Quiberon 1795

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Route Napoleon

CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Route Napoleon »

En ce 3 Thermidor, on ne peut manquer de rappeler l'Affaire de QUIBERON :
A la demande de Pitt et du Comte d'Artois, le sécrétaire à la Guerre Anglais, Windham, décide de débarquer à Quiberon trois régiments d' émigrés sous le commandement de Puisaye d'Hervilly et de Sombreuil.
La flotte anglaise ayant refoulé celle de Villaret de Joyeuse sur Brest, les émigrés furent mis à terre dana la baie de Quiberon, le 27 juin 1795, sans aucun renfort britannique.
Lazare Hoche, qui avait pris Auray, les fait bloquer dans la presquîle par le général Humbert : ils s'enferment dans le Fort de Penthièvre, et capitulent car Humbert leur promet la vie sauve ( 22 juillet )
Hoche obéissant aus ordres de la Convention applique la loi contre les émigrés et plus de 700 seront fusillés.

A noter dans les rangs des émigrés le futur comte Las Cases qui avait épousé notre bonne Louise de Kergariou et un des héros de Ligny et de Rocquencourt, général Piré...

Drouet Cyril

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Drouet Cyril »

La nouvelle de la fin des combats fut annoncée par Hoche lui-même en ces termes :

« Les valeureuses troupes que je commande ont, à deux heures du matin de ce jour,
emporté d’assaut le fort Penthièvre et le camp retranché de la presqu’île de Quiberon dont elles se sont emparé sans faire halte.
N’ayant d’autre alternative que de se jeter à la mer ou d’être passée au fil de la baïonnette, la noble armée a mis bas les armes. Elle arrive prisonnière à Auray, conduite par quatre bataillons. »



Ces centaines d’hommes marchaient vers un destin résumé par cette loi :

« Tous les Français émigrés, qui seront pris faisant partie des rassemblements armés ou non armés, ou ayant fait partie de ces rassemblements ; ceux qui ont été et seront pris, soit sur les frontières, soit en pays ennemi, ou dans celui occupé par les troupes de la République, s’ils ont été précédemment dans les armées ennemies ou dans les rassemblements d’émigrés, ceux qui auront été ou se trouveront saisis de congés et passeports délivrés par les chefs français émigrés ou par les commandants militaires des armées ennemies, seront réputés avoir servi contre la France ; ils seront, en conséquence, jugés dans les vingt-quatre heures, par une commission militaire composée de cinq personnes, nommés par l’état-major de la division de l’armée dans l’arrondissement de laquelle ils auront été arrêtés. »


Des images de la tragédie :
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ ... 6NU0N43LW1
http://www.bibliorare.com/images/Quiberon-grav.jpg


Salutations respectueuses.

Route Napoleon

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Route Napoleon »

Connaissant la topographie de la presqu'île de Quiberon, on peut se demander quels sont les imbéciles qui ont décidé ce débarquement,
à moins que ce ne soit nos bons amis Anglais...

Pour ceux qui n'ont pas eu le plaisir d'y séjourner, il faut savoir qu' au niveau du Fort de Penthièvre il n' y a pas la place pour déployer une seule compagnie...
Il y a à ce niveau la route, la voie de Chemin de fer et rien d'autre qu'une plage de chaque côté...

Drouet Cyril

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Drouet Cyril »

Allons La Route, il ne faut pas résumer l'expédition de Quiberon à la dernière phase de l'offensive de Hoche. Les Républicains en position à Sainte Barbe, la presqu'île aux allures de souricière était déjà presque condamnée (quoique...).
On ne peut comprendre l'échec de l'expédition qu'en prenant en compte toutes les erreurs commises tout au long de l'opération, et tout particulièrement celles des premiers jours.


Salutations respectueuses.

Route Napoleon

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Route Napoleon »

Parmi les troupes Royalistes débarquées dans ce qu'il est convenu d'appeler la " Ratière de Quiberon " il y a plus d'un millier d'hommes réquisitionnés sortis des pontons anglais.
Officiers d'artillerie, soldats et matelots prisonniers du siège de Toulon. dévorés par la verminene, soignés au fouet, crevant de faim, ils ne sont pas fâchés d'échapper à la mort et de s'enrôler.
ils seront bien sûr les premiers à déserter pour rejoindre les rangs des Bleus...

Voilà une précision pour Dominique Contant et D'Hautpoul, tous deux grands spécialistes des PDG. (prisonniers de guerre...)

Drouet Cyril

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Drouet Cyril »

"Officiers d'artillerie, soldats et matelots prisonniers du siège de Toulon. dévorés par la verminene, soignés au fouet, crevant de faim, ils ne sont pas fâchés d'échapper à la mort et de s'enrôler."

Il convient également de préciser que leur enrôlement ne fut pas sans peine, et que les Anglais n'hésitèrent pas à user des pires moyens pour les tirer de leurs geôles.
Méthodes abjectes décrites par un prisonnier français, le Nantais Louis Trastour :
"Alors, pour se venger et punir les prisonniers de leur fidélité à la République et pour les pousser aux extrémités, les Anglais les laissèrent quatre jours entiers sans nourriture."
Trastour qui survécut en mangeant un rat et de l’ardoise pilée dans son urine, affirme que cinq à six cents de ses compagnons périrent alors.

A Quiberon, « l’honneur anglais a coulé par tous les pores » disait Sheridan à la Chambre des communes. On peut difficilement lui donner tord…



Salutations respectueuses.

Route Napoleon

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Route Napoleon »

Ne quittons l' univers carcéral pour rapprocher Lazare Hoche de ce pauvre Sombreuil....
En effet il y a de grandes chances qu'ils se soient croisés dans la prison des Carmes, de sinistre mémoire depuis les massacres de septembre 1793.
Le père de Sombreuil, le marquis, Gouverneur des Invalides le 14 juillet 1789, fut sauvé du massacre par sa fille qui bu un verre de sang versé par les Septembriseurs.
Finalement le marquis sera à nouveau emprisonné et guillotiné en juin 1794. Sa fille Marie Maurille libérée par Thermidor, émigre en Angletrre, épouse le comte de Villelune qui sera sous la Restauration, commandant des Invalides d'Avignon, cher à notre Colonel D'Hautpoul...

Hoche, dénoncé par Pichegru à Saint-Just sera emprisonné le 1er avril 1794 et peut avoir rencontré le marquis de Sombreuil ou son fils Charles Virot de Sombreuil, devenu colonel à Quiberon.

On comprend son émotion en se trouvant face à face, d'autant plus que tout près il y a le Représentant de la Convention Tallien, qui n'est pas inconnu pour ces deux jeunes gens.
Un autre personnage célèbre, l' adjoint de Tallien : Rouget de l'Isle...

Drouet Cyril

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Drouet Cyril »

"Le père de Sombreuil, le marquis, Gouverneur des Invalides le 14 juillet 1789, fut sauvé du massacre par sa fille qui bu un verre de sang versé par les Septembriseurs."


Voici la fille et le père :
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ ... 6NU0VV37@F

Manquait pas de panache dans la famille. Le frère, Charles-Eugène-Gabriel, commandant de la deuxième division émigrée à Quiberon, ne dérogea pas à la règle.
Prisonnier, on lui doit cette dernière lettre écrite à sa sœur :
« Je succombe par devoir pour les braves gens qui furent abandonnés. J’eusse pu fuir aussi… Je me suis dévoué pour eux, et j’espère les sauver ; on me l’a promis. Serai-ce me flatter en vain que d’y croire ? je suis prêt à tout. Mais c’est mille fois mourir que de songer au fleuve de sang qui va couler, si mon attente est trompée… »

Et un fleuve de sang coulera… Des centaines de fusillés. Massacres qui en appelleront d’autres…
Charles fut exécuté le 28 juillet. Il n’avait que vingt cinq ans.



Salutations respectueuses.

Jean-Baptiste Muiron

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Jean-Baptiste Muiron »

la prison des Carmes, de sinistre mémoire depuis les massacres de septembre 1793.

Cher Route, vous voulez sans doute parler de septembre 1792 et des 'septembriseurs', dont les carmes (comme La Force et d'autres) furent le théatre d'actes odieux ?

:salut:

Route Napoleon

Re: CHOUANS & ROYALISTES, BRETONS & VENDÉENS : la bataille de Quiberon (juillet 1795)

Message par Route Napoleon »

Bravo Colonel Muiron, vous avez le maillot jaune pour ce test de contrôle pour savoir qui suit cette palpitante commémoration de Quiberon...

Tallien a une grande part de responsabilité dans l' excécution des prisonniers.
Il faut signaler que Lazare Hoche avait pris sur lui de leur accorder une demi-heure pour rembarquer.
Mais les signaux échangés entre la côte et l'escadre furent mal compris...

Pour les amateurs de mémoires il faut noter celles de Moreau de Jonnès " Aventures de Guerre au Temps de la République et du Consulat " édité chez Guillaumin en 1893 avec une préface de Léon Say.
Ce Moreau de Jonnès, avant d'être auteur de statistiques sur l'agriculture et l'industrie fut un jeune artilleur de marine qui participa à cette campagne de Quiberon. (tulard 1063)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • De Quiberon à Waterloo – Biographie du Général Piré...
    par Eric LM » 26 nov. 2019, 22:08 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    3 Réponses
    163 Vues
    Dernier message par Demi-solde
    10 févr. 2020, 00:21
  • 1795 --redoute Vaubaun
    par blucher » 15 mars 2015, 19:14 » dans Objets napoléoniens
    0 Réponses
    1436 Vues
    Dernier message par blucher
    15 mars 2015, 19:14