Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Espace dédié aux discussions relatives au Consulat et au 1er Empire.

Modérateur : Général Colbert

benito

Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par benito »

je souhaiterais connaître les bagnes qui existaient sous l'empire, et dans ceux ci y a t'il eut des personnalités de l'époque qui étaient contre l'empereur, qui furent internés, ou des bagnards célèbres de l'époque :salut:

...attention je préviens les petits rigolos qui veulent mettre, Jean Valjean que si ils essayent ils s'en prennent une :mrgreen:

benito

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par benito »

c'est vrai Vidocq, j'avais oublié son passage au bagne, sa vie fut très tourmentée, un très grand policier ;-)

Karl

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par Karl »

Comme personnage illustre incarcéré à l'époque il y avait Sade, Marquis de son état, enfermé un temps à Ste Pélagie, avant d'être envoyé à l'hôpital de Charenton, mais je ne pense pas que Ste Palagie était un bagne !

benito

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par benito »

non, un asile, je crois, du moins Charenton :mrgreen:

faut dire qu'il pétait légèrement un plomb le marquis ;-)

Hypolite

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par Hypolite »

Ben euhhh, le Comte de Monte-Cristo au Chateau d'If ? :mrgreen:

Bernard Coppens

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par Bernard Coppens »

En 1796, il y avait des bagnes à Brest, Lorient, Rochefort, Toulon et Nice.
En 1797, un bagne est établi au Havre pour recevoir les militaires et marins condamnés aux fers pour crime de désertion.
En 1798, le bagne de Nice est également destiné à ne recevoir que les militaires déserteurs.
En 1802, l'accroissement du territoire de la République "exige la formation d'un nouveau bagne pour les condamnés aux fers", c'est le port d'Anvers qui est choisi pour cet établissement. Les premiers forçats arrivent à Anvers le 20 août 1804.
En 1803, le bagne du Havre est transféré à Cherbourg.
Les bagnes de l'Empire sont donc : Brest, Toulon, Lorient, Cherbourg, Anvers, (et Nice jusqu'en 1811) et deux bagnes en Italie : La Spezia (1808-1814) et Civitavecchia (1810-1814).

L'Empire fut en quelque sorte "l'âge d'or" des bagnes si l'on en croit la phrase suivante lue sur http://www.cgnorvillois.org/bagnes.html
"Avec le développement des bagnes napoléoniens, le nombre de forçats passe de 4 000, en 1795, à 16 000 à la fin du Premier Empire, avant de connaître, avec la chute de Napoléon, une forte baisse de la population de détenus et la fermeture des bagnes étrangers."

NapNap

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par NapNap »

Bonsoir M.Coppens
merci pour le lien !
Je ne peux m'empécher de faire ressortir un passage que j'ai lu et qui m'a fait bien rire...
Pendant la Restauration, le système pénitentiaire vivait un certain relâchement de sa discipline...
Des rapports de police vont jusqu'à relater que des forçats ramenaient au bagne les surveillants ivres avec qui ils étaient sortis. :-|
Ils étaient pleins de bonnes intentions, ces irrécupérables !
;-)

mouton la mascotte

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par mouton la mascotte »

Lorsque qu'un bagnard s'évadait du bagne de Brest, le canon tonnait pour prévenir la population. C'est de là que vient l'expression " tonnerre de Brest". Il ne reste absolument rien de ce bagne situé sur la rive gauche de la Penfeld.

Jean-Michel

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par Jean-Michel »

On en apprend décidément tous les jours sur ce forum formidable mille millions de mille sabords. Merci pour la petite histoire cher Mouton. :salut:

Avatar du membre
C-J de Beauvau
Capitaine
Capitaine
Messages : 2088
Enregistré le : 16 sept. 2017, 17:12

Re: Prisonniers : Les bagnes sous l'Empire

Message par C-J de Beauvau »

Garde chiourme et une plaque 1 er Empire explicite .
s-l1600.jpg
Plaque que portait sur leur shako les gardiens du bagne. Musée national de la Marine à Rochefort .jpg
Trouvé sur ("La vie autrefois en Poitou-Charentes") Lire la suite sur le site
la vie au bagne de Rochefort sous le premier Empire
Une journée dans la vie de François Caillé au bagne

La sortie du bagne

En ce temps-là, les bonnes gens de Rochefort se réveillaient au canon de la Diane. A 6 heures en hiver, 5 heures en été, un coup de canon tiré sur le rempart avertissait les ouvriers de l’arsenal, qu’ils devaient sortir du lit. Les domestiques, les artisans, les boutiquiers les imitaient ; le rentier se tournait de l’autre côté et se rendormait.

Le bagne, on s’en doute, suivait le rythme de ceux-là plutôt que de celui-ci. Les condamnés recevaient un verre de vin qu’ils buvaient avec un morceau de pain gardé en réserve depuis la distribution du soir : c’était là tout leur déjeuner.
Puis, au coup de sifflet, les grilles s’ouvrent, et un millier d’hommes sortent dans un vacarme de chaînes indescriptible. Maurice Alhoy raconte ainsi la scène à laquelle il a assisté en 1827 : « Les gardes-chiourmes compriment cet élan : les jurements, les coups de canne font renaître l’ordre. Chaque forçat, suivi de son camarade de chaîne, sort à son tour ; il pose le pied sur [une] escabelle ; le garde-chiourme frappe deux coups de marteau sur la chaîne pour s’assurer si le boulon est intact et la clavette sans fracture. (...) Ils se placent en rang dans la cour. (..) En passant devant les adjudants, le galérien ôte son bonnet, heureux quand un coup de canne ne prévient pas ou ne récompense pas son acte d’humilité. (...) Un [forçat] se glisse sous la chaîne traînante du couple qui se trouve devant lui, puis, revenant sur ses pas, il forme un nœud qui joint sa chaîne à celle d’un autre couple. Quatre condamnés se trouvent ainsi liés ensemble ; les efforts que les trois autres font pour se libérer excitent l’hilarité ; le gros rire devient général ; l’adjudant accourt, et, confondant dans le partage de ses corrections, le plaisant et les victimes de la facétie, il fait tomber sur les épaules des uns et des autres une grêle de coups. (...) Le calme se rétablit. La compagnie des gardes-chiourmes armés rompt les rangs, et se partage entre les bandes de condamnés ; (...) un coup de sifflet part, c’est le signal de la marche. Un condamné avait laissé un morceau de pain qu’il tenait à la main ; il interrompt un moment la marche, se baisse, un garde-chiourme court sur lui, lève sa canne, frappe ; le coup porte sur la borne à droite de la grille du port, et le bâton brisé vole en éclats. « Tu l’as échappé belle, Noirot », dit-il au Toulousain qu’il aurait mutilé s’il l’eût atteint. La victime de sa brutalité le regarde d’un œil norme, avec le flegme de la stupidité, et répond en souriant et en ôtant son bonnet : « C’est vrai, sergent. » Le sbire saisit le moment où la tête du condamné est nue, il lui assène un vigoureux coup de poing en lui disant : « Celui-ci y est bien. » Le toulousain regarde cet homme, rejoint son rang, en ajoutant machinalement : « Ah oui, sergent ! ». Tous les forçats franchissent la cour du bagne ; ils entrent dans le port, et chaque couple, sous la surveillance d’un homme armé, se rend aux travaux. Je suivis par un mouvement de pitié la victime de la brutalité du garde-chiourme. »

http://capp.e-monsite.com/pages/chroniq ... html#page2
plan-de-rohefort-statistique-medicale-de-rochefort-c-maher-1874-1.jpg
detail-salle-2.jpg
tenue-du-bagnard-1.jpg
ferrement.jpg
:salut:

  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message
  • Prisonniers de guerre
    par Peyrusse » 15 août 2017, 15:55 » dans Bivouac des reconstitueurs & militaria
    271 Réponses
    18425 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    11 avr. 2020, 12:26
  • Français prisonniers de guerre en Angleterre
    par Britman » 06 févr. 2018, 14:27 » dans L'actualité napoléonienne
    13 Réponses
    888 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    07 sept. 2018, 17:07
  • Prisonniers Boers à Sainte-Hélène
    par Joker » 31 mars 2020, 19:53 » dans L'actualité napoléonienne
    18 Réponses
    896 Vues
    Dernier message par Cyril Drouet
    20 mai 2020, 17:29
  • prisonniers boers à Sainte-hélène
    par d'hautpoul » 26 avr. 2020, 18:49 » dans Espace visiteurs
    0 Réponses
    70 Vues
    Dernier message par d'hautpoul
    26 avr. 2020, 18:49
  • Liste de seize mille militaires Français ou au service de France, faits prisonniers de guerre de 1810 à 1814, et
    par hugues » 08 sept. 2018, 08:03 » dans Espace visiteurs
    1 Réponses
    574 Vues
    Dernier message par Général Colbert
    09 sept. 2018, 00:16