Essling raconté par un chasseur à cheval

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Christophe

Essling raconté par un chasseur à cheval

Message par Christophe » 05 mars 2003, 18:49

L'auteur du passage qui va suivre est Thomas-Joseph AUBRY (1780-1865). Il s'engage en 1798 au 12°régiment des chasseurs à cheval de la Garde. Durant toute sa carrière il ne quittera pas son régiment. Aubry participera aux campagnes d'Italie, de 1805, de Prusse, de Pologne et à celle d'Autriche. Il sera de cette de Russie. Fait prisonnier fin 1812, il ne recouvre la liberté qu'en 1814. Il songe à prendre alors sa retraite mais le 1er mars 1815, Napoléon débarque à Golfe-Juan. Plus tard le Capitaine AUBRY sera à Fleurus et à Waterloo. Il participera même au combat de Rocquencourt (2 juillet 1815, près de Versailles). Mais laissons le raconter ce qu'il a vu à Essling, le 22 mai 1809.

"Je vais maintenant passer rapidement sur une série d'événements bien plus intéressants, peut-être les plus remarquables du siècle: tels sont les passages du Danube, lorque les ponts ont été emportés par les grandes eaux, quand la moitié seulement de l'armée française était passée. Nous n'y étions pas, non plus que le reste du maréchal Davout. Il y a eu là une boucherie vraiment infernale. Le maréchal Lannes y a été tué. Le général Defrance y eut, je crois, trois chevaux abattus sous lui. Qu'on se figure la moitié de l'armée dans l'île de Lobau, séparée de l'autre moitié et ayant à résister à toute l'armée autrichienne. Nous sommes passés qu'après que les ponts ont été rétablis, presque miraculeusement, pour la seconde fois. L'armée française a échappé ce jour-là à une destruction complète. Enfin, notre tour arrive de passer les ponts, à nous sur qui l'Empereur comptait le plus, sa garde, Masséna et Davout. Après avoir reçu toute la nuit une pluie diluvienne, nous prenons notre rang de bataille, précisément en face de Wagram, où devait avoir lieu le plus fort de la bataille, qui a duré deux jours, au milieu d'un bruit épouvantable d'artillerie. Sur la fin du deuxième jour, Montbrun, soutenu par la division de dragons de Grouchy, venant d'Italie, reçoit l'ordre de culbuter la belle cavalerie autrichienne pour donner passage au corps de Davout, qui devait emporter les hauteurs de Wagram. Nos trois premiers régiments chargent vigoureusement, mais sont repoussés sur nous, qui étions établis en potence avec le 11° chasseurs sur une hauteur, en soutiens de notre artillerie. Notre bonne contenance a arrêté court les Autrichiens, ce dont nous avons été félicités par Grouchy et Montbrun, qui craignaient de voir notre artillerie enlevée en même temps que nous-mêmes. La division de dragons est partie sur notre droite en même temps que le 11° chasseurs s'élançait sur notre gauche; ils fournirent chacun de leur côté une charge à fond qui a parfaitement réussi. Ils ont sabré vigoureusement et ramené beaucoup de prisonniers, et parmi eux plusieurs colonels. Notre régiment est resté en réserve. Nous avions alors dix escadrons de cent hommes. Jamais je n'ai vu notre brave 12° chasseurs aussi beau et aussi complet." Source: "Souvenirs du 12° chasseurs, 1799-1815", par le Capitaine AUBRY (Paris, à la Librairie des Deux Empires, 2002).

lukian54

Message par lukian54 » 05 mars 2003, 20:30

Cher Ami.
Ce petit extrait me donne envie d'en savoir plus..
Ce cavalier raconte Essling et parle des hauteurs de Wagram... Ce n'est pas trés loin, mais d'Essling on n'aperçoit pas Deutch-Wagram et en fait d'hauteur, c'est plutôt des ondulations de terrain..!!
Parfois les souvenirs restent vagues.. surtout quand il s'est passé beaucoup de temps entre les événements et la rédaction des mémoires .

A lire de toutes façons.
Cordialement. :salut:

Hypolite

Message par Hypolite » 05 mars 2003, 21:06

12e Régiment de Chasseurs de la LIGNE cher Christophe ! Pas de la garde ! ;-)

SANTE

Renseignements

Message par SANTE » 06 mars 2003, 15:13

Cher Christophe,
Dans ces mémoires, on utilise le terme en potence.
Pourrais-tu m'explique en quoi consiste cette position ?

Christophe

Pour

Message par Christophe » 11 mars 2003, 16:49

Je réponds ici à ta question. Le terme de "potence" désigne "une ligne droite brisée, dont la partie supérieure, soit en dehors, soit en dedans, forme un angle droit. On range quelquefois les troupes en potence lorsque l'espace manque pour les établir sur une seule ligne droite. On met un ou plusieurs pelotons sur la perpendiculaire de la ligne de bataille". (Source: Alain Pigeard "Dictionnaire de la Grande-Armée". Paris, Tallandier, 2002, page 479) :salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Plaque-prothèse d'un Chasseur à cheval des Vélites de la Garde Impériale, Premier Empire
    par Joker » 14 janv. 2020, 19:05 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    31 Vues
    Dernier message par Joker
    14 janv. 2020, 19:05
  • Tulard raconte Le Mémorial
    par Joker » 15 juin 2017, 18:39 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    426 Vues
    Dernier message par Joker
    15 juin 2017, 18:39
  • Montpellier 2 décembre : Austerlitz raconté par les Témoins
    par Pratzen » 09 nov. 2016, 11:36 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    400 Vues
    Dernier message par Pratzen
    09 nov. 2016, 11:36
  • Un chasseur sachant chasser...
    par Le Briquet » 16 oct. 2017, 18:51 » dans Salon Ier Empire
    134 Réponses
    32969 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    20 janv. 2020, 20:36