Waterloo : erreurs et mensonges

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Bernard Coppens

Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Bernard Coppens »

AngeloPardi a écrit :
J'avoue ne pas avoir lu l'étude de monsieur Coppens sur la campagne de Belgique (lacune qui sera bientot corrigée). Mais d'après le peu que j'en connait, elle se base sur une erreur d'orientation et de topographie de la part de l'état-major français. Ce qui en fait la nouveauté et l'intéret. Il ne me semble pas qu'elle soit une fois de plus un réquisitoire contre Emmanuel de Grouchy.
Mon étude ne se base pas sur l'erreur de topographie, celle-ci n'est qu'un élément de l'ensemble. Elle est fondée sur la constatation que toutes les études précédentes se basent sur des pièces pour le moins falsifiées, c'est-à-dire sur les récits dictés par Napoléon à Sainte-Hélène. Ce n'est pas insulter à la mémoire de l'Empereur que de dire que, en racontant la bataille, il devait essayer de la présenter à son avantage, ne fût-ce que pour des raisons politiques. Comme il était servi par une intelligence exceptionnelle, il y a fort bien réussi. Il était normal, dès lors, qu'il rejette la faute sur ses lieutenants, principalement sur Ney et Grouchy.
Le prestige de Napoléon était tel, que ses affirmations n'ont pratiquement pas été mises en doute, si ce n'est pour la forme. Les récits de Sainte-Hélène ayant servi d'étalon de véracité, tous les témoignages qui ne concordaient pas avec celui-là ont été rejetés comme fantaisistes. Ceci a été facilité par le fait que Napoléon et toute l'armée française ayant commis une erreur de lecture de carte (explicable par une erreur de gravure de la carte de Ferraris et par la disposition des lieux), tous ces témoignages pris isolément paraissent en effet fantaisistes, puisqu'ils disent tous que l'armée française a atteint Mont-Saint-Jean, alors qu'il est établi qu'elle n'y est jamais arrivée. Il suffisait donc de comprendre que quand ils parlaient de Mont-Saint-Jean, hameau qu'ils ne pouvaient même pas apercevoir, les Français parlaient du carrefour situé sur la crête et de l'espace caché qui s'étend derrière lui. A partir de là, tous les témoignages écartés retrouvent, grâce à cette clé de lecture, toute leur cohérence.
Dès lors, une autre bataille peut se reconstruire, beaucoup plus logique, et on s'aperçoit que ce que Napoléon a surtout voulu cacher, c'est qu'il a été complètement surpris par l'apparition des Prussiens de Bülow sur son flanc droit, vers 16 h 30.
Napoléon a écrit à Sainte-Hélène qu'il a aperçu les Prussiens avant 13 heures, et qu'il a dès ce moment pris toutes les dispositions pour parer à cette menace. Mais à la grande surprise des Prussiens, il n'y a pas la moindre précaution qui est prise par l'armée française lorsqu'ils débouchent du bois de Paris. Les témoignages écartés montrent que ni Domon, ni Subervie, ni Lobau n'ont fait de mouvement dans ce sens avant l'attaque prussienne.
D'autre part, il paraît hautement improbable que Napoléon ait pu apercevoir Chapelle Saint-Lambert depuis l'un des endroits où il se trouvait (aux dires des gens qui connaissent vraiment bien le terrain, comme les policiers, gendarmes et agriculteurs de l'endroit.)
Le seul élément qui pourrait confirmer l'affirmation de Napoléon, et qui irait donc à l'encontre de tous les autres témoignages et du déroulement logique de la bataille, c'est la lettre de Soult à Grouchy. Or, celle-ci est entachée de tellement de points de suspicion, qu'il faudrait d'abord prouver son authenticité. Elle ne figure pas au registre du major général. Ce que Grouchy et ses officiers en disent est en contradiction avec la copie "retrouvée" par Houssaye, et qui a probablement été fabriquée dans la suite, peut-être d'une manière concertée entre Soult et Grouchy, de façon à couvrir tout le monde, sans compromettre non plus les intérêts supérieurs.
Mais peut-on imaginer un seul instant que des personnages occupant des hautes fonctions puissent se livrer à des "petites manipulations" pour se couvrir d'une façon ou d'une autre, lorsqu'il s'agit d'événements d'une telle portée ? Chacun répondra selon ses convictions…
Mais je crois que le débat est là. Et il est ouvert.
Je suis prêt à mettre les diverses pièces successivement sur mon site afin de faire avancer le débat.
D'autre part, le livre reprenant l'ensemble des récits et commentaires de Napoléon et Gourgaud sur la campagne est en voie d'achèvement. Il fournira... du grain à moudre. :salut:

mouton la mascotte

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par mouton la mascotte »

Je viens de parcourir le livre de Lachouque " Waterloo, la fin d'un monde" et je ne trouve aucun élément étayant la thèse que le colonel Zenowicz fut ivre et que la lettre de Soult écrite à 13 heures fut illisible.
Il est indiqué : .... l'Empereur ordonne que vous devez toujours manoeuvrer dans notre direction...afin que vous puissiez nous joindre avant qu'aucun corps se mette entre nous...la bataille est engagée en avant de la forêt de Soignes.
La lettre de 10 heures part vers les 11heures porté par Zénowicz, et même pour un polonais, cela fait bien tôt pour être déjà ivre.
Par contre, qui expédia la lettre de 13 heures avec le fameux PS écrit une demie heure plus tard ?, Thiers se contente de dire "un officier part au galop vers Grouchy"

Bernard Coppens

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Bernard Coppens »

Dans le premier récit dicté par Napoléon, le bulletin dicté le 20 juin (http://www.1789-1815.com/bulletin.htm), l'arrivée des Prussiens est connue de grand matin, et les dispositions sont prises dès la mise en place de l'armée :
A neuf heures du matin, la pluie ayant un peu diminué, le 1er corps se mit en mouvement, et se plaça, la gauche à la route de Bruxelles, et vis-à-vis le village de Mont-Saint-Jean, qui paraissait le centre de la position de l'ennemi. (...) Le 6e corps avec la cavalerie du général d'Aumont, sous les ordres du comte Lobau, fut destiné à se porter en arrière de notre droite, pour s'opposer à un corps prussien qui paraissait avoir échappé au maréchal Grouchy, et être dans l'intention de tomber sur notre flanc droit, intention qui nous avait été connue par nos rapports, et par une lettre d’un général prussien, que portait une ordonnance prise par nos coureurs.
Dans cette première version, Napoléon ne dit pas qu'il a aperçu les Prussiens à Chapelle-Saint-Lambert.

Dans le second récit, publié sous le nom du général Gourgaud (http://www.1789-1815.com/gourgaud_jl.htm), on lit ceci :
Dans ce moment* on aperçut fort au loin, du côté de St. Lambert, un corps de cinq à six mille hommes de toutes armes. On crut d'abord que c'était le maréchal Grouchy, mais un quart d'heure après, des hussards amenèrent un ordonnance prussien, porteur d'une dépêche, qui apprit que les troupes que l'on apercevait étaient l'avant-garde du corps de Bulow. Le major général (Soult) expédia au maréchal Grouchy un officier pour l'instruire de cet événement ; il lui envoya même la dépêche interceptée. L'officier d'état-major, qui sentait l'importance de sa mission, pouvait joindre le maréchal en moins de deux heures de temps.
* (peu après onze heures-mais les historiens situent l'épisode plutôt vers 1 heure)

Ce message n'arrive, d'après Grouchy, qu'à sept heures du soir. Le texte transcrit par Grouchy en 1819 dans ses "Observations" se trouve sur mon site : http://www.1789-1815.com/lettre_1h.htm
S'il faut, de l'aveu de Gourgaud/Napoléon deux heures pour joindre Grouchy, on pourrait en déduire que :
1° Soit l'officier aurait perdu plus de cinq heures en route, ce qui est un peu fort pour un trajet de deux heures… mais c'est l'explication retenue par Grouchy, qui écrit :
L'officier porteur de cet ordre a eu dix lieues à faire pour me joindre : par suite de la fausse direction qui lui fut donnée, il dut retourner aux Quatre-Bras et à Gembloux. Comment se fait-il que Napoléon n'ait pas envoyé un parti de cavalerie légère par le moulin de Moustier ? Cet ordre important me fût parvenu trois ou quatre heures plus tôt.
2° Soit le message aurait été expédié plutôt vers cinq heures que vers une heure...

mouton la mascotte

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par mouton la mascotte »

Je viens de lire la lettre de 1h de Soult telle que Grouchy la transcrit dans ses observations de 1819 sur votre excellent site (Le site référence...)
Il me vient 2 reflexions sur la phrase suivante:
"La bataille est gagnée sur la ligne de Waterloo"
- Donc Grouchy retranscrit bien gagnée et non engagée. La lettre étant de 1 heure, l'artillerie n'étant pas encore en action ou ayant à peine commencé sa canonnade (entendu par Gérard) Comment la bataille peut elle être gagnée si tôt ?
- Je veux bien que l'écriture de la lettre soit " illisible" mais si Grouchy lit gagnée à la place d'engagée, il se couvre par la même de sa non intervention ( ce qui est un autre sujet, pensant pour ma part qu'il ne serait pas arrivé à l'heure même s'il aurait "marché au canon")

Hypolite

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Hypolite »

[Je crois que cette lettre n'a pas finit de faire couler de l'encre, mais nous ne saurons jamais ce qui s'est passé ! :cry: Je ne crois pas une seconde que l'officier d'ordonnance ait pu mettre 5h pour rejoindre Grouchy, quand à la confusion entre "gagnée" et "engagée", elle me semble n'être qu'une mauvaise excuse ! :?

Bernard Coppens

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Bernard Coppens »

Je crois que cette lettre n'a pas fini de faire couler de l'encre, mais nous ne saurons jamais ce qui s'est passé !
En effet, cette lettre n'a pas fini de faire couler de l'encre, car en elle réside une grande part du mystère de Waterloo.
Nous ne saurons peut-être jamais tout ce qui s'est passé, mais nous pourrons en tout cas savoir ce qui ne s'est pas passé. Il reste tant de documents oubliés ou mis au rebut, qu'on peut espérer encore faire progresser la recherche.
D'ailleurs, n'oublions pas nos expériences sur le terrain, mon cher Hypolite.

AngeloPardi

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par AngeloPardi »

Monsieur Coppens merci de m'avoir éclairé sur vos travaux ce qui est une motivation supplémentaire à les parcourir avec beaucoup d'attention. Comme je le pensais leur origfinalité vient dans le fait d'avoir une vision critique des évènnements sans accabler de façon aveugle et obstinée deux carrières militaires exceptionnelles : celles de Grouchy et Ney.

Cependant sans trahir le suspens, je m'étonne de votre remarque précisant que Napoléon n'aurait en réalité pas eu connaissance de l'arrivée des Prussiens et qu'aucune disposition n'avait été prise pour arrêter le corps de Bulow.

1) Pour vous l'ordre suivant n'a jamais été donné au 6e corps de l'armée du nord :
«Choisir une bonne position intermédiaire, où il pût avec 10000 hommes en arrêter 30.000, si cela devenait nécessaire, et d'attaquer vivement le général Bülow aussitôt qu'il entendrait les premiers coups de canon des troupes que le maréchal Grouchy avait détachées derrière eux» tiré de Précis des campagne de Camon p.470.

Donc quelle était, selon vous, la position du corps du comte de Lobau ?

2) Marbot dans ses mémoires précise dans une lettre écrite à Grouchy en 1830 (il me semble je m'excuse je suis en vacance donc je ne peux pas vérifier tout de suite, merci de corriger au cas où) que :
«J'ai été avec mon régiment [le 7e hussard] flanqueur de droite de l'armée pendant presque toute la bataille. On m'assurait que le maréchal Grouchy allait arriver sur ce point, qui n'était gardé que par mon régiment, trois pièces de canon et un bataillon d'infanterie légère…
Un de mes pelotons, s'étant avancé à un quart de lieue au-delà de Saint-Lambert, rencontra un peloton de hussards prussiens, auquel il prit plusieurs hommes, dont un officier. Je prévins l'Empereur de cette étrange capture, et lui envoyai les prisonniers.
Informé par ceux-ci qu'ils étaient suivis par une grande partie de l'armée Prussienne, je me portai avec un escadron de renfort sur Saint-Lambert. J'aperçus au-delà une forte colonne se dirigeant vers Saint-Lambert. J'envoyai un officier à toute bride en prévenir l'Empereur, qui me fit répondre d'avancer hardiment, que cette troupe ne pouvait être que le corps du maréchal Grouchy venant de Limal et poussant devant lui quelques Prussiens égarés… J'eus bientôt la certitude contraire… l'adjudant-major, auquel j'avais ordonné d'aller informer l'Empereur de l'arrivée positive des prussiens devant Saint-Lambert, revint en me disant que l'Empereur prescrivait de prévenir de cet événement la tête de colonne du maréchal Grouchy, qui devait déboucher en ce moment par les ponts de Moustier et d'Ottignies puisqu'elle ne venait pas par Limal et Limelette… Des faits que je viens de raconter est résultée pour moi la conviction que l'Empereur attendait sur le champ de bataille de Waterloo le corps du maréchal Grouchy. Mais sur quoi cet espoir était il fondé ? C'est ce que j'ignore, et je ne me permettrai pas de juger, me bornant à la narration de ce que j'ai vu»(Marbot, p.431, 432, 433).

Ce récit est donc faux selon vous car il atteste bien que l'Empereur connaissait l'arrivée des Prussiens sur son flanc avant de lancer son attaque.

Enfin, il me semble bien que Lachouque parle de cet ordre mal rédigé dans son livre. Mais je ne peux le vérifier tout de suite je vous prie de bien vouloir m'en excuser.

Bernard Coppens

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Bernard Coppens »

1) Pour vous l'ordre suivant n'a jamais été donné au 6e corps de l'armée du nord :
«Choisir une bonne position intermédiaire, où il pût avec 10000 hommes en arréter 30000, si cela devenait nécessaire, et d'attaquer vivement le général Bülow aussitôt qu'il entendrait les premiers coups de canon des troupes que le maréchal Grouchy avait détachées derrière eux» tiré de Précis des campagne de Camon p.470
Non, cet ordre n'a pas été donné. Il a été inventé à Sainte-Hélène. Il est en contradiction avec le déroulement de la bataille, le témoignage des Anglais et des Prussiens (qui auraient vu si le 6e corps avait rééllement pris cette bonne position, ce qui n'était pas le cas). Mais surtout il est en contradiction avec le témoignage de deux officiers supérieurs de l'état-major du 6e corps, Janin et Combes-Brassard. Ce dernier écrit le 22 juin :
Le 6e corps, formant la réserve (j’étais chef d’état-major général de ce corps), marcha pour soutenir l’attaque de la droite. Ce corps était composé entièrement d’infanterie.
Il était trois heures et demie, un feu infernal s’étendait sur toute la ligne des deux armées. Le 6e corps achevait de se déployer en réserve sur toute la droite de l’armée, lorsque, me rendant à l’extrémité de notre droite, je reconnus des têtes de colonnes qui débouchaient du côté de Vavres, par Ohain et Saint-Lambert.
Ces colonnes étaient prussiennes. Leur arrivée se produisait sans que l’Empereur eût donné aucun ordre. Nous étions tournés.
Davantage sur la page : http://www.1789-1815.com/combes-brassard.htm

Cet ordre de "prendre une bonne position intermédiaire" se trouve chez tous les historiens, Thiers, Camon, Houssaye, Lachouque, Logie et les autres. Mais il a été "forgé" à Sainte-Hélène pour les besoins de la cause.
Il n'a pas été donné le 18 juin, et il y a encore bien d'autres témoignages qui le confirment.

Bernard Coppens

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Bernard Coppens »

Donc quelle était, selon vous, la position du corps du comte de Lobau ?
http://www.1789-1815.com/waterloo.htm

Bernard Coppens

Re: Waterloo : erreurs et mensonges

Message par Bernard Coppens »

2) Marbot dans ses mémoires précise dans une lettre écrite à Grouchy en 1830 (il me semble je m'excuse je suis en vacance donc je ne peux pas vérifier tout de suite, merci de corriger au cas où) que :
«J'ai été avec mon régiment [le 7e hussard] flanqueur de droite de l'armée pendant presque toute la bataille. On m'assurait que le maréchal Grouchy allait arriver sur ce point, qui n'était gardé que par mon régiment, trois pièces de canon et un bataillon d'infanterie légère…
Un de mes pelotons, s'étant avancé à un quart de lieue au-delà de Saint-Lambert, (...)
Ce récit est donc faux selon vous car il atteste bien que l'Empereur connaissait l'arrivée des Prussiens sur son flanc avant de lancer son attaque ?
Le récit que vous citez (donné par Lachouque ?) est une production hybride, le résultat de la fusion de deux textes contradictoires écrits par le même homme à 15 ans d'intervalle. Je me fierais davantage au premier texte qu'au second, surtout quand on sait que cet homme a reçu entretemps 100.000 francs pour continuer à défendre l'honneur de l'armée française et de son chef (ce qui était tout un).
http://www.1789-1815.com/marbot1.htm

La lettre de Marbot du 26 juin 1815 se trouve à la page
http://www.1789-1815.com/marbot_1815.htm
Elle est en contradiction avec le récit brodé par Marbot en 1830 (http://www.1789-1815.com/marbot_1830.htm), qui ne résiste pas à une analyse sérieuse. Même Houssaye le dit. Mais au lieu d'en tirer la conclusion que Marbot, dans ce texte, essaye de confirmer la version donnée par Napoléon à Sainte-Hélène (il arrive que même des militaires travestissent la vérité quand ils estiment que les intérêts supérieurs de la nation ou de l'armée sont en jeu, ce qui était le cas), il tente d'accorder les deux versions. Ce qui est irréalisable. Mais si l'on ne retient que ce qui a été écrit avant la version "officielle" de Sainte-Hélène, tout redevient logique. Marbot est sagement resté sur la droite du champ de bataille, et il a été surpris, comme Lobau et les autres, par l'irruption de Bülow sur le champ de bataille.
Le témoignage du chef d'escadron Dupuy, du 7e hussards confirme pleinement cette version :
http://www.1789-1815.com/dupuy.htm

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Erreurs de Napoléon
    par Cyril Drouet » 19 juil. 2017, 00:57 » dans Salon Ier Empire
    64 Réponses
    1730 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    04 nov. 2017, 15:29
  • Waterloo
    par yourte » 16 avr. 2018, 14:16 » dans Espace visiteurs
    3 Réponses
    610 Vues
    Dernier message par Joker
    14 août 2018, 21:15
  • La Tv et Waterloo
    par L'ARCHEONAUTE » 11 juin 2015, 17:47 » dans Napoléon à travers les Arts
    6 Réponses
    2809 Vues
    Dernier message par L'ARCHEONAUTE
    18 juin 2015, 19:51
  • WATERLOO
    par Peyrusse » 24 oct. 2017, 22:18 » dans Salon Ier Empire
    660 Réponses
    59578 Vues
    Dernier message par Joker
    17 juin 2018, 18:33