Frédéric Staps

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2841
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Frederic Staps

Message par Joker »

Il serait à la limite plus juste de dire que Staps était un Européen convaincu.
Toujours est-il que pour faire passer ses idées, qu'elles soient patriotiques ou nationalistes, il avait des arguments pour le moins tranchants... ;)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4150
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Frederic Staps

Message par Cyril Drouet »

En revanche, cela ne transparaît guère dans l'interview qu'il a accordée à Schulmeister. Bizarre pour un "fou mystique"...
Quand on lui demanda ce qu'il admirait le plus, il répondit quand même : "Jeanne d'Arc parce qu'avec l'aide de Dieu, elle a chassé l'ennemi hors de son pays! "
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4150
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Frederic Staps

Message par Cyril Drouet »

William Turner a écrit : 20 sept. 2017, 09:05
Cyril Drouet a écrit : 19 sept. 2017, 21:04 A Schulmeister.
Cela ne figure nulle part dans la retranscription d'Edouard Gachot. :(
Serait-elle incomplète ?
Voici les références données : A.N.-F7-6542. Dossier Frédéric Staps. Chemise : "Projet d'assassinat contre Sa Majesté à Schönbrunn".
William Turner

Re: Frederic Staps

Message par William Turner »

Les archives nationales ne sont malheureusement pas (encore ?) consultables en ligne dans leur intégralité. :(
Peut-être faut-il chercher dans le livre de Jean Tulard, Napoléon 12 octobre 1809, s'il cite également ce passage ? En ce qui concerne le livre de Hertault et Douay, seules certaines pages peuvent être consultées sur Google Livres et les notes de bas de page ne sont pas accessibles.
Peyrusse

A propos de STAPS. (Extrait des "Mémoires" du général RAPP)

Message par Peyrusse »

« Il avait la main droite enfoncée dans la poche de côté, sous sa redingote ; il tenait un papier dont l’extrémité était en évidence. Il me regarda avec des yeux qui me frappèrent ; son air décidé me donna des soupçons : j’appelai un officier de gendarmerie qui se trouvait là ; je le fis arrêter et conduire au château. Tout le monde était occupé de la parade ; personne ne s’en aperçut. On vint bientôt m’annoncer qu’on avait trouvé un énorme couteau de cuisine sur St… [Staps] ».

(« Mémoires » du général Rapp, Garnier, 1895, [appareil critique de Désiré Lacroix] p.148). Rapp indique par erreur la date du 23 octobre 1809 alors que cet événement se déroule bien le 12 octobre 1809. Désiré Lacroix se trompe à son tour, car il indique dans son édition que cet événement se déroula le 13 octobre…)
Peyrusse

STAPS encore. (Extrait des "Mémoires" de Guillaume Peyrusse).

Message par Peyrusse »

"12 octobre [1809]. A la revue, l’Empereur a couru le danger d’être assassiné . Un jeune homme de 17 ans, d’une figure charmante, pressait, pendant la parade, la foule devant lui pour se rapprocher le plus près possible de Sa Majesté. Voyant son obstination, le général Rapp l’a refoulé brusquement et à senti un corps dur sous son gilet . Arrêté et conduit dans la salle des inspecteurs de police du château, ce jeune allemand a été fouillé ; on a trouvé sur lui un poignard, quatre frédéric d’or et un portrait de femme. Pressé de vives questions, il s’est obstiné à répondre : - « Je voulais parler à l’Empereur. »
Instruite de son silence, Sa Majesté ordonna que ce prisonnier lui fût amené, voulant l’interroger elle-même.

- « D’où êtes-vous et depuis quand êtes-vous à Vienne ? »
- « Je suis d’Erfurt et je suis ici depuis deux mois ; mon est Frédéric Straaps [Staps]. »
- « Que me voulez-vous ? »
- « Vous demander la paix ! »
- « Pensez-vous que j’eusse voulu écouter un homme sans caractère et sans mission ? »
- « En ce cas, je vous aurais tué… »
- « On a trouvé sur vous un portrait ; quelle est cette femme ? »
- « Ma meilleure amie, la fille adoptive de mon père. »
- « Quoi !... votre cœur est ouvert à des sentiments si doux, et vous n’avez pas craint d’affliger, de perdre les êtres que vous aimez en devenant un assassin ?... »
- « J’ai cédé à une voix plus forte que ma tendresse… »
- « Si je vous faisais grâce, quel usage feriez-vous de votre liberté ? »
- « Mon projet a échoué, vous êtes sur vos gardes, je m’en retournerais paisiblement dans ma famille. »
Sa Majesté ordonna à son médecin Corvisart d’examiner s’il ne trouvait pas dans ce jeune homme quelques signes de démence ; le docteur l’examina avec soin, et déclara qu’il ne trouvait même pas en lui les signes d’une forte émotion. Confié à la garde de deux gendarmes, il se promenait dans sa chambre avec tranquillité, s’agenouillant de temps en temps pour prier ; on lui avait apporté, avec son dîner, un couteau de table ; il le prit et le considéra froidement ; le gendarme le lui demanda ; il le rendit en souriant.
-« Ne craignez rien, lui dit-il, je me ferais plus de mal que vous ne m’en ferez. »
William Turner

Re: À lire s'il vous plaît

Message par William Turner »

Dans l'interrogatoire mené par Schulmeister, il apparaît cependant que Frédéric Staps s'est laissé convaincre que son projet reposait sur de mauvaises bases.
D. - Ne savez-vous donc pas que ce n'est pas S. M. l'Empereur Napoléon, mais bien l'Empereur François qui, dans les dernières guerres, a commencé l'attaque, forcé le roi de Bavière à quitter ses Etats, qu'il a fait pénétrer ses avant-postes jusqu'en avant du fort de Kehl, que dans la guerre de Prusse, c'était le roi de ce royaume qui a déclaré la guerre à l'Empereur des Français, forcé les Saxons, vos compatriotes, à se battre pour la défense de sa cause; que cependant, l'Empereur Napoléon, que vous avez voulu assassiner, après la première victoire, maître de toute la Saxe, lui accorda la paix, agrandit même la puissance de votre souverain; que dans cette présente guerre, l'Empereur inonda la Bavière et votre propre patrie avec ses armées et qu'il rendit malheureux non seulement les Bavarois et les Saxons, mais encore ses propres sujets; que ce n'est enfin qu'à lui qu'on peut imputer les suites funestes et les désastres de la guerre ?
R. - Je n'ai pas réfléchi à tout cela, n'ayant vu que les malheurs de mon pays, et croyant que c'est l'Empereur Napoléon qui en était la cause, et qu'il voulait se rendre maître de l'Europe entière par des guerres éternelles, dont je l'ai cru l'auteur. Etant aujourd'hui plus instruit sur le véritable motif de ces guerres, et sur les personnes qui les ont provoquées, suivant les observations qui viennent de m'être faites, je suis convaincu que j'avais été dans l'erreur à ce sujet.
Ce revirement n'a eu cependant aucun effet sur la sentence.
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1794
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Frederic Staps

Message par Bernard »

William Turner a écrit :
Ce revirement n'a eu cependant aucun effet sur la sentence.
Dans l'article d'Edouard Gachot que vous citez, il est écrit que les dernières paroles de Staps furent "Je meurs pour la patrie allemande, heureux de m'être acquitté envers Dieu de la promesse que je lui avais faite." S'agit-il d'une réelle repentance ?
L'article complet est disponible ici (page 181) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15494n/f187.image
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 4150
Enregistré le : 30 janv. 2021, 10:36

Re: Frederic Staps

Message par Cyril Drouet »

Bernard a écrit : 23 sept. 2017, 14:10 Dans l'article d'Edouard Gachot que vous citez, il est écrit que les dernières paroles de Staps furent "Je meurs pour la patrie allemande, heureux de m'être acquitté envers Dieu de la promesse que je lui avais faite."
A ce sujet, Lauer fit le rapport suivant :
« Le nommé Staps vient d’être exécuté. Il est mort avec la persuasion qu’il allait au ciel ; considérant que si son projet n’avait point réussi, il croyait s’être acquitté envers Dieu de la promesse qu’il avait faite de s’exécuter puisqu’il a été arrêté au moment où il allait l’accomplir. »

Sur les derniers mots de Staps, il y a aussi ce témoignage :
« [Lauer] me répondit que Staps avait été exécuté a sept heures du matin, 27, sans avoir rien pris depuis le jeudi 24; qu'on lui avait offert à manger; qu'il avait refusé, attendu, disait-il, qu'il lui restait encore assez de force pour marcher au supplice. On lui annonça que la paix était faite; cette nouvelle le fit tressaillir. Son dernier cri fut Vive la liberté ! vive l'Allemagne! mort à son tyran ! Je remis ce rapport à Napoléon. »
(Rapp, Mémoires)

Pour sa part, Desmarets (Témoignages historiques ou quinze ans de haute police sous Napoléon) lui prête ces mots peu de temps avant l’exécution :
« Le même commissaire m'a assuré que le lundi 16 octobre, jour de son supplice et qui fut aussi celui où la paix se proclama à l'armée, Staaps, entendant le canon, lui demanda pourquoi l'on tirait. Sur la réponse : c'est pour la paix qui vient d'être signée, il dit, en levant les yeux et les mains au ciel : « 0 mon Dieu, que je te remercie ! voilà donc la paix faite, et je ne suis pas un assassin ! » Deux heures après il n'existait plus. »
Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1794
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Frederic Staps

Message par Bernard »

C'est intéressant de relever tant de versions différentes !
Du coup, nos analyses actuelles sont bien fragiles...
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La tentative d'assassinat par Friedrich Staps
    par L'âne » » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    540 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • Batailles : Iéna et Auerstaedt par Frédéric Bey
    par Peyrusse » » dans Livres - Revues - Magazines
    39 Réponses
    7030 Vues
    Dernier message par Christophe
  • Frédéric Régent et Pierre Branda débat sur Napoléon et l'esclavage
    par Joker » » dans Bicentenaire 1821-2021
    6 Réponses
    214 Vues
    Dernier message par L'âne
  • "Pillage et protection des sites archéologiques liés aux guerres napoléoniennes", par Frédéric Lemaire.
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    400 Vues
    Dernier message par Bernard