Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2759
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par L'âne » 19 août 2017, 20:47

Jean Tulard a toujours parlé de jeter un regard froid à propos de l'étude historique.
Des historiens, affirmant que l'histoire napoléonienne appartient au passé, nous invite à laisser de côté nos émotions.
Les détracteurs exploitent les éléments dramatiques à charge pour nourrir les nombreux actes d'accusation, les laudateurs passionnés et aveuglés, parfois même par leur propre discours, font l'apologie globale de cette histoire. Il faut tout de même reconnaître que pour ceux, qui, de bonne foi, tentent de d'y voir "mieux", la tâche peut s'avérer difficile, surtout pour être compris et acceptés par les affiliés des deux catégories sus mentionnées...
Joker a écrit au cours d'un autre fil :
Quand les positions divergent, il est normal et humain de vouloir défendre âprement son point de vue et cela peut parfois déraper si l'on n'y prend garde.
Pour ma part, même si je considère qu'il faut effectivement tendre vers un maximum d'objectivité, je défends et ne rejette pas une certaine approche plus émotionnelle de l'Histoire.
On peut essayer de contrôler ses émotions, mais l'expérience de chacun, les convictions, conduisent "automatiquement" à réagir à la lecture des ouvrages, des conférences auxquelles nous assistons, pour ne donner que ces deux exemples. Il serait malhonnête de dire le contraire.
Si l'on considère que celle-ci est une combinaison issue des actions humaines et des circonstances, elle ne peut pas, selon moi, se limiter à une étude froide et impersonnelle des faits au risque de la rendre indigeste.
L'exercice le plus difficile est de moins s'impliquer émotionnellement à mesure que l'histoire s'éloigne de nos principes moraux et sociaux.
L'Histoire est avant tout une science humaine et à ce titre elle cristallise davantage les passions que d'autres sciences.
Elle ne peut dès lors s'analyser et se comprendre de la même manière qu'on résout un problème d'algèbre ou une équation chimique.
Oui, bien évidemment.
Ce serait alors la réduire à un simple exposé de dates et de faits bruts, ce qui aurait tôt fait d'en rebuter plus d'un.
Ciceron affirmait que "L'histoire est une maîtresse de vie". Un partie de l'histoire ne finit-elle pas toujours par n'éclairer que le passé ? Les faits qui dépassent l'entendement (exécution/massacre des 3 000 prisonniers de Jaffa par exemple et pour rester dans l'histoire...) ne justifient-ils pas que la civilisation a bien évolué dans un sens ? Que nous ne sommes pas (plus) aptes à juger les hommes de cette époque ?
Ce sont des auteurs engagés mais passionnés tels Max Gallo et André Castelot et qui m'ont ouvert les portes de l'épopée.
Ce sont des historiens o combien respectables mais il faut reconnaître qu'ils participent à l'histoire "légende", l'épopée.
Par après, j'ai enchaîné avec Bainville, Houssaye, Tulard, Aubry,... et bien d'autres.
Des auteurs qui ont très certainement commencer à opérer les nouvelles études de l'histoire napoléonienne, avec plus de recul, moins de concessions avec les sales vérités.
Chaque fois, lors de mes lectures, j'ai pris plaisir à prendre connaissance des points de vue de chacun afin de les confronter et ainsi de me forger ma propre opinion. Car, de mon point de vue, c'est ainsi que se forge un esprit critique.
Je vous rejoins et c'est la raison pour laquelle il faut lire beaucoup, et pas se cantonner à un auteur pour un sujet...
Je me souviens également de mes rendez-vous télévisuels avec "La caméra explore le temps" présentés par le regretté Alain Decaux.
La manière vivante et pédagogique dont il abordait ses sujets en faisaient de véritables friandises intellectuelles.
Et pourtant , il faisait la part belle à l'affectif et savait jouer à merveille avec les émotions de ses auditeurs.
Pas toujours, tenez, prenez l'exécution du duc d'Enghien (La caméra explore le temps). André Castelot nous dit d'entrée qu'il n'y aura pas de débat, pour, si ma mémoire est bonne, laisser à chacun des spectateur se faire sa propre opinion...Preuve qu'il y a (avait) des sujets sensibles...
Je conclurai cette mise au point en déclarant que la pluralité des points de vue et la diversité des approches enrichit les débats, mais cristallise les passions. ;)

Nous laisserons peut-être le soin aux membres du forum de choisir une nouvelle maxime l'année prochaine... Mais ce n'est pas sûr...
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1630
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par Joker » 19 août 2017, 21:21

J'ai donné ma vision de choses tout en respectant les approches différentes.
Je revendique simplement le droit de privilégier cette approche humaine et émotionnelle dans mes choix de lectures car c'est avant tout le matériau humain qui construit l'Histoire.
C'est sans doute moins objectif et moins rationnel mais quand on développe une passion, il faut en accepter les conséquences tout en étant conscient des risques de dérive que cela implique surtout si l'auteur professe des idées aux antipodes de nos valeurs et de nos principes.
C'est en cela que réside effectivement la plus grande difficulté, les passions étant par nature et par définition peu silencieuses et difficiles à canaliser... ;)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2759
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par L'âne » 19 août 2017, 21:43

Cher Joker, vous empruntez la voie la plus difficile. Vous avez du courage et très certainement raison, mais on y rencontre peu de monde...
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1630
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Grimbergen - Belgique

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par Joker » 19 août 2017, 21:56

Il est vrai que l'on se sent parfois isolé lorsque l'on défend des idées qui vont à l'encontre de celles de la majorité.
Mais j'y suis accoutumé en raison des nombreux paradoxes que je cultive.
Ainsi, professer des opinions de gauche et se proclamer napoléonien n'est pas le moindre.
Un point commun que je partage entre autre avec Laurent Joffrin. ;)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1427
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par Bernard » 20 août 2017, 11:01

Je me souviens également de mes rendez-vous télévisuels avec "La caméra explore le temps" présentés par le regretté Alain Decaux.
La manière vivante et pédagogique dont il abordait ses sujets en faisaient de véritables friandises intellectuelles.
Et pourtant , il faisait la part belle à l'affectif et savait jouer à merveille avec les émotions de ses auditeurs.
C'est vrai qu'on vient à l'histoire par l'affectif... Decaux évidemment grâce à son talent de conteur et, parce que j'avais eu l'occasion de l'approcher, grâce au travail considérable qu'il abattait ! Mais, après, en faisant ses propres recherches et ses propres découvertes, on prend du recul et on s'émerveille d'une foule de détails qui, mis bout à bout, racontent souvent une autre histoire.

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2759
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par L'âne » 20 août 2017, 13:22

Bernard a écrit :
C'est vrai qu'on vient à l'histoire par l'affectif... Decaux évidemment grâce à son talent de conteur...
Oui, au même titre qu'André Castelot par exemple.
Mais, après, en faisant ses propres recherches et ses propres découvertes, on prend du recul
Tout à fait
et on s'émerveille d'une foule de détails
Ou on est sous le choc. Ce fut mon cas. Ayant commencé par les deux tomes d'André Castelot et d'autres auteurs tels que Norvins, j'étais sur un nuage et je pensais que tout était beau et bien dans le meilleur des mondes napoléoniens. Le réveil fut brutal à la lecture de certaines pages sanglantes. Je n'arrivais pas à comprendre que Bonaparte puis Napoléon puissent avoir, au nom de la raison d'état la plupart du temps, pris des décisions terribles. J'ai "boudé" cette histoire pendant 2 années. Puis j'ai vu une émission au cours de laquelle Jean Tulard prescrivait son fameux "regard froid".
Cette histoire appartient au passé. À ce titre on peut l'étudier sans juger les hommes qui peuvent être souvent considérés comme venant d'une autre planète, et essayer d'y voir plus clair, de comprendre mieux.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 1427
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par Bernard » 20 août 2017, 14:12

Mon cher L'âne,
je suis totalement d'accord avec vous. Evidemment, Castelot, Decaux et quelques autres ont fait beaucoup. Pour ma part, je ne suis arrivé que fort tard sur le terrain de la Révolution et de l'Empire que je n'avais fait que survoler. Les revues dont je m'occupe y sont pour beaucoup. Mes recherches personnelles sur l'histoire économique, sociale et financière du XIXe siècle aussi. En appliquant les mêmes méthodes (peut-être la "froideur" de Jean Tulard, sûrement l'analyse dépassionnée et objective, la suspicion face aux idées répétées à l'envi par des citations croisées de plus en plus éloignées de la réalité, le besoin de remonter aux sources), on entrevoit des réalités (plaisantes ou déplaisantes, la question n 'est pas là), on comprend vite qu'on ne sait rien (c'est ce que dit bien votre pseudonyme si bien choisi) et que le chemin vers la compréhension est si long qu'on n'en verra jamais le bout... Du coup, je ne m'intéresse qu'aux faits avec la modestie de celui qui sait qu'il n'aura jamais qu'une idée partielle de cette histoire.

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2759
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par L'âne » 20 août 2017, 15:42

Mon Cher Bernard,
Nous fonctionnons en miroir, je suis extrêmement heureux que vous fassiez partie de ce modeste forum.
Puissions-nous, dans quelques temps, agréger d'autres membres de notre espèce et prendre du plaisir à échanger sur les bases que vous décrivez.
Aurea mediocritas

Avatar du membre
L'âne
 
Messages : 2759
Enregistré le : 14 juil. 2017, 07:03
Localisation : Corsicasie

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par L'âne » 14 sept. 2017, 00:48

Voici ce qu'écrit le grand historien italien Guglielmo Ferrero (1871-1942) en tête de la préface de son ouvrage "Aventure, Bonaparte en Italie, 1796-1797" (1936) :
"C'est dans le domaine de l'histoire que le scepticisme se plait davantage à poser sa question ironique :quid est veritas? Peut-on parler d'une vérité historique, quand nous constatons chaque jour que tout le monde raconte la sienne, différente de la vérité des autres? Et pourtant des vérités « historiques » existent, qui ne sont pas d'une nature différente des vérités établies par les sciences - par la physique, la chimie ou la biologie. Les vérités historiques, comme les vérités scientifiques, ne sont pas relatives, ainsi qu'on le dit trop souvent, mais partielles. Qu'il étudie l'histoire de l'humanité ou les phénomènes de la nature, l'esprit humain se trouve toujours en présence de réalités dont la complexité le dépasse : ne pouvant pas, bien qu'il le désire, les voir dans son unité, il s'efforce de saisir, comprendre, expliquer ces réalités par fragments. Les vérités discordantes, que le scepticisme oppose l'une à l'autre pour prouver que la vérité n'existe pas, sont des fragments d'une vérité unique, mais trop complexe pour que l'esprit humain la saisisse tout entière. La grande faiblesse de l'histoire, c'est que les fragments de vérité qu'elle peut comprendre sont le plus souvent isolés et altérés par les passions et les intérêts."
Aurea mediocritas

barthelemy

Re: Comment aborder l'Histoire en général, celle de Napoléon en particulier ?

Message par barthelemy » 14 sept. 2017, 10:28

Joker a écrit :
19 août 2017, 21:56
Il est vrai que l'on se sent parfois isolé lorsque l'on défend des idées qui vont à l'encontre de celles de la majorité.
Mais j'y suis accoutumé en raison des nombreux paradoxes que je cultive.
Ainsi, professer des opinions de gauche et se proclamer napoléonien n'est pas le moindre.
Un point commun que je partage entre autre avec Laurent Joffrin. ;)
Alors là.... ;)

Mon cher JOKER ,

Je m'honore également de me revendiquer et de m'assumer Napoléonien ;)

Toutefois, ce paradoxe apparent n'en est peut-être finalement pas un

Prenons le cas d'Eric Zemmour : journaliste - écrivain - polémiste , très marqué plutôt à Droite : je me souviens l'avoir écouté lors d'une conférence donnée à la Fondation Napoléon, il déclare ouvertement son admiration pour Napoléon, ce qui est somme toute logique compte tenu de ses propres opinions

Toutefois, lors sauf erreur d'une de ses chroniques matinales à la Radio, il invitait les gens de Gauche à considérer Napoléon de façon positive, sur le plan du moins de la politique économique... en effet, on sait que l'Empereur était plutôt protectionniste et Etatiste interventionniste en matière d'économie (dans la lignée d'un Colbert, et par opposition au libéralisme d'un JB-SAY notamment) : Zemmour disait cela , car nombre de gens de Gauche sont plutôt sur cette ligne économique ("produire français", "sortir de l'UE"...) plutôt que des chauds partisans des "grands vents de la mondialisation"....

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Comment devient-on Napoléon ?
    par Joker » 14 août 2019, 19:24 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    543 Vues
    Dernier message par Joker
    14 août 2019, 19:24
  • Comment devient-on Napoléon ?
    par Joker » 27 juil. 2019, 18:33 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    465 Vues
    Dernier message par Joker
    27 juil. 2019, 18:33
  • "Comment Napoléon a réussi l'assimilation des juifs"
    par Christophe » 11 juin 2016, 11:46 » dans Napoléon à travers les Arts
    0 Réponses
    542 Vues
    Dernier message par Christophe
    11 juin 2016, 11:46
  • Journées de l'histoire : Napoléon à l'affiche
    par L'âne » 14 mars 2018, 10:01 » dans L'actualité napoléonienne
    2 Réponses
    213 Vues
    Dernier message par Peyrusse
    14 mars 2018, 22:37
  • [ Napoléonothèque ] Napoléon, deux cents ans d'histoire et de légende
    par L'âne » 22 oct. 2017, 08:40 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    1184 Vues
    Dernier message par L'âne
    22 oct. 2017, 08:40