Frédéric Staps

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Lorantina

Frédéric Staps

Message par Lorantina »

"Ce fils d'un illuminé, le pasteur Staps, fut fouillé, trouvé d'un poignard qu'il avoua destiner à l'exécution du tyran, [...] des Allemagnes et du Monde..."
Mais qui est ce fameux Frederik Staps ?
Qu'est-ce qui l'a poussé à vouloir commettre un attentat contre l'Empereur?
En cherchant on se rend compte que la documentation est pauvre, du moins la documentation que l'on pourrait appeler "consultable par tous", que l'on peut avoir sans trop faire d'effort.
Staps était-il fou? Etait-ce un fanatique?
Avait il des raisons privées d'en vouloir à la vie de Napoléon ou était-ce tout simplement une affaire de patriotisme?
Toutes ces questions qui demeurent pour moi en tous cas sans réponse.
Alors sans vouloir vous y obliger, si vous avez des anecdotes, des explications, des révélations, des rectifications à apporter à la vie de cet "audacieux" qui ne nia point l'acte qu'il voulait commettre vous pouvez m'en faire part, ça enrichirait ma culture, qui, je dois l'admettre, est assez pauvre sur ce sujet.
Merci
Lorantina

Message par Lorantina »

Eh bien! il est bien courageux ce jeune homme! Mais savons nous qu'est devenue la fille que Staps dit aimer?
Fut elle arrêtée? Eut-elle un lien avec d'autres tentatives d'attentat?
Le père de Staps fut il inquiété de l'action de son fils par l'Empereur?
Hypolite

Frédéric Staps

Message par Hypolite »

Staps était plus un illuminé qu'autre chose et l'Empereur essaya de lui épargner la vie si ce dernier lui promettait de ne plus attenter à la sienne, mais rien n'y fit !
Il n'y avait aucune raison d'ennuyer sa famille, car cet homme était un isolé et ne représentait rien, mais il marque, en quelque sorte, la naissance du Nationalisme Allemand ! :?
Patton

Staps

Message par Patton »

Il faut dire aussi que Staps se prenait pour Jeanne d'Arc, et voulait bouter les Français hors de son pays.
A part cela, je suis d'accord avec Son Excellence.
Hypolite

Message par Hypolite »

C'est tout ce que j'entendais par "Nationalisme Allemand" ! ;-)
corse

Frédéric STAPS

Message par corse »

Il faut éviter, en effet, de faire un amalgame qui serait mal perçu.
Ceci étant dit, Staps ne fut pas le seul à résister dans les pays occupés par la Grande Armée.
Pourtant les opposants n'ont pas la même notoriété qu'en retira Staps.
La Prusse était un pays, comme l'est l'Allemagne aujourd'hui, ou tout autre pays d'ailleurs, où il fallait "fabriquer" un héros, et transmettre par là-même le symbole de la résistance "à l'oppresseur", prêt jusqu'à donner sa vie pour la Patrie.
Corse
Frédéric

Frédéric STAPS

Message par Frédéric »

"Il y a aussi cet officier prussien qui a semé le trouble en Allemagne en 1809, mais dont je ne parviens pas pour l'instant à retrouver le nom."
Il me semble que vous faites allusion au Major Schill.
Il y aura aussi à la même époque la "bande noire de Brunswick" levée par le duc du même nom, fils du célèbre Général de la révolution qui mourra aux Quatre Bras en 1815.
Amicalement
Frédéric (pas Staps)
Frédéric

Message par Frédéric »

Tout à fait, je me suis mal exprimé, je voulais dire que c'était le fils qui mourut aux Quatre Bras en tentant de rallier ses troupes.
Suite à la défaite de Napoléon en 1814, il avait récupéré le duché de papa et avait réorganisé une armée toute de noir et de gris vétue et dont les hussards arboraient une tête de mort.
Mais je crois que vous ne mélangez pas tout, il y eut à l'époque deux bandes rebelles, celle de Schill et celle de Brunswick. Elles espérèrent le soutien de l'armée autrichienne sans résultat.
Schill mourut et Brunswick s'embarqua pour l'Angleterre.
Amicalement
buddyop

Message par buddyop »

La tentative d'enlèvement du major Schill, puisqu'il s'agissait de cela, visait le roi Jérôme, tout comme l'engagement du duc de Brunswick-Oels (pourtant cousin du roi par alliance) qui échoue à quelques lieues de Cassel se situait uniquement dans le royaume de Westphalie.
Pour autant on peut constater que l'attitude de Jérôme n'était pas exempte de tout reproche, en menant un train de vie excessif et en s'endettant à longueur de temps, et ses qualités militaires étaient bien minces pour rattraper toutes ses erreurs.
De là à y voir l'humiliation des vaincus...
Des vaincus Prussiens alors, mais dans ce cas je vous livre un passage du journal de campagne du Baron Percy. Cela se passe après Friedland et quelques jours avant le traité de paix de Tilsit qui va décider du démembrement du royaume de Prusse : "<i>La plupart de ses pauvres Français sont phtisiques, par suite des mauvais traitements qu'ils ont essuyés de la part des Prussiens, qui les ont lâchement outragés, battus et privés de tous secours. Il n'est pas de mauvais propos, de menaces, de traitements barbares que les Prussiens n'aient prodigués à ces braves gens, tandis que les Russes se sont montrés à leur égard généreux, compatissants et affectueux. Aussi sommes-nous maintenant tous portés pour les Russes et détestons-nous les Prussiens comme des fanfarons, et c'est l'opinion qu'en ont les Russes eux-mêmes.</i>"
Je ne veux pas alimenter une quelconque médisance à l'égard des Prussiens mais souhaite vous démontrez avec quelle mentalité était abordé le traité de paix de Tilsit. La haine des Prussiens envers les Français en 1806 et 1807 été en effet très grande, et ceci explique quelques décisions dont certaines furent fâcheuses.
buddyop

Message par buddyop »

Permettez-moi de ne pas être d'accord avec vous, quand on parle de "brutalité des armées prussiennes", je ne savais pas qu'elles englobaient le service de santé!
Parlez d'humiliation concernant la succession au duché de Brunswick, je n'y suis également pas partisant : la reine Catherine est issue de la famille Brunswick et de plus, la création du royaume de Westphalie est le fruit d'un accord entre Napoléon et le Tsar.
Enfin, l'action du major Schill peut se résumer à la tentative d'enlèvement du roi Jérôme. Le pillage des caisses, l'assassinat de Français par ses hussards l'oblige à se replier vers le nord où il va bientôt trouver la mort à Stralsund. Par contre, je vous accorde que l'action du Duc de Brunswick-Oels ne se situe pas uniquement en Westphalie mais elle devait aboutir à l'investissement de Cassel, la capitale de Westphalie.
Amicalement.

PS : c'est vrai que Jérôme était loin d'être militairement proche de l'Empereur ni même avoir la sagesse de son frère Joseph, il fut médiocre mais su se faire aimer.
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La tentative d'assassinat par Friedrich Staps
    par L'âne » » dans L'actualité napoléonienne
    5 Réponses
    540 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
  • Batailles : Iéna et Auerstaedt par Frédéric Bey
    par Peyrusse » » dans Livres - Revues - Magazines
    39 Réponses
    7030 Vues
    Dernier message par Christophe
  • Frédéric Régent et Pierre Branda débat sur Napoléon et l'esclavage
    par Joker » » dans Bicentenaire 1821-2021
    6 Réponses
    214 Vues
    Dernier message par L'âne
  • "Pillage et protection des sites archéologiques liés aux guerres napoléoniennes", par Frédéric Lemaire.
    par Joker » » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    400 Vues
    Dernier message par Bernard