, 30.000 civils se retrouvèrent coincés entre les lignes ennemies … Les Royalistes décidèrent alors de se replier sur la presqu’île de Quiberon.
Hoche manoeuvra pour les en empêcher, notamment à Plouharnel, et, bientôt, il eut l'opportunité d'encercler les Chouans et de les écraser, mais Cadoudal parvint à résister suffisamment longtemps pour permettre l'évacuation, puis il se replia à son tour et se mit à l'abri dans le fort de Penthièvre.
Le 15 juillet, une nouvelle flotte de navires de transport britannique commandée par Francis Rawdon-Hastings (1754-1826) fit son apparition dans la baie de Quiberon. Elle transportait la deuxième division émigrée, forte de 1600 hommes, sous les ordres de Charles de Sombreuil(1723-1794).
La nuit même, Puisaye envoie 1500 chouans à Carnac et ordonne une offensive générale. d’Hervilly est au centre avec 1600 hommes, mais il est tué, frappé par un biscaïen. Sa mort sème la panique parmi les Royalistes qui prennent la fuite, et, poursuivis par la cavalerie Républicaine trouvent refuge dans le fort de Penthièvre.
Le général Hoche ordonne l’assaut décisif le 20 juillet contre le fort, aidé sans le vouloir par la canonnade des navires britanniques censée aider les Royalistes, mais dont les tirs touchèrent aussi bien les royalistes que les Républicains, ou même encore les civils … Joseph de Puisaye, jugeant la situation désespérée, ordonna à ses hommes de rembarquer et se rendit à bord du vaisseau amiral afin de limiter la défaite. Seul Sombreuil et ses hommes, acculés, tentèrent une ultime résistance à Port Haliguen.
Le 21 juillet au matin, Hoche et Sombreuil entamèrent des négociations. Les royalistes capitulèrent peu de temps après, sous promesse, semble-t-il, de la vie sauve pour tous leurs soldats.

Hoche remporte la victoire
Selon le rapport du général Hoche, les pertes républicaines furent de 10 à 15 tués et 300 blessés, dont plusieurs cependant périrent dans les jours qui suivirent la bataille, 150 royalistes furent tués au combat et une centaine d'autre périrent noyés. 3 600 Chouans et 2 662 émigrés avaient été faits prisonniers, dont 278 officiers, 260 soldats émigrés, 492 Toulonnais et 1 632 déserteurs républicains qui n'avaient pas changé de camp lors de la bataille. Parmi ces prisonniers, 575 étaient nobles.
700 civils auraient également péri noyés lors de la déroute des royalistes.
1 327 Chouans et 902 émigrés, ainsi que 890 civils avaient pu être évacués par les navires britanniques. Néanmoins les émigrés furent débarqués sur l'île d'Houat, quant aux Chouans et aux civils, ils furent débarqués près de Lorient, mais furent à leur tour capturés par les Républicains.
Au total 2 662 émigrés, 5 000 Chouans et 5 000 civils avaient donc été capturés par les Républicains.
Selon les lois républicaines en vigueur, les prisonniers royalistes pris les armes à la main devaient être exécutés. Cependant, Hoche parvint à obtenir de la Convention nationale la grâce des Chouans. Les civils, vieillards, femmes et enfants furent rapidement relâchés. 4 929 prisonniers furent interrogés, 2 000 Chouans furent relâchés en échange d'une rançon et 3 180 autres furent acquittés ou condamnés à des peines de prison.
400 prisonniers périrent cependant dans les prisons ou les hôpitaux, des suites de leurs blessures ou par les maladies.
Le sort des émigrés fut plus sévère, 757 émigrés furent condamnés à mort, dont Charles de Sombreuil, cependant la peine ne fut pas appliquée pour 3 hommes et 6 autres parvinrent à s'évader, 748 prisonniers furent effectivement exécutés. 80 autres prisonniers furent condamnés à des peines d'emprisonnement, les autres furent acquittés.
Parmi les 748 prisonniers fusillés, se trouvaient 627 émigrés ou ecclésiastiques et 121 Chouans.
222 prisonniers furent fusillés à Auray, 259 à Vannes et 167 à Quiberon.

Conséquences de la bataille
Le débarquement de Quiberon entraînera un renouveau militaire en Vendée : Charette repartira en campagne, mais seul. Le comte d'Artois (futur Charles X) débarquera sur l'île d'Yeu en novembre 1795, mais ne viendra pas le rejoindre.
Le nouveau commandant des armées républicaines, Hoche, adoptera une politique habile, qui ménagera les ruraux. Charette sera abandonné par ses troupes et, lorsque Jean-Nicolas Stofflet (1753-1796) reprendra la guerre, les deux chefs, isolés, seront finalement capturés, traduits devant des tribunaux qui les condamnent à mort ; ils seront exécutés, le premier à Nantes le 26 mars 1796, le second à Angers le 26 février 1796.
La guerre de Vendée en elle-même est morte.

« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • De Quiberon à Waterloo – Biographie du Général Piré...
    par Eric LM » 26 nov. 2019, 22:08 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    3 Réponses
    163 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    10 févr. 2020, 00:21
  • 1795 --redoute Vaubaun
    par blucher » 15 mars 2015, 19:14 » dans Objets napoléoniens
    0 Réponses
    1436 Vues
    Dernier message par blucher
    15 mars 2015, 19:14