ÉCONOMIE : L'Industrie Française 1799/1815

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 313
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: ÉCONOMIE : Les manufactures de guerre

Message par la remonte »

Fantin des Odouards , colonel du 22° de ligne à Ligny répond à Napoléon qui demande ce qu'étaient devenus les fusils abandonnés par les morts les blessés et les fuyards prussiens : " on en avait fait des jambons " , c'est à dire que les soldats les avaient cassés en 2
Napoléon avait donné l'ordre de les recueillir pour les gardes nationales , en pestant que ses ordres n'étaient pas transmis ...

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 3330
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36

Re: ÉCONOMIE : Les manufactures de guerre

Message par Cyril Drouet »

La récupération du matériel de guerre sur le champ de bataille était ancienne, comme en témoigne l'ordre du jour du 21 octobre 1805 :

« Son Excellence le Ministre de la guerre, major général, voulant donner un encouragement à ceux qui, après les actions, conduiront ou rapporteront aux parcs d'artillerie des différents corps d'armée les chevaux d'artillerie, bouches à feu, voitures, armes, projectiles, etc., abandonnés sur le champ de bataille, a décidé que ces objets seraient payés ainsi qu'il suit :
-Pour un cheval en bon état : 100 francs
-Pour une bouche à feu sur son affût : 60 francs
-Pour un affût ou caisson : 30 francs
-Pour un fusil avec sa baïonnette en bon état : 1 franc
-Pour un fusil brisé : 50 centimes
-Pour une platine entière : 15 centimes
-Pour un pistolet en état : 50 centimes
-Pour une baïonnette bonne : 10 centimes
-Pour un sabre d'infanterie en état : 15 centimes
-Pour un sabre de cavalerie en état : 20 centimes
-Pour un boulet : 5 centimes
Ces différentes sommes seront acquittées sur-le-champ par les directeurs d'artillerie qui recevront lesdits objets. »


ou plus ancien :
Ordre du jour du 4 avril 1799 (Acre) :
« Tous les militaires qui, dans les journées d'aujourd'hui et de demain, porteront à l'état-major des boulets trouvés dans la plaine,seront payés, savoir :
Pour chaque boulet de 36 ou 33 : 20 sous.
Pour chaque boulet de 12 : 15
Pour chaque boulet de 8 : 10. »

Témoignages :
"Dès le commencement du siége, nos soldats avaient été invités, au moyen d'une faible prime, à rapporter au parc les boulets qu'ils trouvaient dans les tranchées ; mais lorsque les vaisseaux vinrent à les jeter à profusion sur la plage, le général en chef augmenta la prime, et dès ce moment ce fut à qui serait le plus habile pour s'emparer des projectiles anglais. Nos soldats, dès que les premières bordées se faisaient entendre, et même aussitôt qu'ils voyaient les vaisseaux s'approcher du rivage, accouraient en foule, se plaçaient tout d'abord au milieu de ce singulier champ de bataille, et dans cette lice d'une nouvelle sorte, plusieurs centaines de Français bravaient, en se jouant, les foudres de la marine anglaise, en se précipitant au devant des nombreux projectiles qu'elle faisait ricocher dans la plaine. Et chose étonnante , nos intrépides soldats furent toujours assez adroits, ou plutôt assez heureux, pour qu'aucun d'eux ne fût atteint."
(Richardot, Relation de la campagne de Syrie)

"Nous allions au-dessous des batteries de la place et sur le rivage narguer l'ennemi, leur demandant de nous envoyer des boulets."
(François, Journal)

Autre siège, Gaëte, mêmes scènes décrites Par Ségur :
« On voyait ces nègres [bataillon des pionniers noirs] suivre en l'air, d'un oeil avide, les bombes ennemies qu'on leur payait 50 centimes; ils accouraient à leur chute, se précipitaient sur elles, en arrachaient la mèche brûlante, à moins que, prévenus par l'explosion, ils ne fussent tués dans cette chasse si peu lucrative et si dangereuse. »

Avatar du membre
la remonte
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 313
Enregistré le : 06 sept. 2019, 11:46
Localisation : Paris

Re: ÉCONOMIE : Les manufactures de guerre

Message par la remonte »

ça m'étonnait aussi qu'on casse du matériel à moins que la nécessité fasse force . l'incapacité à sauvegarder ce matériel en campagne d'où sa destruction ?

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Le dix-huit Brumaire – L’épilogue de la Révolution française (9-10 novembre 1799)
    par Eric LM » 15 sept. 2018, 14:33 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    958 Vues
    Dernier message par Eric LM
    15 sept. 2018, 14:33
  • Les Français et l'Empire (1799-1815) - Natalie PETITEAU
    par L'âne » 25 sept. 2017, 12:34 » dans Auteur du mois
    21 Réponses
    7727 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    04 nov. 2017, 16:50
  • Les Français et l'Empire (1799-1815) - Natalie PETITEAU
    par Eric LM » 25 sept. 2017, 15:54 » dans BIBLIOTHÈQUE EMPIRE - L'actualité du livre napoléonien
    0 Réponses
    418 Vues
    Dernier message par Eric LM
    25 sept. 2017, 15:54
  • [ Napoléonothèque ] L'économie selon Napoléon
    par L'âne » 25 oct. 2017, 07:55 » dans Napoléonothèque
    0 Réponses
    134 Vues
    Dernier message par L'âne
    25 oct. 2017, 07:55
  • Memoires militaire de 1799
    par Barclay » 05 nov. 2017, 08:07 » dans Livres - Revues - Magazines
    3 Réponses
    1313 Vues
    Dernier message par Espagne
    25 déc. 2017, 14:38