CHEVAUX : Un fidèle serviteur, Pie (cheval du chef d'esacdrons de Verdilhac)

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

L'ARCHEONAUTE

Re: CHEVAUX

Message par L'ARCHEONAUTE »

Non j'ai pensé au Colonel Jolly c'est dans le même goût.

la remonte

Re: CHEVAUX

Message par la remonte »

le fantassin est en Bardin .

Christophe

Chevau-légers bavarois…

Message par Christophe »

[aligner]La scène suivante se situe le 26 novembre 1812, sur les bords de la Bérézina.
---------------------
« Ils étaient encore légers, mais depuis longtemps ils n’avaient plus de chevaux, et tout leur armement consistait en d’énormes gourdins. Il suffisait d’écouter un seul instant les récits de ces braves troupiers, pour se convaincre du chagrin que leur avait causé la perte de leurs montures ».

(Colonel de Suckow, «D’Iéna à Moscou. Fragments de ma vie militaire, 1800-1812 », A la Librairie des Deux Empires, 2001» p.248). L'auteur faisait partie à cette époque de la 25ème division wutembergoise rattachée au IIIème corps (maréchal Ney). )
[/aligner]

LeBarde

Des chevaux et encore des chevaux !

Message par LeBarde »

-Les shakos,les baudriers,les ceinturons,les cuirasses,les pelisses,les plastrons,les sabretaches,les turbans,les mirlitons,les épaulettes,les contre-épaulettes,les plumets,les colbacks,les fourrures,les chausses, les soutaches,les tresses,les glands,les franges,les schabraques,les patelettes,les galons,les jugulaires,les boutons,les gilets,les czapskas,les chenilles,les criniéres,les retroussis,les aiguillettes,les fourreaux,les gibernes,les cravates,les cordeliéres,les parements..."Il me fallait des millions de chevaux tirant des milliers de canons,portant des milliers de carabiniers,dragons,chasseurs,hussards,ulhans,lanciers,grenadiers,etc,etc...
Vive LUI.

Bonavita

Message par Bonavita »

et pendant la Commune les parisiens ont même vidé les zoos pour se nourrir d'éléphant tigre et j'en passe ahah

Christophe

Nos amis les bêtes.

Message par Christophe »

Ce sont les animaux du Jardin d'acclimation et ceux du Jardin des Plantes qui ont été dévorés. Le zoo de Vincennes ne sera créé qu'en 1934.
Durant le Siège de paris, on a mangé du chat, du chien et même du rat ! A table !

:roll:

Bonavita

Message par Bonavita »

Nuls reproches de ma part, nécessite fait force de loi mais l'idée des enclos vandalisés me fait beaucoup rire :) pendant la guerre, ma grand-mère, elle, élevait des cochons d'inde... :fou:

plus sérieusement sur les chevaux,

Suite à la révolution Française, les haras sont fermés ou vidés, il n'y a donc presque plus d'élevages pour fournir des montures de qualités, Napoléon va tenter d'assurer la remonte Il va rouvrir et créer des haras, assurer le contrôle des races, organiser les vétérinaires, etc, mais les besoins et les pertes vont s'avérer démesurés...

Faute de ressources nationales suffisantes en Normandie etc, on prélève à l'étranger.

Les pertes s'estiment en centaines de milliers pendant les guerres napoléoniennes, et les pertes au combat sont loin d'être les plus importantes, les chevaux manquent de fers (2 par montures voire aucun), de fourrage de qualité, de soins, sont malmenés, certains cavaliers sabotent leurs montures pour éviter le combat, les races ne sont pas toujours adaptées, les écuries dans de sales états, les maladies et l'épuisement font des ravages...

On avait certes la meilleure cavalerie du monde, mais à quel prix :roll:

Peyrusse

[CHEVAUX]

Message par Peyrusse »

Le destin des chevaux durant la campagne de Russie…

Intéressant article d'Arthur CHUQUET.
-----------------------
« Le cheval fut, durant la campagne, le principal aliment. Déjà, en marchant sur Moscou, les Français avaient fait des grillades avec les chevaux tués en choisissant les plus jeunes dont la chair était plus tendre. Au soir de La Moskowa, ils mangèrent du cheval rôti, car, dit un des combattants, la denrée ne manquait pas et jamais boucherie ne fut si bien approvisionnée. Daru, proposant au mois d’octobre à Napoléon de passer l’hiver à Moscou et de faire de cette ville un grand camp retranché, disait qu’on salerait les chevaux qu’on ne pourrait nourrir. Pendant la retraite, le cheval a, comme dit Castellane dans son «Journal », un grand débit. Les soldats mangent tous ceux qui peuvent être saignés. Ils les volent même pour les manger. Un officier qui se croit suivi de sa monture sent tout à coup que les rênes qu’il a passées autour de son bras viennent d’être coupées ; il se retourne ; il voit son cheval tué, dépecé, partagé. Mais le froid devint si intense qu’on ne pouvait plus tuer et dépecer les chevaux.

On leur coupait donc une tranche dans la culotte pendant qu’ils marchaient et le froid les avait tellement engourdis et rendus insensibles qu’ils ne donnaient aucun signe de douleur. Plusieurs cheminèrent ainsi durant quelques jours avec de fortes parties de chair enlevées aux cuisses : le froid avait gelé le sang qui sortait et arrêté tout écoulement. Tout le mois de novembre, le soldat fut hippophage. « Le cheval, remarque Castellane, continue à très recherché, et les soldats n’en laissent pas. » Mais le 4 décembre 1812, Castellane note qu’on ne mange plus le cheval, qu’on a des bestiaux autant qu’on veut et qu’on fait des distributions. La viande de cheval plaisait donc à l’armée, le général hollandais Van Dedem de Gelder raconte que son cuisinier, qui avait vécu à Drontheim en Norvège, savait la préparer à merveille ; ses invités, lorsqu’il en servait, croyaient qu’il leur servait du bœuf. Mais, sous l’empire de la faim, les hippophages commirent des horreurs. Des « hébétés », raconte le général Vionnet de Maringoné, ouvraient le ventre à de chevaux encore vivants et leur arrachaient les rognons, le foie, le cœur qu’ils mangeaient avec voracité pendant que l’animal palpitait encore devant eux. D’autres qui n’avaient ni sabre, ni couteau, déchiraient la chair de leurs dents et suçaient le sang de la bête qui gisait sur le sol sans être encore morte. »

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Lieutenant
Lieutenant
Messages : 1899
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

[CHEVAUX] Le destin des chevaux durant la campagne de Russie…

Message par C-J de Beauvau »

J'ai lu que le maréchal Murat serait responsable en grande partie de l’hécatombe des chevaux pendant la retraite de Russie , après le départ de Napoléon , car il aurait donné l'ordre de les garder sellés et harnachés 24h sur 24 .
Qu'en pensez vous ?
Merci

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3584
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: Le destin des chevaux durant la campagne de Russie…

Message par Cyril Drouet »

C-J de Beauvau a écrit :
18 oct. 2017, 12:21
J'ai lu que le maréchal Murat serait responsable en grande partie de l’hécatombe des chevaux pendant la retraite de Russie , après le départ de Napoléon , car il aurait donné l'ordre de les garder sellés et harnachés 24h sur 24 .
Qu'en pensez vous ?
Merci
L'hécatombe avait déjà eu lieu avant le départ de Napoléon.
Sans doute faites-vous référence à ce passage bien sévère des Cahiers de Coignet :
" Nous restâmes sous le commandement du roi de Naples, assez déconcertés, carc'est le premier soldat pour donner un coup de sabre ou braver les dangers; mais on peut lui reprocher d'être le bourreau de notre cavalerie; il traînait des divisions toutes bridées sur les routes, toujours à sa disposition, et il en avait toujours de trop pour faire fuir les cosaques. Mais toute cette cavalerie mourait de besoin, et le soir ces malheureux ne pouvaient plus se servir de leurs chevaux pour aller au fourrage. Pour lui, le roi de Naples avait 20 à 30 chevaux de relais, et tous les matins il partait avec un cheval frais; aussi c'était le plus beau cavalier d'Europe, mais sans prévoyance, car il ne s'agit pas d'être un intrépide soldat, il faut ménager ses ressources; et il nous perdit (je l'ai entendu dire au maréchal Davoust) 40 000 chevaux de sa faute. De blâmer ses chefs on a toujours tort, mais l'Empereur pouvait faire un meilleur choix."

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • [CHEVAUX] Le cheval de Waterloo
    par L'ARCHEONAUTE » 28 juin 2015, 09:44 » dans Livres - Revues - Magazines
    13 Réponses
    4021 Vues
    Dernier message par L'âne
    01 juil. 2015, 01:14
  • CHEVAUX : Copenhague, le cheval de Wellington à Waterloo
    par L'âne » 20 déc. 2018, 06:33 » dans Salon Ier Empire
    2 Réponses
    376 Vues
    Dernier message par Joker
    01 août 2019, 19:46
  • Chevaux : Chevaux de bataille de Napoléon 1er
    par Peyrusse » 02 oct. 2017, 22:06 » dans Livres - Revues - Magazines
    146 Réponses
    8898 Vues
    Dernier message par la remonte
    30 oct. 2019, 15:39
  • CHEVAUX : Nourriture des chevaux
    par Joker » 01 févr. 2020, 20:25 » dans Salon Ier Empire
    0 Réponses
    494 Vues
    Dernier message par Joker
    01 févr. 2020, 20:25
  • Wellington, chef de guerre.
    par Joker » 16 mai 2019, 19:11 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    307 Vues
    Dernier message par Joker
    16 mai 2019, 19:11