Le général Desaix

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

d'hautpoul

Général DESAIX

Message par d'hautpoul » 31 oct. 2003, 16:34

bonjour
Le Chevalier DESAIX de VEYGOUX n'etait pas marié.
On lui connait toutefois 2 amourettes
-Louise CRIVELLI
-Victoire LE NORMAND de FLAGEAC
amicalement d'HAUTPOUL

d'hautpoul

Général DESAIX

Message par d'hautpoul » 01 nov. 2003, 23:16

Louise CRIVELLI née en 1766 est
veuve d'un officier;le capitaine de LABORDENE de MONTFORT.
- LOUISE etDESAIX occupent le meme hotel à Strasbourg .Louise accouche en mars 1797 d'une enfant:HORTENSE.
Louise veut faire reconnaitre l'enfant a DESAIX mais celui-ci, neuf mois avant était en pleine offensive sur le Rhin; le général bon enfant accepte de régler les frais de nourrice.
À la mort de DESAIX , Louise ayant disparu de Strasbourg, la mère du général refuse de prendre en charge HORTENSE, sachant qu'elle n'était pas de son fils !
--------
VICTOIRE née d'un second mariage de MORPHISE( tante de DESAIX) avec LENORMAND de FLAGEAC, reçoit au chateau de sa mere à SOIZY-sur-SEINE ,le génèral DESAIX: des projets de mariage sont avancés
DESAIX ayant rejoint l'armée,ils entretiennent une correspondance d'ITALIE et même d'EGYPTE où ils se rappellent les "doux moments passés à SOIZY-sur-SEINE"
----------------------
sources tirées de l'excellent livre de Gonzague saint bris: DESAIX le sultan de Bonaparte
d'HAUTPOUL

maréchale

Général DESAIX

Message par maréchale » 02 nov. 2003, 03:58

Mais c'est bon savoir que il avait deux amourettes;
Dejà je pensais que il était... homossexuel...

Quel bêtise!

S'il vous plaît, Juliette, que voulevez vous dire avec "heureusement"?

husky

Général DESAIX

Message par husky » 02 nov. 2003, 17:13

Mesdemoiselles,
je risque de vous briser le coeur, mais je dois vous dire la vérité : Desaix était loin de ressembler au portrait connu de lui. A vrai dire il avait même le visage bien tailladé, et était robablement ...moche.
Allez ce n'est pas très grave, car vous allez me répondre que seule la beauté de son âme vous a touchée.... ;-)

Loïc Lilian

Général DESAIX

Message par Loïc Lilian » 08 nov. 2003, 08:00

Une confirmation locale : dans la patrie du général Desaix,on prononce "DeuZées"
Quel traumatisme le jour où j'ai entendu un Historien :baton: :guillotine à la télévision qui s'exprimait sur le General "DeuxSexes" :non: en réalisant qu'il s'agissait du même !

WAGRAM

Général DESAIX

Message par WAGRAM » 08 nov. 2003, 11:18

Notre ami Serge Lama prononce le x dans sa chanson "le pont d'Arcole", juste pour info comme ca, néanmoins je pense également qu'on doit dire Desé. :salut:

Durandal

Général DESAIX

Message par Durandal » 08 nov. 2003, 12:18

Lama a du s'arranger pour avoir une rime dans sa chanson ;-)

maréchale

Général DESAIX

Message par maréchale » 08 nov. 2003, 18:48

Je prononce Desèkss, et je pense qui celle forme est la plus belle... :aime: Mais, si dans la patrie de Desaix si prononce "DeuZées", celle deva être la plus correcte. Toutefois, je continue a prononcer Desèkss, malgré les doutes.

Le Briquet

Général DESAIX

Message par Le Briquet » 20 juil. 2017, 17:04

La question de la gestion du corps et de la mémoire de Kléber sous le Consulat et l'Empire nous a amené à aborder celle de Desaix qui perdit la vie le même jour.

Le mort de Desaix devint un thème artistique à part entière pour la peinture et la sculpture. Le général est généralement représenté frappé à mort sur son cheval ou agonisant en présence du Premier Consul:

Image
Mort de Desaix à Marengo, 14 juin 1800 ou Mort du général Desaix dans les bras du fils du consul Lebrun à la bataille de Marengo, 14 juin 1800 par Jean-Baptiste Regnault.

Image
Cette gravure, comme le tableau au dessus, renvoie au mythe selon lequel Desaix serait mort dans les bras de Lebrun en disant ″Cachez ma mort, car elle pourrait ébranler les troupes.″

Image
La mort de Desaix par Jean Broc (1806).


Dans les faits Desaix frappé en plein cœur succomba bien loin du Premier Consul. Son corps fut retrouvé déjà dépouillé de ses habits. Personne ne l'a vu tomber, il serait mort au début de la charge de la 9e demi-brigade légère. Il me semble avoir lu qu'il aurait aussi pu être frappé alors qu'il était parti reconnaitre les positions ennemies avant la charge.

Bourrienne dans ses mémoires revient sur cette mort:

"On a raconté la mort de Desaix de différentes manières et je n’ai pas besoin de dire que les paroles que lui prête le fameux bulletin étaient imaginaires. Il n’est pas mort dans les bras de son aide de camp Lebrun, comme j’ai dû l’écrire sous la dictée du Premier Consul; il n’a pas non plus prononcé le beau discours que j’écrivis de la même manière.

Voici ce qui est exact ou du moins ce qu’il y a de plus probable: La mort de Desaix fut inaperçue au moment même où il fut frappé de la balle qui mit fin à ses jours. Il tomba sans rien dire, à peu de distance de Lefebvre-Desnouëttes. Un sergent du bataillon de la 9e brigade d’infanterie légère, commandée par Barrois, aujourd’hui le général Barrois, le voyant étendu par terre, demanda à celui-ci la permission d’aller prendre sa capote; elle était percée dans le dos, et cette circonstance laisse en doute si Desaix fut tué en se portant à la tête des nôtres, par la maladresse de ses propres soldats, ou par l’ennemi en se retournant vers les siens pour les encourager.

Au surplus, le choc dans lequel il a succombé a été si court, le désordre si instantané, le changement de fortune si subit, qu’il n’est pas étonnant qu’au milieu d’une telle confusion, les circonstances de sa mort n’aient pu être constatées d’une manière positive.
"


Savary, alors aide de camps de Desaix, a aussi raconté comment il a retrouvé le corps:

"Le colonel du 9e léger m’apprit qu’il (Desaix) n’existait plus. Je n’étais pas à cent pas du lieu où je l’avais laissé; j’y courus et je le trouvai par terre, au milieu des morts déjà dépouillés et dépouillé entièrement lui-même. Malgré l’obscurité, je le reconnus à sa volumineuse chevelure, de laquelle on n’avait pas encore ôté le ruban qui la liait.

Je lui étais trop attaché depuis longtemps pour le laisser là, où on l’aurait enterré sans distinction, avec les cadavres qui gisaient à côté de lui. Je pris à l’équipage d’un cheval mort à quelques pas, un manteau qui était encore à la selle du cheval; j’enveloppai le corps du général Desaix dedans et un hussard, égaré sur le champ de bataille, vint m’aider à remplir ce triste devoir envers mon général. Il consentit à le charger sur son cheval, et à le conduire par la bride jusqu’à Garofoli, pendant que j’irais apprendre ce malheur au Premier Consul, qui m’ordonna de le suivre à Garofoli, où je lui rendis compte de ce que j’avais fait; il m’approuva et ordonna de faire porter le corps à Milan pour qu’il y fût embaumé
."

Savary, dans une lettre adressée de Paris, le 22 messidor an 8 (11 juillet 1800), à Mlle Desaix, a donné des détails sur la blessure de Desaix :

"Presque aussitôt que le général Desaix eut expiré, il fut dépouillé, selon le barbare usage de la guerre; il ne lui est resté que sa chemise, lorsqu’il fut emporté, mais elle était tellement pleine de sang que la putréfaction n’a pas permis de la conserver. Je voulus faire brûler son cœur, mais il était tellement déchiré par la balle meurtrière qu’il était corrompu au bout de douze heures. Je n’ai pu que faire couper sa chevelure et conserver mon mouchoir, tout teint de sang, avec lequel on a essayé d’étancher sa blessure."

http://desaix.unblog.fr/category/temoig ... e-sa-mort/

Le Briquet.

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 2722
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Général DESAIX

Message par Cyril Drouet » 20 juil. 2017, 17:15

Au milieu des multiples éloges prononcés au cours du Consulat et de l'Empire ou à Sainte-Hélène, une réflexion qui tranche :

"Kellermann chargea alors avec ses 800 chevaux, en présence de 10 000 hommes de cavalerie ennemie qui restèrent froidement spectateurs... Voilà le succès de Marengo : il est dû à cette décision brillante... Desaix n'y a rien fait."
(Bertrand, Cahiers de Sainte-Hélène)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Desaix en Egypte.
    par Joker » 19 juil. 2019, 20:09 » dans Livres - Revues - Magazines
    0 Réponses
    165 Vues
    Dernier message par Joker
    19 juil. 2019, 20:09
  • Desaix en Egypte – Le conquérant de Bonaparte, juillet 1798
    par Eric LM » 24 juin 2019, 11:09 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    162 Vues
    Dernier message par Eric LM
    24 juin 2019, 11:09
  • Général TRAVOT
    par d'hautpoul » 29 oct. 2018, 19:07 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    401 Vues
    Dernier message par d'hautpoul
    29 oct. 2018, 19:07
  • Général*** PICHEGRU
    par Christophe » 03 déc. 2014, 19:15 » dans Livres - Revues - Magazines
    19 Réponses
    3614 Vues
    Dernier message par FRIEDERICHS
    24 oct. 2015, 10:52
  • Général Delaitre
    par d'arenberg » 09 mars 2019, 16:13 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    149 Vues
    Dernier message par d'arenberg
    09 mars 2019, 20:40