[Origines] Napoléon n'a jamais perdu son accent ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

barthelemy

Re: [Origines] Napoléon n'a jamais perdu son accent ?

Message par barthelemy »

Bonsoir Napolitaine... ;)

Aucune infos particulière...

sauf que - je me trompe sans doute et je ne me souviens plus où j'ai pu lire cela - il me semble bien que des contemporains de l'Empereur jugeaient qu'il avait une voix un peu nasillarde :?
Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2686
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: [Origines] Napoléon n'a jamais perdu son accent ?

Message par L'âne »

Napolitaine a écrit :
"A l'âge de neuf ans, Napoléon parle, lit, écrit (façon de dire :D ) la langue de Voltaire de façon satisfaisante"
C'est un peut tôt d'écrire cela. Le 1er janvier 1779, l’enfant âgé de près de 10 ans, est provisoirement confié par son père au collège d’Autun, dont l’évêque est le frère de Marbeuf. Il y apprend pour ainsi dire le Français. Sa prosodie est médiocre, il roulera toujours légèrement les « r » avec un accent, l'accent corse bien évidemment...
"Il faisait beaucoup de fautes d'orthographes, de confusions de mots...(Chrestianisme, otorizé...). A l'oral, il ne prononçait pas correctement certains mots. (Armistice -- Amnistie, Point fulminant -- Point culminant.)"
"Il parlait vite."
Oui, c'est ce que j'ai toujours lu..."section pour session" par exemple
"Il jurait en Italien."
Oui, mais pas que...Surtout en Corse. Les personnes qui ne connaissent pas le Corse le confondent souvent avec l'Italien.
Aurea mediocritas
Avatar du membre
Napolitaine
Princesse de Bourgogne
Princesse de Bourgogne
Messages : 511
Enregistré le : 30 juil. 2017, 22:04

Re: [Origines] Napoléon n'a jamais perdu son accent ?

Message par Napolitaine »

barthelemy a écrit :
26 août 2017, 19:45
Bonsoir Napolitaine... ;)

Aucune infos particulière...

sauf que - je me trompe sans doute et je ne me souviens plus où j'ai pu lire cela - il me semble bien que des contemporains de l'Empereur jugeaient qu'il avait une voix un peu nasillarde :?
Merci pour cette information. Dur à interpréter... Le terme de voix Nasillarde je ne l'ai vu utilisé qu'en chant ou que pour désigner une personne enrhumé mais pas dans la façon de parler d'une personne ordinairement :?:
Il est fou de constater que certaines personnes peuvent dire des insanités sans paraître vulgaire, alors que d'autres le sont juste en vous disant bonjour.
Avatar du membre
Napolitaine
Princesse de Bourgogne
Princesse de Bourgogne
Messages : 511
Enregistré le : 30 juil. 2017, 22:04

Re: [Origines] Napoléon n'a jamais perdu son accent ?

Message par Napolitaine »

D'accord ! Je me souviens d'un épisode (mais plus du tout à qui il s'adressait ..) où il avait insulté de manière très peu courtoise une personne en italien quand il était encore jeune et qu'il jurait encore dans sa langue lorsqu'il était consul et empereur. Il est vrai que je ne connais que très peu, la distinction.
Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3747
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: [Origines] Napoléon n'a jamais perdu son accent ?

Message par Cyril Drouet »

Napolitaine a écrit :
26 août 2017, 19:11
"A l'âge de neuf ans, Napoléon parle, lit, écrit (façon de dire ) la langue de Voltaire de façon satisfaisante"
9 ans, Autun :
« Je ne l’ai eu que trois mois. Pendant ces trois mois, il a appris le français de manière à faire librement la conversation. »
( lettre écrite par l’abbé Chardon à son collègue l’abbé Peignot en 1823)

9 ans, Brienne :
"Comme il ne parlait que l'idiome corse, et que, sous ce rapport, il inspirait déjà le plus vif intérêt, le sieur Dupuis, alors sous-principal avant le père Berton, jeune homme aussi complaisant qu'excellent grammairien, se chargea de lui donner seul des leçons de langue française. Son élève répondit à ses soins au point qu'après un très court espace de temps, on lui enseigna les premiers éléments de la langue latine. »
(Bourrienne, Mémoires)


Napolitaine a écrit :
26 août 2017, 19:11
Lorsqu'il était général:

"Il parlait le français mais avait ce petit accent dans son parler."
"Un accent étranger, désagréable à l'oreille"
(D’Andigné, Mémoires)


Napolitaine a écrit :
26 août 2017, 19:11
"Il faisait beaucoup de fautes d'orthographes
« Il en était de même de l'orthographe [ses défaut de prononciation qu'il remarquait et corrigeait chez les autres]; la plupart du temps il n'en écrivait pas un mot, et si nos copies lui eussent été portées en faute, il s'en fût plaint.
Un jour l'Empereur me disait:
"Vous n'écrivez pas l'orthographe, n'est-ce pas ?"
Ce qui fit sourire malignement le voisin, qui prenait cela pour un jugement. L'Empereur, qui s'en aperçut, reprit:
"Du moins, je le suppose; car un homme public et dans les grandes affaires, un ministre, ne peut, ne doit pas écrire l'orthographe. Ses idées doivent courir plus vite que sa main, il n'a le temps que de jeter des jalons; il faut qu'il mette des mots dans des lettres et des phrases dans des mots; c'est ensuite aux scribes à débrouiller tout cela.»
(Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène)
« Il écrivait par exemple cabinet, gabinet, Caffarelli Gaffarelli, afin que, enfin que, infanterie, enfanterie. »
(Méneval, Souvenirs historiques)

« Je ne puis m’empêcher de faire remarquer comment, connaissant si bien les auteurs qu’il demandait et les généraux dont il voulait avoir l’histoire, il a pu écrire Ducecling, Océan. Certes, pour deviner Ossian, il fallait bien connaître sa passion favorite pour ce barde. »
(Bourrienne, Mémoires)
Il ne traçait que des caractères imparfaits et n'achevait jamais ni le mot ni la ligne, passant du reste sans scrupule par-dessus toutes les exigences de l'orthographe »
(Fain, Mémoires)
« L'orthographe de son écriture était incorrecte, quoiqu'il sût bien en reprendre les fautes dans l'écriture des autres. C'était une négligence passée en habitude; il ne voulait pas que l'attention qu'il aurait donnée à l'orthographe, pût brouiller ou rompre le fil de ses idées. »
(Méneval, Napoléon et Marie-Louise, Souvenirs historiques)

« Je préviens une fois pour toutes, que dans les copies que je donnerai des écrits de Bonaparte, je rétablirai l'orthographe qui est en général si extraordinairement estropiée, qu'il serait ridicule de les copier exactement »
(Bourrienne, Mémoires)

« Souvent aussi il lui arrivait par insouciance et par distraction, d’offenser l’orthographe, et l’on n’ a point manqué d’en tirer la conséquence qu’il était complètement ignorant. »
(Fleury de Chaboulon, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie privée, du retour et du règne de Napoléon en 1815 »)


Napolitaine a écrit :
26 août 2017, 19:11
A l'oral, il ne prononçait pas correctement certains mots. (Armistice -- Amnistie, Point fulminant -- Point culminant.)"
« Napoléon ne parlait bien aucune langue. Sa langue maternelle était le corse, qui est un jargon italien, et lorsqu'il s'exprimait en français, on s'apercevait qu'il était étranger. »
(Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon)

« J'ai dit qu'il parlait mal, mais son langage est ordinairement animé et brillant; ses irrégularités grammaticales lui donnent même souvent une force inattendue, parfaitement soutenue par l'originalité de ses idées. »
(Mme Rémusat, Mémoires)

« Les expressions se présentaient sans effort pour rendre sa pensée. Si elles étaient quelquefois incorrectes, ces incorrections mêmes ajoutaient à leur énergie et peignaient toujours merveilleusement à l’esprit ce qu’il voulait dire. »
(Méneval, Mémoires pour servir à l’histoire de Napoléon 1er)

« Son style concis et plein de mouvement, quoique inégal et incorrect »
(Miot de Mélito, Mémoires)

« Une chose assez bizarre et que j'ai déjà rapportée, je crois, c'est que Napoléon se servait en parlant du mot armistice, ou ‘amnistie indifféremment, sans spécifier les deux cas, qui sont pourtant bien différents l'un de l'autre. »
(Mme d’Abrantès, Mémoires)

« Comme il lui est arrivé souvent d’entendre mal les mots qu’on prononçait devant lui pour la première fois, il les a reproduits constamment par la suite tels qu’il les a entendus. Ainsi il disait habituellement :
Iles Philippiques pour Philippines ;
Section pour session ;
Point fulminant pour point culminant ;
Rentes voyagères pour rentes viagères ;
Armistice pour amnistie, etc. »
(Chaptal, Mes souvenirs sur Napoléon)

Autre témoignage :
« Je l'ai entendu cent fois dans nos promenades, réciter la fameuse tirade d'Auguste, et jamais il n'a manqué de dire: « Prends un siège, Sylla. » Il faisait, la plupart du temps, des noms propres à sa fantaisie; et une fois adoptés ils demeuraient toujours, bien que nous prononçassions les véritables cent fois par jour à ses côtés ; et si nous eussions adopté les siens, son oreille en eût été choquée. »
(Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène)

« Et tous ces noms d’hommes et de lieux que Napoléon écorchait quelquefois au point de les rendre méconnaissables. Tantôt c’était l’Ebre pour l’Elbe, tantôt Smolensk pour Salamanque et vice-versa ; je ne sais plus quel nom de Pologne se confondait dans son vocabulaire avec Badajos ; mais je me souviens que quand il parlait d’Hysope, c’était de la forteresse d’Osopo dont il était question. »
(Fain, Mémoires)


Napolitaine a écrit :
26 août 2017, 19:11
"Il parlait vite."
"Dialogue vif, rapide."
(Planat de la Faye, Vie de Planat de la Faye : souvenirs, lettres et dictées recueillis et annotés par sa veuve

" Bonaparte s'exprime d'une manière brève et énergique."
(D'Andigné, Mémoires)

« Elocution facile »
(Marmont, Mémoires)

« Il parle vite »
(Senhouse, lettre du 15 juillet 1815)

Témoignages en contradiction avec celui de Hall (Mémoires et voyages) : « Sa manière de parler était plutôt lente que brusque»


Napolitaine a écrit :
26 août 2017, 19:11
"Il jurait en Italien."
Une insulte célèbre contée par Bourrienne (Mémoires) :
"Pendant ce temps d'une vie un peu vagabonde, arriva le 20 juin, sombre prélude du 10 août ; nous nous étions donné rendez-vous pour nos courses journalières, chez un restaurateur, rue Saint-Honoré, prés le Palais-Royal. En sortant, nous vîmes arriver du côté des halles une troupe que Bonaparte croyait être de cinq à six mille hommes, déguenillés et burlesquement armés, vociférant, hurlant les plus grossières provocations , et se dirigeant à grands pas vers les Tuileries. C'était, certes, ce que la population des faubourgs avait de plus vil et de plus abject. Suivons cette canaille, me dit Bonaparte. Nous prîmes les devants, et nous allâmes nous promener sur la terrasse du bord de l'eau. C'est de là qu'il vit les scènes scandaleuses qui eurent lieu. Je peindrais difficilement' le sentiment de surprise et d'indignation qu'elles excitèrent en lui. Il ne revenait pas de tant de faiblesse et de longanimité. Mais lorsque le roi se montra à l'une des fenêtres qui donnent sur le jardin, avec le bonnet rouge que venait de placer sur sa tête un homme du peuple, l'indignation de Bonaparte ne put se contenir. Che coglione, s'écria-t-il assez haut, comment a-t-on pu laisser entrer cette canaille? Il fallait en balayer quatre ou cinq cents avec du canon, et le reste courrait encore."


barthelemy a écrit :
26 août 2017, 19:45
il me semble bien que des contemporains de l'Empereur jugeaient qu'il avait une voix un peu nasillarde
Je n’en ai pas le souvenir. Voici trois témoignages sur sa voix :
"Il s'exprime d'une voix assez basse et brièvement comme s'il voulait réfléchir après chaque phrase."
Schoerbing :

"Sa voix était douce et caressante [...] agréable."
Graffenried

« Voix profonde et voilée »
(Reichardt, Un hiver à Paris sous le Consulat)
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • À la recherche du tombeau perdu – Sur les traces de Napoléon et du général Gudin en Russie
    par Eric LM » 17 oct. 2020, 17:18 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    39 Vues
    Dernier message par Eric LM
    17 oct. 2020, 17:18
  • Le 15 août liégeois: ses origines napoléoniennes
    par Joker » 15 août 2019, 20:01 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    676 Vues
    Dernier message par Joker
    15 août 2019, 20:01
  • Revue du S.N : "Racines et origines de Bonaparte"
    par Joker » 27 déc. 2019, 20:39 » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    438 Vues
    Dernier message par Pierremig
    02 mai 2020, 20:03
  • Napoléon 1er – Revue du Souvenir Napoléonien n°93 : la naissance de Napoléon
    par Le Briquet » 23 juil. 2017, 21:54 » dans Livres - Revues - Magazines
    10 Réponses
    2092 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    03 nov. 2019, 13:02
  • L’art au service du pouvoir – Napoléon I – Napoléon III
    par C-J de Beauvau » 23 avr. 2018, 14:08 » dans L'actualité napoléonienne
    0 Réponses
    1409 Vues
    Dernier message par C-J de Beauvau
    23 avr. 2018, 14:08