[ Napoléonothèque ] Bérézina

Trouvez les ouvrages dédiés à l'Histoire napoléonienne.
Publiez vos propres fiches et/ou commentez.

Modérateur : Espagne

Avatar du membre
Le Briquet
- Lieutenant -
- Lieutenant -
Messages : 462
Enregistré le : 17 juil. 2017, 18:29
Localisation : Pays du Sultan juste.

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Le Briquet » 28 déc. 2017, 09:10

A l’occurrence, pour le périple de l'Âne, je conseille plus l'ambiance du sergent. ;)

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1253
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Cyril Drouet » 28 déc. 2017, 09:26

Le Briquet a écrit :
28 déc. 2017, 09:10
A l’occurrence, pour le périple de l'Âne, je conseille plus l'ambiance du sergent. ;)
Alors il faudra s'attendre, en plus des Cosaques, à d'autres amabilités typiques du coin :
Sans titre 2.jpg
Ici, Picart, chassant les loups autant que son mal de tête.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Bernard
Scribe
Scribe
Messages : 515
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:29
Localisation : Alsace

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Bernard » 28 déc. 2017, 09:29

Sans oublier le prédateur humain, surtout quand il sévit en uniforme et armé. Quelques amis ont eu des déconvenues dans ces régions...

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1253
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Cyril Drouet » 28 déc. 2017, 09:37

Remarquez, dans le malheur, il y a parfois quelques moments de douceur (celle-ci je suis sûr qu’elle va plaire à Joker :lol: ) :

« Quand nous nous remîmes en route pour rejoindre le village où nous devions passer la nuit, il faisait un froid extrême. A chaque instant, l'on se regardait au visage et lorsque l'un de nous avait le nez blanc, gelé, l'on prenait vite de la neige pour le frictionner. Cette journée, je fus saisi d'un frisson par le corps et ne pouvais plus uriner, ce membre étant complètement gelé. Je m'efforçai de gagner le village et dès que j'atteignis la première maison, je me précipitai dans la chambre et tombai comme mort. Ce qu'une vieille femme russe ayant de suite observé, elle me demanda ce que j'avais. Je lui montrai où j'étais gelé, alors elle me prit par le bras, me dit que je ne pouvais sans danger rester au chaud et me mena à la cour où elle me dit de m’appuyer contre une palissade. Elle revint peu de minutes après porteuse d'une écuelle en bois pleine d'eau froide, prit à terre de la neige qu'elle jeta dans son écuelle, la délaya, puis elle me frictionna le membre v…l jusqu’à ce que le sang eut repris sa circulation.
[…]
Dans tous pays, l'on trouve des âmes compatissantes; j’ai beaucoup voyagé, mais j’ai bien souvent rencontré des braves gens qui m'ont tendu une main secourable. »
(Minod, Journal)

;)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 496
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Bruxelles - Belgique

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Joker » 28 déc. 2017, 19:20

Cyril Drouet a écrit :
28 déc. 2017, 09:37
Remarquez, dans le malheur, il y a parfois quelques moments de douceur (celle-ci je suis sûr qu’elle va plaire à Joker :lol: ) :

« Quand nous nous remîmes en route pour rejoindre le village où nous devions passer la nuit, il faisait un froid extrême. A chaque instant, l'on se regardait au visage et lorsque l'un de nous avait le nez blanc, gelé, l'on prenait vite de la neige pour le frictionner. Cette journée, je fus saisi d'un frisson par le corps et ne pouvais plus uriner, ce membre étant complètement gelé. Je m'efforçai de gagner le village et dès que j'atteignis la première maison, je me précipitai dans la chambre et tombai comme mort. Ce qu'une vieille femme russe ayant de suite observé, elle me demanda ce que j'avais. Je lui montrai où j'étais gelé, alors elle me prit par le bras, me dit que je ne pouvais sans danger rester au chaud et me mena à la cour où elle me dit de m’appuyer contre une palissade. Elle revint peu de minutes après porteuse d'une écuelle en bois pleine d'eau froide, prit à terre de la neige qu'elle jeta dans son écuelle, la délaya, puis elle me frictionna le membre v…l jusqu’à ce que le sang eut repris sa circulation.
[…]
Dans tous pays, l'on trouve des âmes compatissantes; j’ai beaucoup voyagé, mais j’ai bien souvent rencontré des braves gens qui m'ont tendu une main secourable. »
(Minod, Journal)

;)
Je ne connaissais pas cette anecdote et en effet elle est fort plaisante à lire.
La babushka en question savait manifestement y faire. :lol:
Ne dit-on pas que les remèdes de grands-mères sont les plus efficaces ?
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées

Avatar du membre
Cyril Drouet
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 1253
Enregistré le : 16 juil. 2017, 23:36
Localisation : Pays du Peuple des Géants

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Cyril Drouet » 03 janv. 2018, 08:08

Joker a écrit :
28 déc. 2017, 19:20
Je ne connaissais pas cette anecdote et en effet elle est fort plaisante à lire.
Je me doutais bien que vous alliez apprécier. ;)
On peut d'ailleurs s'interroger si Minod ne s'amuse pas quand il conclue l'anecdote avec la "main secourable". N'y a-t-il pas non plus quelque malice dans les mots de Girod de l'Ain (Souvenirs militaires) :
« L'Empereur avait mis pied à terre, au beau milieu d'un champ, pour satisfaire certain besoin, quand la colonne que je suivais lui vint directement dessus..., il ne se dérangea pas le moins du monde , et, laissant complètement à découvert ce que, d'ordinaire, on met quelque soin à dissimuler, se laissant coudoyer successivement depuis la tête jusqu'à la queue de cette épaisse colonne, par les hommes sur le chemin desquels il se trouvait, il acheva tranquillement son affaire ; témoin involontaire de ce tableau, je restai là à cheval en face de lui et jusqu'après le défilé de toute la colonne. »

:roll: ;)
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)

Avatar du membre
Le Briquet
- Lieutenant -
- Lieutenant -
Messages : 462
Enregistré le : 17 juil. 2017, 18:29
Localisation : Pays du Sultan juste.

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Le Briquet » 03 janv. 2018, 08:30

La réaction est plutôt bonne, mieux vaut ça que de se carapater devant ses soldats.

Avatar du membre
Joker
**Maréchal d'Empire**
**Maréchal d'Empire**
Messages : 496
Enregistré le : 15 juil. 2017, 18:53
Localisation : Bruxelles - Belgique

Re: [ Napoléonothèque ] Bérézina

Message par Joker » 03 janv. 2018, 17:47

On remarquera aussi le soin particulier pris par Girod de l'Ain dans le choix des termes de son récit.
Evoquer une épaisse colonne alors que l'Empereur satisfait un besoin naturel, c'est plus qu'un simple clin d'œil à l'Histoire... :-)
« L'usage nous condamne à bien des folies ; la plus grande est celle de s'en faire l'esclave. »
Napoléon Bonaparte ; Maximes et pensées