La colonne de Rosbach

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Dominique T.

Message par Dominique T. » 10 oct. 2009, 16:06

Bon, on en a tellement parlé, mais on ne l'a jamais vue, cette colonne de Rossbach.....

J'ai la plaisir de vous présenter la vraie, l'actuelle... enfin, le monument qui remplace actuellement la colonne de Rossbach, sur la place du village.

Image

Image

Je sais, il y en a qui vont me dire que c'est un vulgaire gros caillou.... :lol: :salut:

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 12 oct. 2009, 22:02

Merci Dominique. :razz:
Je sais, il y en a qui vont me dire que c'est un vulgaire gros caillou....
Effectivement, le monument d'origine devait avoir plus d'allure...

Dominique T.

Message par Dominique T. » 12 oct. 2009, 22:18

Les Allemands adorent cela pour en faire des monuments ! :shock: Beaucoup de monuments du centenaire de 1813 sont ainsi.

Chez nous, on n'oserait pas... :?

Ils appelent cela un "Findling", que les dictionnaires traduisent par "bloc erratique", mais qui veut aussi dire... "enfant trouvé" !

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 14 oct. 2009, 09:45

On retrouve trace de la colonne de Rosbach dans un projet élaboré en 1807 visant à remplacer la fontaine du lion de Saint-Marc, face aux Invalides, par ledit monument. On proposait en effet de déplacer le lion de Saint-Marc sur la place des Vosges, et de réédifier à son emplacement la colonne de Rosbach, environnée de quatre fontaines terminées en obélisques sur lesquelles on graverait les noms des braves tombés lors de la campagne de Prusse ou des inscriptions en l’honneur de ces derniers.
Le projet n’aboutit pas. L’idée des Invalides plut cependant, et on envisagea de placer la colonne de Rosbach un peu plus loin sur l’esplanade : rue de l’Université, ou bien à l’extrémité de l’esplanade, sur les bords de Seine. Là encore, rien n’aboutit.
La colonne de Rosbach, arrachée d’un geste vengeur à la terre de Saxe, ne connut pas les vertes pelouses des Invalides et la fontaine du lion de Saint-Marc resta en place.




Petit retour sur cette fontaine méconnue.
Suite au pillage de Venise, le lion de Saint-Marc était parvenu à Paris. Début 1800, Fontaine prévoyait l’édification d’une fontaine sur l’esplanade des Invalides dans l’alignement de la rue Saint-Dominique ; fontaine ornée du Lion, ledit animal portant le lavabo de l’abbaye royale de Saint-Denis.
Le projet fut approuvé le 24 janvier de la même année. L’architecte Trepsat fut chargé de la construction et Chaudet de la sculpture des mascarons du socle. La fontaine fut achevée en juillet 1804.
http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/ODZ ... 015608.jpg
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/c ... alides.jpg

A la Restauration, les Vénitiens vinrent récupérer le Lion (qui d’ailleurs fut abîmé lors de l’enlèvement quand les cordes le soutenant se brisèrent) et le replacèrent sur la Piazzetta où il trône encore :
http://www.twip.org/photo/europe/italy/ ... -57-36.jpg
http://idata.over-blog.com/2/78/36/09// ... -copie.jpg

La fontaine resta en place. Ornée d’une grosse fleur de lys, elle servit ensuite, lors de la monarchie de juillet, de socle à une statue de Lafayette.
Projet à ce sujet :
http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/KYG ... 520219.jpg
La fontaine disparut définitivement au moment du Retour des Cendres ; le monument gênant le bon déroulement de la cérémonie.
http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/2T6 ... 501342.jpg

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 25 oct. 2009, 08:46

Le 17 mai 1807, eut lieu la translation aux Invalides de l'épée et des décorations du Grand-Frédéric et drapeaux prussiens conquis durant la dernière campagne.
A cette occasion, Fontanes fit référence à la colonne dans son discours :

"...Ce n'est point assez de vaincre pour ces invincibles légions, elles veulent encore, avec une magrianimité vraiment française, effacer jusqu'au souvenir des défaites de leurs ancêtres. Après avoir repris dans les arsenaux de l'Autriche l'armure de François Ier, captif à Pavie, elles ramènent à Paris cette colonne injurieuse qui s'élevait dans les champs de Rosbach, et font ainsi du monument de nos revers un nouveau monument de nos triomphes.
Quelques-uns des braves vétérans qui m'écoutent ont peut-être vu cette fatale journée où le talent des généraux n'a pas secondé la valeur des soldats. Ils se consoleront de leur défaite en attachant l'épée de leur vainqueur aux voûtes de ce temple. Cette épée reposera sous leur garde à côté du tombeau de Turenne, et quelquefois, la contemplant avec une joie mêlée de respect, ils se diront : « Si elle a vaincu les pères, elle fut conquise par les enfants. » L'aspect de ce trophée fera naître encore de plus graves réflexions sur les causes qui élèvent les trônes ou qui précipitent leur chute. Il redira sans cesse combien la mort ou la vie d'un seul homme peut ôter ou mettre du poids dans les destinées..."

Dominique T.

Message par Dominique T. » 25 oct. 2009, 09:37

de l'épée et des décorations du Grand-Frédéric
Autre confusion au sujet de cette épée.

On dit souvent qu'elle a été détruite avec les autres trophées en 1814 sur ordre de Sérurier... mais en même temps, elle était exposée aux Invalides dans l'ancienne présentation 'pré-Athéna'.

Alors, qu'en est-il ?????

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 25 oct. 2009, 11:29

Aucune idée. Je m'étais arrêté à la destruction de 1814. :?:




L'arrivée des trophées le 17 mai 1807 :
http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/NB1 ... 000687.jpg

En un peu plus gros (mais noir et blanc) :
http://jdh.oxfordjournals.org/content/v ... 10_ht.jpeg

Dominique T.

Message par Dominique T. » 25 oct. 2009, 13:18

Un grand merci pour toutes ces informations intéressantes ! :salut:

Drouet Cyril

Message par Drouet Cyril » 25 oct. 2009, 15:16

Quelques documents :

Lettre de Sérurier à Clarke (30 mars 1814) :
« J’ai cherché tous les moyens qui pourraient mettre les drapeaux et l’épée de Frédéric à l’abri d’être enlevés. Je crois que je ne peux mieux faire que de les envoyer sur Versailles, dût-on les faire filer jusqu’à Caen ; ils partiront sitôt qu’ils seront emballés à moins d’ordre de Votre Excellence contraire. Si j’étais trop pressé par le temps je brûlerais le tout. »

Suivie d’une seconde :
« Nous ne pouvons sauver les trophées que nous possédons. Je ne connais d’autres ressources que de les brûler d’une manière qu’il n’en reste rien. »

Sur cette œuvre,
http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/UYT ... 532185.jpg
nous voyons l’adjudant-major Vallerand brisant l’épée de Frédéric sur ses genoux.

Par la suite, lé général Darnaud fit cette déposition :
« L’aide de camp que j’avais envoyé deux fois supplier le maréchal Sérurier de ma part, revint m’apporter un ordre écrit et impératif, de faire brûler et détruire tous ces objets si précieux pour la gloire de la nation française.
Cette destruction eut lieu aussitôt, en présence de tous les invalides qui pleuraient sur la perte de ces précieux monuments de leur courage et de leurs victoires. »


Le 9 mars 1820, Suchet prononçait l’éloge funèbre de Sérurier
« A l’époque de la première invasion des ennemis, en 1814, le maréchal Sérurier, voulant épargner à l’armée française l’humiliation de voir enlever les dépouilles victorieuses confiées à sa garde, à l’exemple du régiment de Navarre qui, en 1704, déchira et enterra ses drapeaux, ordonna que les 1 417 drapeaux et étendards, pris sur les ennemis de la France dans toutes les parties du monde et qui étaient suspendus sous les voûtes du dôme, fussent brisés et brûlés dans la principale cour de l’hôtel, ce qui fut exécuté à neuf heures du soir. »

Cependant, les doutes persistèrent, notamment outre-Rhin. Ainsi, en 1871, Moltke (Correspondance militaire) écrivant à Bismarck le 24 février parlait des trophées dérobés sous l’Empire se trouvant encore à Paris : « l’Aigle noir » et « l’épée de petite tenue » de Frédéric II, avec comme précision sur cette dernière : « doit se trouver dans la coupole des Invalides ».

Gouvy

Message par Gouvy » 26 oct. 2009, 00:34

Merci beaucoup Cyril, c'est passionnant... et très bien documenté... :aime:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • La colonne Dupuy
    par Maria Kel » 31 mai 2016, 19:03 » dans Monuments Napoléoniens
    2 Réponses
    608 Vues
    Dernier message par Maria Kel
    01 juin 2016, 11:20
  • Travaux à la colonne de la Grande Armée, place Vendôme
    par Dominique T. » 09 oct. 2014, 15:04 » dans Monuments Napoléoniens
    0 Réponses
    564 Vues
    Dernier message par Dominique T.
    09 oct. 2014, 15:04
  • Une colonne en granit d'Algajola pour Napoléon
    par L'âne » 01 oct. 2018, 14:16 » dans L'actualité napoléonienne
    1 Réponses
    261 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    01 oct. 2018, 19:21